05/03/2013

Gripen, les stratégies politiciennes !

gripen_ef__saab_.jpg

Le Conseil des Etats a accepté le crédit pour les 22 avions de combat suédois par 22 voix contre 20.Mais,  il n'a pas libéré les 3,126 milliards faute d'une majorité de 24 sénateurs pour lever le frein aux dépenses. Le projet Gripen revient de loin, et quelques trâces subsistent encore et de la désinformation subie dands les médias, mais il faut aussi affronter maintenant les stratégies de couloir de la Berne Fédérale.

La bataille du financement :

A gauche on ne veut pas d’avion, peut importe qu’il porte le nom de Gripen, Rafale ou Eurofighter, d’ailleurs à gauche on ne veut tout simplement pas d’armée et puis, si jamais le besoin s’en faisait sentir, en trois semaines, il serait aisé de monter une armée de toute pièce !!

A droite, les choses sont inverses, on veut bien d’un avion pour la majorité et du Gripen de surcroît. Par contre la problématique concerne le financement de celui-ci. En effet, deux variantes sont possibles :

a)     Celle proposée par le Conseil Fédéral qui propose un budget de 4,7 milliards avec un fond spécial pour l’achat de l’avion.

b)    Celle de la commission de sécurité du National s’appuie sur la décision du parlement en octobre 2011 qui consiste en un montant de 5 milliards.

Pour un certain nombre d’observateurs, la variante  « a » est insuffisante pour compenser les baisses de budgets de l’armée entre 2003 et 2010 soit un manque à gagner de 500 millions par année.

La variante  « b »  a pour but de permettre l'achat de 22 nouveaux avions de combat et garantir une armée de 100'000 militaires et combler les lacunes en équipement.

En conséquence, la grande question avenir concerne donc la variante qui sera finalement retenue pour non seulement financer l’achat des 22 avions Gripen E, mais l’ensemble de l’armée.

On imagine à peine la situation, si le DDPS avait choisi un avion plus cher à 4 milliards par exemple !

Soutien «officiel» à droite :

Les orateurs de droite ont quasiment tous plaidé la nécessité d'acquérir de nouveaux avions afin que l'armée assure ses missions de surveillance et défense de l'espace aérien. La vieille flotte de 54 Tiger ne sera plus utilisée (les moderniser coûterait trop cher) et les 33 F/A-18 restants ne suffiront pas, selon Hans Hess.Après une analyse détaillée, la commission préparatoire a jugé limités les risques techniques, financiers, politiques et de calendrier liés à l'achat des Gripen. La Suède est un partenaire à qui l'on peut faire confiance, selon le président de la commission préparatoire.Cette dernière n'a pas non plus remis en cause le recours à la location d'appareils, en attendant le dernier modèle commandé. Les premiers onze Gripen de type D seraient remis entre mi-2018 et 2019. En attendant la livraison complète, Berne louera de 2016 à 2020 huit Gripen C et trois Gripen D.Les partisans du nouvel avion ont également mis en avant les affaires compensatoires qui profiteront à l'économie suisse. Et d'appeler à ce que l'objectif de répartition entre les régions linguistiques (65% en Suisse alémanique, 30% en Romandie, 5% au Tessin) soit tenu.

La mauvaise foi :

Retenons également la mauvaise foi de certain : A gauche, on soutien qu’il faut bien de l’argent mais pour des avions de transport ! C’est pourtant la gauche qui ‘s’était opposée à l’achat d’avions de transport en 1997 ! On apprécie !

La dernière en date, l'interview de L. Recordon (Verts) qui déclare à propos du besoin d'un avion de combat : "Cela nécessite un intercepteur relativement rapide, mais pas un chasseur de combat" (.) ! Je vous laisse juge de ce genre de déclaration ! 

Ne pas faiblir :

Combattre les dernières fausses idées sur l'avion, mieux informer nos élus et la populations sur les besoins des Forces aériennes, tels sont les points qu'il va falloir poursuivre dans les semaines avenirs.

 

 


 

 

 

 

 

 

01/03/2013

Nouveau soutien en faveur du Gripen !

2428941001.jpg

 

Dans un co-rapport adressé à la Commission de la politique de sécurité, la Commission des finances du Conseil national a annoncé qu’elle approuvait, par 15 voix contre 9, le crédit d’engagement de 3,126 milliards de francs destiné à l’acquisition de 22 avions de combat Gripen, ainsi que la loi sur le fonds Gripen (12.085 é). Par ailleurs, elle a pris connaissance des directives concernant le budget 2014 et le plan financier 2015 – 2017, qui lui ont été présentées par la chef du Département fédéral des finances.

La Commission des finances du Conseil national (CdF-N) a établi un co-rapport à l’intention de la Commission de la politique de sécurité (CPS), qui est chargée du dossier ; elle y indique qu’elle approuve, par 15 voix contre 9, le crédit d’engagement de 3,126 milliards de francs prévu pour l’achat de 22 Gripen. La majorité de la CdF-N estime que, pour des raisons sécuritaires et budgétaires, l’acquisition de ces avions est légitime : les moyens financiers sont disponibles et il est avéré que de nouveaux appareils sont nécessaires. Pour sa part, la minorité de la commission rejette le projet du Conseil fédéral en invoquant elle aussi le budget et la sécurité. Les conséquences d’un tel achat ont alimenté le débat au sein de la CdF-N. Par 12 voix contre 9 et 3 abstentions, celle-ci a approuvé une proposition visant à compléter le co-rapport afin de signaler à la CPS que, en cas d’achat des Gripen, l’armée devrait pouvoir disposer d’un budget de 5 milliards de francs. C’est là le seul moyen de garantir que l’armée aura encore suffisamment de moyens pour acquérir le matériel dont elle a encore besoin. La CdF-N adhère ainsi aux décisions prises par le Parlement au sujet du rapport sur l’armée 2010 (10.089 é).

La commission approuve également la loi sur le fonds Gripen. À l’issue de la discussion, une proposition visant à rejeter la loi sur le fonds Gripen a été retirée. Aux termes de l’art. 52 de la loi sur les finances, la création d’un fonds spécial doit reposer sur des bases légales et est sujette au référendum. La CdF-N s’est longuement demandé si ce mode de financement était judicieux, étant donné qu’il n’existe pas de référendum financier sur le plan fédéral. Selon la commission, le contexte actuel justifie la création d’un fonds, même si cette solution risque de compromettre la transparence et la gestion du budget. Vu ces désavantages, la commission attend que le compte du fonds Gripen soit transparent. La CdF-N s’est par ailleurs opposée, par 15 voix contre 9, à ce que le montant de l’attribution de 3,126 milliards de francs soit inscrit à l’art. 2, al. 1, de la loi sur le fonds Gripen. Enfin, toujours par 15 voix contre 9, elle a rejeté deux propositions visant à biffer l’art. 2, al. 2, let. b, ainsi que l’art. 2, al. 3 de cette même loi.

 

Photo : Gripen F de démonstration à Emmen @ Pascal Kümmerling

24/02/2013

Gripen E : Les appuis politiques !

5775.hp_DSC9775.jpg-800x0.jpg

Les ambiguïtés sur l’achat de l’avion de combat Gripen E tombent les une après les autres, Les falsifications et les tentatives de dés-informations concernant l’avion suédois sont aujourd’hui caducs. Les commissions révèlent (enfin) la vérité sur le sujet.

Commissions favorables : 

Suite à l’approbation favorable de la commission des finances sur l’achat de l’avion de combat Gripen E, la commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats a donné son aval à l'achat de 22 Gripen par 9 voix contre 4. L'objet devrait donc franchir facilement le cap du Conseil des Etats le 5 mars prochain. «La capacité des Gripen n'est pas contestée de notre côté», avait expliqué le président de la commission Hans Hess (PLR/OW). En outre, il s'est dit convaincu que les risques financiers liés à l'acquisition peuvent être écartés.

 

La droite monte au front :

 

DSC_2880.jpg


Les libéraux-radicaux ont indiqué dans un communiqué qu'ils soutiendraient la création du fonds spécial et l'achat du Gripen E. Les quatre conditions qu'ils avaient fixées dans le cadre de la polémique autour du processus d'évaluation sont désormais remplies dans les contrats provisoires, écrivent-ils.

Le groupe parlementaire UDC, réuni vendredi et samedi à Wattwil (SG) en présence du ministre de la défense Ueli Maurer est du même avis. A la quasi unanimité, 40 voix contre une et 2 abstentions, il a décidé de soutenir l'achat du jet de combat suédois au nom de la souveraineté et de la neutralité du pays.

Le PDC s'était déjà dit satisfait des explications fournies par Ueli Maurer et du message du gouvernement sur le Gripen. 

Rappel sur le sujet de l’avion Gripen E : 

 

Solid_base_continuous_upgrades_illustration_750.jpg


  • Le coût d’acquisition du Gripen est de 40% inférieur à celui de ses concurrents.
  • Les frais d’exploitation du Gripen représentent un quart de ceux de ses concurrents.
  • Grâce à sa haute fiabilité et à des temps de réparation réduits, le Gripen assure davantage d’heures de vol aux forces aériennes.
  • Le gouvernement suédois garantit le développement constant de l’avion de combat dans le futur.
  • L’impact du Gripen sur l’environnement est sensiblement plus faible que celui de ses concurrents.
  • Saab crée des emplois et des activités à long terme en Suisse et garantit à l’industrie helvétique des volumes d’affaires supérieurs à 100% du prix d’acquisition.
  • La Suède propose à la Suisse une large coopération en matière d’armement et des opportunités d’entraînement incomparables en Suède.

Au lieu de construire un avion et de devoir ensuite effectuer une mise à jour de mi-durée majeure et très coûteuse, Saab apporte des améliorations critiques mais de moindre importance tous les deux à trois ans. Cette philosophie de développement implique de nombreux avantages. 

Chaque étape de mise à jour de cette échelle de développement est appelée un « Materiel System », ou MS. Chaque MS concerne aussi bien l'avion que les systèmes de support opérationnels et de maintenance. L'illustration ci-dessus présente toutes les étapes du MS14 au MS22. L'étape du MS14 a été nommée le Gripen A/B, tout comme le MS15 et le MS16. Mais par la suite, lors de l'introduction du MS17, le nom de l'avion a changé pour devenir le Gripen C/D. Voilà comment cela fonctionne. Après une série d'étapes  MS, la somme des mises à jour devient tellement importante que le nom de l'avion change pour refléter cette évolution. Partant de cette logique, on peut observer que le prochain changement de nom interviendra lors de l'introduction du MS21.


 

613430_pic_970x641.jpg


Lien sur le programme Gripen E : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/25/une-premie...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/25/une-premie...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/tag/gripen+biocarburant

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/17/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/20/le-gripen-...

 

Photos : 1 Gripen F de démonstration en vol avec un F/A-18D à Axalp @ Swiss Air Force 2 Au roulage à Emmen 3 Nacelle ATFLIR III sur le Gripen C @ Pascal Kümmerling


15/02/2013

Le Gripen E prend son envol !

1111j129888.jpg


 

La constructeur de matériel de défense et de sécurité Saab a signé un accord avec l’Administration suédoise pour le matériel de défense (FMV) concernant le Gripen E. L’accord couvre le développement et la modification du Gripen E pour la Suède au cours de la période 2013-2026, ainsi qu’une commande possible en provenance de la Suisse pour une nouvelle production de Gripen E. 

 

Le FMV a passé aujourd’hui une commande initiale de développement d’un montant de SEK2,5mia (CHF360mio) pour les opérations en 2013 et 2014. Les autres commandes de la Suède sont attendues pour 2013-2014. Le montant total de commandes possibles couvertes par cet accord atteint SEK47,2mia (CHF6.9mia).

 

 

IMG_0092.JPG

Le parlement suédois a décidé, à une large majorité, de l’achat du Gripen E par la Suède. L’accord signé conduira à une première livraison du Gripen E à la Suède en 2018.

L’accord avec le FMV comprend plusieurs parties. La première partie, dont commande a été passée aujourd’hui, se réfère au développement du Gripen E en 2013-2014 et s’élève à SEK2,5 mia. Les autres parties de l’accord comprennent les commandes suivantes :

 

 Le travail de développement restant pour le Gripen E pour la Suède, pour un montant de SEK10,6mia (CHF 1,5mia) attendue au cours du premier trimestre de 2013.

 La modification de 60 Gripen C en Gripen E,avec les premières livraisons à la Suède en 2018 attendue au cours du quatrième trimestre 2013 au plus tard.

 De l’équipement spécifique pour certaines missions,ainsi que le support et la maintenance du Gripen E pour la Suède, avec des livraisons initiales en 2018 – attendue au cours du quatrième trimestre de 2014 au plus tard.

 EnSuisse, l’acquisition possible de 22 Gripen E est soumise au processus parlementaire. De ce fait, l’accord comprend des provisions de livraison à la Suisse de 22 Gripen E neufs et de leur matériel d’accompagnement, si la Suisse décide d’acheter le Gripen E.


 

Grpn Large1.jpg


 

L’ensemble des commandes couvertes par l’accord, y compris la commande possible pour la Suisse passée par le biais du FMV, s’élève à une valeur totale d’environ SEK47,2mia. Les commandes seront comptabilisées au fur et à mesure de leur réception.


L’accord permet au FMV, sous certaines conditions pré-requises, de procéder à des annulations partielles ou totales. Dans ce cas, Saab a droit à une compensation pour les frais déjà engagés et pour les coûts liés à l’arrêt. L’accord inclut également certaines sections qui règlent les conditions dans le cas où la Suisse déciderait de ne pas procéder à l’achat du Gripen E.

 

“Il s’agit d’un événement historique pour Saab. Nous sommes fiers de continuer à livrer aux forces aériennes suédoises un avion de chasse qui compte parmi les meilleurs au monde. Le Gripen représente la colonne vertébrale de l’armée de l’air en Suède, et dans plusieurs autres pays aussi. Cette étape permet également l’ouverture d’opportunités additionnelles dans le marché de l’exportation, et ceci pour de nombreuses années à venir. Nos clients existants qui volent déjà avec le Gripen en version C/D pourront aussi tirer parti de certains développements lors de leurs prochaines mises à jour », dit Håkan Buskhe, président et CEO de Saab.

« Nous entrons à présent dans une phase de test et de développement qui occupera une grande partie de nos collaborateurs actuels. Nous prévoyons de devoir recruter du personnel. La production se fera en Suède, avec des fournisseurs en provenance de nombreux pays », explique Lennart Sindahl, qui dirige la division aéronautique de Saab, en ajoutant :

“Avec cet accord, nous continuons à développer le concept Gripen, qui rencontre un grand succès, avec notre propre design innovant et unique ainsi que notre logiciel, combiné à des sous-systèmes qui proviennent de différents fournisseurs dans le monde. »


Le Gripen E possède des capacités supplémentaires conséquentes par rapport aux versions précédentes. L’avion est construit selon les mêmes principes de « smart design » et sur la base des mêmes solutions technologiques innovantes, ce qui permet de réaliser des économies substantielles en comparaison avec d’autres alternatives. Le Gripen E a un moteur plus puissant, qui peut opérer sur une durée plus longue et permet d’emporter davantage d’armements et de charges. Un nouveau radar électronique, des systèmes de présentation améliorés dans le cockpit et une avionique (électronique de l’avion) moderne permettent d’augmenter la capacité de réussite de missions performantes. Les progrès technologiques réalisés avec le Gripen E ont été éprouvés dans le cadre du programme de démonstration Gripen 39-7 E/F, dont l’avion-test a volé plus de 250 heures depuis 2008, en Suède, au Royaume-Uni, en Inde et en Suisse parmi d’autres.

 

Avec une mise à jour des équipements aussi bien que du logiciel, le Gripen E devient un système moderne, facile à développer par la suite.

 

Prochaines étapes :

 

  • Saab vient de commencer les demandes en approvisionnement pour le lancement d’une pré-séries de Gripen E, soit 3 exemplaires. Le calendrier prévoit que le premier Gripen E doit effectuer son premier l’année prochaine probablement en décembre, il sera suivi en 2015 de deux autres appareils. 2015-2016 un pilote et un technicien suisses seront à temps plein en Suède, pour suivre de près le développement et rejoint ponctuellement pour des essais complémentaire par une équipe plus importante.
  • 2013, Le démonstrateur Gripen F (NG) sera doté de l’IRST et de la version définitive du radar ES-05 «Raven», s’en suivra la poursuite du développement à grande échelle du radar.

DSC_2797.jpg

 

Liens sur le dossier Gripen E :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/25/une-premie...

 

http://psk.blog.24heures.ch/tag/avia+news+gripen+e...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...

 

http://psk.blog.24heures.ch/tag/gripen+biocarburant...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/20/le-gripen-...

 

Photos : 1 Gripen F (démonstrateur) devant le Cervin @ Swiss Air Force 2 En vol en Suède 3 Image de Synthèse Gripen E @ Saab Gripen 3 A Emmen dans un box @ Pascal Kümmerling

25/01/2013

Une première commission recommande le Gripen E !

DSC_2798.jpg


 

Après s’être entretenue avec la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf sur les objectifs du Département fédéral des finances pour l’année 2013, la Commission des finances du Conseil des États a procédé, dans le cadre de la procédure de co-rapport, à l’examen des aspects financiers du projet d’acquisition de l’avion de combat Gripen et s’est penchée sur le plan d’action « Recherche énergétique suisse coordonnée ».

Objectifs 2013 du Département fédéral des finances (DFF).

 

 

Co-rapport concernant l’acquisition de l’avion de combat Gripen (Programme d’armement 2012 et loi sur le fonds Gripen),:

 

Dans le cadre de la procédure de co-rapport, la CdF-E s’est prononcée sur les aspects financiers de l’arrêté fédéral sur l’acquisition de l’avion de combat Gripen (Programme d’armement 2012) ainsi que sur la loi fédérale sur le fonds d’acquisition de l’avion de combat Gripen (Loi sur le fonds Gripen). Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a présenté à la commission les conditions-cadre du projet (genèse, critères de sélection, rôle de l’Etat suédois en marge des négociations) avant d’exposer de manière approfondie le mécanisme de financement. Lors de la discussion qui a suivi cette présentation, la commission s’est montrée préoccupée par rapport à la marge de manœuvre restante pour le financement des investissements nécessaires dans d’autres domaines de la défense, compte tenu du montant élevé de 3126 millions de francs alloué exclusivement à l’acquisition de nouveaux avions de combat. Les effets de l’achat du Gripen sur le budget de la Confédération, les charges annuelles d’exploitation et d’entretien, les affaires compensatoires et leur répartition entre les régions ainsi que les conséquences d’un éventuel refus du peuple suisse à la suite d’un référendum sont les autres sujets ayant alimenté le débat. A l'issue de ses délibérations, la commission recommande à la Commission de la politique de sécurité du Conseil des États (CPS-E) par 7 voix contre 2 et 1 abstention d’approuver le projet soumis par le Conseil fédéral. Par ailleurs, elle soutient à l’unanimité le mécanisme de financement prévu sous la forme du « fonds Gripen ». Elle tient également à souligner que le Conseil fédéral devra  communiquer sans ambiguïté qu’un refus de la loi sur le fonds Gripen devant le peuple irait de pair avec l’échec du programme d’armement 2012 et de l’acquisition des avions de combat de type Gripen. La commission soumet ses réflexions via un co-rapport à la CPS-É, qui procédera à l’examen de fond lors de sa séance du 21 février 2013.


Lien sur le dossier complet sur  Gripen E :


http://psk.blog.24heures.ch/tag/avia+news+gripen+e

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...


http://psk.blog.24heures.ch/tag/gripen+biocarburant

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/17/le-gripen-...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/20/le-gripen-e-un-couteau-suisse-a-lui-seul.html

 


 

Photo : Gripen F à Emmen @ Pascal Kümmerling