01/02/2013

Le trafic aérien en 2013 devrait retrouver des couleurs !

ssj100_pic2_0.jpg


 

GENEVEL’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic aérien pour l’année 2012, qui indiquent une croissance annuelle de 5,3 % du secteur passagers et un déclin de 1,5 % du secteur du fret aérien.

 

L’augmentation de 5,3 % de la demande dans le secteur passagers a été légèrement inférieure à celle de 5,9 % enregistrée en 2011, mais ce chiffre demeure supérieur à la moyenne de 5 % sur vingt ans. Les coefficients d’occupation sur l’année ont approché les niveaux records, à 79,1 %. La demande a augmenté davantage dans les marchés internationaux (6,0 %) que dans les marchés intérieurs (4,0 %). Dans les deux cas, les marchés émergents ont été les principaux facteurs de croissance.

Dans le secteur du fret aérien, la demande a diminué de 1,5 % par rapport à 2011, de sorte que le secteur en est à sa deuxième année consécutive marquée par un déclin, après une contraction de 0,6 % en 2011. Le coefficient de charge pour l’année a été de 45,2 %.

 

Demande dans le secteur passagers internationaux :

 

La demande dans le secteur passagers internationaux a augmenté de 6,0 % en 2012. La plus forte croissance a été observée dans les marchés en émergence, particulièrement au Moyen- Orient (15,4 %), en Amérique latine (8,4 %) et en Afrique (7,5 %). La capacité a augmenté un peu moins que la demande (4,0 %), entraînant un coefficient d’occupation des sièges presque record, à 78,9 %.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une augmentation de 5,2 % du trafic passagers en 2012. Ce taux est plus élevé que celui de 2011 (4,0 %), quoique ce dernier ait été affecté par le tsunami au Japon. La performance de 2012 correspond à la moyenne mondiale et représente environ le cinquième de toute la croissance de l’industrie. Après un début lent, le quatrième trimestre a été stimulés par le rétablissement de l’économie chinoise et le renforcement des importations et exportations asiatiques. L’augmentation de capacité de seulement 3,0 % sur l’ensemble de l’année a permis de maintenir un coefficient d’occupation favorable de 77.5 % en moyenne.

 

Chez les transporteurs d’Europe, le trafic passagers a augmenté de 5,3 % en 2012, en forte baisse par rapport à 2011, alors que le taux d’augmentation était de 9,5 %. La croissance est attribuable à la performance des transporteurs de la zone euro sur les routes long-courriers (les voyages à l’intérieur du territoire de l’UE ont stagné en raison de la faible croissance économique). De plus, environ un quart de la croissance des compagnies aériennes européennes est lié à des transporteurs de l’extérieur de la zone euro (la Turquie étant un contributeur important). La capacité a augmenté de 3,1 %, hissant le coefficient d’occupation moyen pour l’année à 80,5 %. Cela s’ajoutant aux autres avantages de la consolidation de l’industrie, l’industrie européenne a atteint le seuil de rentabilité pour l’année, ce qui représente une performance financière bien meilleure que celle à laquelle on pouvait s’attendre dans les conditions économiques difficiles qui règnent.

 

Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent la plus faible croissance du secteur passagers internationaux, avec un taux de 1,3 % (en baisse par rapport au taux de 4,1 % en 2011). Les restructurations, les consolidations et une gestion serrée de la capacité (en baisse de 0,3 % pour l’année) ont permis d’atteindre le coefficient d’occupation le plus élevé (82,0 %), ce qui a contribué à des profits évalués à 2,4 milliards $.


 

lufthansaf.jpg


 

Les transporteurs du Moyen-Orient sont responsables de près du tiers de la croissance globale des marchés passagers internationaux, avec une croissance de 15,4 % (en hausse par rapport au taux de 8,9 % enregistré en 2011, qui reflétait l’impact du printemps arabe). Cette performance

a été réalisée alors que la capacité augmentait de 12,5 % et que le coefficient d’occupation augmentait pour atteindre 77,4 %. Les transporteurs de la région ont accru la connectivité de leurs aéroports pivots en croissance, en augmentant de façon substantielle leur réseau (destinations) et la fréquence des vols. Malgré l’expansion, le coefficient d’occupation amélioré indique que la croissance est viable et que les compagnies aériennes de la région ont réussi à attirer de nouveaux passagers.

 

Les transporteurs d’Amérique latine ont enregistré une croissance de la demande de 8,4 % en 2012. Il s’agit de la seconde meilleure performance (après le Moyen-Orient) et cette croissance est liée à l’augmentation des revenus et à la baisse du chômage dans la région (en particulier au Brésil). La capacité a augmenté à un moindre rythme (7,5 %) de sorte que le coefficient d’occupation s’est maintenu à 77,9 % pour l’ensemble de l’année.

 

Les transporteurs d’Afrique ont eu une solide croissance annuelle, avec une hausse de 7,5 %, alors que l’expansion économique du continent stimule le trafic. L’expansion de capacité de 7,1 % a été tout juste inférieure à l’augmentation du trafic. Cela a porté le coefficient d’occupation à 67,1 %, mais il s’agit du plus faible taux parmi toutes les régions.

 

Demande dans le secteur passagers intérieurs :

 

Les voyages aériens intérieurs étaient en hausse de 4,0 % en 2012. La Chine (9,5 %) et le Brésil (8,6 %) ont offert les meilleures performances. L’Inde a eu les plus faibles résultats, avec une contraction de 2,1 % par rapport à 2011. La capacité totale a augmenté de 3,8 %, ce qui correspond à la croissance de la demande (4,0 %) et le coefficient d’occupation des sièges sur les vols intérieurs a été de 79,5 %.

 

 

Le trafic aux États-Unis a augmenté de 0,8 % en 2012 (en baisse par rapport au taux de 1,5 % en 2011), et la capacité a augmenté deux fois moins que la demande, soit 0,4 %. Cela a entraîné un coefficient d’occupation de 83,4 %, le plus élevé parmi les grands marchés. Le ralentissement reflète la maturité et la faiblesse de la croissance économique du marché américain, qui représente environ la moitié de tous les voyages aériens intérieurs.

 

La Chine et le Brésil affichent les plus forts taux de croissance en 2012, soit 9,5 % et 8,6 % respectivement. Tous deux ont augmenté leur capacité, mais celle de la Chine a augmenté de 11,3 %, surpassant la croissance de la demande, tandis que celle du Brésil (4,8 %) représentait environ la moitié de la croissance du trafic. Néanmoins, le coefficient d’occupation de la Chine demeure élevé, à 80,9 %, et considérablement plus fort que celui du Brésil (71,8 %).

 

Le marché intérieur du Japon a connu une croissance de la demande de 3,6 % en 2012, tandis que la capacité augmentait de 2,3 %. La demande dans le marché intérieur au Japon souffre encore de la faiblesse de l’économie qui ralentit la reprise à la suite du séisme et du tsunami de 2011. Le marché intérieur japonais est inférieur de 7 % à ce qu’il était avant le tsunami et le coefficient d’occupation de 62,0 % est le plus faible parmi les principaux marchés intérieurs.


 

iata,trafic aérien 2013,transport aérien,transport passagers,fret


 

Les voyages intérieurs en Inde ont diminué de 2,1 % par rapport à 2011. À la faible croissance économique se sont ajoutées l’augmentation des coûts d’exploitation, l’insuffisance des infrastructures, les taxes élevées et les réglementations onéreuses. La croissance de la capacité a diminué à 0,3 % (contre 16,2 % en 2011) et le coefficient moyen d’occupation pour l’année a été de 72,9 %.

 

 

Fret aérien (intérieur et international) :

Les marchés de fret aérien étaient en déclin pour une deuxième année consécutive, perdant encore 1,5 % en 2012 après avoir subi une baisse de 0,6 % en 2011. Le fret aérien est sous pression en raison du ralentissement de la croissance du commerce mondial et du changement dans la nature des marchandises transportées. Les économies émergentes en expansion stimulent la demande de marchandises en vrac transportées par bateau, tandis que la faiblesse économique en Occident ralentit la demande de biens de consommation de grande valeur transportés par voie aérienne. La capacité du fret a augmenté de seulement 0,2 % sur l’ensemble de l’année, et le coefficient de charge a été de 45,2 %.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique (les joueurs les plus importants dans le marché du fret aérien) affichent une baisse de la demande de 5,5 % et une réduction de capacité de 2,4 %. En tant que principal centre manufacturier du globe, la région a souffert du ralentissement de la demande dans les marchés occidentaux. Le coefficient de charge demeure le plus élevé parmi les régions, à 56,1 %, mais il a diminué de façon plus marquée qu’ailleurs, nuisant à la rentabilité du fret.

 

Les transporteurs d’Europe et d’Amérique du Nord ont aussi connu des baisses de la demande dans le secteur du fret, soit 2,9 % et 0,5 % respectivement. Les transporteurs d’Europe ont augmenté leur capacité de 0,3 %, ce qui a fait chuter le coefficient de charge à 47,2 %. Les transporteurs d’Amérique du Nord ont réduit leur capacité de 2,0 %, soit plus fortement que la demande, mais le coefficient de charge de la région n’est que de 35,0 %, le deuxième plus faible parmi les régions.

Les transporteurs d’Amérique latine ont subi une baisse de 1,2 % de la demande, mais leur capacité a augmenté de 4,9 % sur l’année, faisant baisser le coefficient de charge à 38,3 %.

Les transporteurs d’Afrique et du Moyen-Orient ont profité des nouveaux marchés et du développement des liens commerciaux entre les deux régions. La demande dans le secteur du fret aérien a augmenté de 7,1 % et 14,7 % respectivement. Dans les deux cas, il s’agit d’une amélioration par rapport à 2011, alors que l’Afrique subissait une baisse de 2,1 % et le Moyen-

Orient enregistrait une croissance de 8,2 %. Le Moyen-Orient a eu la plus forte augmentation de capacité parmi toutes les régions – 11,4 % – mais le coefficient de charge s’est encore amélioré, atteignant 44,8 %. La capacité en Afrique a augmenté de 9,2 %, soit plus que la demande. Le coefficient de charge a diminué à 24,7 %, le plus faible parmi toutes les régions et par une marge importante.

 

Le Bilan :

 

La confiance des milieux d’affaires est en hausse. La situation de la zone euro est plus stable qu’il y a un an et les États-Unis ont évité la falaise fiscale. Mais nous devons combattre des vents contraires. On n’entrevoit pas la fin des prix élevés du carburant et la croissance prévue du PIB n’est que de 2,3 %. Cependant, une meilleure confiance des milieux d’affaires devrait aider les marchés de fret à récupérer le terrain perdu en 2012. Et l’élan acquis à la fin de l’année devrait entraîner une croissance du marché passagers approchant la tendance historique de 5 %. L’année 2013 ne sera pas une année record en termes de rentabilité, mais il devrait y avoir des améliorations par rapport à 2012.


 

DSC_2581.jpg


 

Photos : 1 Sukhoi SSJ100 Superjet @ Sukhoi 2 B747-800 Intercontinental Lufthansa @ Lufthansa 3 A320 Aer Lingus 4 Embraer 190 KLM @ Pascal Kümmerling

01/01/2013

3,6 milliards de passagers d'ici 2016 !


50140_1328160671-3.jpg

 

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses prévisions de trafic aérien qui indiquent que les compagnies aériennes s’attendent à transporter quelque 3,6 milliards de passagers en 2016. Je vous livre ici, le compte rendu de ces prévisions,  qui représentent environ 800 millions de plus que les 2,8 milliards de passagers transportés par avion en 2011.

 

Ces chiffres proviennent du document Prévisions de l’industrie aérienne pour 2012-2016 de l’IATA. Selon cette prévision de l’industrie, le nombre global de passagers croîtra en moyenne de 5,3 % par année de 2012 à 2016. L’augmentation de 28,5 % du nombre de passagers durant cette période représentera près de 500 millions de nouveaux passagers sur les vols intérieurs et 331 millions de nouveaux passagers sur les vols internationaux.

 

93406_1324137411.jpg

Les volumes de fret aérien international auront une croissance de 3 % par année, pour atteindre 34,5 millions de tonnes en 2016. Il s’agit d’une augmentation de 4,8 millions de tonnes par rapport aux 29,6 millions de tonnes transportées en 2011.

 

Les économies émergentes d’Asie-Pacifique, d’Amérique latine et du Moyen-Orient auront la plus forte croissance du nombre de passagers. Les routes aériennes vers ou à l’intérieur de la Chine domineront cette croissance, transportant 193 des 831 millions de nouveaux passagers durant la période visée par la prévision (159 millions sur des vols intérieurs et 34 millions à l’international). La croissance du secteur passagers dans la région Asie-Pacifique (intérieur et international) devrait représenter environ 380 millions de passagers de plus durant la période visée par la prévision.

 

D’ici 2016, les États-Unis vont demeurer le plus grand marché intérieur (710,2 millions de passagers). La même année, le nombre de passagers voyageant sur des vols internationaux vers ou en partance des États-Unis s’élèvera à 223 millions, faisant des É.-U. le plus important marché pour les vols internationaux. La maturité du marché américain se reflète dans les taux de croissance (2,6 % pour les vols intérieurs et 4,3 % pour l’international) qui seront bien inférieurs aux moyennes mondiales (5,3 % pour les vols internationaux et 5,2 % pour les vols intérieurs).

« Malgré l’incertitude économique qui règne actuellement, la demande prévue de connectivité aérienne demeure forte. C’est une bonne nouvelle pour l’économie mondiale. Les liaisons aériennes croissantes créent des emplois et soutiennent la croissance dans toutes les économies. Mais pour profiter de ces possibilités, les gouvernements devront reconnaître la valeur de l’aviation par des politiques qui n’entravent pas l’innovation, des régimes fiscaux qui

ne sanctionnent pas le succès et des investissements qui permettent aux infrastructures de suivre le mouvement.  

A l’échelle mondiale, l’aviation représente 57 millions d’emplois et une activité économique de 2,2 billions de dollars.


 

86958_1337895727.jpg


 

Photos :1 A330 Air Transat 2 B737-600 SAS 3 B757 UPS @ Fabricio Jimenez

 

20/12/2012

Air Canada rouge se présente à l'embarquement !

air-canada-rouge-a319-100-12fltair-canadalrw.jpg

 

Paris, Air Canada a dévoilé hier l’identité de son nouveau transporteur loisirs, marquant ainsi une nouvelle étape de la transformation du marché du voyage loisirs au Canada.

Outre l’annonce des destinations initiales desservies dès le lancement de la compagnie en Juillet 2013, Air Canada a révélé le nom du nouveau transporteur, Air Canada rouge,déterminé à la suite d'un concours qui a rassemblé clients, employés et professionnels sur Facebook.

Des tarifs spéciaux de lancement sont ouverts à la vente à compter d'aujourd'hui sur le site aircanada.com et chez les agents de voyages.

 

Comme l’explique Ben Smith, Vice-Président Général et Chef des Affaires commerciales d'Air Canada : « Avec le lancement d'Air Canada rouge, Air Canada fait son entrée sur le marché en pleine croissance des voyages d'agrément. En partenariat avec Vacances Air Canada, qui fait maintenant partie de notre nouveau groupe loisirs, Air Canada rougetirera profit des atouts du vaste réseau d'Air Canada, de son expertise opérationnelle et de son programme de fidélisation, afin d'offrir aux clients des options de vacances très avantageuses. »

 

Pour Michael Friisdahl, Président et Chef de la Direction du nouveau Groupe Loisirs d'Air Canada : « Air Canada rouge combinera tarifs abordables, excellent service et destinations loisirs de choix avec les avantages d'Air Canada et de Vacances Air Canada. »

 

Pour sa première saison en 2013, Air Canada rouge lancera deux nouvelles destinations qui ne sont actuellement pas exploitées par Air Canada : Venise et Édimbourg. De plus, le transporteur loisirs assurera les liaisons saisonnières du groupe Air Canada reliant Toronto et Montréal à Athènes. De la même façon, les vols d'Air Canada exploités en collaboration avec Vacances Air Canada sur Cuba, la République Dominicaine, la Jamaïque et le Costa Rica seront assurés par Air Canada rouge à compter de Juillet 2013.

 

7718694.jpg

 

Pour sa première saison à l'été 2013, les vols d'Air Canada rouge seront opérés au départ du hub principal d'Air Canada, l'aéroport international de Toronto-Pearson, ce qui permettra des correspondances facilitées avec des vols d'Air Canada, d'Air Canada Express et des compagnies partenaires de la Star Alliance. Air Canada rouge exploitera également des vols sans escale entre l'aéroport de Montréal-Trudeau et Athènes, en plus des vols Toronto–Athènes.

Les clients d'Air Canada rouge vont ainsi profiter de tarifs attractifs au départ de n'importe quel point du vaste réseau d'Air Canada, avec un même billet, de l'enregistrement des bagages jusqu'à la destination finale et des avantages du programme de fidélisation Aéroplan.

 

La flotte d'Air Canada rouge sera initialement composée de deux B767-300ER qui assureront les vols transatlantiques. Configurés en bi-classe, ils proposeront des sièges rouge Plus™ offrant plus d'espace pour les jambes, ainsi que des sièges Premium rouge™ offrant plus de confort et un service supérieur de repas et boissons. À ces appareils s'ajouteront deux A319 destinés à l'exploitation de vols nord-américains tout économique, avec quelques sièges rouge Plus offrant plus d'espace pour les jambes. Ces 4 appareils ont été mis à disposition d'Air Canada rouge par Air Canada.

Air Canada rouge desservira d'autres destinations vacances prisées lorsqu'Air Canada commencera à prendre livraison de ses nouveaux B787 Dreamliner en 2014 ; ce qui libérera des appareils qui pourront rejoindre la flotte du transporteur loisirs. En fonction de la demande du marché, Air Canada rouge pourrait exploiter jusqu'à 20 B767-300ER et 30 A319, soit un total de 50 appareils, se positionnant sur des marchés rendus profitables par sa faible structure de coûts d'exploitation. L'exploitation des vols d'Air Canada rouge est soumise à l'obtention des nécessaires autorisations réglementaires.

 

Conformément à l’annonce faite en Septembre dernier, Air Canada rouge créera 200 postes de PNT et PNC, qui s'ajoutent aux 900 employés qu'Air Canada va embaucher dans le cadre de son programme de recrutement 2012-2013.

12/11/2012

Le trafic aérien encore sous contraction !

2183589.jpg


 

 

Le trafic aérien continue de subir une contraction face aux difficultés rencontrées dans l’économie mondiale, les chiffres de l’Association du transport aérien international (IATA) confirment que durant le mois de septembre le ralentissement continue dans le milieu de l’aéronautique. 

 

La tendance de croissance des voyages aériens a commencé à plafonner au second trimestre, alors que la croissance du marché passagers d’avril à août a été nulle. Les comparaisons en glissement annuel commencent aussi à révéler des taux de croissance plus faibles. En septembre, les voyages ont augmenté de 4,1% par rapport à l’année précédente, alors que le taux de croissance en glissement annuel était de 5,3% en août, bien au-dessous du taux de croissance moyen de 6% enregistré durant le premier semestre de l’année. La capacité a augmenté de 3,1% par rapport à l’année précédente, et le taux d’occupation des sièges s’est maintenu à 80 %, en hausse de 0,7% par rapport à septembre 2011.

La légère croissance de 0,6 % en glissement annuel observée dans le secteur du fret aérien est moins révélatrice que la baisse de 0,6 % des volumes de fret aérien d’août à septembre. Il s’agit de la deuxième baisse significative d’un mois à l’autre dans le secteur du fret aérien, compromettant la stabilité des volumes acquise plus tôt en 2012. La capacité a été réduite d’autant, soit 0,6 %, par rapport à l’année précédente. Cela renforce légèrement le coefficient de charge qui s’établit à 45,6 %, par rapport à 45,1 % l’année précédente.

 

Marchés passagers internationaux :

 

La demande dans le secteur passagers internationaux en septembre était en hausse de 4,9% par rapport à la même période de l’année précédente, et toutes les régions ont enregistré une croissance du trafic. Par rapport au mois d’août, seuls les transporteurs d’Asie-Pacifique ont subi un déclin. La capacité a augmenté de 3,1% durant le mois, faisant augmenter le taux d’occupation de 1,3% par rapport à l’année précédente, pour atteindre 80,9 %.

 

Les transporteurs d’Europe ont enregistré une croissance des services internationaux de 5,4 % par rapport à septembre 2011. Il s’agit de la plus forte performance parmi les grandes régions, malgré la récession qui sévit en Europe. Avec une capacité en hausse de 3,5 %, le taux d’occupation des sièges a atteint 83,9 %, soit 1,5 % de plus qu’en septembre 2011. Ce taux arrive au deuxième rang parmi les régions.

 

 

 L’Asie-Pacifique a été l’une des régions les plus faibles, la demande augmentant de seulement 1,7 % en glissement annuel. Si on compare au mois d’août, la région a subi une baisse de 0,3 %. C’est la seule dans cette situation. Une gestion serrée de la capacité a cependant fait en sorte que le taux d’occupation augmente de 1 % par rapport à l’année précédente, pour se situer à 77,2 %.

 

 Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent une augmentation de la demande de 2,1 % pour le mois et la capacité a diminué de 0,2 %. Le coefficient de charge a atteint 84,6%, le plus élevé de toutes les régions et une augmentation de 2% par rapport à septembre 2011.

 Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré la plus forte croissance du trafic, et de loin, la demande étant en hausse de 13,3 % par rapport à l’année précédente. Ce taux est inférieur à celui de 17 % enregistré en août, mais la comparaison de croissance en août était exagérée par le facteur saisonnier, la période du ramadan ayant ralenti la croissance du trafic en août 2011. La capacité a augmenté de 11,3 % en septembre et le taux d’occupation des sièges a augmenté pour atteindre 78,7 %.

 

Les transporteurs d’Amérique latine affichent une croissance de 7,5 %, se plaçant au second rang parmi les régions. La capacité a grimpé de 6,2 % – encore le second taux le plus élevé – et le taux d’occupation a augmenté de 0,9 % pour atteindre 78,2 %. Si on compare au mois d’août, le trafic a augmenté de 2,7 %. C’est la meilleure performance en glissement mensuel parmi toutes les régions.

 

Les transporteurs d’Afrique ont enregistré une augmentation de 4,7 % en glissement annuel, avec une hausse de capacité de 3 %. Le taux d’occupation était de 71,6 %. Ce taux est le plus faible parmi les régions, mais il représente une augmentation de 1,2 % par rapport à l’année précédente.


 

DSC_2581.jpg


 

Marchés passagers intérieurs :

 

Les résultats sur les marchés intérieurs ont été variés. La demande a augmenté de 2,6 % par rapport à septembre 2011, ce qui représente un ralentissement par rapport à l’augmentation de 5 % en glissement annuel enregistrée en août. Mais le trafic en septembre a augmenté de 0,5 % par rapport à août. Les résultats varient énormément selon les pays, la Chine et le Brésil enregistrant des gains importants en partie contrebalancés par la faiblesse des marchés de l’Inde, du Japon et des États-Unis.

 

La relance des voyages intérieurs s’est poursuivie en Chine, la demande augmentant de 11,4 % par rapport à l’année précédente. Cette forte croissance correspond aux récentes données sur l’augmentation de la production industrielle et des dépenses et revenus des consommateurs. Toutefois, une augmentation de 12,1 % de la capacité a fait baisser le taux d’occupation des sièges de 0,5 %, à 82,1 %.

 

Le Brésil a aussi bénéficié d’une forte croissance de la demande, le trafic étant en hausse de 7,1 %, avec une baisse de capacité de 1,2 %. Le taux d’occupation des sièges a augmenté de 5,7% pour s’établir à 74 %. Après plusieurs mois marqués par une faible performance d’un mois à l’autre, le trafic en septembre a augmenté de 1,7 % par rapport à août 2012.

 

Le marché intérieur du Japon a fléchi de 0,3 % en septembre, en glissement annuel. Il était toujours de 10 % inférieur au niveau d’avant le séisme et le tsunami. Cette économie axée sur les exportations souffre encore d’une faible demande pour ses produits en raison du ralentissement économique mondial, ce qui entraîne une diminution de la demande de voyages aériens intérieurs. La capacité a augmenté de 0,8 % et le taux d’occupation des sièges a fléchi, passant de 68,2 % à 67,4 %.

 

Le trafic aux États-Unis a diminué de 1,5 % en septembre, tandis que la capacité augmentait de 0,3 %. Le taux d’occupation des sièges est passé de 81,9 % l’an dernier à 80,5 %, mais ce taux demeure le plus élevé parmi les marchés intérieurs.

 

Le marché intérieur de l’Inde a plongé de 9,9 % par rapport à l’année précédente. Il s’agit de la pire performance parmi tous les marchés, reflétant le ralentissement économique et les réductions de capacité qui ont réduit les voyages intérieurs. La capacité en septembre était en baisse de 5,9 %, ce qui a fait chuter le taux d’occupation à 64,9 %, en baisse de 2,9 %, le plus faible parmi tous les marchés.

 

Fret aérien (intérieur et international) :

 

La demande dans le secteur du fret aérien a augmenté de 0,6 % par rapport à septembre 2011, mais elle a décliné de 0,6 % par rapport au mois précédent, réduisant les modestes gains observés en août. Toutes les régions ont subi des baisses en glissement annuel. 

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une baisse de la demande de 1,6% en septembre, par rapport à l'année précédente. Il y a eu une amélioration par rapport à août, alors que la demande diminuait de 5,3 %, mais il n’y a toujours pas de progrès par rapport à l’an dernier. La capacité a été réduite de 3 %. Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent une baisse de la demande de 1,1 % et une diminution de capacité de 3,1 %. Le coefficient de charge a augmenté de 0,7 % pour atteindre 35,2 %. Les transporteurs d’Europe ont subi un déclin de 0,4 % du trafic, mais la capacité a augmenté de 1,2 % et le coefficient de charge a perdu 0,7 % pour s’établir à 45,6 %.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une augmentation de trafic de 16,3 % et une hausse de capacité de 6,9 %, entraînant une augmentation de 3,8 % du coefficient de charge, à 46,1 %.

 

Les transporteurs d’Amérique latine ont vu la demande diminuer de 1,6 %, alors que la capacité faisait un bond de 9 %. Le coefficient de charge était de 37,8 %, en baisse de 4,1 %.

 

Les transporteurs d’Afrique affichent une augmentation de 4,1 % de la demande, avec une hausse de capacité de 1,4 %, entraînant une augmentation de 0,6 % du coefficient de charge, qui atteint 24.1 %, le plus faible parmi toutes les régions.

 

Le bilan : 

 

Les prix élevés du pétrole ont transformé la gestion du carburant en un art consommé de préserver chaque goutte. Les exigences des consommateurs qui réclament plus de services et des processus simplifiés ont suscité de développement d’une toute nouvelle façon de voyager grâce aux billets électroniques, aux cartes d’embarquement avec code à barres et à la technologie des bornes libre-service. Et la récente approbation de la norme de base d’un nouveau mode de distribution (NDC – New Distribution Capacity) permettra aux voyageurs de profiter d’une révolution dans la vente au détail des produits des compagnies aériennes.

 

DSC_2573.jpg


 

Photos : 1 A380 ThaïAirways @ TEK 2 Embraer 190 KLM à Lyon St-Exupery 3 A319 Swiss & A320 Easyjet à Lyon St-Exupery @ Pascal Kümmerling

01/09/2012

Transport aérien encore de fortes inégalités !

A380_Thai_roll_out_3[1].JPG


 

 L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic aérien mondial pour le mois de juillet, qui indiquent une croissance plus lente des voyages aériens et du transport de fret, mais avec des différences considérables selon les régions et les marchés.

 

La demande dans le secteur passagers en juillet a augmenté globalement de 3,4 % par rapport à juillet 2011, alors que cette augmentation était de 6.3 % en juin et que la moyenne pour le premier semestre de l’année est de 6,5 %. Ce ralentissement de la croissance des voyages est largement attribuable à la récente baisse de la confiance des milieux d’affaires dans plusieurs marchés.

En juillet, la demande dans le secteur du fret était en baisse de 3,2 % par rapport au même mois de l’an dernier. Il s’agit d’un recul par rapport au taux de 0,1 % en glissement annuel enregistré en juin. Ce déclin est dû en bonne partie au fait que la comparaison se fait par rapport au mois de juillet 2011 qui a été relativement fort, mais la tendance générale du fret aérien est faible, ce qui concorde avec la faiblesse de la croissance du commerce mondial.

 

Les compagnies aériennes ont réagi à cet environnement de croissance au ralenti en réduisant la capacité ajoutée aux marchés, un geste qui a stabilisé les coefficients d’occupation à des niveaux relativement élevés et permis de soutenir la rentabilité face aux prix élevés du carburant. En juillet, la capacité passagers a augmenté de 3,6 %, conformément à l’augmentation du trafic, maintenant le coefficient d’occupation des sièges au niveau relativement élevé de 83,1 %.

 

« Les prévisions économiques incertaines ont des effets négatifs sur la demande de transport aérien », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA. « L’industrie du fret a régressé de 3,2 % depuis un an. Et les marchés passagers – à l’exception de l’Afrique, du marché intérieur chinois et du Moyen-Orient – ont connu une baisse de la demande de juin à juillet. La demande globale du secteur passagers demeure en hausse de 3,4 % par rapport à juillet 2011. Mais la tendance de croissance est nettement au ralenti. Si on ajoute à cela le prix croissant du carburant, on peut s’attendre à un deuxième semestre difficile. »

 

40971_1329408062.jpg

 

Marchés passagers internationaux :

 

La demande dans le secteur passagers en juillet était en hausse de 3,5 % par rapport à la même période l’an dernier, ce qui correspond exactement à l’augmentation de 3,5 % de la capacité. Le coefficient d’occupation des sièges était de 83,3 %. Le ralentissement devient évident si on compare au mois précédent (juin), alors que le taux de croissance en glissement annuel était de 7,5 %. Le ralentissement de la croissance des voyages aériens internationaux s’est surtout fait sentir au cours des derniers mois, suivant le déclin de la confiance des milieux d’affaires. La faiblesse de quelques marchés intérieurs importants a été visible depuis assez longtemps. Seuls les transporteurs d’Afrique et du Moyen-Orient ont connu une croissance d’un mois à l’autre. Dans toutes les autres régions, les transporteurs aériens ont signalé un déclin global de la demande internationale en juillet, par rapport à juin.

 

Les transporteurs d’Europe:

 

En Europe on  enregistre une croissance de 4,8 % des services internationaux par rapport à juillet 2011 (en baisse par rapport au taux de 7,3 % enregistré en juin), avec un coefficient d’occupation de 85,7 %. Il s’agit d’un léger ralentissement par rapport à la croissance moyenne de 6,5 % observée durant la première moitié de l’année. Malgré la récession qui frappe plusieurs marchés intérieurs européens, les transporteurs de la région ont pu maintenir la croissance sur les marchés long-courriers à destination de régions à plus forte croissance économique.


 

18884_1337895346-2.jpg


 

Les compagnies aériennes d’Amérique du Nord 

 

ont connu une baisse de 2,1 % du trafic international en juillet (après une hausse de 1,6 % en juin), attribuable en partie aux coupures de capacité, en particulier dans le marché de l’Atlantique Nord. Si on compare à juin (le mois précédent), la demande a diminué de 1,3 %. Le coefficient d’occupation des sièges était de 86,7 %, soit le plus élevé parmi toutes les régions.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont connu une croissance de la demande de seulement 0,9 %. Il s’agit d’un important ralentissement par rapport au taux de croissance de 5,8 % en glissement annuel enregistré en juin. De plus, si on compare au mois précédent (juin 2012), la demande a diminué de 1,3 %. Les transporteurs d’Europe profitent plus que ceux d’Asie-Pacifique du commerce accru de l’Ouest vers l’Est, tandis que les transporteurs du Moyen-Orient continuent d’opposer une forte concurrence dans les marchés long-courriers. La tendance à la baisse a commencé au second trimestre de 2012 et elle se maintient au troisième trimestre.

 

Les transporteurs d’Amérique latine, affichent une croissance de 5,7 %, la seconde plus importante parmi les régions. Le coefficient d’occupation a été de 82,0 %. Toutefois, les transporteurs de la région n’ont pas pu contrer la tendance à la baisse, après avoir connu une croissance moyenne de 10.1 % dans la première partie de l’année. Récemment, les économies clés de la région, comme le Brésil, ont constaté une interruption de la croissance économique, ce qui a affecté l’industrie des voyages et du fret aériens.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu la plus haute croissance de trafic, soit 11,2 % en glissement annuel, bien que cette croissance ait été surpassée par l’augmentation de capacité de 12,4 %. Si on compare à juin, le trafic a augmenté de seulement 0,1 %. La tendance de croissance de la région a été influencée par la période du Ramadan, qui cette année a commencé en juillet.

 

Les transporteurs d’Afrique ont enregistré une hausse de 5,2 % du trafic, en glissement annuel, soit moins que l’augmentation de capacité de 6,3 %. Le coefficient d’occupation était de 73,1 %, de loin le plus faible parmi toutes les régions. Les compagnies aériennes du continent ont connu une forte hausse moyenne de 10,8 % durant la première moitié de l’année. Il s’agissait en partie d’un redressement après le printemps arabe, mais cela reflétait également le succès relatif de plusieurs économies africaines.

 

Marchés passagers intérieurs:

 

Les marchés intérieurs ont aussi connu une croissance ralentie, selon la tendance amorcée plus tôt cette année. Au total, le trafic a augmenté de 3,1 % en glissement annuel, en baisse par rapport au taux de 4,2 % enregistré en juin. Toutefois, le ralentissement n’était pas généralisé, la Chine et le Brésil enregistrant de fortes hausses qui ont été contrebalancées par la faiblesse de l’Inde et du Japon.

Le marché intérieur de la Chine a connu un fort redressement après le ralentissement survenu plus tôt cette année. La croissance de la demande en juillet a été de 9 %, contre 7,8 % en juin. Avec un accroissement de capacité de 12,1 %, le coefficient d’occupation a glissé à 84,1 %, alors qu’il était de 86,5 % l’année précédente.

 

Au Japon, le marché intérieur a connu une hausse de tout juste 4,2 % en glissement annuel, et une diminution de 1 % par rapport à juin. La capacité a augmenté de 7,9 % et le coefficient d’occupation était le plus faible parmi tous les marchés, soit 58,7 %. Dans l’ensemble, le marché s’est contracté de 4 % cette année et il est à 10 % sous le niveau d’avant le séisme.

 

Aux États-Unis, le trafic a diminué de 0,4 % en juillet, tandis que la capacité augmentait de 0,2 %. Le coefficient d’occupation a baissé à 86,8 %, contre 87,4 % l’année précédente, mais il demeure le plus élevé parmi tous les marchés intérieurs.

 

C’est le Brésil qui a connu la plus forte hausse après la Chine, avec une augmentation de 8,5 % et une hausse de capacité de 3,0 %. Le coefficient d’occupation est passé de 73,8 % à 77,7 %. Toutefois, la croissance a ralenti par rapport à juin, déclinant de 2,3 %.

 

Le marché intérieur de l’Inde a chuté de 1,1 % par rapport à l’année précédente, ce qui constitue le pire résultat parmi tous les marchés intérieurs. Cela reflète, entre autres facteurs, la faiblesse de l’économie. Après une expansion de 20 % et plus durant 2010 et le début de 2011, le marché indien a vu sa croissance s’interrompre à la fin de 2011. La capacité a augmenté de 2,1 % en juillet, ce qui a fait baisser le coefficient d’occupation de 71,8 % à 69,6 %.

 

Fret aérien (intérieur et international) :

 

La demande dans le secteur du fret a diminué de 3,2 % par rapport à juillet 2011, mais il n’y a aucun changement par rapport à juin. Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une augmentation de la demande de 16 % par rapport à l’année précédente, mais tous les autres marchés ont subi des baisses et la modeste reprise observée depuis la fin de 2011 a stagné.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une baisse de la demande de 7,6 % en juillet, par rapport à l’année précédente. Il s’agit du plus important déclin parmi toutes les régions, alors que la capacité a été réduite de seulement 4,3 %. Les transporteurs d’Asie-Pacifique n’ont connu pratiquement aucune croissance du trafic de fret depuis le quatrième trimestre de 2011. 

Les transporteurs d’Europe ont vu leur trafic décliner de 3,6 %, tandis que la capacité augmentait de 0,9 %. Depuis le quatrième trimestre de 2011, la demande n’a augmenté que de 1 % chez les transporteurs d’Europe. 

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une baisse de la demande de 3.6% avec exactement la même réduction de la capacité. Le coefficient de charge était le plus faible parmi tous les marchés, soit 32.3%. Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu une hausse de trafic de 16 %, avec une augmentation de capacité de 11 %, ce qui a fait augmenter les coefficients de charge de 2 %, à 45,3 %.

Les transporteurs d’Amérique latine ont subi une chute de la demande de 5,6 %,

alors que la capacité a augmenté de 13,9 %. Le coefficient de charge a été de 35,2 %.

Les résultats des transporteurs d’Afrique n’étaient pas disponibles, mais ils le seront le mois prochain.

 

Le bilan:

 

« L’énorme succès des Jeux Olympiques de Londres nous a rappelé le rôle essentiel de l’aviation internationale lorsqu’il s’agit de réunir les gens du monde entier et de faciliter les méga-événements. Tous les regards se tournent maintenant vers le Brésil qui accueillera la Coupe du monde en 2014 et les Jeux Olympiques de 2016. Et l’aviation jouera encore un rôle clé », a déclaré M. Tyler.

« Il faudra un effort d’équipe pour que les infrastructures aériennes du Brésil puissent relever le défi », ajoute M. Tyler. L’aviation brésilienne soutient 940 000 emplois et un PIB de 1,3 %, et la connectivité que procure l’aviation soutient l’émergence du Brésil comme économie croissante du BRICS. Mais en dépit de l’importance économique de l’aviation pour le Brésil, le pays n’est qu’au 93e rang au chapitre des infrastructures de transport aérien, selon l’index de compétitivité en voyages et tourisme du World Economic Forum.

La semaine dernière, l’IATA, en partenariat avec l’Association du transport aérien d’Amérique latine et des Caraïbes et d’autres organisations liées à l’aviation, a tenu la première Journée de l’aviation au Brésil. « Avec les normes mondiales au centre de nos préoccupations, l’industrie et le gouvernement ont examiné les moyens de coopérer pour que l’aviation brésilienne demeure un moteur clé de croissance, avec des niveaux de sécurité, de sûreté, d’efficacité et de viabilité encore plus élevés », a déclaré M. Tyler. « Ce qui est vrai pour le Brésil est vrai pour le reste du monde. L’aviation soutient 56,6 millions d’emplois et elle a un impact économique de 2,2 billions $. Les gouvernements devrait traiter cette ressource de façon avisée, en faisant en sorte que le régime fiscal n’étouffe par la croissance, que la réglementation facilite la croissance et que des infrastructures de classe mondiale soutiennent efficacement la croissance. »

 

85848_1334273281.jpg

 

Photos : 1 A380 Thaïairways @ Airbus 2 A330-300 Air Transat 3 B737 Copa 4 A318 Mexica @ Fabricio Jimenez