13/02/2016

Le KC-46A ravitaille un F/A-18 !

16BFT000027_001_By_John_D_Parker_high-res.jpg

 

Everett, Washington, la seconde phase de ravitaillement en vol à bord du nouveau KC-46A « Pegasus » s’est effectuée avec succès en fin de semaine.

Après avoir ravitaillé un F-16 de l’US Air Force, l’équipe d’essais en vol de Boeing a réussi le ravitaillement d’un F/A-18 « Hornet » de la Navy. Cette fois, le KC-46A a déployé le second système de ravitaillement composé du tuyau souple. Le KC-46 peut faire le plein des avions tels que le F/A-18 avec un maximum de 400 gallons de carburant par minute. L’exercice à eu lieu à 20.000 pieds.

Avec ce second test réussi, le programme de qualification du KC-46A confirme, que les deux systèmes de ravitaillement en service sur l’avion, permettent de fonctionner correctement. Les prochaines étapes d’essais vont concerner le ravitaillement d’avions tels qu’un C-17, un A-10 et un AV-8B. Il est également prévu qu’un F-35 termine les tests en vue de la qualification finale.

 

Photo : Premier ravitaillement d’un Hornet @ Boeing

 

06/02/2016

Les A-10 jusqu’en 2021 !

4398.jpg

Washington, l'US Air Force vient d’annoncer un nouveau sauvetage pour la flotte de Fairchild République A-10 «Thunderbolt II». Le nouveau calendrier prévoit un retrait pour 2021.

Deuxième sauvetage :

Le vénérable A-10 vient d’être sauvé pour la deuxième fois, le retrait initial était prévu en 2014, mais un amendement de la Chambre des représentants américains avait bloqué celui-ci, permettant ainsi à l’US Air Force de disposer de l’avion jusqu’à la mi-2016. Cette semaine, le secrétaire à la Défense Ashton Carter a annoncé son intention de prolonger le "Warthog" jusqu’en 2021.

Objectif maintenance :

Cependant, le maintien de la flotte de A-10 pour cinq années supplémentaires, demande une accélération des travaux de maintenance. Diverses pièces vont devoir être usinées et Boeing va devoir continuer à produire de nouvelles ailles pour l’avion. En effet, une partie de la flotte de A-10 a déjà reçu une nouvelle paire d’ailes. Il s’agit maintenant de procéder au remplacement des ailes les plus critiques, des A-10 encore services. Les ailes des A-10 ont été mises à lourde contribution lors des nombreux déploiements sur divers théâtres opérationnels et de nombreuses fissures ont été décelées. L’US Air Force va ainsi maintenir opérationnel 284 A-10C dont la moyenne d'âge est de 34 ans.

342.jpg

 

Combler le futur départ :

Pour l’Air Strategic Combat de l'US Air Force, ces cinq petites années vont permettre de réfléchir à une solution de rechange, afin de combler les déficits du Lockheed-Martin F-35. Avec le retrait de la flotte de A-10, l’US Air Force se retrouvera avec une perte de capacité en matière d’appui aérien rapproché. Hors les récent conflits ont démontré un besoin crucial de pouvoir soutenir les forces au sol. Dans un rapport récent, le général Herbert Carlisle a fait allusion à la possibilité d'une nouvelle plate-forme. Les drones actuels de part leur fragilité, ne peuvent assumer ce rôle, par conséquent, si l’A-10 n’est pas remplacé par un aéronef spécialement conçu à cet effet, l’USAF perdra une capacité importante en matière d’appuis tactique au sol. Cette lacune aura donc des conséquences graves pour les troupes au sol.

 

43098.jpg

Photos : Fairchild A-10 « Thunderbolt II » alias Warthog @ USF

 

 

 

15/12/2015

Livraison du dernier C-5M « Super Galaxy » !

2737453.jpg

Marietta, Lockheed-Martin a livré le 32e est dernier C-5M « Super Galaxy » modernisé à l'US Air Force. Il s’agissait du neuvième appareil à être livré cette année, la livraison était prévue pour 2016. L'appareil a été livré avec plus d'une semaine d’avance sur le calendrier.

Un équipage de l’US Air Force dirigé par le Maj. Gen. Warren D. Berry, a convoyé l'avion à partir de l'installation de l’avionneur Lockheed-Martin pour rejoindre la base de Stewart Air National Guard, près de New York, où il sera soumis à la restauration de la peinture interne.

Une fois la peinture achevée, l'avion sera affecté sur les installations de la base aérienne de Travis, en Californie. Ce sera le 14ème Super Galaxy à opérer depuis cette base.

Cet avion porte le numéro de série 86-0016, le numéro d'entreprise 0102, il avait été livré à l’US Air Force en décembre 1987 et avait enregistré environ 21’510 heures de vol avant sa rénovation.

 

Le C-5M «Super Galaxy»: 

Le C-5 «Super Galaxy» modernisé est doté d’un nouveau tableau de bord est d’une avionique modernisée, dont des écrans plats, un nouveau système de communication, un nouveau système de pilotage automatique. Question motorisation, l’avion est doté de moteurs General Electric CF6-80C2 qui offrent 22% de puissance supplémentaire, permettant une course au décollage plus courte de 30% et un taux de montée supérieur de 38% par rapport aux versions antérieures.

Le C-5M peut dès lors, transporter une charge de 176,610 lb (80,110 kg) à plus de 41.100 pieds (12.500 m) en 23 minutes, 59 secondes. Le C-5M à d’ailleurs battu le record du monde de transport de charge utile à la plus haute altitude, soit une charge de 294,690 kg à 2.000 mètres.

Les C-5M  «Super Galaxy» devront pouvoir rester en service durant les quarante prochaines années au sein de l’US Air Force. L’USAF a décidé de convertir l’ensemble des C-5B et C en version M. L’ensemble de la flotte sera convertie comme prévu, d’ici 2016.

 

438.jpg

Photos : 1 C-5 Super Galaxy @ Bill Shull 2 Cockpit modernisé @ USAF

18/10/2015

Les B-52 recevront la bombe Massive Ordnance Penetrator!

1024px-B-52_releases_the_MOP_during_a_weapons_test..jpg

 

La flotte de Boeing B-52 devrait bientôt être dotée d’une nouvelle munition à forte pénétration. Boeing devrait selon toute vraisemblance recevoir prochainement un contrat pour sa nouvelle bombe non-nucléaire, la GBU-57 Massive Ordnance Penetrator (MOP).

La GBU-57 Massive Ordnance Penetratorest une bombe de13 600 kg anti-bunker guidée avec précision. Livrée à partir de 2011, elle est presque 6 fois plus lourde que les munitions anti-bunker de la génération précédente, comme la GBU-28 de 2 270 kg. La GBU-57 est actuellement en service sur les bombardiers furtifs de type B-2. Elle devrait prochainement être montée sur les B-52G de l’US Air Force.

L’objectif étant pour l’US Air Force de renforcer un peu plus sa capacité de frappe lourde, contre les sites nucléaires souterrains par exemple.

 

GBU 57-1.png

Photo : Essais de tir d’une MOP depuis un B-52 @ USAF

 

 

13/10/2015

Les coulisses et l’enjeu du futur bombardier US!

635570048174454101-AIR-BTN-New-bomber.jpg

 

 

 

Vous le savez certainement, l'US Air Force désire un nouveau bombardier furtif connu sous le nom de programme Long Range Strike-Bomber (LRS-B). La problématique du futur bombardier furtif vient de son financement, qui est estimé à près de 14 milliards de dollars, juste pour le développement de celui-ci, mais un autre enjeu se joue en coulisses.

 

La survie de Northrop-Grumman :

Le statut de l’avionneur et équipementier Northrop-Grumman, en tant que troisième source d’avions de combat pour l'armée américaine est condamné. En effet, si l’un des deux autres avionneurs en concurrence, que sont Boeing et Lockheed-Martin devait emporter le contrat, Northrop-Grumman finirait par être avalé par l’un d’eux.

En effet, une défaite de Northrop-Grumman laisserait l’avionneur dans une position complexe,  car celui-ci ne produirait tout simplement plus d’avion de combat, laissant ainsi Lockheed-Martin et Boeing  comme les deux seuls fournisseurs de l’armée.  

Un autre scénario montre également que Boeing cherche à acquérir Northrop-Grumman. Il y a deux raisons à cela, premièrement dans le cas d’une victoire de Northrop-Grumman, c’est la branche avion de combat de Boeing qui serait alors en difficulté. Le "Super Hornet" arrive en fin de chaine de fabrication les modernisations de F-15 ne représentent pas un avenir suffisant et Lockheed-Martin est assuré de produire le F-35. Boeing dispose par ailleurs, de fonds suffisant pour avaler Northrop-Grumman et ceci, peu importe le résultat du futur gagnant du programme LRS-B.

 

lockheed-boeing-long-range-strike.jpg

Pression sur le financement :

Il fait également tenir compte des difficultés financières que rencontre actuellement l’armée américaine, le DoD ne semble pouvoir soutenir, que deux programmes d'avions furtifs, le premier étant le F-35 de Lockheed-Martin et le second sera le futur bombardier (les drones coûtent moins cher et ne sont pas pris en compte dans l’estimation). Que faire alors d’un troisième avionneur ? La question est posée, Boeing et Lockheed-Martin ont les reins solides, ce qui n’est pas le cas de Notrhrop-Grumman.

 

Le projet LRS-B :

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012, mais les principaux constructeurs (Boeing, Lockheed-Martin, Northrop-Grumman) ont reçu la consigne de ne rien divulguer sur le sujet. On le comprend, le sujet est classifié «confidentiel».

Le projet LRS-B est considéré, comme si important pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique occidental et le Moyen-Orient, que le programme se poursuivra en dépit d'une réduction de 487 milliards de dollars dans le budget du Pentagone, portant sur les 10 prochaines années.

 

16883_930424326987848_8460533173450331509_n.jpg

Photos : vues d’artiste des trois projets : 1 Northrop-Grumman 2 Lockheed-Martin 3 Boeing