04/11/2016

C-5M « Super Galalxy » pour la Garde Nationale !

1478103674260.jpg

Marietta, Lockheed-Martin a livré un nouvel exemplaire du C-5M « Super Galaxy ». Ce C 5M sera affecté à la 433e Escadre aérienne américaine, soit une unité de commandement de la Réserve aérienne de la Base de San Antonio-Lackland au Texas.

L’aéronef numéro de série 87-0038 de la US Air Force numéro 124 avait été livré à l'armée de l'air en décembre 1988 en tant que C-5B et avait enregistré environ 18’950 heures de vol avant le vol.

A ce jour l’ensemble des C-5M « Super Galaxy » ont été livré à l’US Air Force, soit un total de 32 appareils. Les appareils encore en cours de rénovation sont tous affectés à la Garde Nationale.

Le C-5M «Super Galaxy»: 

Le C-5 «Super Galaxy» modernisé est doté d’un nouveau tableau de bord est d’une avionique modernisée, dont des écrans plats, un nouveau système de communication, un nouveau système de pilotage automatique. Question motorisation, l’avion est doté de moteurs General Electric CF6-80C2 qui offrent 22% de puissance supplémentaire, permettant une course au décollage plus courte de 30% et un taux de montée supérieur de 38% par rapport aux versions antérieures.

Le C-5M peut dès lors, transporter une charge de 176,610 lb (80,110 kg) à plus de 41.100 pieds (12.500 m) en 23 minutes, 59 secondes. Le C-5M à d’ailleurs battu le record du monde de transport de charge utile à la plus haute altitude, soit une charge de 294,690 kg à 2.000 mètres.

Les C-5M  «Super Galaxy» devront pouvoir rester en service durant les quarante prochaines années au sein de l’US Air Force. L’USAF a décidé de convertir l’ensemble des C-5B et C en version M. L’ensemble de la flotte sera convertie comme prévu, d’ici 2016.

 

Photos :  C-5M Super Galaxy  @ Lockheed-Martin

 

11/10/2016

Les F-15 seront dotés d’un IRST !

260776.jpg

Boeing a reçu un contrat en vue d’équiper la flotte d’avion de combat F-15 C/D « Eagle » d’un système de capteur IRST (Infra Red Search and Track) pour un montant de 198 millions de dollars.

L’US Air Force prévoit d’acquérir 132 systèmes IRST pour venir équiper les escadrons de service actifs ainsi que ceux de la Garde Nationale.

Une fois le fournisseur de pod IRST choisi, Boeing sera chargé de l'intégration de la nacelle avec d'autres systèmes du F-15, y compris le radar réseau à balayage électronique actif de Raytheon.

Deux modèles possibles :

wmlnl40wy54zzrkzjtha.jpg

Boeing va pouvoir disposer de deux modèles de système susceptibles de venir équiper la flotte d’Eagle. Il s’agit des nacelles AAS-42 IRST de Lockheed-Martin, l’OpenPod de Northrop-Grumman.

Avec le montage d’un capteur IRST, et les nombreuses mises à jour engagées la flotte de F-15C/D, celle-ci devrait maintenant rester en service jusqu'en 2040. Du moins en ce qui concerne les appareils dont le potentiel cellule est encore suffisant.

Northrop OpenPod 8 June 2015.jpg

Nouveau processeur :

Pour garantir l’intégration de ce nouveau système ainsi que du système BAe EPAWSS qui permet de tracer les signaux radar à un endroit pour ensuite les cibler, Boeing teste en ce moment un nouveau processeur d'affichage qui permettra de prendre en charge le flot d'informations générés par le radar amélioré, l’IRST et l’EPAWSS.

Une situation compliquée :

L'US Air Force est actuellement aux prises avec un dilemme en ce qui concerne ses capacités de supériorité aérienne. Avec les plates-formes de combat qui vieillissent rapidement alors que le remplacement de celles-ci n’est pas disponible. En effet, il faudrait aujourd’hui à l’USAF pouvoir compter sur une cinquantaine de F-22 « Raptor » supplémentaires alors la chaîne de fabrication est définitivement fermée. Le F-35 continue de se faire attendre et ne pas disponible en nombre suffisant avant 2025 au minimum.

Boeing serait prêt à produire de son côté des « Silent Eagle » neufs pour venir combler rapidement le manque d’avions, mais les finances manquent car entièrement déployées pour le F-35 !

 

Photos : 1 F-15C Eagle @ Rick Ingham 2 AAS-42 IRST@ Lockheed-Martin 3 OpenPod@ Northrop-Grumman

 

02/10/2016

Un AC-130 « Gunship » laser ?

549a5a2610f2f6cd258a89534caddbaa.jpg

Verra-t-on un jour un Lockheed-Martin AC-130 « Ghostrider » doté d’un canon laser ? La question est sérieuse. En fin de semaine dernière, l’US Special Operations Command a demandé un financement au ministère de la Défense pour le budget 2018, afin de tester un AC-130 avec une arme laser à haute énergie.

Selon l’Air Force Special Operations Command, si ce budget est accepté, un AC-130W sera prélevé sur l’inventaire actuellement en réserve basé à Cannon AFB au Nouveau-Mexique. Un porte-parole de l’AFSOC confirme de son côté que ses millions de dollars ont déjà été mis de côté pour les essais au sol et en vol.

Le Pentagone septique :

Du côté du Pentagone, on se montre encore septique en ce qui concerne les armes à énergie dirigée, et principalement en ce qui concerne les lasers aéroportés. En effet, ceux-ci ont montré des problèmes d’adaptation lors de conditions atmosphériques difficiles. De plus les problèmes de taille et de poids ne sont pas encore résolus.

Mais du côté de l’AFSOC, il est grand temps d’aller de l’avant dans ce domaine et de travailler justement à la réduction du poids et à la miniaturisation des éléments du futur canon laser. La question semble également s’inscrire dans une optique de concurrence face à la Chine et à la Russie qui sont eux aussi embarqués discrètement sur ce type d’armes.

L’AC-130J «Ghostrider»:

L’AC-130J «Ghostrider» est doté d’un radar à ouverture synthétique, de capteurs infrarouge d’un canon de 30mm, de missiles AGM-176 «Griffin». L’avion peut également mettre en oeuvre la bombe de petit diamètre de type GBU-39 (SDB laser). 

Les capteurs permettent d’identifier visuellement ou électroniquement,  les forces et les cibles terrestres amies à tout moment, même dans des conditions météorologiques défavorables.

L'avion est optimisé pour le ravitaillement en vol en mode universelle avec le système  «Air Prise Slipway». Pour répondre aux exigences de puissance imposées par l’avionique et les différents systèmes, l'AC-130J est équipé de 60 générateurs d'amplification qui offrent une production accrue en électricité.

Pour la protection de l’appareil, L’US Air Force a opté pour le système de contre-mesure électronique (DIRCM) AN/AAQ-24 Nemesis  produit Northrop-Grumman qui équipe notamment le C-17 «Globemaster III».

 

1*QUAZnRYAEFAoiyo2H8RTxQ.jpeg

Photos : 1 AC-130 H 2 Tirs au canon d’un AC-130H @ USAF

17/09/2016

Des problèmes d’isolation sur les F-35 !

f-35a-lightning-ii_008-ts600.jpg

Non, le F-35 de Lockheed-Martin n’en a pas fini avec ses déboires, l'US Air Force vient de clouer au sol 15 avions de combat de type Lockheed Martin F-35A après avoir découvert un problème d’isolation. Une enquête est ouverte et d’autres appareils pourraient être concernés à l’avenir.

Isolation des réservoirs en cause :

Une équipe de maintenance a découvert que le matériau d’isolation de refroidissement des réservoirs de carburant avait tendance à s’écailler puis à s’effriter. Il semblerait qu’un fournisseur utilise un matériau non conforme à l'isolation et qui n’est pas compatible avec le carburant. La dégradation de l’isolation pourrait à terme se décoller et venir obstruer l'écoulement de carburant dans et hors des différents réservoirs de carburant.

L’examen montre qu’un total de 57 F-35A en service sont directement concernés par ce problème et 42 autres appareils qui se trouvent sur la ligne de production. Pour l’instant, 15 avions, dont 13 appareils de l'USAF et deux F-35 norvégiens sont interdits de vol, car l’isolation présente une détérioration avancée et jugée dangereuse.

Commentaire :

Certes, ce nouveau problème ne concerne pas le développement ni les capacités de combat de l’avion. La correction du problème sera à la charge de Lockheed-Martin et du fournisseur incriminé. Mais rarement un programme n’aura subi autant de problèmes que celui du F-35.

 

Photo : F-35A @ Lockheed-Martin

 

 

26/08/2016

B-52, test réussi pour le Rotary Launcher Conventionnel !

2790970.jpg

L'US Air Force (USAF) vient de valider le nouveau système de plateau rotatif IWBU 1760  (Internal Weapons Bay Upgrade) nommé également Rotary Launcher Conventionnel (RLC) avec le tir de missile AGM-158 JASSM (Joint Air-to-Surface Standoff Missile).

Boeing a débuté l’installation en soute du plateau rotatif IWBU 1760 (Internal Weapons Bay Upgrade) sur lequel est chargé différents types de missiles dont le JASSM. Trois tirs ont été effectués avec succès cette semaine.

Un B-52 est actuellement capable de transporter jusqu'à 12 JASSM sur ses pylônes d'aile. L'intégration du plateau rotatif CRL dans la baie d'armes internes permet d’ajouter huit autres missiles supplémentaires à l’avion. Cette augmentation de la charge utile offre 60% de capacité additionnelle selon l’US Air Force.

Avec ce système, il sera possible pour un B-52 d’emporter plus d’armes en soute sans que celui-ci n’emporte d’arme sous les ailes. En résultera un accroissement considérablement de la portée et de l'endurance du vénérable bombardier. Le B-52H pourra par exemple emporter plusieurs missiles de types AGM-158 JASSM-Extended (Joint Air-to-Surface Standoff Missile) ainsi le brouilleur largable MALD-J (Miniature Air Launched Decoy), ce dernier, une fois largué va se mettre à flâner dans la zone cible pour une période de temps prolongée et brouiller les signaux adverses.

Selon l’USAF, ce système devrait équiper l’ensemble de la flotte des 76 B-52H d’ici octobre 2017. Le système tourne sur lui-même, afin de placer à tour de rôle les missiles en position de largage.

 

3215908926.jpg

Photos : 1 Boeing B-52H @ Daniel Guerra 2 le système rotatif IWBU @ USAF 3 B-52H @ Cris Reilly