14/12/2011

F-22 «Raptor» : fin de la production !

 

839977729.jpg


 

MARIETTA, C’est bien à la fin d’une époque auquel nous assistons aujourd’hui, le dernier Lockheed-Martin F-22 «Raptor» est sorti des chaînes d’assemblage hier ! Faute de nouvelle commande, l’avion américain ne sera plus construit !

Le dernier appareil no : 4195  d’une commande totale de 195 exemplaires commandé en 1991 vient donc d’être produit sur la chaîne d’assemblage de l’usine Lockheed-Martin, l’avion sera livré en avril prochain à l’US Air Force et sera stationné sur la base d’Elmendorf-Richardson au sein du 525e Fighter Wings.

Si l’avion est exceptionnel, son coût aura finalement fait capoter de nombreux espoirs, l’US Air Force comptait acquérir près de 750 appareils. Les limitations quant à son exportation ainsi que les frais de développement  additionné à ceux de la production ont fait grimpé le coût unitaire de l’avion à un peu moins de 380 millions de dollars. Un surcoût intolérable pour l’Administration américaine.

Finalement, les coupes budgétaires de 2009 ont eu raison de l’avion dont Lockheed-Martin avait remporté le contrat il y a 18 ans. L’avion aurait dû remplacer l’ensemble des Boeing F-15 «Eagle» en tant qu’avion de supériorité aérienne. 

Au total, se sont pas moins de 5.600 employés qui ont contribué au programme F-22. Une grande partie du personnel sera redirigé vers d’autres programme, comme le F-35, et le F-16. Un certain nombre d’employés resteront sur le programme pour assurer la logistique des pièces détachées et garantir à l’US Air Force un approvisionnement sur le long terme.

121411lockheed_.jpg

 

 

Les améliorations avenir :

Si l’assemblage s’arrête, le programme F-22 va continuer à se développer, avec prochainement l’adjonction de petites bombes de 250 livres, l’arrivée de L’AIM-9X et du missile AIM-120D AMRAAM spécialement destiné au F-22. Dès 2016 une nouvelle liaison des données (Link16) sera intégrée ainsi qu’une nouvelle mise à jour des systèmes d’auto-protection.

Rappel :

Le F-22 a été conçu pour réduire au maximum sa signature radar qui, au final, est environ 100 fois inférieure à celle d’un F-15 «Eagle» bien que les deux avions aient à peu près la même taille. L'avion est entièrement recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar. De plus les surfaces de contrôles sont conçues par thermoformage pour éviter d'utiliser des rivets qui créeraient des aspérités et ses antennes et détecteurs sont noyés dans le revêtement.

Pour réduire la signature infrarouge le F-22  dispose d’un système de refroidissement très sophistiqué. La chaleur est évacuée dans le carburant et part dans le sillage des réacteurs. Ce système ayant été calculé avec une tolérance réduite, quand l'avion termine sa mission, les équipements internes sont à haute température et pour diminuer la chaleur, les soutes sont ouvertes au sol. C'est l'une des raisons qui font que les frais de maintenance  du F-22 sont particulièrement élevés.

Le Raptor  dispose de son armement dans deux soutes latérales et une soute ventrale, afin, de maintenir sa furtivité. Les soutes latérales peuvent contenir 1 missile AIM-9 Sidewinder chacune. La soute ventrale peut recevoir 4 à 6 missiles AIM 120 AMRAAM, dans les soutes latérales et 2 AIM-120 AMRAAM ou 8 bombes  GBU39. Le F-22 dispose cependant de 4 pylônes sous les ailes, utilisables quand la furtivité n'est pas indispensable.

Le radar principal de type AESA est couplé directement aux divers capteurs noyé dans la cellule. Les moteurs Pratt & Whiney F119 qui produisent environ 38.000 livres de poussée chacun, permettent une vitesse de croisière Mach 1,8, sans postcombustion. Avec postcombustion la vitesse maximale est  d’environ Mach 2,2 et l’avion peut voler à 60.000 pieds. Les tuyères des réacteurs sont dotées de la poussée vectorielle et peuvent être orientées de 40 degrés vers le haut ou le bas, soit pour améliorer la manœuvrabilité lors d'un combat aérien, soit pour réduire la distance de décollage.

Le F-22 est le premier avion militaire à disposer d'un tableau de bord entièrement composé d'écrans LCD multi-fonctions couleurs, en complément du système HOTAS (MMM, Mains sur Manettes et manche) et du viseur tête-haute.

F-22_Raptor_-_070401-F-6701P-046.jpg


 

Photos : 1 & 3 F-22 en vol  3 Le Dernier F-22 a sa sortie @ Lockheed-Martin

 

11/12/2011

Amélioration des E-8C Joint Star !

 

lgm_23.jpg


 

Le Northrop Grumman E-8C Joint STARS entame une série d’améliorations portant sur son électronique ainsi que sur sa motorisation. Ce printemps, Northrop Grumman Corporation a achevé l'examen du système de propulsion des moteurs JT8D anis que l’évaluation d’un kit d’amélioration des systèmes électroniques.

Amélioration des moteurs :

Northrop Grumman Corporation va lancer l’amélioration des moteurs JT8D par l’adjonction d’un nouveau système de purge d’air. La fonction principale du système de purge d'air est d'extraire la haute pression de l'air chaud généré par les moteurs et à  le convertir en air frais. L'air frais résultant permet la pressurisation et le refroidissement de la cabine mais aussi le système d’hydraulique du moteur et ses sous-système.

Le nouveau système testé sera installé dès l’année prochaine en série sur les 19 appareils de type E-8C Joint Star de l’US Air Force.

lgm_ops_cons_89.jpg

 

 

Amélioration de l’électronique :

En parallèle, Northrop Grumman étudie l’amélioration du système radar AN/APY-7, celui-ci devra recevoir une adaptation des logiciels lui permettant  une meilleure résistance à la guerre électronique, de plus, l’avion recevra un nouveau système de liaison de donnée (Link16) optimisé pour une transmission plus rapide des informations.

Le E-8C Joint STAR :

Le E-8C Joint STAR (Joint-Surveillance Target Attack Radar System), fut élaboré à d’une cellule de Boeing B707-300. Deux avions de ce type furent rétrofité par Boeing. Le premier avion, désigné E-8A effectua son premier vol le 22 décembre 1988. Le J-STARS se différencie extérieurement du B707 par son radar à ouverture synthétique Norden AN/APY-3. Ce système permet d'observer clairement un segment de terrain équivalent à un million de km2 à une distance de 175 km. Les deux premiers E-8A furent déclarés opérationnels en septembre 1990 et immédiatement déployés en Arabie Saoudite.

Durant la Guerre du Golfe les E-8A furent chargé de suivre les mouvements des blindés irakiens le long de la frontière arabo-irakienne. Au lendemain de ce conflit éclair, l'utilité des J-STARS n'était plus à démontrer et le Pentagone passa commande pour 22 nouveaux appareils désignés E-8B. Cette dernière version se distinguait de la précédente par les 4 réacteurs à double flux CFM-56 qui remplaçaient les anciens JT-3D. La priorité de l'US Air Force à ce moment précis étant la transformation des anciens KC-135 en KC-135R, les ravitailleurs en vol bénéficiaient du moteur franco-américain et non les avions radars. Il fut donc décidé de re-désigné les nouveaux appareils en E-8C, mais ceux-ci furent doté de moteurs JT8D.

lgm_15.jpg


 

Photos :  1 & 3 E-8C Joint-STAR 2 Postes de travail @ Northrop-Grumman


 

21:26 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : us air force, e-8c joint star, boeing |  Facebook | |

04/09/2011

Reprise des vols du F-35 Lightning II !

 

 

F35.jpg

 

 

L'US Air force a décidé en milieu de semaine dernière de reprendre les tests en vol du F-35 développé par Lockheed Martin, après qu'une panne ait forcé l'interruption de ces essais durant deux semaines. Début août, un incident s'est produit sur un modèle du F-35, à la base d'Edwards, en Californie. Une valve du système régissant l'allumage du réacteur et le refroidissement de l'appareil est tombée en panne.

Les essais ont été suspendus par précaution, le temps de comprendre les raisons de la panne. L'enquête se poursuit, mais les ingénieurs ont déterminé que les tests pouvaient recommencer sans compromettre la sécurité, a affirmé un porte-parole du département de la Défense.

Soulagement au Canada :

Cette reprise des vols est un soulagement pour les clients du chasseur américain, notamment au Canada ou l’avion fait couler beaucoup d’encre. Rappelons que le gouvernement Harper a décidé en 2010 d’acheter 65 appareils F-35 Lightning II à la compagnie américaine Lockheed Martin pour 9 milliards de dollars, afin de remplacer le parc de CF-18A/B vieillissants. En tenant compte des coûts d'entretien, la facture totaliserait près de 16 milliards de dollars. La livraison des appareils est prévue en 2016. L'attribution du contrat s'est faite sans appel d'offres de la part du gouvernement canadien.

 

ELEC_HMD_F-35_HMDS_Testing_lg.jpg

 

 

Coûts en augmentation :

L'impact sur le calendrier de développement du F-35 n'est pas encore clair. Dans un rapport au Congrès en mai dernier, le Dr Michael Gilmore, directeur du Pentagone des essais opérationnels et évaluations , a déclaré :  "les contraintes du domaine de vol ont commencé à remettre en cause  le programme." Gilmore a fait remarquer  que des modifications des logiciels de contrôle des F-35 pourrait ne pas être suffisantes pour corriger certaines caractéristiques de manipulation indésirable et supérieur aux charges structurelles qui avait été découvertes lors des essais en vol.

Gilmore a également demandé si la date d'achèvement des tests en octobre des logiciels Bloc I seraient respectées. Le bloc I est requis pour la formation des pilotes initial à Eglin AFB.

Toutefois, Gilmore note, que les tests de vol bloc II du F-35 sont susceptibles de commencer en novembre, selon le calendrier révisé de l'année dernière. Le Bloc définitif III des logiciels  devrait être disponible à la mi-2015, mais il a averti que "la production et l'intégration du logiciel qui fournit les fonctionnalités complexes des systèmes de mission sera un défi considérable."

En attendant, Lockheed Martin a remporté un contrat 535 millions pour une sixième commandes à faible taux, de production (CRTR), qui  comprend 38 F-35, dont les deux premiers appareils pour l'Australie et les quatre premiers pour l'Italie.

Le Pentagone compte dépenser 382 milliards de dollars américains pour l'achat de 2440 appareils. Le programme d'essais durera encore cinq ans, avant que le F-35 soit utilisé par l'armée, selon le département de la Défense.

sdd_f35testa_114.jpg

 

 

Deux F-35 additionnels à Eglin Base :

FORT WORTH, Texas, suite à la reprise des vols,  deux Lockheed Martin F-35A (AF-10) et (AF-11) ont rejoind  la base aérienne d’Eglin en Floride mercredi matin. Les deux appareils escorté de deux F-16 se sont posés à 13H19 heures locale.

sdd_f35testa_113.jpg

 

 

Photos : 1 F-35A en vol 2 Pilote de F-35 avec son casque New Generation 3 F-35 décollant de Forth Worth (Texas) 4 Arrivée à Eglin Air Force Base (Floride) @ Lockheed-Martin

 

21:42 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : lockheed-martin, f-35, ligthning 2, us air force |  Facebook | |

22/03/2011

Libye :les moyens aériens de la coalition !

 

premiers-engagements-de-l-aviation-francaise.jpg

Le coup d’envoi samedi passé en fin de matinée de l’opération « Odyssey Dawn »
à d’ores est déjà réussi la mise en place de la zone d’exclusion « No-Fly-Zone (NFZ) » votée par l’ONU au-dessus du territoire libyen. La résistance de l’aviation libyenne a été totalement nulle, les rares chasseurs encore en états de voler n’ont jamais reçu l’ordre de décoller suite à la paralysie des moyens de détections et communications provoquées par les contres- mesures électronique de la coalition.

Pour l’instant la défense contre avion (DCA) offre une certaine résistance bien que la grande majorité des moyens lourds fussent déjà neutralisés (voir article en lien).


Samedi :
La France a donné le « coup d’envoi » des opérations avec des Rafale B/C ont ainsi mené, depuis la base de Saint-Dizier, des missions de reconnaissance à l'aide de la nacelle Reco-NG ainsi que des frappes sur des objectifs terrestres libyens, aux côtés de deux Mirage 2000D. Deux Mirage 2000-5F déployés depuis Dijon étaient assignés à des missions de supériorité aérienne au-dessus du territoire. Au total, six avions-ravitailleurs français ont soutenu le dispositif, ainsi qu'un E-3F Awacs et ceci durant 135 heures de vol dont 90 pour le dispositif de combat. Côté américain, l'engagement de forces a débuté par le lancement de 110 missiles Tomahawk depuis des bâtiments de surface de l'US Navy ; ceux-ci ont frappé plus d'une vingtaine de sites de défense sol-air SA-6 et SA-8

somi11_m2000d_12.jpg



Dimanche :
Une quinzaine d'aéronefs, dont six Rafale et quatre Mirage 2000D ont été engagé trois bombardiers B-2A déployés depuis leur base américaine de Whiteman ont également frappé l'aérodrome de Ghardabiya. Des F-15E et F-16CJ déployés depuis l'Italie ont aussi frappé des véhicules blindés. De plus des Tornado GR4 britannique ont œuvré avec des tirs de missiles Storm Shadows. L Angleterre a déployé plusieurs Eurofighter et Tornado sur la base aérienne de Sigonella.

 

00984161-3c8e31915e79570f732e3d7c51496a64.jpg



Les moyens déployés :

France :
Au total, 20 appareils étaient en permanence opérationnelle au-dessus de la Libye samedi et 15 dimanche : Rafale, Mirage 2000D et -5, E-3F Sentry (AWACS) et ravitailleurs (C-135 FR) .
Le porte-avions Charles De Gaulle actuellment en route pour les eaux libyennes compte 26 aéronefs : 10 hélicoptères embarqués sur les frégates et le porte-avions dont deux Caracal et un Puma de l’armée de l’Air ; le groupe aérien embarqué (GAé) sur le porte-avions qui compte huit Rafale Marine de la flottille 12 F, 6 Super-Etendard modernisés de la 17 F et 2 E-2C Hawkeye de la 4F.

Les avions sont armés selon leur mission avec des GBU, GBL, Mica, AASM (Armement air sol modulable) et de pod Reco NG pour la désignation de cibles et la reconnaissance.

Les bases françaises de Saint-Dizier, Dijon, Solenzara, Nancy et Istres sont mobilisées.

somi11_tornado-gr4_06.jpg


Etats-Unis :
L’US Air Force et l’US Navy ont apporté des ravitailleurs, des F-15E, des F-16C/D, des AV-8B Harriers II, des F-18 C/D Hornet & E/F Super Hornet la guerre électronique est menée pour la première fois par des E/A-18G « Growler » et des anciens EA6-B « Prowler », des bombardiers furtifs B-2 , des AWACS, et au moins 4 P-3 Orion (pour la patrouille maritime).

Un drone Global Hawk est engagé depuis la base de Sigonella en Italie.

Les appareils américains sont basés en Italie sur les bases d’Aviano, Sigonella et Naples, en Espagne à Rota et en Grèce à Souda Bay..

Royaume-Uni :
La Grande-Bretagne a déployé un nombre non divulgué de Panavia Tornado GR4 pour l’attaque au sol, avec des ravitailleurs Vickers VC-10 et Tristar, des Eurofighter Typhoon et des AWACS E-3D Sentry.

 

800px-CF-188A_BANKING.jpg



Espagne :

4 F-18 A/B Hornet et 1 ravitailleur ont rejoint les forces de la coalition en Italie.

Danemark et Norvège :
Les deux pays ont déployé chacun 6 F-16, qui sont basés en Italie.

Canada :
Le Canada a envoyé 6 CF-18 C/D Hornet plus un en réserve. Ils sont déployés en Italie.

Qatar :
Le Qatar doit déployer 4 Mirage 2000-5 en coordination avec l’armée de l’air française.

Italie :
Le pays s’apprête à déployer 8 appareils dont.3 Tornado.

Belgique :
La Belgique a envoyé 6 F-16 C/D et 2 C-130 pour le transport et soutien des personnels.

Grèce :
4 F-16 C/D grecs sont mis à disposition de la coalition.

usf18-b3062f82f59017c9cd4d133ed72299cd.JPG

 

 

Lien :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/03/19/les-moyens...

Photos : 1 Rafale 2 Mirage 2000D @ Sirpa Air 3 Eurofighter anglais 4 Tornado GR4 @ RAF 5 CF-18 Hornet Canada @ RCAF 6 F/A-18 Hornet US Navy @ USN

16/02/2011

Ravitailleurs pour l’US Air Force, dernière ligne droite !

 

1817705791.jpg

Le Pentagone a annoncé lundi espérer attribuer d'ici un mois environ le contrat de remplacement des avions-ravitailleurs de l'armée de l'air américaine, ce qui devrait mettre un point final à un feuilleton qui dure depuis près de dix ans.

Ce contrat, pour lequel Boeing et EADS sont en concurrence, est évalué désormais à quelque 35 milliards de dollars (26 milliards d'euros). Il portera sur 179 appareils.

Il s'agit du troisième appel d'offres concernant ce projet en près de dix ans.

Le Pentagone "espère procéder à l'attribution d'ici un mois ou à peu près", a déclaré Robert Hale, directeur financier du département de la Défense.

Un gros contrat :

Le contrat est valorisé à environ 35 milliards de dollars, peut-on lire dans un résumé du projet de budget du département de la Défense pour l'exercice fiscal 2012. En février 2010, le chiffre de 25 à 50 milliards de dollars avait été cité par un haut responsable militaire.

L'appareil retenu permettra de renouveler environ un tiers de la flotte des "tankers", des KC-135 construits par Boeing, dont l'âge moyen est supérieur à 50 ans.

Rappel des épisodes du feuilleton :

Un premier projet de 23,5 milliards de dollars pour louer puis acheter 100 Boeing B767 transformés en ravitailleurs avait échoué en 2004 en raison d'une affaire de conflit d'intérêt qui s'était traduit par des peines de prison pour le directeur financier de Boeing et le numéro deux des achats de l'armée de l'air de l'époque.

Par la suite, EADS, en partenariat avec le groupe américain Northrop Grumman , avait remporté le deuxième appel d'offres portant sur 179 appareils en février 2008. L'opération a elle aussi été annulée, les autorités américaines ayant retenu certains des arguments avancés par Boeing pour contester l'attribution du contrat.

Big04.jpg

Les deux candidats :

L’A330-200 MRTT est le gros-porteur biréacteur de la famille Airbus à commandes électriques. Compte tenu de l'énorme capacité de carburant de l'A330-200 en version standard, le ravitailleur multirôle n’a pas besoin de réservoirs supplémentaires pour offrir des performances de ravitaillement en vol.  Sa soute cargo reste donc entièrement disponible pour tout type de chargement et offre une grande flexibilité dans le transport de fret, de passagers, l’évacuation sanitaire, le transport de troupes et pour d’autres missions.

L'A330 MRTT est proposé avec plusieurs systèmes de ravitaillement en vol associant nacelles sous voilure et/ou unité de ravitaillement par tuyau et panier ('hose and drogue') installée dans le fuselage et/ou le système avancé de ravitaillement par perche ARBS conçu par EADS CASA. La perche caudale de ravitaillement télescopique est entièrement contrôlée par des commandes électriques et assistée par ordinateur. La console de l’opérateur de ravitaillement dotée d’écrans couleur LCD de haute définition et grand format est située dans le cockpit et accueille également le système de planification de mission.

L’A330 MRTT affiche un capacité totale de 111 tonnes, une plage de vitesse de 180-325 KIAS et une capacité de ravitailler de 0 à - 35 000 pieds d’altitude. L’A330 MRTT a été sélectionné dans le cadre du programme FSTA (Future Strategic Tanker Aircraft) qui porte sur la fourniture d’une flotte d’avions-ravitailleurs stratégiques pour la Royal Air Force du Royaume-Uni et équipe déjà les armées de l’air de l’Australie (Royal Australian Air Force), bientôt de l’Arabie saoudite (Saudi-Arabia Air Force), des Emirats arabes unis (UAE Air Force).

Boeing a étudié les besoins de la mission de près pour déterminer la taille optimale de la cellule qui apportera le plus de capacité pour un moindre coût et permettre la meilleure exploitation possible.

Le résultat en est le B767 NewGen Tanker, un gros-porteur multi-mission sur la base d’une cellule du B767 commercial. Certes, il existe déjà une version du B767 Tanker, mais cette nouvelle version permettra de répondre totalement aux nouvelles exigences du cahier des charges.

Pour ce faire, l’avion reprendra en matière de cockpit les dernières innovations en matière d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un  nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant vers l’avion ravitaillé. Les charges et les opérations en seront simplifiées.

Le Boeing B767 NewGen Tanker, répondra aux 372 exigences demandées par l’US Air Forces, de plus selon Boeing, les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants.

Selon Boeing, le B767 NewGen Tanker fera économiser aux contribuables américains plus de 10 milliards de dollars en coûts de carburant sur ses 40 ans de service parce qu'il brûle 24 % de moins de carburant. Le programme appuiera également plus d’emplois aux Etats-Unis que son concurrent !

 

 

 

1446741987.jpg

 

 

 

Photos : 1 le bon vieux KC-135 ravitaille un F-16@Boeing 2 L’A330 MRTT ravitaille un F-16 @ Airbus Military 3 le B767 NewGen Tanker @ Boeing