16/07/2016

Le nouvel Air Force One prêt pour 2023 !

2639462614.jpg

Boeing a reçu un nouveau contrat en vue de la préparation de l’intérieur du futur avion présidentiel « Air Force One ». Ce contrat d’une valeur de 127,300 millions de dollars a été décerné par l'US Air Force.

L'an dernier, l'US Air Force a annoncé la sélection du B747-800 pour remplacer la flotte de deux VC-25s (B747-200) qui sont communément connus sous le nom "Air Force One" lorsque le président américain vole à bord. Les deux B747-200 auront 32 ans, lorsque le premiers Boeing B47-800 entrera en service.

Après une série de revers en matière d'acquisition coûteux dans d'autres programmes, l'USAF adopte aujourd’hui une approche prudente en matière de risque dans les programmes de grande envergure, y compris le programme présidentiel de recapitalisation des aéronefs (PAR).

Il y a sept mois, l'USAF a remis Boeing un contrat de 25,8 millions de dollars pour commencer à définir "les exigences détaillées et la conception " du futur « Air Force One ». Par ailleurs, l’avionneur Boeing et l’US Air Force ont confirmé l’entrée en service du premier B747-800 présidentiel pour 2023.

Rappel : 

La désignation de l'US Air Force pour les  «747» réaménagés pour le président est Boeing VC-25A. Les deux appareils actuels sont différenciés par leur codes d'empennage soit : « 28 000 » et « 29 000 ». Même si Air Force One se réfère au seul avion de l'US Air Force à bord duquel se trouve le président des États-Unis, ce terme est désormais communément employé pour désigner l'un ou l'autre de ces «747» présidentiels.

Les «747» VC-25A présentent une superficie de 370 m², reconfigurée pour pouvoir répondre aux besoins présidentiels. Le plus bas des trois niveaux est principalement aménagé en soute à bagages et pour le stockage de la subsistance à bord. L'avion peut emporter plus de 2’000 repas de manière à rester autonome toute la durée du voyage présidentiel. Ce niveau possède aussi, à l'avant et à l'arrière, deux portes passagers annexes à l'appareil, utilisées pour le service, lesquelles permettent aussi de monter et descendre sans passerelle aéroportuaire. Le deuxième niveau est occupé par le président et sa proche équipe et le troisième comprend le cockpit, un petit espace de repos pour l'équipage avec quatre sièges et tables d'un côté et deux couchettes de l'autre et à l'arrière un centre où quatre personnes gèrent les communications et la protection de l'appareil. Ce centre permet ainsi à l'avion de disposer de 87 lignes de téléphone, dont des communications sécurisées, d'Internet et de recevoir les chaines de télévision par satellites.

 

Photo : Image de synthèse du futur B747-800 Air Force One @ Boeing

 

 

21/04/2016

Les USA ont besoins de 175 à 200 bombardiers stratégiques !

DSC_1393.jpg

Selon l’US Air Force Global Strike Command (AFGSC), soit l’unité de commandement des missions nucléaires des Etats-Unis, les besoins en ce qui concerne la dotation en bombardiers stratégiques seraient de 175 à 200 appareils.

Actuellement, l’AFGSC prépare la publication d’une analyse de ses besoins en ce qui concerne la future flotte combinée de bombardiers stratégiques et conventionnels. Le groupe de travail, a par ailleurs, confirmé cette semaine que le nombre définitif de bombardier sera basé autour d'une exigence opérationnelle "minimum" portant sur 100 Northrop-Grumman B-21, soit le nouveau bombardier stratégique de l’US Air Force.

La situation aujourd’hui :

L’US Air Force compte actuellement, un total de 159 bombardiers dans son inventaire qui comprend les flottes de B-1B, B-52H et B-2A.

Le B-21, future épine dorsale :

B-21 banner.jpg

L’entrée en service du futur Northrop-Grumman B-21 se fera progressivement à partir de 2025, si tout va bien. Il remplacera en priorité les Boeing B-52H « Stratofortress » et les Rockwell B-1B et finalement l’actuel Northrop B-2.Mais, avant d’en arriver là, le B-21 volera avec un mélange des aéronefs actuellement en service.

Rappel :

Le programme du B-21 LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif, capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012. Le projet LRS-B est considéré, comme prioritaire, pour la stratégie militaire américaine future dans le Pacifique Occidental et le Moyen-Orient. Le budget estimé pour le développement et la production du B-21 s'élève à 33,1 milliards de dollars pour la période 2015-2024. Le coût unitaire estimé est 606 millions.

La problématique des coûts :

A travers cette étude, l’US Air Force Global Strike Command prépare lentement, mais sûrement la dure réalité, que celle des coûts du futur programme de bombardier B-21. En effet, le budget actuel de l’Air Force permettra tout juste de construire 100 B-21. Hors, pour espérer pouvoir disposer de 175 à 200 nouveaux bombardiers et remplacer complètement les trois aéronefs en service, l’Air Force aura besoin de près de 80 milliards de dollars, uniquement pour ce projet. Les initiant de ce groupe de travail compte donc sur le temps pour obtenir les fonds nécessaires à l’objectif. En effet, il faudra du temps pour fabriquer B-21 en plus d'organiser et de former le personnel navigant et la maintenance. L’objectif principal est de s’assurer pour l’instant que les exigences du commandement central des États-Unis en vue de la modernisation de la flotte de bombardement seront possibles.

1220095.jpg

Photos : 1 Rockwell B-1B 2 B-21 @ Northrop-Grumman 3 B-52H @ USAF

 

08/04/2016

L’USAF veut un remplaçant pour le A-10 !

a-10-4-1.jpg

Washington, si la flotte d’avions de combat République A-10 «Thunderbolt II» est sauvée (avia news du 06.02.16) jusqu’en 2021, l’US Air Force vient de lancer officiellement un projet en vue d’un nouveau remplaçant pour le célèbre avion d’appuis au sol.

L’US Air Force a fait la demande pour un nouvel avion d'attaque optimisé pour les missions d'appui aérien. Un document portant les exigences des besoins a été distribué au sein du Pentagone et va être examiné ce printemps. Selon le Lt Gen James "Mike" Holmes, chef adjoint du personnel pour les plans et les exigences stratégiques de l’USAF, il s’agit de la première étape dans le long processus de planification et de budgétisation pour un aéronef qui pourrait un jour remplacer la République Fairchild A-10.

Si elle est approuvée par le chef de l’'état-major de la force aérienne, la future plate-forme sera examinée par un groupe spécial de planification cet automne ,pour une éventuelle inclusion dans le plan budgétaire de ces cinq prochaines années.

Un camouflet pour le F-35 :

Selon un rapport du Combat Command de l’ US Air Force le remplacement du A-10 par le nouveau F-35 pose de nombreux problèmes, de plus, ce dernier est considéré comme trop cher pour effectuer des missions régulières de couverture aérienne.

 

Photo : République A-10 «Thunderbolt II @ USAF

 

 

03/04/2016

L’USAF déploie des F-15 en Islande et aux Pays-Bas !

50872.jpg

L’US Air Force a déployé 12 avions de combat de type Boeing F-15C « Eagle » en Island et au Pays-Bas. Les appareils proviennent des 131e escadron de chasse basé dans le Massachusetts et du 194e escadron de chasse basé en Californie.

 Les premiers éléments sont arrivés en Europe le 1er avril dernier, et les militaires seront stationnés sur deux bases différentes. Le premier groupe est en charge de la protection et la souveraineté de l'espace aérien de l'Islande. Les missions seront conduites depuis l'aéroport civil de la ville de Keflavik, dans le sud de l'île.

Le second groupe est déployé sur la base aérienne de Leeuwarden, aux Pays-bas, afin de s'entraîner avec différentes forces aériennes de la région et de participer à des exercices bilatéraux et multinationaux. Puis, l’unité se déploiera dans des pays de l'Est en Bulgarie, en Estonie, et en Roumanie.

Le contingent de F-15C restera en Europe jusqu'à la fin septembre. Il a été annoncé officiellement que cette mesure visait à démontrer la volonté des Etats-Unis d'assurer "la liberté et la sécurité" en Europe. D'autre part, des experts signalent que le Pentagone transfère ces unités en raison de "l'activité des forces russes".

 

Photo : Boeing F-15C « Eagle » @ Andrew B.

 

17/03/2016

L’USAF a besoin de 41 nouveaux hélicoptères !

030807-F-7823A-002.jpg

L'US Air Force a besoin de 41 nouveaux hélicoptères pour renforcer ses capacités de sécurisation de ses sites de missiles balistiques intercontinentaux à tête nucléaire. Actuellement l’USAF dispose de 25 hélicoptères UH-1N « Huey » dans le cadre de ce besoin spécifique et l’Air Force envisage de remonter ce nombre jusqu'à 41 hélicoptères.

Témoignant devant le Congrès le 16 mars dernier, l’adjoint pour les questions d’acquisition de l’USAF, le Lt Gen Arnold Bunch a confirmé ce nombre. L’objectif est d’acquérir des Sikorsky UH-60M « Black Hawk » pour un coût de 1,4 milliard de dollars. Il s’agit notamment de remplacer l’actuel flotte vieillissante de UH-1N.

Le Sikorsky UH-60 « Black-Hawk »

Le Black-Hawk est un hélicoptère utilitaire moyen développé pour l’armée américaine. Conçu par Sikorsky pour remplacer le célèbre UH-1, cet hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Malgré son coût élevé, le Black- Hawk est un hélicoptère tactique très apprécié et qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité. Le Black-Hawk se décline en près de 17 versions spécialisées.

Sikorsky UH-60M «Black-Hawk» dispose de la motorisation de type General-Electric T-700-701D,  montés au dessus de la cabine. Cette dernière est conçue pour amortir au mieux, les chocs en cas de crash, il dispose de deux larges portes coulissantes assez large pour accueillir jusqu’à 20 personnes. La survie est améliorée par une résistance accrue aux impacts de balles et de canons, grâce à différents blindages et une redondance des systèmes.

 

1035239538.jpg

Photos : 1 Sikorsky UH-60 Black-HawkCockpit @ Sikorsky