13/05/2016

L’Harpoon II bientôt qualifié sur « Super Hornet » !

F18_Super_Hornet_4_Harpoons_Boeing.jpg

L'US Navy va terminer les essais en vol de développement en vue de la qualification du missile antinavire AGM-84Harpoon II sur les Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » la semaine prochaine. L’objectif de la Navy est de pouvoir aligner la nouvelle version du missile, d’ici la fin juin de cette année.

La dernière variante du missile « Harpoon » dispose d’un système de navigation assisté par satellite introduit dans le bloc II, ainsi qu’une liaison de données, qui lui permet d’être reciblée selon les besoins. De plus, cette amélioration permettra au missile une plus grande précision contre des navires ennemis de surface, dans les régions côtières encombrées.

Les améliorations principales de la version Block II sont obtenues en adaptant la centrale inertielle du Joint Direct Attack Munition (JDAM, Munition d'attaque directe commune), ainsi que de nouveaux logiciels, ordinateurs, et systèmes de guidage, tirés de la version SLAM-ER, version amélioré du SLAM, lui-même dérivé du Harpoon.

 

RGM-84-Harpoon-006.jpg

Photos : Super Hornet doté de Harpoon BlockI @ USN

 

 

 

 

25/04/2016

Des doutes sur la maintenance du F-35 !

alis-can-also-ground-a-plane-in-case-any-mechanical-problems-are-detected-before-takeoff-worryingly-alis-could-conceivably-be-hacked-causing-an-f-35-to-become-bricked-and-inoperable.jpg

Une nouvelle épine dans le pied du programme F-35 vient d’être révélée, elle concerne la logistique de la maintenance de l’avion. Selon le dernier rapport du Government Accountability Office des Etats-Unis (GAO) le système d’analyse des pannes Autonomic Logistics Information Systems (ALIS) continue de présenter des problèmes de fonctionnalité.

Selon le dernier calendrier de l’avionneur Lockheed-Martin le F-35 « Lightning II » devrait entrer en production à plein taux en 2019, pour commencer à équiper les différentes Forces aériennes qui l’ont commandé. Mais pour cela, il est impératif que les systèmes de maintenance bien spécifiques au F-35 fonctionnent correctement et puisse être transportable, lors des déploiements de l’avion.

alis.jpg

Développé par Lockheed-Martin, le système ALIS est une infrastructure matérielle et logicielle qui collecte et analyse des données de santé et de maintenance. Chaque F-35 peut être analysé individuellement, mais les informations de celui-ci, sont ensuite transmises dans une base de données centralisée. Ce «système des systèmes» est conçu pour soutenir les F-35 en opérations pour en assuré la maintenance, avec la détection des défauts et assurer les livraisons de pièces au cours du cycle de vie de l’avion. Ceci fonctionne à travers l’ensemble des utilisateurs. Or, si ce système ne fonctionne pas correctement, les F-35 auront vite fait d’être cloués au sol ! De plus. Il n’est pas possible de revenir à une maintenance plus traditionnelle, chaque utilisateur est directement dépendant du bon fonctionnement de ce système.

1375720927832.jpg

Les problèmes d’ALIS :

Selon le GAO, la grande taille des serveurs d’ALIS pose des problèmes de transport, de plus le système doit être connecté. Or, dans un environnement de brouillage électronique et de cyberguerre, sans oublier le simple problème d’approvisionnement en électricité dans un contexte de guerre généralisée, rien ne garantit le bon fonctionnement du système. De plus, des doutes apparaissent en ce qui concerne la résistance dans un environnement à haute température typique des opérations au Moyen-Orient par exemple.

La problématique de l’ultra-connectivité est aussi mise en cause, que se passerait-il pour l’ensemble des utilisateurs du F-35, si l’un des pays client se faisait « pirater » son système de maintenance ? Les risques de perturbations pourraient se répandre à travers le système et venir infecter l’ensemble des flottes de F-35.

Le dernier problème soulevé par la GAO provient des essais par le Corps des Marines du système ALIS à bord du navire d'assaut amphibie USS Wasp. En effet, les tests n'ont pas évalué la déployabilité du système et de fait « ALIS » n’est pas opérationnel. Si le système ALIS a pu être transporté et mis en place, l’ensemble de celui-ci n’a pas été testé dans son ensemble à ce jour.

Dans une déclaration en réponse aux conclusions du GAO, les responsables du programme F-35 au sein du Pentagone ont déclaré: «il n'y avait pas de surprises" dans le rapport, les questions associées à ALIS sont bien connues des services, des partenaires internationaux et de l'industrie. Le bureau du programme a lancé une "feuille de route technique" pour définir les priorités d’ALIS qui seront achevées cet été.

On le voit une fois encore, la longue liste des soucis liés au F-35 n’est pas encore close.

 

F-35_computer.jpg

Photos : 1 F-35 @USAF 2 Unité centrale de maintenance pour F-35 3 Maintenance de proximité @ USAF

 

15/04/2016

Développement du nouveau brouilleur pour l’EA-18G !

352.jpg

L’US Navy a sélectionné Raytheon pour la fabrication du nouveau système de brouillage qui équipera les avions Boeing EA-18G « Growler ». Un contrat de 1 milliard de dollar a été signé cette semaine, en vue du développement d'ingénierie de la nouvelle nacelle de brouillage « New Generation Jammer » (NGJ).

Actuellement la marine américaine utilise les nacelles AN/ALQ-99 sur les EA-18G. Ces mêmes nacelles de brouillage équipaient à l’époque les EF-111A « Raven », ainsi que les derniers EA-6B« Prowler » encore en service.

Le projet :

Le contrat prévoit une entrée en service pour 2020. D’ici là, Rayhteon va concevoir deux modèles de nacelle qui seront ensuite testée en vol sur un EA-18G. Le groupe d’essais de la Marine prévoit de procéder à un examen critique de la conception du système en 2017, pour finaliser la conception et permettre l'assemblage des modèles de test. Le premier test d'un pod de brouillage entièrement fonctionnel est prévu en mars 2019.  La nacelle NGJ doit permettre une agilité accrue de brouillage et de précision et de capacité à large bande (bande basse, mi-bande et bande haute) pour une plus grande couverture de la menace.

Au total, la Marine américaine prévoit d’acquérir 128 nacelles NGJ pour un coût estimé à près de 7,4 milliards de dollars.

 

ngj-1lg.jpg

Photos : 1 EA-18G « Growler » @ USN 2 Essais d’un modèle de nacelle sur un Gulftream GIII @ Raytheon

 

02/04/2016

Lancement du programme CMV-22B !

aircraft-713689_960_720.jpg

Bell-Boeing a reçu un contrat de 151 millions de dollars pour le lancement de la conception du programme CMV-22B, destiné au remplacement du Northrop-Grumman C-2 « Greyhound » de l’US Navy.

La nouvelle variante du V-22 est basée sur celle du MV-22B « Osprey » en service au sein du Corps des Marines et sera équipé de réservoirs de carburant supplémentaires pour étendre son rayon d’action de 860mn à environ 1,150mn. De plus les ingénieurs devront travailler sur un système de communication radio de longue portée (au-delà de la visée radio) qui devra permettre de pouvoir rester en liaison avec le groupe de combat naval. La Marine américaine prévoit de commander 44 CMV-22B à partir de 2018, pour des livraisons qui débuteront en 2020.

Bell-Boeing MV-22 «Osprey» :

Le V-22 « Osprey » est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

A ce jour, 230 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

 

yourfile-2.jpg

Photos : MV-22B de l’USMC@ USMC

 

 

16/03/2016

La Navy renforce sa capacité en hélicoptères !

311_AH-1ZViperd.jpg

L'US Navy a commandé une série de deux types d’hélicoptères pour venir renforcer et moderniser la capacité d’appuis au sol du Corps des Marines. Pour ce faire elle a opté pour l’achat de 12 Bell UH-1Y « Venom » et 16 Bell AH-1Z « Viper » pour un montant de 461 millions de dollars. Ces appareils seront livrés pour 2019 à l’USMC.

Cette commande reflète la transition du Corps des Marine en direction du remplacement progressif des anciens AH-1W avec la nouvelle version AH-1Z. En parallèle l’USMC relance l’acquisition d’hélicoptères UH-1Y en vue de l’élimination des derniers Huey 1-N.

Bell Textron AH-1Z  "Viper" :

9a331980734a1fb19cf6a3771cb9dc8f.jpg

L’ultime version du célèbre « Cobra » est dotée d’une nouvelle motorisation, soit le General-Electric T700-GE-401, l’appareil est doté d’une nouvelle avionique qui incorpore un FLIR de troisième génération et fournit actuellement, une des plus longue portée du marché. En outre, le système complètement passif et automatique de balayage du champ de bataille, permet d’identifier de façon positive et suivre des cibles multiples à des distances, au-delà, de la portée maximale de son système d'armes. L’AH-1Z permet l’usage varié d’un armement complet comme les AGM-114A, B, C, F « Hellfire », des roquettes de 70mm et missiles air-air AIM-9 « Sidewinder ». Le poste de pilotage rénové comprend des écrans couleurs de grandes tailles, multifonctionnel et combinés avec la technologie de carte mobile.

Bell Textron UH-1Y « Venom » :

UH-1Y_HMLAT-303_Camp_Pendleton_2008.JPG

Le Bell UH-1Y « Venom » est destiné à remplacer le bon vieux Bell UH-1 « Iroquois » dans le corps des Marines. La principale amélioration est l'installation d'un rotor quadripale au lieu du bipale de son prédécesseur. En fibres composites, il est conçu pour résister à plusieurs impacts directs par des armes de calibres allant jusqu'à 23 mm. L'appareil présente aussi des turbines et une transmission améliorée, une avionique et une électronique modernisées, grâce à l'ajout d'écrans LCD multifonctions. L’UH-1Y a une charge utile augmentée de 125 % par rapport à l'Iroquois, un rayon d'action augmenté de 50 % , une plus grande vitesse de croisière ainsi qu'une réduction des vibrations de la structure, améliorant la stabilité de l'appareil. Cet aéronef est équipé d'un capteur infrarouge de 3e génération de type (FLIR).

 

Photos : 1 AH-1Z Viper & UH-1Y Venom 2 AH-1Z Viper 3 UH-1Y Venom @ Bell Textron