23/10/2015

Les A-10 entrent en scène en Syrie !

3642184320.jpg

 

L’US Air Force a décidé d'accélérer ses opérations aériennes en Syrie contre les militants de l'État islamique, en déployant le Fairchild A-10 « Thunderbolt II » sur la base aérienne d’Incirlik en Turquie.

La stratégie russe en Syrie pousse aujourd’hui les USA à changer de tactique en matière de frappes aériennes. Washington a donc décidé le déploiement des A-10, pour effectuer des missions contre les unités de Daech.

Au total se sont 12 Fairchild A-10 « Thunderbolt II »  qui sont habituellement basés à Moody Air Force Base en Géorgie, qui ont été transférés en Turquie. Ils remplaceront les 6 Lockheed-Martin F-16 déployés à partir d'Aviano en Italie depuis le mois d’août.

 

Historique :

Le 6 mars 1967, l’US Air Force proposa à 21 constructeurs de lancer une étude pour son programme « Attack-Experimental » ou AX d'avion d’attaque peu coûteux. Six compagnies répondirent à l'appel, dont Fairchild et Northrop, qui reçurent des contrats pour construire des prototypes. Le premier vol du prototype YA-10A de Fairchild a eu lieu le 10 mai 1972. Le 10 janvier 1973,  le A-10 est déclaré vainqueur de la compétition face au Northrop A9. Les premiers A-10A ont été livrés en octobre 1975 à la base de l’USAF de Davis-Monthan, dans l’Arizona. 714 appareils (dont un biplace) furent construits pour l’USAF entre 1975 et 1984. L’A-10 « Thunderbolt II » a cependant été assez mal accueilli dans les forces aériennes américaines, les autorités avaient à l’époque, plus confiance dans les F-16 et F-15.

 

2778961956.jpg

Photos : Fairchild A-10 Thunderbolt II @ USAF

 

 

06/10/2015

La stratégie aérienne russe en Syrie !

7143825.image.jpeg

 

 

 

L’entrée en guerre de la Russie en Syrie a pour but de soutenir le Président Bachar El-Assad et son administration et ceci que cela plaise ou non à l’Occident. Dès l’entrée en activité de la force aérienne russe, les accusations ont fusés en ce qui concerne, les réelles intentions de la Russie vis-à-vis de  l’Etat Islamique (Daech).

 

Protection territoriale

Avec le recul, il est aujourd’hui possible de comprendre pourquoi les premières frappes russes ont touchés différents groupes rebelles. Les jours qui ont suivi l’arrivée des premiers aéronefs russes sur la base aérienne de Lattaquié, différentes factions ont lancé une série d’attaques à l’artillerie et à la roquette, directement sur le secteur nouvellement occupé par les russes. Cette première réponse russe avait pour but, de protéger et stabiliser le secteur de l’aéroport de Lattaquié.

 

12107247_10153575190981181_3751032516591795574_n.jpg

La stratégie russe :

La Russie montre depuis un certain temps, qu’elle a lancé de nombreux raides aériens contre l’EI et ceci en suivant une parfaite logique, qui consiste à étouffer l’ennemi en faisant en sorte que celui-ci, se retrouve à cours de munitions et dans l’incapacité de manœuvrer, de se coordonner et de communiquer.

En effet, la stratégie aérienne russe consiste à attaquer les centres de commandement de l’EI à Kasr Faraj, les dépôts de munition à Maadan Jadid, sans oublier les réseaux de transmission. Les voies de communication ne sont pas oubliées avec la région de Deir Ez Zor et subissent également un harcèlement constant. Dernièrement, le centre d’entrainement de Daret Ezza a été violemment touché. Et ce mardi le repaire des combattants du groupe Etat islamique EI a été la cible des avions russes dans la ville syrienne de Palmyre. D’autres raids ont eu lieu près D’Alep.

 

Importante reconnaissance :

Les opérations actuelles menées par l’aviation russe ne pourraient avoir lieu, si la Russie n’avait de mis en place en Syrie diverses phases de reconnaissance et de collecte et de traitement de l’information avec des appareils de reconnaissance, mais très probablement aussi avec des agents de terrain.

 

1027918122.jpg

L’objectif :

Les Russes appliquent une pression aérienne qui doit à terme priver les unités de l’EI de toute logistique, casser le moral des unités de front et accentuer les désertions. Ces actions semblent également démontrer que la Russie prépare terrain de la reconquête, des unités de l’armée syrienne et de ses alliés iraniens.

Reste que l’on ne peut affirmer aujourd’hui, si Moscou gagnera son pari. En effet, le risque d’enlisement est en soi très fort. Sauf, si les forces pro-Bachar El-Assad arrivent à bousculer l’EI et les groupes rebelles sans que Moscou n’ait besoin d’engager le combat au sol. Quoi qu’il en soit, Vladimir Poutine vient de prendre de vitesse Washington et Paris pour la seconde fois !

 

Les avions russes engagés :

La Force aérienne russe peut compter sur plusieurs type d’avions : Sukhoi Su-25 « Frogfoot », Sukhoi Su-24 « Fencer », Sukhoi Su-27, Sukhoi Su-30SM et des Sukhoi Su-34 « Fullback », sans oublier des hélicoptères d’attaques MI-24 et Ka-52.

 

1027918107.jpg

Photos : 1 Sukhoi Su-34 « Fullback » 2 & 3 Armurier russes 4 Sukhoi Su 24 « Fencer »@ Dmitri Vinogradov

02/10/2015

Nouvelles frappes russes en Syrie !

2171811.jpg

 

 

On apprend ce matin que des avions russes ont détruit un centre de commandement de l'Etat islamique dans la province syrienne d'Alep.

Des avions russes ont détruit un centre de commandement de l'Etat islamique dans la province syrienne d'Alep, rapporte vendredi le ministère russe de la Défense.

Dans le même temps, dans la région d'Idleb, des Su-25 des forces aériennes russes ont détruit plusieurs bunkers et dépôts de munitions des terroristes, indique le ministère. Un autre centre de commandement des djihadistes a été anéanti dans une frappe russe réalisée dans la province de Hama.

4779377_6_ee42_les-frappes-russes-du-30-septembre-2015-en_1df0e248c3b5c141081538102683465a.png

Depuis son engagement en Syrie, l'aviation russe engagés au moins 30 frappes, notamment sur la ville de Djisr al Choughour, tenue par les insurgés, dans le Nord-Ouest du pays. 

 

Photo : Sukhoi Su-25 « Frogfoot » @ Sergy

 

01/10/2015

Les Ilyushin Il-20M déployés en Syrie !

1711345.jpg

 

 

La force aérienne russe a déployé des avions de collecte de renseignements de type Ilyushin Il-20M en Syrie et ceci en parallèle à la flotte d’avions d’attaques. Ces aéronefs doivent coordonner les attaques, mais peuvent également suivre les mouvements des autres forces armées opérant dans la région.

 

Dédié à des missions de renseignement électronique, l'Il-20M est arrivé en Syrie dès le début de l’engagement sur le théâtre d’opération syrien.

L'équipement de Ilyushin Il-20M comprend un radar de surveillance, un système électro-optique  avec des capteurs infrarouges et des communications par satellite pour le partage de données en temps réel.

L'armée russe a déployé plus de 50 avions et hélicoptères, ainsi que des troupes d'infanterie de marine, des parachutistes et des unités de forces spéciales pour son dispositif militaire en Syrie, a indiqué jeudi le ministère de la Défense. C'est la première fois que Moscou confirme officiellement l'ampleur de son engagement.

Ces forces se trouvent dans le port syrien de Tartous où l'armée russe dispose d'installations logistiques, et surtout à l'aéroport de Lattaquié où elle a construit une base militaire. Le responsable militaire n'a pas précisé quels types d'aéronefs avaient été déployés.

"Ce détachement a été déployé dans les délais les plus brefs. Nous avons pu le faire dans la mesure où nos stocks de matériel et de munitions se trouvaient déjà dans nos installations logistiques de Tartous. Il a suffi de faire venir l'aviation et du matériel", a ajouté le porte-parole.

Des sources américaines avaient détaillé ce dispositif : 4 bombardiers Su-34, 12 bombardiers Su-25, 12 avions d'attaque au sol SU-24, 4 chasseurs Su-30 et une vingtaine d'hélicoptères.

 

87193_1341898685.jpg

Photos : 1 Ilyushin Il-20M @ Stanislav Pikylov 2 Su-25 Frogfoot @ Alexander Balykin

 

 

17/08/2015

Des MiG-31 pour la Syrie !

mig-31_02.jpg

 

 

La Russie a honoré un contrat datant de 2007 en livrant au gouvernement syrien six MiG-31 « Foxhound ». Les appareils sont arrivés sur la base aérienne de Mezze à la périphérie de Damas.

La Syrie avait commandé un huit MiG-31 dans le cadre d'un accord plus large de défense avec la Russie en 2007.

 

Jusqu’ici, cette commande avait laissé de nombreux observateurs septiques, quand à la réalisation de cette vente. Il est également à noter que la situation actuelle du régime de Bachar El-Assad, laisse à penser que ces appareils ne seront pas d’une grande utilité, des Sukhoi Su-25 auraient été plus utiles. On évoque cependant, que le régime syrien espère pouvoir à terme, sauver ce qui peut l’être de son territoire et maintenir dans le futur une forte capacité aérienne.

 

Le MiG-31 syrien :

 

Selon Moscou, les MiG-31 livrés à la Syrie ne sont pas au standard le plus récent comme ceux de la Force aérienne russe (MiG-31 BM). La version syrienne garde le radar initial Zaslon-A à impulsions avec une matrice passive à balayage électronique (PESA) et l'antenne de traitement de signal numérique. L'antenne utilisée par le Zaslon est en fait un système multicanal comprenant deux tableaux commandés électroniquement séparées, un radar en bande X avec 1700 émetteurs et un transpondeur en bande L avec 64 émetteurs réunis en une seule antenne. L'antenne a un diamètre de 1,1 mètres et est fixé en position avec un secteur de +/- 70 degrés en azimut et + 70 / -60 degrés en élévation numérisation. Cette haute performance est l'un des grands avantages de radars à balayage électronique par rapport à la précédente génération de réseaux à balayage mécanique qui prennent plusieurs secondes pour effectuer les mêmes fonctions qu'un réseau phasé. La performance de détection du radar Zaslon est de 200 km contre une cible avec une section Radar (SER) de 16 m2, le radar peut suivre jusqu'à 10 cibles tout en engageant 4 simultanément. L’armement se compose de missiles R-33 guidé par radar ou R-40, R-60 IR.

 

Photo : MiG-31 Foxhound @RAC-MiG