25/11/2020

Le B1B pourrait emporter des charges externes !

201120-F-JG201-1221.JPG

L’US Air Force travaille à renforcer la capacité d’emport de charge de son bombardier Rockwell B1B « Lancer ». Un appareil a effectué un vol avec une armes hypersonique accroché à un pylône externe.

Pour l’US Air Force, les capacités de transport étendues du B-1B se rapprochent un peu plus de leur réalisation après un vol de transport captif externe au-dessus du ciel de la base aérienne d'Edwards, en Californie, le 20 novembre dernier.  Le vol comprenait un B-1B Lancer affecté au 419e Escadron d'essais en vol de la 412e Escadre d'essai, Global Power Combined Test Force, et transportait pour la première fois un missile air-sol sous un pylône externe. Cette démonstration pourrait ouvrir la voie au B-1B pour transporter des armes hypersoniques à l'extérieur.

Ce vol de transport captif était le point culminant des nombreux essais au sol qui ont commencé avec la démonstration de transport élargi l’année dernière et qui comprenait une soute à bombes interne modifiée, qui comportait une cloison mobile. La démonstration a présenté une configuration du B-1 qui permettrait à l'avion de transporter des armes de plus grande taille à la fois à l'intérieur et à l'extérieur. Les ingénieurs du bureau du programme du système B-1 et de Boeing se servent de ce premier vol pour vérifier l’intégration de l’arme et du pylône avec le B-1B. Ils s'intéressent également aux effets physiques, au logiciel et aux qualités de vol de la nouvelle forme sur la ligne de moulage externe de l'avion.

Cet examen technique approfondi aidera l'USAF à comprendre les domaines sur lesquels elle doit se concentrer pour maintenir le B-1B en tant que système d'armes multi-missions, jetant potentiellement les bases de l'intégration des futures armes sur l'avion. Le B-1B a été initialement conçu pour incorporer une cloison mobile et des points durs externes utilisables pour sa mission nucléaire d'origine, mais les États-Unis ont déplacé la mission du « Lancer » vers les armes conventionnelles en 1994. La conversion physique aux armements conventionnels a commencé en 2007 avec le Strategic Traité sur la réduction des armements (START), et a été achevé en 2011. Les démonstrations de transport élargies actuelles maintiendront l'avion conforme à l'accord New START, ce qui signifie que le « Lancer » peut à nouveau utiliser ces fonctionnalités tout en livrant des armes conventionnelles.

L’augmentation de capacité proposée signifie que deux bombardiers équivaudraient à trois bombardiers actuels. À la suite de la mission de transport captif, les ingénieurs examineront ensuite les données recueillies lors du vol avant de passer à la phase suivante de la démonstration, une libération d'armes externes.

B-1B-Lancer-JASSM-external-captive-carry-flight.jpg

 Photos : Le B1B portant une arme externe sous le fuselage@ USAF

09/11/2020

Premiers HH-60W « Jolly Green II » pour l’USAF !

capture2.jpg

L'US Air Force (USAF) a réceptionné ses deux premier hélicoptères Sikorsky HH-60W « Jolly Green II » sur les installations de la base aérienne de Moody en Géorgie. Les deux hélicoptères ont été transportés depuis le site de Sikorsky Training Academy à Stuart, en Floride, par des pilotes du 41e Escadron de sauvetage.

Le nouvel hélicoptère est une version améliorée de l’UH-60M « Black-Hawk ». Avec un plus grand rayon d’action, de protections contre les missiles sol-air, des récepteurs d'alerte radars numériques, un système d'alerte laser et un système d'alerte de missiles, le nouvel hélicoptère devra mener des opérations de jour ou de nuit dans des environnements hostiles pour récupérer le personnel isolé dans une zone de conflit. La nouvelle version de l’hélicoptère est commandée à 113 unités et doit venir remplacer la flotte actuelle de Sikorsky HH-60G « Pave Hawks en service depuis 26 ans.

Conception et caractéristiques de l'hélicoptère HH-60W « Jolly Green II » :

La conception du HH-60W est basée sur l'hélicoptère UH-60M de nouvelle génération. Le giravion intègre une cellule résistante aux chocs et aux dommages. Il conserve composite, accord large, pales du rotor principal et les structures résistantes à la corrosion de son prédécesseur.

L'hélicoptère offre une capacité de carburant interne supérieure à celle de l'hélicoptère HH-60G. Il offre une plus grande autonomie tout en offrant un grand espace intérieur dans la cabine. Il peut accueillir deux pilotes, deux ambassadeurs paramédicaux et deux ambulanciers pour patients médicaux ou blessés. Les deux côtés du fuselage peuvent être montés avec les mitrailleuses de calibre 50 et 7.62mm.

L'hélicoptère sera équipé du système de planification de la mission de Lockheed-Martin, d'aides défensives, de liaisons de données, d'ordonnateurs de mission et de capteurs de conditions météorologiques défavorables.

1610638212.jpg

Cockpit et avionique :

Le cockpit avec écrans multifonction de pointe pourra accueillir deux pilotes côte à côte. Il sera équipé de l'avionique et des équipements de mission de pointe de Rockwell Collins, notamment d'un vol de mission et de mission en poste de pilotage, de radios de navigation et du système de communication avancé ARC- 210 V/UHF. L'ARC-210 offre des communications vocales sécurisées et une interopérabilité civile. Le système prend en charge les futurs réseaux ad hoc et la communication par satellite (SATCOM) de la prochaine génération, pour une transmission voix et données ininterrompue. 

Les écrans multifonctions installés dans le poste de pilotage seront conformes aux normes récentes du système de vision nocturne (NVIS). Les dispositifs multifonctions prennent en charge les angles de vision larges pour une visualisation optimale dans le cockpit.

Moteur du HH-60W :

Le HH-60W sera doté de deux moteurs General Electric T700-GE-701D qui développeront chacun une puissance maximale continue de 1’716 shp (1 279 kW) et offriront des performances supérieures par mauvais temps.

Protection électronique : 

Le HH-60 « Whisky » sera doté du nouveau récepteur d’alerte radar AN/APR-52 (RWR). Il est conçu pour traiter un grand nombre de signaux simultanément pour identifier plus rapidement et plus précisément les menaces contre l'équipage. Le RWR AN/APR-52 offre une forte probabilité de détection pour les menaces modernes et émergentes dans des environnements de signaux très denses.

« Jolly Green II » :

Nouvel aéronef, nouveau nom, L'Air Force a révélé le nouveau nom pour l'hélicoptère de recherche et sauvetage de combat de nouvelle génération Sikorksy HH-60W « Jolly Green II ». Ce nom est un hommage rendu aux hélicoptères peints en vert d'origine qui ont sauvé les équipages pendant la guerre du Vietnam. 

1297451634.jpeg

Photos : HH-60W « Jolly Green II » @ Sikorsky/LM

 

16/10/2020

Les radars AESA opérationnels sur les F-16 !

message-editor-1597309920982-200702-f-kf149-0023.jpg

L'US Air Force a annoncé avoir atteint la pleine capacité opérationnelle (FOC) en ce qui concerne l’utilisation du radar AESA à bord des F-16 de l’Air National Guard.

En septembre dernier, l'US Air Force a commencé l'installation des premiers radar Northrop-Grumman AN/APG APG-83 SABR (Scalabre Agile Beam Radar) à matrice à balayage électronique actif (AESA) sur des F-16 du 85th Test and Evaluation Squadron. L’installation a montré une intégration sans poser de problème de structure, d'alimentation et de refroidissement sur le F-16. Ces essais ont confirmé la parfaite intégration du radar et ont démontrés les excellentes capacités de détection, de suivi et d’identification d’un plus grand nombre de cibles, plus rapidement et à plus longue portée et de fonctionner dans des environnements électroniques hostiles. L’USAF va maintenant poursuivre la mise à jour des F-16 avec le nouveau radar.

1431701571.jpg

L'APG-83 AESA offre les améliorations de capacités suivantes par rapport aux anciens radars à balayage mécanique.  Il permet : 

Ciblage de précision autonome, tout environnement.

Cartes haute résolution étendues BIG SAR.

Génération de coordonnées de haute qualité.

Plus grande plage de détection et de suivi des cibles.

Recherche et acquisition de cibles plus rapides.

Détection de cibles plus petites

Suivi multi-cibles.

Protection électronique robuste (A / A et A / G).

ID de combat amélioré.

Opérations en mode entrelacé pour une meilleure connaissance de la situation.

Modes maritimes.

3 à 5 fois plus de fiabilité et de disponibilité.

Modernisation des F-16 : 

Dans un premier temps ce sont 72 chasseurs F-16 de l'Air National Guard (ANG) qui vont recevoir progressivement le radar APG-83. Mais au total, se sont tous les avions F-16 de l'USAF qui devraient être équipés de ces radars d'ici 2025 y comprit l’ANG. 

Northrop Grumman a conclu un contrat de 3,2 milliards de dollars pour le développement et la production d'un maximum de 372 radars AESA pour la flotte de F-16 « Fighting Falcon » en service au sein de l’USAF et l’ANG. Le contrat, annoncé le 19 décembre, est géré par le Air Force Life Cycle Management Center, Fighter Bomber Directorate, F-16 Division, Wright Patterson AFB dans l'Ohio.

Le Congrès a approuvé le projet de loi de 2020 sur les dépenses de défense. Les premier F-16 en cours de mise à jour proviennent de la Joint Base Andrews dans le Maryland, aux États-Unis. La mise à niveau du radar a été effectuée pour répondre aux besoins opérationnels émergents interarmées du Commandement Nord Américain (JEON). L’adaptation du nouveau radar APG-83 a été spécialement conçu pour maximiser les performances du F-16 avec une architecture abordable et évolutive, basée sur les progrès réalisés grâce à l'introduction de l'APG-77 AESA de Northrop Grumman pour le F-22 Raptor et de l'APG-81 AESA pour le F-35 « Lightning II ». Les appareils pourront dorénavant étendre la viabilité opérationnelle et la fiabilité de la flotte tout en offrant aux pilotes des capacités de radar de combat de 5e génération.

message-editor-1597310031934-200702-f-kf149-0022.jpg

Photos : 1 & 3 F-16 du 85th Test and Evaluation Squadron @ USAF/T. Mc.Intire 2 Radar AESA AN/APG-83 @ Northrop-Grumman

17/09/2020

Essais des armes du HH-60W « Jolly Green II » !

1000w_q95.jpg

Sur la base d’Eglin en Floride, Sikorsky teste actuellement les armes du futur hélicoptère de recherche et sauvetage au combat HH-60W.   

Le but des essais est de vérifier la fonctionnalité et la précision des systèmes d'armes et de démontrer que les armes peuvent être utilisées en toute sécurité sur le plan opérationnel. Les testeurs du 413e Escadron d'essais en vol et leurs partenaires ont effectué les tests sur une période de trois semaines.

Les trois armes testées sont : le GAU-2, un canon gatling de 7,62 mm avec une cadence de tir de 3’000 coups par minute, le GAU-18, une mitrailleuse de calibre 50 avec une cadence de tir de 650 à 800 coups, et le GAU- 21, une mitrailleuse nouvellement conçue de calibre 50 avec une cadence de tir de 950 à 1100 coups.

200821-F-AY943-028.JPG

Six hélicoptères sont dédiés au programme d'essais de développement. L’US Air Force veut que les HH-60W soient produits et déployés dès que possible, car ses 96 hélicoptères de sauvetage HH-60G « Pave Hawk » ont ​​dépassé leur durée de vie utile prévue 6’000 heures de vol, selon un rapport du Government Accountability Office publié en août 2018 (GAO). A l'époque, ces hélicoptères avaient enregistré en moyenne 7’100 heures de vol. Cependant, le programme a subi des retards qui ont retardé le premier vol du HH-60W d’environ huit mois. L'un des problèmes était la pile à combustible du HH-60W, qui présentait plusieurs défauts de conception et de fabrication, notamment le dépassement du poids autorisé et le non-respect des normes militaires en matière de température normale, de température à froid et de performances d'auto-obturation, selon un rapport du directeur des tests opérationnels et de l'évaluation publié en janvier 2019. Le programme de l'US Air Force prévoit 113 appareils pour remplacer ses hélicoptères vieillissants « Pave Hawk » HH-60G

Conception et caractéristiques de l'hélicoptère HH-60W :

La conception du HH-60W est basée sur l'hélicoptère UH-60M de nouvelle génération. Le giravion intègre une cellule résistante aux chocs et aux dommages. Il conserve composite, accord large, pales du rotor principal et les structures résistantes à la corrosion de son prédécesseur.

L'hélicoptère offre une capacité de carburant interne supérieure à celle de l'hélicoptère HH-60G. Il offre une plus grande autonomie tout en offrant un grand espace intérieur dans la cabine. Il peut accueillir deux pilotes, deux ambassadeurs paramédicaux et deux ambulanciers pour patients médicaux ou blessés. Les deux côtés du fuselage peuvent être montés avec les mitrailleuses de calibre 50 et 7.62mm.

L'hélicoptère est équipé du système de planification de la mission de Lockheed-Martin, d'aides défensives, de liaisons de données, d'ordonnateurs de mission et de capteurs de conditions météorologiques défavorables.

Cockpit et avionique :

Le cockpit avec écrans multifonction de pointe peut accueillir deux pilotes côte à côte. Il est équipé de l'avionique et des équipements de mission de pointe de Rockwell Collins, notamment d'un vol de mission et de mission en poste de pilotage, de radios de navigation et du système de communication avancé ARC- 210 V/UHF. L'ARC-210 offre des communications vocales sécurisées et une interopérabilité civile. Le système prend en charge les futurs réseaux ad hoc et la communication par satellite (SATCOM) de la prochaine génération, pour une transmission voix et données ininterrompue. 

Les écrans multifonctions installés dans le poste de pilotage sont conformes aux normes récentes du système de vision nocturne (NVIS). Les dispositifs multifonctions prennent en charge les angles de vision larges pour une visualisation optimale dans le cockpit.

Moteur du HH-60W :

Le HH-60W est doté de deux moteurs General Electric T700-GE-701D qui développent chacun une puissance maximale continue de 1’716 shp (1 279 kW) et offrent des performances supérieures par mauvais temps.

Protection électronique : 

Le HH-60 « Whisky » est doté du nouveau récepteur d’alerte radar AN/APR-52 (RWR). Il est conçu pour traiter un grand nombre de signaux simultanément pour identifier plus rapidement et plus précisément les menaces contre l'équipage. Le RWR AN/APR-52 offre une forte probabilité de détection pour les menaces modernes et émergentes dans des environnements de signaux très denses.

« Jolly Green II » :

Nouvel aéronef, nouveau nom, L'Air Force a révélé le nouveau nom pour l'hélicoptère de recherche et sauvetage de combat de nouvelle génération Sikorksy HH-60W « Jolly Green II ». Ce nom est un hommage rendu aux hélicoptères peints en vert d'origine qui ont sauvé les équipages pendant la guerre du Vietnam.

87602819_3439477179412125_2177465165425934336_o.jpg

Photos : 1 Gros plan sur le HH-60W Jolly Green II » 2 Essais de mitrailleuse 3 HH-60W @ Sikorsky

 

 

16/09/2020

Boeing avance sur le correctif du KC-46A !

65796_kc-46a-pegasus-refuelling-f-15_79292.jpg

L’avionneur Boeing travaille à la mise à niveau du correctif pour le système Remote Vision System (RVS). Le RVS 1.5 amélioré doit être testé par l’US Air force qui décidera si celui-ci intègrera les appareils ne service ou si, il faut attendre la mise en ligne du 2.0. 

Rappel :

Le nouveau ravitailleur de l’USAF souffre d’un problème de vision. En effet, l’opérateur de ravitaillement en vol travaille depuis le cockpit. Celui-ci doit pouvoir disposer d’une vision directe sur l’avion qui est en cours de ravitaillement. Pour ce faire le système RVS (Remote Vision System) du KC-46A ne fonctionne pas bien, la vision n’est pas acceptable.

Boeing travaille donc à la mise à niveau le RVS avec la version 1.5 et qui doit fournir une image plus nette, a déclaré le 14 septembre la chef du Commandement de la mobilité aérienne, le général Jacqueline Van Ovost. « Mais la question qui subsiste, concerne si oui ou non cela fournirait une capacité opérationnelle supplémentaire ou une sécurité supplémentaire », a-t-elle déclaré.

Van Ovost et le chef du bureau des tests et évaluations opérationnels du Pentagone ont rencontré Boeing le 4 septembre dernier pour un briefing sur le KC-46. Vers la fin du mois de septembre, Van Ovost s'attend à ce que le Pentagone mettre en œuvre un RVS amélioré sans frais pour l'armée de l'air. Le personnel du Laboratoire de recherche de l'armée de l'air participera à la discussion sur la question de savoir si le service devrait poursuivre directement avec RVS 1.5 amélioré ou attendre la mise en ligne du 2.0, a-t-elle déclaré.

De son côté, Boeing a commencé à tester en vol le RVS 1.5 amélioré en juin, qui comprend de nombreuses modifications logicielles et quelques mises à jour matérielles. En cas d’acceptation du RVS 1.5, devrait entrer en service lors du second semestre 2021. La version complète 2.0 devrait-elle être disponible pour la fin de 2023.

Photo : KC-46A « Pegasus »@ Boeing