08/03/2016

La liste des équipementiers du B-21 !

northrop grumman,lrs-b,bombardier b-21,us air force,bombardier furtif,blog défense,aviation militaire,nouveaux avions de comabt,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Northrop-Grumman va produire le futur bombardier stratégique furtif de l’US Air Force, le B-21. L‘US Air Force vient également, lors d’une conférence de presse, de révéler la liste des différents équipementiers qui vont participer à la fourniture des éléments du futur « Long Range Strike-Bomber » (LRS-B).

L’US Air Force a sélectionné le motoriste Pratt & Whitney, BAE Systems, GKN Aerospace, ATK, Rockwell Collins, Spirit Aerosystems, Janicki Industries, ce dernier est un spécialise dans les matériaux composites.

Sécurisation du programme :

Lors de la présentation des équipementiers, le Lt. Gen. Arnold Bunch, responsable de l’Air Force pour les acquisitions, a refusé de dire où le bombardier sera construit. Mais de l’aveu de l’avionneur Northrop-Grumman, le B-21 pourrait être construit dans le même établissement à Palmdale, en Californie, où a été assemblé le B-2.

Par ailleurs, il a été rappelé, que les entreprises participant au programme B-21 sont tenues d'avoir des plans de protection en place pour prévenir contre les fuites d'information.

La ressemblance avec le B-2 :

Lors de cette conférence de presse, de nombreuses questions ont portés sur la ressemblance du B-21 avec son prédécesseur le B-2 « Spirit » conçu à l’époque par Northrop-Grumman. La secrétaire de l’US Air Force Deborah Lee James, a rappelé que la conception de ce nouvel appareil doit s’appuyer sur des technologies existantes et matures, afin de réduire les coûts.

Rappel :

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012. Le projet LRS-B est considéré, comme prioritaire, pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique Occidental et le Moyen-Orient. Le budget estimé pour le développement et la production du B-21 s'élève à 33,1 milliards de dollars pour la période 2015-2024. Le coût unitaire estimé est 606 millions.

 

Photo : Northrop-Grumman B-21 @ USAF

29/02/2016

France, le H225M qualifié en ravitaillement de nuit !

1647107_-_main.jpg

L'Armée de l'Air française a qualifié ses premiers pilotes d’hélicoptère pour le ravitaillement air-air de nuit. Cette qualification a été réussie, après une semaine d'essais en partenariat avec l’US Air Force.

La qualification a eu lieu en France avec un hélicoptère Airbus H225M « Caracal » de l'Escadron) 1/67 Pyrénées et deux Lockheed-Martin MC-130J « Hercules » appartenant au 352e escadron des opérations spéciales de l'US Air Force.

Le « Caracal » est le premier hélicoptère français à être doté d’une sonde de ravitaillement. Il est entré en service en 2006 au sein de du 1/67. Avec cette nouvelle étape pour l’escadron, celui-ci se prépare en vue d’une pleine capacité opérationnelle de nuit.

En matière de ravitaillement pour hélicoptère, nos voisins français peuvent compter sur l’Italie et l’US Air Force et ceci dans l’attente de l’arrivée des futurs KC-130J « Super Hercules » en 2019.

Photo : H225M en ravitaillement avec un MC-130J de l’USAF @ Armée de l’air

20/02/2016

Un nouveau radar pour le B-52 !

tpnpcvtdwxckunromusq.jpg

Décidemment la flotte de B-52H de l’US Air Force a encore de beaux jours devant-elle. L'US Air Force veut dépenser plus de 500 millions de dollars en remplaçant le radar de l’avion. La production des B-52 s’est arrêtée en 1962, mais la retraite ne sonnera pas de si tôt.

Le projet de modernisation du radar du B-52 (RMP) a été dévoilé cette semaine et fait partie d’un plan de mise à jour sur cinq ans. Il s’agit donc, de remplacer l’actuel radar Northrop-Grumman AN/ APQ-166 à antenne à balayage mécanique, par un nouveau système de type AESA. Pour l’instant le choix du nouveau radar n’est pas connu, mais le futur censeur devrait avoir un champ de vision de 120 degrés avec des capacités maritimes, une grande fiabilité et doté d’une architectures de systèmes ouverts modernes avec liaison de données. Il faut se rappeler que l’US Air Force a déjà remplacé, en 2014, le radar Northrop APQ-164 qui équipait les bombardiers Rockwell B-1B.

Selon l’US Air Force, cette nouvelle dépense se justifie, par le fait, que la flotte de B-52 restera encore une quinzaine d’année en service au minimum. De plus, le radar actuel se fait vieux et commence à accumuler de nombreuses pannes et demande une maintenance de plus en plus lourde et chère. Une fois approuvée par le Congrès, se sont 76 bombardiers stratégiques de type B-52H qui recevront de nouveaux radars.

 

Les récentes modernisations du B-52 :

Pour pouvoir rester en service actif, les B-52 n’ont cessé de subir de nombreuses modifications, cellule, avionique, équipements électronique et de survie. La dernière modernisation en date concerne la mise en réseau du système avec l’adjonction du système CONECT, installé sur les B-52, qui permet une liaison numérique avec l’ensemble des éléments de l’US Air Force, des centres de commandement et de contrôle, ainsi qu’avec les diverses forces terrestres. Ce système intégré et entièrement codé et protéger contre les éventuelles tentatives de pénétration électronique. Actuellement, la flotte de B-52H a commencé a recevoir un plateau rotatif IWBU 1760  (Internal Weapons Bay Upgrade) sur lequel est chargé différents types de missiles. Ce système devrait équiper l’ensemble de la flotte des 76 B-52H d’ici octobre 2017. Le système tourne sur lui-même, afin de placer à tour de rôle les missiles en position de largage.

 

ob_9b2387_b52-s.jpg

Photos : 1 B-52H en ravitaillement 2 En vol @USAF

13/02/2016

Le KC-46A ravitaille un F/A-18 !

16BFT000027_001_By_John_D_Parker_high-res.jpg

 

Everett, Washington, la seconde phase de ravitaillement en vol à bord du nouveau KC-46A « Pegasus » s’est effectuée avec succès en fin de semaine.

Après avoir ravitaillé un F-16 de l’US Air Force, l’équipe d’essais en vol de Boeing a réussi le ravitaillement d’un F/A-18 « Hornet » de la Navy. Cette fois, le KC-46A a déployé le second système de ravitaillement composé du tuyau souple. Le KC-46 peut faire le plein des avions tels que le F/A-18 avec un maximum de 400 gallons de carburant par minute. L’exercice à eu lieu à 20.000 pieds.

Avec ce second test réussi, le programme de qualification du KC-46A confirme, que les deux systèmes de ravitaillement en service sur l’avion, permettent de fonctionner correctement. Les prochaines étapes d’essais vont concerner le ravitaillement d’avions tels qu’un C-17, un A-10 et un AV-8B. Il est également prévu qu’un F-35 termine les tests en vue de la qualification finale.

 

Photo : Premier ravitaillement d’un Hornet @ Boeing

 

06/02/2016

Les A-10 jusqu’en 2021 !

4398.jpg

Washington, l'US Air Force vient d’annoncer un nouveau sauvetage pour la flotte de Fairchild République A-10 «Thunderbolt II». Le nouveau calendrier prévoit un retrait pour 2021.

Deuxième sauvetage :

Le vénérable A-10 vient d’être sauvé pour la deuxième fois, le retrait initial était prévu en 2014, mais un amendement de la Chambre des représentants américains avait bloqué celui-ci, permettant ainsi à l’US Air Force de disposer de l’avion jusqu’à la mi-2016. Cette semaine, le secrétaire à la Défense Ashton Carter a annoncé son intention de prolonger le "Warthog" jusqu’en 2021.

Objectif maintenance :

Cependant, le maintien de la flotte de A-10 pour cinq années supplémentaires, demande une accélération des travaux de maintenance. Diverses pièces vont devoir être usinées et Boeing va devoir continuer à produire de nouvelles ailles pour l’avion. En effet, une partie de la flotte de A-10 a déjà reçu une nouvelle paire d’ailes. Il s’agit maintenant de procéder au remplacement des ailes les plus critiques, des A-10 encore services. Les ailes des A-10 ont été mises à lourde contribution lors des nombreux déploiements sur divers théâtres opérationnels et de nombreuses fissures ont été décelées. L’US Air Force va ainsi maintenir opérationnel 284 A-10C dont la moyenne d'âge est de 34 ans.

342.jpg

 

Combler le futur départ :

Pour l’Air Strategic Combat de l'US Air Force, ces cinq petites années vont permettre de réfléchir à une solution de rechange, afin de combler les déficits du Lockheed-Martin F-35. Avec le retrait de la flotte de A-10, l’US Air Force se retrouvera avec une perte de capacité en matière d’appui aérien rapproché. Hors les récent conflits ont démontré un besoin crucial de pouvoir soutenir les forces au sol. Dans un rapport récent, le général Herbert Carlisle a fait allusion à la possibilité d'une nouvelle plate-forme. Les drones actuels de part leur fragilité, ne peuvent assumer ce rôle, par conséquent, si l’A-10 n’est pas remplacé par un aéronef spécialement conçu à cet effet, l’USAF perdra une capacité importante en matière d’appuis tactique au sol. Cette lacune aura donc des conséquences graves pour les troupes au sol.

 

43098.jpg

Photos : Fairchild A-10 « Thunderbolt II » alias Warthog @ USF