21/05/2015

MH-60R « SeaHawk » pour l’Arabie Saoudite !

MH-60R.jpg

 

 

Washington, le Département d'Etat américain a approuvé la vente de 10 hélicoptères  Sikorsky MH-60R « SeaHawk » à l’Arabie Saoudite. Le montant de la transaction est estimé à près de 1,9 milliards de dollars us. 

 

En plus des hélicoptères, le contrat prend en compte des équipements associés, comme les mitrailleuses de type GAU-21 (M3M) et M240 (FN MAG) les missiles Lockheed-Martin AGM-114 « Hellfire » à guidage laser, et des roquettes de 70 mm « Arme Advanced Precision »  a guidage laser de BAE.

 

Par ailleurs, on apprend que les MH-60R Saoudiens seront dotés des mêmes capteurs que ceux qui sont actuellement montés sur MH-60R de l'US Navy, soit le radar  Telephonics APS-153 (V) à ouverture synthétique et le FLIR Raytheon AAS-44C (V) à infrarouge et laser de ciblage. De plus les Mh-60R seront doté des bouées sonar SSQ-36/53/62.

 

Le Sikorsky MH-60R :

 

La version MH60R et le dernier développement du SH-60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH60B et SH60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi -missions en utilisant un équipage de trois personnes.

 

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

 

Lockheed-Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

 

5011290361_3de7976177_b.jpg

 

 

Photos : Sikorsky MH-60R « SeaHawk » @ US Navy

17/04/2015

Ravitaillement en vol pour le X-47B !

ucavrefuel.jpg

 

 

C’est une nouvelle grande première pour le drone expérimental de la marine américaine, le Northrop-GrummanX-47B qui a réalisé le premier ravitaillement en vol pour un aéronef de ce type. Après les décollages et atterrissages depuis un porte-avions, le X-47B ajoute donc un nouvel exploit à sa carrière.

 

Cette fois le drone X-47B a démontré sa capacité à effectuer un ravitaillement en vol de manière autonome en venant se brancher sur une nacelle de ravitaillement derrière un KC-707.

Il faut rappeler, qu’à l'origine, le X-47B n’était pas prévu pour tester le ravitaillement en vol, mais la bonne conduite des opérations du programme a permis au final, d’ajouter ce type d’essais. 

 

Le ravitaillement automatique : 

 

La réussite du ravitaillement en vol de manière autonome par un drone ouvre la voie à l’avenir à des systèmes de ravitaillement entièrement automatisés, qui pourront équiper des drones ,mais aussi des aéronefs pilotés. Le ravitaillement reste une des phases de vol les plus difficiles pour les pilotes, notamment lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises. L’arrivée de systèmes informatiques capables d’effectuer ce type de manoeuvre en toute sécurité, devraient agir comme un multiplicateur de force de la puissance aérienne. Cependant, les pilotes devront garder une capacité à revenir en manuel et être capable d’effectuer un « bon vieux » ravitaillement en cas de défectuosité technique.

 

18tge9oz7chanjpg.jpg

 

Caractéristiques du X-47B :

 

 Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est rétractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maitrisé.

 

X47B_touch_and_go_05172013.jpg

 

Photos : 1 Ravitaillement en vol pour le X-47B 2 & 3 En essais sur porte-avions @ USN/Northrop-Grumman

 

 

10/01/2015

21ème P-8A «Poseidon» pour la Navy !

p8usn13p66021_boeing.jpg

 

Sesttle, ce vendredi, l’avionneur Boeing a livré le 21 avion de patrouille maritime P-8A «Poseidon» destiné à l'US Navy. Boeing a précisé que l’ensemble des P-8A ont été à ce jour livré dans les temps prévu dans le contrat d’acquisition.

 

Ce 21ème P-8A s’est envolé de Seattle pour rejoindre la base Navale de Jacksonville en Floride. Il rejoint un autre P-8A utilisé pour former les équipages de la Marine des Etats-Unis.

 

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 


Secretary_of_Defense_Chuck_Hagel,_left,_sits_in_the_cockpit_of_a_P-8_Poseidon_aircraft_flight_simulator_as_he_visits_the_Patrol_Squadron_30_training_center_at_Naval_Air_Station_Jacksonville,_Fla.,_on_July_16,_2_130716-D-NI589-1382.jpg


 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme «Broad Area Maritime Surveillance» devant assurer une surveillance surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing «ScanEagle», le «MagEagle Compressed Carriage».

 

image.jpg

 

 

Photos : 1 Boeing P-8A «Poseidon» 2 Cockpit 3 Postes de travail @ US Navy

08/01/2015

Le Super Hornet sera produit jusqu’en 2017 !

895.jpg

 

 

Washington, le Congrès américain a adopté un crédit d’urgence pour la production d’avions de combat Boeing EA-18G «Growler». Cette commande fait suite à une demande de la Marine.

 

Production jusqu’en 2017 : 

 

La ligne de production des avions de combat Boieng F/A-18E/F/G «Super Hornet» & «Growler» devait être fermée pour le début de l’année 2016. Mais, la demande express de la Marine pour se doter de 22 EA-18G «Growler», pour un montant de 2,6 milliards de dollars de financement, va permettre de retarder l’échéance d’une année. 

 

Mieux que le F-35 : 

 

La décision de la Marine américaine de renforcer un peu plus sa capacité de guerre électronique avec plus de EA-18G «Growler» tient du fait, que celui-ci, permet de traiter une plage bien plus large de fréquences en matière de guerre électronique, que ne le fait le F-35. 

L’idée de la Marine est d’engager à terme les EA-18G avec le F-35. En effet, ce dernier permet de lutter contre un éventail plus étroit de fréquences et ne peut brouiller ses adversaires, que dans une bande relativement étroite à l'avant de l'aéronef. Le EA-18G peut au contraire, engager la guerre électronique non seulement lorsqu’il vole en première ligne, mais également lorsqu’il commence à revenir à la base. De plus, le «Growler» peut générer assez de puissance pour une couvrir la zone en avant du F-35. Dans cette configuration, le F-35 jouerait de sa furtivité en première ligne et serait couvert électroniquement par le «Growler» qui le suivrait.

 

Le EA-18G «Growler» : 

 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218, lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du «Growler» lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

- Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le «Growler» dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

 

3857645194.jpg

 

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

1278.jpg

 

Photos : Boeing EA-18G «Growler» @ USN

 

 

 

 

 

04/12/2014

Premier drone MQ-8C pour L’US Navy !

mq-8c_us_navy.jpg

 

 

San Diego, Northrop-Grumman Corporation a livré le premier drone MQ-8C destiné à l'US Navy. Le système sera utilisé par les commandants de navire pour améliorer les capacités de collecte de renseignements de la Marine.

 

Le drone MQ-8C :

 

Le MQ-8C est drone basé sur une cellule d’hélicoptère Bell 407. Le MQ-8C dispose d’une endurance de 12 heures et permet un rayon d’action de 277 km, il peut emporter une charge utile de 318 kg. Le drone vole avec du biocarburant composé d’un mélange d’huile de cameline et de carburant JP5.

Le drone MQ-8C a fait l'objet d'une campagne d'essais depuis son premier vol en octobre 2013 au sein de la Marine américaine. Ceux-ci devaient permettre de juger le drone-hélicoptère en ce qui concerne la résistance électromagnétique, la compatibilité avec les émetteurs à partir de navires et l’adaptation et l’utilisation, depuis des bâtiments de surface standards de l’US Navy.

Le MQ-8C pourra en plus de la récolte d’information, voler en binôme avec les hélicoptères Sikorsky MH-60R en service dans la Marine.

 

La Marine américaine a commandé 19 drone MQ-8C, dont le premier exemplaire va rejoindre le destroyer USS Jason Dunham (DDG 109) est va permettre d’acquérir de nouvelles données en vue de l’intégration progressive de l‘aéronefs au sein de la Navy.

 

30586.jpg

 

Photos : le drone MQ-8C basé sur l’hélicoptère Bell 407 @ Northrop-Grumman