08/04/2016

L’USAF veut un remplaçant pour le A-10 !

a-10-4-1.jpg

Washington, si la flotte d’avions de combat République A-10 «Thunderbolt II» est sauvée (avia news du 06.02.16) jusqu’en 2021, l’US Air Force vient de lancer officiellement un projet en vue d’un nouveau remplaçant pour le célèbre avion d’appuis au sol.

L’US Air Force a fait la demande pour un nouvel avion d'attaque optimisé pour les missions d'appui aérien. Un document portant les exigences des besoins a été distribué au sein du Pentagone et va être examiné ce printemps. Selon le Lt Gen James "Mike" Holmes, chef adjoint du personnel pour les plans et les exigences stratégiques de l’USAF, il s’agit de la première étape dans le long processus de planification et de budgétisation pour un aéronef qui pourrait un jour remplacer la République Fairchild A-10.

Si elle est approuvée par le chef de l’'état-major de la force aérienne, la future plate-forme sera examinée par un groupe spécial de planification cet automne ,pour une éventuelle inclusion dans le plan budgétaire de ces cinq prochaines années.

Un camouflet pour le F-35 :

Selon un rapport du Combat Command de l’ US Air Force le remplacement du A-10 par le nouveau F-35 pose de nombreux problèmes, de plus, ce dernier est considéré comme trop cher pour effectuer des missions régulières de couverture aérienne.

 

Photo : République A-10 «Thunderbolt II @ USAF

 

 

03/04/2016

L’USAF déploie des F-15 en Islande et aux Pays-Bas !

50872.jpg

L’US Air Force a déployé 12 avions de combat de type Boeing F-15C « Eagle » en Island et au Pays-Bas. Les appareils proviennent des 131e escadron de chasse basé dans le Massachusetts et du 194e escadron de chasse basé en Californie.

 Les premiers éléments sont arrivés en Europe le 1er avril dernier, et les militaires seront stationnés sur deux bases différentes. Le premier groupe est en charge de la protection et la souveraineté de l'espace aérien de l'Islande. Les missions seront conduites depuis l'aéroport civil de la ville de Keflavik, dans le sud de l'île.

Le second groupe est déployé sur la base aérienne de Leeuwarden, aux Pays-bas, afin de s'entraîner avec différentes forces aériennes de la région et de participer à des exercices bilatéraux et multinationaux. Puis, l’unité se déploiera dans des pays de l'Est en Bulgarie, en Estonie, et en Roumanie.

Le contingent de F-15C restera en Europe jusqu'à la fin septembre. Il a été annoncé officiellement que cette mesure visait à démontrer la volonté des Etats-Unis d'assurer "la liberté et la sécurité" en Europe. D'autre part, des experts signalent que le Pentagone transfère ces unités en raison de "l'activité des forces russes".

 

Photo : Boeing F-15C « Eagle » @ Andrew B.

 

17/03/2016

L’USAF a besoin de 41 nouveaux hélicoptères !

030807-F-7823A-002.jpg

L'US Air Force a besoin de 41 nouveaux hélicoptères pour renforcer ses capacités de sécurisation de ses sites de missiles balistiques intercontinentaux à tête nucléaire. Actuellement l’USAF dispose de 25 hélicoptères UH-1N « Huey » dans le cadre de ce besoin spécifique et l’Air Force envisage de remonter ce nombre jusqu'à 41 hélicoptères.

Témoignant devant le Congrès le 16 mars dernier, l’adjoint pour les questions d’acquisition de l’USAF, le Lt Gen Arnold Bunch a confirmé ce nombre. L’objectif est d’acquérir des Sikorsky UH-60M « Black Hawk » pour un coût de 1,4 milliard de dollars. Il s’agit notamment de remplacer l’actuel flotte vieillissante de UH-1N.

Le Sikorsky UH-60 « Black-Hawk »

Le Black-Hawk est un hélicoptère utilitaire moyen développé pour l’armée américaine. Conçu par Sikorsky pour remplacer le célèbre UH-1, cet hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Malgré son coût élevé, le Black- Hawk est un hélicoptère tactique très apprécié et qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité. Le Black-Hawk se décline en près de 17 versions spécialisées.

Sikorsky UH-60M «Black-Hawk» dispose de la motorisation de type General-Electric T-700-701D,  montés au dessus de la cabine. Cette dernière est conçue pour amortir au mieux, les chocs en cas de crash, il dispose de deux larges portes coulissantes assez large pour accueillir jusqu’à 20 personnes. La survie est améliorée par une résistance accrue aux impacts de balles et de canons, grâce à différents blindages et une redondance des systèmes.

 

1035239538.jpg

Photos : 1 Sikorsky UH-60 Black-HawkCockpit @ Sikorsky

 

 

07/03/2016

Le F-35 trop sensible à la cyberguerre !

11820126394_413e0ff73b_o.jpg

Trop d’informatique peut s’avérer dangereux en matière de cybersécurité, c’est le constat qui vient d’être fait, par le directeur des essais opérationnels et d’évaluation (DOT & E) du programme de l’avion de combat Lockheed-Martin F-35.

 Ces prochains mois, le programme F-35 va recevoir une nouvelle version de son logiciel ALIS (Autonomic Logistics information System) mais des inquiétudes demeurent sur les performances et la sécurité de celui-ci. En effet, un rapport remis par le directeur des essais opérationnel et d’évaluation (DOT & E) publié en janvier dernier, suggère que le logiciel ALIS ne doit en aucun cas être mis en service dans sa version actuelle, en vue de la mise en capacité opérationnelle initiale (COI) du F-35 au sein de l’US Air Force. En effet, toujours selon le rapport le système n’offre pas les sécurités nécessaires en matière de cyberguerre. La mouture actuelle du logiciel est trop perméable face à une cyber attaque destinée à pénétrer le système du F-35 !

Il faut dire que, si un hacker arrive à pénétrer le système ALIS, qui communique depuis chaque avion directement au sol, il aura accès à l’ensemble de la gestion de la maintenance cellule, des systèmes de missions et des clés cryptographiques utilisées sur chaque F-35 en service. Inutile de préciser que, si l’ennemi accède à ces données, il pourra les modifier à son aise et clouer la flotte de F-35 au sol. De plus il aura également accès aux données des autres nations utilisatrices de l’avion.

Certes, le programme pourra être modifié pour offrir plus de sécurité, mais les critiques sur le « tout informatique » ne cessent d’augmenter à propos du F-35 et qui pour certains experts en cyberguerre estiment que l’électronique, si importante pour cet avion va se retourner contre lui.

 

Photo : F-35 C @ Lockheed-Martin

 

 

04/03/2016

Le second KC-46A a réussi son vol inaugural !

EMD 4 First Flight 3-2-16.jpg

Everett, Washington, Boeing a effectué avec succès le premier vol du second avion ravitailleur KC-46A « Pegasus ». L’avion a décollé des installations de l’avionneur de Paine Field près de Seattle. Durant le vol, les pilotes d'essai de Boeing ont effectué des contrôles opérationnels sur les moteurs, les commandes de vol et les systèmes environnementaux.

« L’arrivée d’un second appareil pour les essais en vol est très important pour la suite des tests en vue de l’option des certifications » a déclaré le colonel John Newberry de US Air Force, responsable de la gestion du programme KC-46.

L'équipe de Boeing va maintenant procéder à une inspection après vol et étalonner les instruments avant la prochaine série de tests. Dans le cadre du programme d'essais en vol, le KC-46 doit démontrer qu'il est capable de ravitailler 18 types d’avions différents. Ce deuxième ravitailleur va aider à répartir la charge de travail qui est importante avant l’obtention des nombreuses qualifications. Le programme va pouvoir s’accélérer et permettre de tenir les impératifs du calendrier de livraison.

Le programme d’essais du « Pegasus » est effectué sur la base de deux B767-2C et de deux KC-46A. L’avion d’essais EMD-1 (767-2C) a effectué plus de 260 heures d'essais en vol à ce jour depuis son premier vol en décembre 2014. L’EMD-2, premier ravitailleur KC-46A du programme, dont le vol inaugural date du 25 septembre 2015 a maintenant exécuté plus de 180 heures d'essais en vol. L’EMD-3 (767-2C) va commencer les essais en vol un peu plus tard cette année.

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A«New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

 

1223432898.jpg

Photos : 1 Le second KC-46A lors de son premier vol 2 Premier ravitaillement d’un F-16 @ Boeing