07/12/2016

Air Force One, Trump veut faire baisser le prix !

1587860619.jpg

Donald Trump n’est pas encore à la Maison Blanche, mais le futur président semble vouloir prendre les dossiers en main. Pour Donald Trump, le prix du développement du futur avion présidentiel est inacceptable et compte bien diriger les négociations avec Boeing.

Rappel :

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-800 « Intercontinental ». Le remplacement de trois aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force. L’objectif est de pouvoir continuer à disposer de deux avions opérationnels à tout moment pour le transport du président des Etats-Unis, tandis que le troisième est à l’entretien. Selon un rapport de l’US Air Force, ce taux de disponibilité simultanée pourrait tomber à 28% en 2025" contre 60%, si les trois nouveaux appareils n’entrent pas en service d’ici là.

Trop cher :

Très menaçant, Donald Trump a déclaré ce matin via Twitter « Je vais négocier les prix. Les avions sont trop chers et nous allons faire baisser les prix. Et si nous n'obtenons pas une réduction des coûts nous ne les commanderons pas. Nous allons rester avec ce que nous avons » !

Selon l’équipe de la nouvelle administration américaine, le programme d'acquisition du nouvel Air Force One, a grimpé à 4 milliards de dollars.

Selon l’avionneur américain, le coût du programme de remplacement des deux B747-200 actuels serait de 2,87 milliards de dollars. Hors, selon le catalogue de Boeing un B747-800 se négocie à 378 millions de dollars l’appareil.

La forte augmentation des coûts est due aux nombreuses modifications de l’avion. Capacité de ravitaillement en vol, protection contre les missiles, aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Zone VIP, secteur de repos et salle de conférence et bien d’autres options. En évoquant la somme de 4 milliards, Trump semble parier sur de possibles surcoûts.

Pour Donald Trump, il existe d’une part un risque élevé de surcoût en matière de développement et d’autre part, les fournisseurs auraient la fâcheuse tendance à surfacturer leurs prestations. Pourtant, selon le dernier rapport de Boeing, Le programme n'a pas fait l'objet de retards ou de dépassements de coûts jusqu'à présent. L'USAF n'a accordé que 170 millions de dollars de contrats à Boeing pour effectuer des travaux de réduction des risques précoces.

Si le futur Président semble s’énerver pour rien pour l’instant, il démontre qu’il tient à contrôler les choses. Fait nouveau, c’est la première fois qu’un Président montre de l’intérêt à la maitrise des coûts en ce qui concerne les grands projets de la nation.

Avionneur averti :

On ne sait pas pour l’heure si D.Trump tiendra sa promesse, mais Boeing devra se méfier de la nouvelle administration. En effet, plusieurs projets ont dérivés ces dernières années en matière de surcoûts et de retards (F-22, F-35, KC-46A) et il n’est pas impossible que le nouveau locataire de la Maison Blanche se montre particulièrement intransigeant sur le sujet. A noter, que l’on voit mal une annulation du projet, sans quoi D. Trump devra voyager à l’avenir avec son bon vieux B757 privé !

 

Photo : Futur Air Force One B787-800 @ Boeing

 

 

13/09/2016

Boeing & Saab présentent leur démonstrateur TX !

programme tx,us air froce,avion école us air froce,boeing,saab,boeingsaab tx,blog défense,infos aviation

En fin de journée l’équipe composée des avionneurs Boeing et Saab ont présenté leur démonstrateur TX destiné à concourir pour le futur avion école de nouvelle génération destiné à l’US Air Force.

Programme TX :

Le programme TX prévoit en effet, de remplacer la flotte vieille de 45 ans soit près de 350 appareils écoles T-38 « Talon ». Boeing sera le maître d'œuvre et Saab AB le partenaire principal pour couvrir des domaines tels que la conception, le développement, la production, le soutien, les ventes et le marketing.

L’avion de Boeing & Saab sera en compétition avec le M-346 (T-100) d’Alenia Aermacchi/Raytheon, le T-50 de KAI associé à Lockheed-Martin ainsi que le Northrop-Grumman N400NT.

93ab0c1d1d409feb_440.jpg

Le Boeing / Saab TX :


L’équipe Boeing/Saab forme le dernier des quatre concurrents principaux susceptibles de venir remplacer la flotte actuelle de Northrop T-38 « Talon ». Le projet de l’avionneur américain Boeing et suédois Saab vient d’être révélé il y a quelques heures à Saint-Louis.

Boeing/Saab n'a pas encore décidé si son TX sera assemblé à Saint-Louis, mais avec le taux faible de production des F-15 et F/A-18 actuels, il est pratiquement évident que le site sera favorisé.

En ce qui concerne le calendrier, Boeing/Saab prévoit une phase de développement de quatre ans et demi avec l'entrée en service prévue pour 2024.

Le duo américano-suédois estime les besoins non seulement pour les Etats-Unis mais également pour l’Otan à près de 350 nouveaux avions. Le développement de ce projet est issu d’un travail en commun réalisé à Saint-Louis aux USA et à Linköping en Suède. L’avion pourra être adapté aux besoins du client.

 

programme tx,us air froce,avion école us air froce,boeing,saab,boeingsaab tx,blog défense,infos aviation

Photos : le TX de Boeing/Saab @ Boeing/Saab

 

 

 

 

06/09/2016

Remise en état de vol d’un B-52H !

Regenerated-B-52-at-AMARG_-REady-to-Fly.jpg

Pour l’US Air Force il s’agissait de venir remplacer un bombardier B-52H qui avait été gravement endommagé par un incendie en 2014. C’est chose faite avec le déstockage d’un B-52H qui dormait depuis plusieurs années.

L’appareil n°61-007 « Ghostrider » est sorti de son long sommeil au sein de la base aérienne Davis-Monthan près de Tucson en Arizona. Le B-52H a reçu une modernisation complète avec l’adjonction du système CONECT qui permet une liaison numérique avec l’ensemble des éléments de l’US Air Force, des centres de commandement et de contrôle, ainsi qu’avec les diverses forces terrestres. Ce système intégré et entièrement codé et protégé contre les éventuelles tentatives de pénétration électronique.

Le Boeing B-52H : 

Le B-52H reprend les mêmes équipements et changements structurels que le B-52G. L'amélioration la plus significative est le changement des moteurs pour les turboréacteurs à double flux Pratt & Whitney TF33-P-3 qui offrent une amélioration des performances et consomment moins de carburant que les bons vieux J-57 à simple flux. L'équipement de guerre-électronique et l'avionique sont mis à jour, un nouveau système de contrôle de tir est incorporé, et les mitrailleuses de queue sont remplacées par un canon automatique M-61 « Vulcan » de 20mm.

 

C8A9652-Richard-Mallory-Allnutt-photo-Arizona-March-26-2014.jpg

Photos : 1 le B-52H Gostrider est de retour @ USAF 2 Lors de son stockage @ Richard Mallory Allnutt

 

21/08/2016

Programme T-X : Northrop-Grumman présente le N400NT !

CqPwqOUUMAAxrQR.jpg

Dans le cadre du programme T-X en vue du remplacement des avions écoles de type T-38C « Talon » de l’US Air Force, l’avionneur américain Northrop-Grumman a discrètement présenté pour la première fois l’appareil destiné à concourir dans ce qui sera le marché du siècle en matière d’avions écoles à récation.

Northrop-Grumman modèle N400NT :

L'entrée de Northrop-Grumman pour le concours T-X est effective avec la présentation très discrète (il faut le dire) le 19 août dernier à Mojave, en Californie de son modèle N400NT. On ne sait d’ailleurs pas, si cette désignation est définitive.

Le prototype du N400NT de Northrop-Grumman est propulsé par un seul moteur General-Electric F404-102D de 17,200lb de poussée. L’avion a été développé par Scaled Composites, filiale de Northrop-Grumman et spécialisée en matière de prototypage. A noter que les informations concernant cet appareil sont encore très limitées. L’avionneur se montre en effet très discret. Le N4400NT a déjà effectué des essais en vol, mais là encore, aucune information n’a filtré. On remarquera que le N400NT ressemble beaucoup à l’actuel T-38 de Northrop. Il est vrai que l’avionneur avait annoncé un appareil dérivé de l’actuel T-38.

Programme T-X :

Le programme T-X prévoit en effet, de remplacer la flotte vieille de 45 ans, soit près de 350 appareils écoles de type T-38 « Talon ». Les avionneurs en compétitions sont : Korean Aerospace Industries (KAI) associé avec Lockheed-Martin sur le T-50, Boeing et Saab avec un nouvel appareil, le M-346 d’Alenia Aermacchi avec Raytheon et Northrop-Grumman avec le T-38 de nouvelle génération le N400NT.

Photo : N400NT de Northrop-Grumman @David Kerne

16/08/2016

Production à taux faible du KC-46 !

324.jpg

Washington, le Pentagone a autorisé l'US Air Force et Boeing au démarrage de la production à taux faible du nouveau ravitailleur KC-46A « Pegasus ». Frank Kendall, sous-secrétaire de la défense pour l'acquisition de la technologie et de la logistique, a approuvé le programme KC-46A le 12 août dernier. Cette décision permet la transition des prototypes destinés aux essais à la fabrication d’avions de série destinés à des escadrons opérationnels.

Cette décision arrive avec plusieurs mois de retard sur el calendrier initial après que Boeing a découvert des problèmes avec le système de perche de ravitaillement rigide. Ceux-ci sont maintenant définitivement résolus. L’avionneur américain devrait pouvoir livrer le premier des 18 KC-46A « Pagasus » prévus au début de l’année 2018. Pour l’instant l’US Air Force prévoit de commander progressivement un total de 179 « Pegasus » pour remplacer les actuels Boeing KC-135.

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

 

323.jpg

Photos : 1 KC-46A@ André Nordheim 2 En vol @ Boeing