03/11/2014

Le fret aérien poursuit sa croissance !

 

Cargoluxb747-400.jpg

 

Genève ce matin, l'Association du transport aérien international (IATA) a publié des données pour les marchés mondiaux de fret aérien montrant une accélération de la demande en septembre. Mesuré par kilomètres fret tonne (FTK), les volumes ont augmenté de 5,2% par rapport à Septembre l'année dernière, qui est de 0,8 points de pourcentage de plus que la croissance moyenne de 4,4% de la demande signalée pour la début de l'année. Capacité a augmenté de 3,8%. 

 

Bien que le taux de croissance globale continue la tendance positive de ces derniers mois, les variations régionales sont importantes. Les compagnies aériennes d'Asie-Pacifique, Amérique du Nord, Moyen-Orient et en Afrique ont tous affiché des taux de croissance forts (entre 5% et 17% au-dessus des niveaux de l'année précédente). Les compagnies aériennes européennes, cependant, ont connu une baisse de 1,6% par rapport à septembre 2013 et les compagnies aériennes d'Amérique latine a signalé peu de différence à partir de 2013 avec une croissance de seulement 0,3% de. 

 

«Il y avait des messages contradictoires dans la performance de fret de Septembre. La croissance solide de 5,7% pour les compagnies aériennes d'Asie-Pacifique est un signe particulièrement positif compte tenu de leur 40% de part de marché. Mais la baisse de 1,6% de la demande pour les compagnies aériennes européennes est une tendance inquiétante qui reflète l'incertitude générale de l'économie européenne amplifié par les sanctions découlant du conflit entre l'Ukraine et la Russie. Dans l'ensemble, l'amélioration de la confiance mondiale d'affaires ont stagné-ce qui pourrait signifier une route cahoteuse à venir pour le fret aérien », a déclaré Tony Tyler, directeur général de l'IATA.

 

 

Photo: B747-400 Cargolux @ Cargolux

11:38 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fret aérien, cargolux, transport aérien, iata |  Facebook | |

06/07/2014

Forte demande du transport aérien !


DSC_3891 2.jpg



Genève, l’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur le transport mondial de passagers en mai, qui indiquent une croissance de la demande de 6,2 % par rapport à mai 2013. Bien qu’il s’agisse d’un ralentissement par rapport au taux de 7,6 % en glissement annuel observé en avril, ce résultat démontre que les facteurs de la demande s’améliorent. La capacité a augmenté de 5,2 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 0,7 point de pourcentage pour atteindre 79,0 %. À l’exception de l’Afrique, toutes les régions ont connu une croissance du trafic.

« Nous constatons une saine demande dans le secteur aérien, qui vient appuyer et favoriser le maintien de la reprise de l’activité économique mondiale », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Marchés passagers internationaux:

Le trafic de passagers internationaux en mai a augmenté de 7,0 % par rapport à l'année précédente. La capacité a augmenté de 6,0 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 0,8 point de pourcentage pour atteindre 78,1 %. Toutes les régions ont enregistré une croissance de la demande en glissement annuel.


DSC_3897 3.jpg


Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une croissance de 7,3 % par rapport à mai 2013, soit la plus importante croissance parmi les trois plus grandes régions. Ce bon résultat semble indiquer que la pression à la baisse résultant de la stagnation de l’économie chinoise s’atténue. Selon JP Morgan/Markit, l’activité manufacturière a rebondi en mai, soutenue par une forte augmentation de la croissance des commandes d’exportation. La capacité a augmenté de 7,5 %, faisant fléchir le coefficient d’occupation de 0,1 point de pourcentage, à 74,1 %. 

Les transporteurs d’Europe affichent une croissance de 6,1 % en mai, par rapport à l’année précédente. La capacité a augmenté de 5,3 % et le coefficient d’occupation a gagné 0,6 point de pourcentage pour atteindre 80,3 %. L’activité économique dans la zone euro a connu une lente reprise et les dernières données suggèrent une solide augmentation de la production industrielle et du commerce, entraînant une accélération du PIB de la zone euro au deuxième trimestre. 

Les compagnies aériennes d’Amérique du Nord ont enregistré en mai une hausse de la demande de 4,4 % en glissement annuel, ce qui suggère des tendances de croissance économique positives et un allègement de la pression sur les niveaux d’emploi. La capacité a augmenté de 4,8 %, de sorte que le coefficient d’occupation des sièges a perdu 0,3 point de pourcentage. À 83,0 %, ce taux demeure le plus élevé parmi toutes les régions. 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu la plus forte croissance de trafic, soit 13,2 % en glissement annuel. Les compagnies aériennes profitent encore de la force des économies régionales, y compris dans les secteurs non pétroliers, et de la solide croissance des voyages d’affaires Premium. La capacité a augmenté de 6,9 % et le coefficient d’occupation a gagné 4,4 points de pourcentage pour atteindre 78,0 %. 

Les compagnies aériennes d’Amérique latine affichent une augmentation de trafic de 9,1 %. La capacité a augmenté de 6,0 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 2,2 points de pourcentage pour atteindre 79,6 %. La perspective demeure largement positive pour les transporteurs d’Amérique latine, alors que les solides résultats dans des économies comme la Colombie, le Pérou et le Chili contribuent à maintenir un fort environnement de demande. Par ailleurs, l’économie du Brésil demeure faible, et les bénéfices associés à la Coupe du Monde de la FIFA seront probablement temporaires. 

Les compagnies aériennes d’Afrique ont enregistré le plus faible taux de croissance de la demande, soit une hausse de 1,9 % par rapport à mai 2013. La capacité ayant augmenté de 4,7 %, le coefficient d’occupation des sièges a perdu 1,8 point de pourcentage pour s’établir à 64,4 %. Ce taux est le plus faible parmi toutes les régions. Les faibles résultats des transporteurs de la région au chapitre des voyages internationaux pourraient en partie refléter les problèmes économiques dans certaines parties du continent, notamment le ralentissement de la grande économie d’Afrique du Sud. 


DSC_3899.jpg


 

Photos : 1 A320 Swiss 2 ATR 72-600 Etihad 3 CRJ900 Lufthansa @ P.Kümmerling


02/07/2014

La Confédération volera-t-elle suisse ?

pilatus-pc24.jpg


 

Actuellement, le Service de transport aérien de la Confédération (STAC) est doté deux jets , soit un Dassault Falcon 900 EX Easy en service depuis 2013 et un appareil plus ancien de type Cessna Citation 560 Excel en service depuis 12 ans.

 

Le Cessna Citation 560 Excel ne répond plus à ce jour aux dernières exigences technique et de navigabilité. Cet appareil devrait donc être prochainement remplacé.


 

excel.parsys.0004.Image.jpeg


 

Un Pilatus PC-24 pour la Confédération ?

 

Le Conseil fédéral a chargé le DDPS de poursuivre l'examen du remplacement du Cessna  Citation et de l'acquisition d'un nouveau jet d'affaires. Hors, il semblerait bien que le choix soit porté sur le futur premier jet de l’avionneur suisse Pilatus. 

 

 

Le Pilatus PC-24 : 

 

Le Pilatus PC-24 pourra accueillir de quatre à huit passagers dans un confort très haut de gamme. Le client aura à choix divers aménagements, la cabine dispose d’un système de lumières LED et peu-être dotée d’un équipement de bureau complet. La cabine peut également être réaménagée pour transporter une moto par exemple, en plus, de quatre passagers. Une large porte cargo héritée du PC-12 permet un chargement aisé du même coup une re-configuration très rapide de l’avion. Pour la motorisation, Pilatus a fait appel à deux réacteurs Williams FJ44-4A. L’avionique est spécifique à choix à un ou deux pilotes. L’avion dispose du système Pilatus aceTM développé en partenariat avec Honeywell qui offre une simplicité de fonctionnalité qui permet aux pilotes une meilleure convivialité grâce à un concept intuitif et obtenu avec les quatre écrans 12 pouces. Un système de référence inertiel (IRS) garantit une excellente fiabilité et permet aux informations d’être affichées au bon endroit et sans délai. Le système comprend également la synthèse de la vision, un automanette, un système graphique de planification de vol, un système d'évitement des collisions (TCAS II), et l’alignement de piste avec une capacité de guidage vertical (LPV). De plus, le PC-24 est le seul avion à disposer du système : Unique Puissance modeTM qui permet une alimentation en énergie pour alimenter les systèmes électriques y compris le chauffage et la climatisation de manière indépendantes de toute source d'énergie au sol. Le PC- 24 est classé comme un jet hyper polyvalent de sorte que les propriétaires auront la possibilité d’un aménagement de six ou huit personnes en exécutif ou jusqu'à 10 passagers. Il sera également possible de changer complètement l’intérieur pour permettre à l’aéronef d’être utilisé pour l’évacuation médicale (MEDEVAC).


 

2828130805.jpg


 

Le Pilatus PC-24 dispose à ce jour de 84 commandes, dévoilées ce printemps, lors du salon de l’aviation d’affaires EBACE qui se tient à Genève.

 

Photos : 1 Le futur PC-24 de Pilatus @ Pilatus 2 l’actuel Cessna Citation 560 Excel du STAC @ DDPS 3 Intérieur PC-24 @ P.Kümmerling


03/06/2014

Comment éviter un second MH370 ?

54115_1332986472-1.jpg



La disparition du vol MH370 de Malaysian Airlines reste pour l’instant un complet mystère, les restes du vol n’ont toujours pas été retrouvés. Pourtant, une sonde hydrophone et des balises avaient détecté le mois dernier des ultrasons qui auraient pu provenir des boîtes noires de l'appareil. Mais ces émissions avaient cessé, sans doute à la mort des batteries des boîtes noires, et aucun nouvel élément n'a depuis permis d'affiner la zone de recherche.

Le centre de coordination (JACC) des recherches à Perth avait annoncé le 22 mai  dernier, la reprise des recherches dans les eaux agitées du sud de l'océan Indien, à l'aide d'un robot sous-marin américain Bluefin-21. Le navire qui transportait le robot a finalement quitté la zone après avoir scruté pères de  850 kilomètres carrés d'océan pour tenter de localiser l'épave.


 

_73759442_circle_map.jpg


Réfléchir à des mesures :

 

Le fait de n’avoir pu retrouver et surtout d’expliquer les causes de la disparition du vol MH370 ne signifie pas pour autant que rien n’est fait pour éviter un  nouveau drame de ce type.  Un groupe de de travail pour le suivi des aéronefs (ATTF) mis en place suite à cette tragédie prépare des mesures d’urgences qui seront présentées à l’OACI et à l’IATA en septembre prochain. Ces mesures une fois acceptées seront présentées à l’industrie aéronautique d’ici la fin de l’année.

 

Cette mise en place fait suite à la demande de l’IATA qui a lancé une réflexion sur l’amélioration du suivi mondial des vols aériens. L’IATA a invité l’OACI et des intervenants clés de l’industrie aérienne à participer au groupe ATTF. La première réunion a eu lieu le 13 mai 2014.

De son côté, mais conjointement avec l’IATA, l’OACI a tenu les 12 et 13 mai une réunion multidisciplinaire spéciale sur le suivi mondial des vols. Un des résultats de la réunion de l’OACI a été le consensus établi parmi les États membres et au sein de l’industrie internationale du transport aérien selon lequel le suivi des vols était une priorité à court terme. L’OACI va aussi envisager la mise en place prioritaire de normes internationales basées sur la performance, pour assurer une large mise en œuvre du suivi des vols dans l’ensemble du système aérien.

 

L’OACI et l’IATA travaillent de concert à une enquête auprès des fournisseurs pour identifier les options. Au cours des prochains mois, le groupe ATTF rédigera un ensemble de recommandations axées sur la performance pour assurer un meilleur suivi mondial des aéronefs, ce qui signifie qu’il y aura sans doute plusieurs options qui s’offriront aux compagnies aériennes. Ces recommandations seront préparées en réalisant une évaluation des produits et services disponibles pour le suivi des aéronefs commerciaux, en fonction de critères spécifiques, dont les paramètres de performance, la couverture, la sûreté et les coûts. De plus, le groupe ATTF déterminera un ensemble minimal d’exigences de rendement qui devrait s’appliquer à tout système. 

 

L’ensemble des acteurs du secteurs aériens se retrouvent donc concernés pour une futur mise en place de moyens adéquats.

 

Les hypothèses de travail :

 

Depuis un certain temps, les avionneurs travaillent à la mise en place de «mouchards» sur  les avions commerciaux, qui permettraient, par exemple de prendre le contrôle d’un aéronefs en vol depuis le sol, à la manière d’un drone et de le guider jusqu’à un aéroport en toute sécurité, et ceci de manière sécurisée, sans qu’il soit possible à de pirates de l’air d’agir depuis le cockpit. 

 

Un système annexe signalerait par exemple au sol, tout changement de cap et d’altitude qui n’auraient pas de justification (vent, météo) et alerterait du même coup une cellule d’urgence au sol, qui pourrait non seulement prendre en main l’avion mais également diriger une patrouille d’avions militaires sur le vol concerné, afin de vérifier la situation.

 

Un après MH370 :

 

A la manière du 11 septembre pour les passagers et équipages, il y aura dans un proche avenir un «après MH370». Des mesures seront prises afin qu’un tel drame ne puisse se reproduire, du moins du point de vue des faibles informations disponibles à ce jour.

 

Photos: A340 @ Fabricio Jimenez 

 

 

24/01/2014

Ethiad Regional débute ses vols !

Etihad_Regional_2.JPG

 

Genève, le premier vol commercial d'Etihad Regional no : F7154 a pris son envol ce matin, avec un appareil de type Saab 2000 de 50 sièges nouvellement renommé. L'avion est parti du hub de la compagnie aérienne à Genève, en Suisse, et a atterri à l'aéroport de Rome Fiumicino en Italie.

 

Maurizio Merlo, Chief Executive Officer de Darwin Airline, a déclaré : « C'est un jour très stimulant pour nous et nous sommes ravis que le premier vol d'Etihad Regional ait été opéré sur cette route essentielle, reliant les deux villes importantes de Genève et de Rome.

Je suis convaincu que c'est le début d'une collaboration pleine de succès, qui profitera aux passagers des deux compagnies aériennes. Etihad Regional gagnera en opportunités de connectivité, proposera une meilleure experience de marque et bénéficiera de l'expérience d’Etihad Airways. »

James Hogan, President et Chief Executive Officer d’Etihad Airways, a déclaré : « L'intégration d’Etihad Regional dans notre alliance financière est conforme à notre approche d’expansion, qui repose sur la force de partenariats stratégiques à travers le monde. Ce partenariat aura un impact positif, stimulant la concurrence régionale en Europe et bénéficiera au final, aux voyageurs à travers le monde. »

 

Naissance d’Ethiad Regional :

 

Ethiad Regional est née le 16 janvier dernier, suite à l’acquisition de 33% des parts de Darwin Airlines (la compagnie suisse restera indépendante dans sa structure) par la compagnie nationale des Emirats Arabes Unis.Le premier appareil d’Etihad Regional a été dévoilé lors d'un prestigieux événement de lancement à Zürich mettant en vedette la nouvelle livrée de la compagnie aérienne et son tout nouveau logo. Les 10 avions de la flotte d’Etihad Regional porteront les nouvelles couleurs de la compagnie d’ici fin juin 2014.

 

 

Développement de l’offre :

 

Actuellement la compagnie propose 16 liaisons  en Europe. Mais celles-ci vont augmentés rapidement pour atteindre le nombre de 34, d’ici le mois de juin. En parallèle à l’augmentation des offres, Ethiad va relier sa ligne Abou Dhabi-Zurich au réseau d’Etihad Regional en Europe pour alimenter son propre réseau international.  le réseau d’Etihad Regional comprendra alors sept passerelles européennes desservies par Etihad Airways : Genève, Amsterdam, Paris, Düsseldorf, Belgrade, Zürich (en juin 2014) et Rome (en juillet 2014). En outre, le réseau d’Etihad Regional sera connecté à celui d’airberlin (compagnie acquise partiellement par Etihad Airways) à Berlin, Düsseldorf et Zürich, proposant une connectivité vers des destinations en Europe et en Amérique du Nord. Le partenariat prévoit également l’introduction progressive d’accords de partage de codes, sous réserve d’approbations réglementaires. Durant la première phase, Etihad Airways placera son code EY sur les 16 lignes d’Etihad Regional.

Commentaire :

Cette prise de participation d’Ethiad au sein de Darwin Airlines montre une fois de plus le resserrement des compagnies qui doivent faire face à une concurrence toujours plus forte. Les petites compagnies ne peuvent perdurer longtemps, sans être incluent dans un réseau plus important. En même temps, les grandes compagnies ont tout intérêts à intégrer les plus petites dont les réseaux régionaux bien implantés permet alors de tisser de nouvelles liaisons en direction des grands « hub ». La stratégie adoptée par Ethiad est par conséquent simple et permet une connexion rapide les lignes internationales.

Etihad_Regional_1.JPG

Photos : le premier vol d’Ethiad Regional avec un Saab 2000 @ Ethiad Regional