24/11/2015

Les B-52H "Stratofortress" plus puissants !

3475.jpg

Le « bon vieux » B-52 est toujours fringuant malgré les années, le voici bientôt doté des missiles AGM-158 JASSM-Extended. Lockheed-Martin a reçu un contrat 9,1 millions de dollars, pour moderniser la capacité de frappe du légendaire B-52.

Plateau rotatif : 

La flotte de B-52H va recevoir progressivement le nouveau système de chargement rotatif pour armement. Le système IWBU 1760  (Internal Weapons Bay Upgrade) permet de charger différents types de missiles. Le système tourne sur lui-même, afin de placer à tour de rôle les missiles en position de largage. Ce système permettra d’emporter plus d’armes en soute, sans que celui-ci n’emporte d’arme sous les ailes. En résultera un accroissement considérablement de la portée et de l'endurance du vénérable bombardier. Le B-52H pourra par exemple emporter plusieurs missiles de types AGM-158 JASSM-Extended (Joint air-to-surface standoff missile) et le brouilleur largable MALD-J (miniature Air Launched Decoy), ce dernier, une fois largué va se mettre à flâner dans la zone cible pour une période de temps prolongée et brouiller les signaux adverses. De plus, Ce plateau rotatif va permettre d’emporter plus de missiles AGM-86 ALCM de croisière de type conventionnel ou nucléaire.

La flotte de B-52H sera entièrement équipée du nouveau système de chargement rotatif, pour la mi-2018, selon un porte-parole de l’US Air Force.

 

3215908926.jpg

L’AGM-158 JASSM-Extended :

L'AGM-158 JASSM-Exrended (Joint air-to-surface standoff missile) est missile de croisière dont la portée atteint les 925 km. Plus performant que les anciennes versions, Il est doté d'une moteur plus puissant fourni par Williams International F107-WR-105 à la place dy Teledyne CAE J402-CA-100 et d'un plus grand volume de carburant dans une cellule de même dimension. Il est dirigé sur sa cible par guidage inertiel recalé par GPS. Le guidage terminal et la reconnaissance de la cible se font grâce à un autodirecteur infrarouge. Une liaison de données permet au missile de transmettre sa position et son statut durant le vol, permettant une meilleure évaluation des dommages. La charge militaire est constituée d'un pénétrateur WDU-42/B de 450 kg.

 

Modernisation :

Pour pouvoir rester en service actif, les B-52 n’ont cessé de subir de nombreuses modifications, cellule, avionique, équipements électronique et de survie. La dernière modernisation en date concerne la mise en réseau du système avec l’adjonction du 

système CONECT, installé sur les B-52, qui permet une liaison numérique avec l’ensemble des éléments de l’US Air Force, des centres de commandement et de contrôle, ainsi qu’avec les diverses forces terrestres. Ce système intégré et entièrement codé et protéger contre les éventuelles tentatives de pénétration électronique.

Ces nombreuses modifications et modernisation doivent permettre à USAF et Boeing de garder le B-52 en service jusqu’en 2040.

 

232.jpg

Photos : 1 & 3 B-52H @ USAF 2 Chargeur rotatif de soute @ Lockheed-Martin

14/11/2015

Arrivée des F-15 en Turquie !

F-15C_67th_Fighter_Squadron_2008.jpg

La base aérienne turque d'Incirlik dans le sud du pays a accueilli les six premiers Boeing F-15 C «  Eagle » de l’US Air Force. Au total se sont 12 appareils qui seront déployé.

Le Pentagone a déployé un nouvel escadron de chasseurs en Turquie. Selon les hautes autorités des Etats-Unis, l'objectif de cette décision est un geste de dissuasion face "aux intrusions russes". Ces f-15 C proviennent de l'Escadre de chasse 48 qui est basée à Lakenheath au Royaume-Unis.

 

Rappel :

La version F-15C est la première version du F-15 capable d'emporter des réservoirs FAST (Fuel And Sensors Tactical) plaqués le long du fuselage. Par la suite, leur nom sera changé en « Conformal Fuel Tanks », désignant en fait des réservoirs conformes. Contrairement aux réservoirs classiques emportés sous les ailes, générant une traînée aérodynamique importante, ces réservoirs augmentent l'autonomie sans diminuer de façon notable les performances. Ils peuvent également contenir des équipements électroniques supplémentaires à la place d'une partie du carburant. De plus, d'autres réservoirs de carburants ont été ajoutés dans les ailes et dans le fuselage. L'augmentation du poids de l'avion a entraîné un renforcement du train d'atterrissage et des freins. Enfin, les performances du radar AN/APG-63 ont été améliorées.

 

Photo : F-15 C « Eagle » @ USAF

 

06/11/2015

LRS-B : les plaintes de Boeing/Lockheed !

762765200.png

 

Boeing et Lockheed Martin ont demandé au Government Accountability Office des États-Unis des explications concernant choix de Northrop-Grumman pour le futur bombardier (LRS-B).

L'équipe perdante composée de Boeing/Lockheed-Martin a tenu un briefing ce vendredi pour officiellement protester du choix. Il faut dire que le projet qui leur échappe, est estimé à près de 80 milliards de dollars, plus 14 milliards uniquement pour le développement, soit l’un des plus important contrat de ces 15 prochaines années.

Pour Boeing et Lockheed-Martin, le processus de sélection pour le choix du futur bombardier furtif à longue distance est fondamentalement vicié, l'évaluation des coûts effectuée par le gouvernement américain n'a pas correctement tenu compte des possibilités offertes pour réduire ceux-ci du programme, de plus, pour les deux perdants, les risques industriels et les réelles capacités d’exécution pour le programme d’une telle ampleur ont mal été jugés.

 

Mauvais perdants ?

On pouvait s’attendre à une telle réaction des deux perdants face à la perte d’un tel programme, mais on pouvait surtout attendre à autre chose que ce type d’arguments. En effet, il faut se rappeler que l’actuel B-2 « Spirit » a été conçu par Northrop, justement ! L’avionneur ne manque donc pas d’expérience dans le domaine.

Du côté de l’US Air Force, on assure ce soir, que le choix a été fait suite à long et sérieux processus de sélection, qui a tenu compte de tous les éléments et de l’expérience de chacun.

 

03/11/2015

Le F-35A peut tirer au canon !

 

 

yourfile.jpg

Le F-35 de Lockheed-Martin avance à petits pas dans sa capacité d’engagement, dernièrement celui-ci a réussi ses tirs au canon en vol. Ces tests de tir en vol, font suite aux essais au sol qui ont eu lieu durant le mois de juillet.

Les essais de tir au canon ont été réalisés avec un Lockheed-martin F-35A n°AF-02 doté d’un canon de bord de type GAU-22 Gatling  de 25mm produit par General Dynamics. Le pilote d’essais, le Maj Charles Trickey a ouvert le feu par trois salves.

Il faut rappeler que les essais de tir au canon avaient pris un retard considérable de trois ans.  En effet, Lockheed-Martin a eu toutes les peines à réussir à intégrer les commandes de tir canon. De plus, il faut remarquer que l’emport de munition est faible, soit 180 coups, pour un canon capable de tirer 3300 coups à la minute !

A noter que les versions du F-35 B/C ne seront pourvues du canon en interne, mais uniquement en nacelle extérieure. Cette solution ajoute à la polémique sur le F-35, car une fois de plus la furtivité de celui-ci, sera remise en question.

C’est au Corps des Marines des États-Unis que reviendra la responsabilité de tester la future nacelle canon qui devra équiper les versions B & C du F-35.

Reste que l’USAF doit encore terminer la phase de tir canon dans des conditions opérationnelles. Le F-35A doté du canon ne sera pas complètement opérationnel avant 2017.

 

yourfile-1.jpg

Photos : tir en vol pour le F-35A@ Lockheed-Martin

 

28/10/2015

Northrop-Grumman remporte le contrat du futur bombardier !

maxresdefault.jpg

 

Washington, l’avionneur Northrop-Grumman remporte le contrat en vue de la conception du nouveau bombardier furtif, plus connu sous le nom de programme Long Range Strike-Bomber (LRS-B) et ceci face à Boeing et Lockheed-Martin.

Un énorme contrat :

Le montant de ce marché sans précédent depuis dix ans pour le Pentagone pourrait atteindre à terme 80 milliards de dollars, dont 14 uniquement pour le développement, l’US Air Force prévoit de commander une centaine de bombardiers furtifs. Le coût unitaire moyen des 100 bombardiers est estimé à près de 564 millions de dollars.

Le projet LRS-B :

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012, mais les principaux constructeurs (Boeing, Lockheed-Martin, Northrop-Grumman) ont reçu la consigne de ne rien divulguer sur le sujet. On le comprend, le sujet est classifié «confidentiel».

Le projet LRS-B est considéré, comme si important pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique occidental et le Moyen-Orient, que le programme se poursuivra en dépit d'une réduction de 487 milliards de dollars dans le budget du Pentagone, portant sur les 10 prochaines années.

 

Une décision qui sauve Northrop-Grumman :

Il y a quelques semaines, je vous parlais des coulisses et de l’enjeu de ce choix, en effet, le statut de l’avionneur et équipementier Northrop-Grumman, en tant que troisième source d’avions de combat pour l'armée américaine était condamné, si celui-ci ne remportait pas ce contrat, faute de pouvoir produire un aéronef pour équiper l’armée américaine. Alors, a-t-on voulu sauver Northrop-Grumman et garantir le maintien de trois avionneurs aux Etats-Unis ? La question semble déjà passionner les spécialistes ce matin aux USA!

A contrario, cette décision pose un problème à la division "avions de combat" de Boeing, qui pourrait se retrouver écartée de toute livraison à moyen terme. En effet, le "Super Hornet" arrive en fin de chaine de fabrication, les modernisations de F-15 ne représentent pas un avenir suffisant. Il ne reste plus que le futur programme d’avion école en collaboration avec le suédois Saab pour permettre à Boeing de maintenir une chaine de montage pour cette division.

 

Possible contestation du choix :

Boeing et Lockheed Martin ont exprimé leur déception et réclamé des éclaircissements sur les critères retenus pour l'attribution du contrat avant de prendre la moindre initiative en vue d’une possible contestation du choix.

 

northrop_grumman_b_x_battle_ax_by_bagera3005.png

Photos : Projet du LRS-B selon Northrop-Grumman