09/06/2016

Exercice franco-suisse Epervier 2016 !

FA-18_et_Mirage_2000_FR_1_(Epervier09).jpg

Du 10 au 26 juin 2016, les Forces aériennes suisses participent avec une quarantaine de collaborateurs, dont 12 pilotes, à l’exercice bilatéral de défense aérienne «Epervier16 » qui se tient à Mont-de-Marsan (France).

La délégation suisse se compose d'environ 40 personnes et de quatre avions de chasse de type F/A-18. L'exercice offre l'opportunité de s'entraîner conjointement avec une nation étrangère, de tester les procédures des Forces aériennes suisses dans un environnement international, d'exercer l'interopérabilité de l'équipage, ainsi que d'augmenter l'expérience des collaborateurs au sol et en l'air.

En participant à cet exercice, le détachement suisse complète l'entraînement de défense aérienne, qu'il ne peut exécuter que partiellement en Suisse en raison des mesures prises par égard pour la population.

Un arrangement technique entre la Suisse et la France sert de base légale pour la participation helvétique à l'exercice «Epervier16».

Exercice « Epervier » :

L’Exercice « Epervier » n’est pas une première, il existe depuis plusieurs années entre nos deux pays. Dans le cadre des échanges bilatéraux, l’exercice “Epervier” se déroule chaque année à tour de rôle en Suisse et en France. Mais pour des raisons d’engagement sur des théâtres d’opération étrangers de l’Armée de l’air française, cet exercice avait été momentanément reporté ces dernières années.

Epervier, c’est l’occasion pour les deux Forces aériennes de s’entrainer conjointement au combat aérien longue portée BVR (Beyond Visual Range = hors de portée visuelle) et combat aérien rapproché (Dogfight) en enchaînant des missions simples 1 vs 1 puis, plus complexes 4 vs 4.

Il s’agit également de peaufiner les procédures d’engagement afin de parfaire la capacité commune d’engagement en matière de partenariat de défense aérienne.

Il faut rappeler que depuis plusieurs années le partenariat entre les deux pays à fortement augmenté dans le domaine de la sécurité en Europe et ce genre d’exercice, ainsi que l’entraînement au ravitaillement en vol des F/A-18 suisses sont devenus chose courante.

 

Photo : Mirage 2000-5 de l’EC 1.2 « Cigognes » et deux F/A-18 C Hornet lors en 2009 @ Swiss Air Force

06/08/2015

Les hélicoptères de l’armée très sollicités !

 

pour_abreuver_lesvachesdanslejuravaudoisunpilotedunsuperpumadela.jpg

 

Si le « couac » survenu dans l’approvisionnement d’eau pour les vaches depuis la France a retenu l’attention des médias, il n’en reste pas moins que les Forces aériennes sont mises à une forte contribution, ces derniers jours et ceci à la demande des autorités civils.

 

Extinction d’un incendie :

 

Le lundi 3 août, pour faire face à un important incendie, trois hélicoptères des Forces aériennes ont été engagés aux côtés de près de 200 pompiers éteindre un incendie dans une halle d’entrepôt d’une ancienne fabrique à Horn en Thurgovie. L’incendie a été découvert peu avant 5h30 par un collaborateur d’une entreprise locataire. Quand le service du feu est arrivé, les flammes rongeaient déjà le toit du bâtiment. Les Forces aériennes ont été informées à 8h25 de l’incident. Un collaborateur du Corps des gardes-frontières (Cgfr) s’est annoncé auprès de la centrale d’engagement de Dübendorf. Les Forces aériennes ont ensuite pris contact avec le commandant en charge du service du feu par l’intermédiaire de la centrale d’alarme cantonale. Le commandant a confirmé la nécessité d’engager des hélicoptères d’extinction. A 8h45, un Super Puma qui se rendait en Romandie pour y effectuer des transports d’eau a été directement dépêché à Horn pour lutter contre l’incendie. Le briefing avec le chef d’intervention a eu lieu à 9h35. Au même instant, un Eurocopter EC635 décollait de Dübendorf pour appuyer le Super Puma dans le cadre des tâches d’extinction. Par la suite, un deuxième Super Puma a quitté Alpnach pour renforcer les équipes déjà en place.

Les trois hélicoptères ont déversé plus de 450 tonnes d’eau sur les bâtiments en flammes.

 

Engagement au profit du bétail:

 

A la demande du canton de Vaud, l’armée prolonge son engagement pour aider les paysans du Jura vaudois et étend son appui aux Préalpes vaudoises. Plusieurs sites seront approvisionnés en eau pour le bétail, essentiellement par les airs, jusqu’au 19 août au plus tard.

Depuis le 20 juillet 2015, l’armée fournit une aide en cas de catastrophe en faveur du canton de Vaud et des exploitations agricoles des Préalpes vaudoises. L’engagement devait à l’origine prendre fin le 4 août mais les faibles précipitations de ces derniers jours n’ont pas suffisamment amélioré la situation de l’approvisionnement en eau. L’armée a donc donné suite à la demande du canton de Vaud de prolonger l’engagement en cours. Les hélicoptères continueront d’alimenter les abreuvoirs en eau pour le bétail pâturant dans la région.

Cette prolongation de l’engagement implique une adaptation du dispositif. Ainsi, l’un des deux bassins d’eau d’extinction de 35 mètres cubes situé au Lac de Joux a été démonté le vendredi 31 juillet 2015. Six autres bassins militaires d’eau d’extinction, d’une contenance de 53 mètres cubes chacun, sont situés entre Saint-Cergue et Provence. Ils continueront d’être alimentés par les hélicoptères de l’armée avec de l’eau provenant du Lac de Neuchâtel et du Lac de Joux. Plusieurs douzaines de citernes privées seront en outre ravitaillées dans le Jura vaudois. En cas de besoin, des pâturages alpestres et des exploitations agricoles des Préalpes vaudoises seront désormais aussi ravitaillés en eau pour le bétail.

 

Depuis le début de l’engagement, l’armée a accompli 110 heures de vol en Super Puma dans le canton de Vaud pour un total de 253 rotations (vols aller et retour). Près de 725 tonnes d’eau ont été livrées. La prolongation de l’engagement de l’armée s’effectue également en vertu de l’ordonnance sur l’aide militaire en cas de catastrophe dans le pays et n’entraîne aucun frais pour le canton de Vaud. L’armée avait déjà prolongé le vendredi 31 juillet 2015 son engagement en faveur du canton de Fribourg jusqu’au 11 août 2015 au plus tard.

 

brand_parsys_74883_Image.jpg

 

Photos : Super Puma & EC635 @ DDPS

10/11/2014

Les Forces aériennes à l’exercice Nightway !

IMG_0632.JPG

 

Ørland en Norvège, ce matin 10 novembre et ceci jusqu’au 5 décembre 2014, des membres des Forces aériennes suisses s’entraîneront au vol de nuit avec des avions de combats Boeing F/A-18C/D «Hornet».

 

Au total, deux relèves composées dʼenviron 30 pilotes, 80 membres du personnel au sol et 10 personnes chargées de la sécurité se rendront en Norvège avec huit avions F/A-18C/D «Hornet». Cette campagne, baptisée «Nightway», constitue un élément important de l’entraînement au vol de nuit, lequel ne peut être exercé que de manière marginale en Suisse par égard pour la population. 

 

A l'instar des années précédentes, les objectifs de la campagne de vol de nuit en Norvège sont les suivants : étape finale de l'instruction de base pour les jeunes pilotes de F/A-18 (service nocturne de police aérienne), perfectionnement et consolidation des tactiques de vol de nuit avec et sans appareil de vision nocturne pour les pilotes plus avancés, et  engagements d'avions de combat dans des conditions difficiles (obscurité, froid, intempéries et topographie).

 

Nightway :

 

- Courte durée d'ensoleillement  (=plus de vols de nuit)

- La plupart des secteurs se situent au-dessus de la mer ce qui entraîne beaucoup moins de nuisances sonores pour la population

- L'altitude minimale dans les secteurs est de 5000ft/AMSL (1600m) au lieu de 13000ft/AMSL (3700m) en Suisse. Les performances des réacteurs sont bien meilleures à cette altitude ce qui nécessite une certaine adaptation.

- Les vols supersoniques ont lieu jusqu'à un minimum de 2800m au-dessus de la mer contre 10'000m (sol) pour la Suisse.

- Entraînement contre les F-16 norvégiens.

 

Le vol au-dessus de la mer ainsi que les altitudes minimales très basses ont demandé une préparation extrêmement sérieuse. Avant la campagne, chaque pilote a suivi une instruction particulière de «Sea Survival» de nuit dans le lac de Neuchâtel pour s'adapter aux manipulations sur l'équipement dans l'obscurité. Lors de cet exercice, comme pendant chaque vol, le port d'une combinaison étanche était obligatoire. Elle est nécessaire et sert à prolonger le temps de survie du pilote en cas d'éjection dans des eaux glaciales (env.+4°C). D'autres briefings tels que les procédures de sauvetage en mer, les conditions météorologiques extrêmes, les différences des procédures ATC d'avec la Suisse, les connaissances de la base d’Ørland ont été suivis.

 

1870483371.jpg

 

 

Photos: F-18C/D à Nightway @ Swiss Air Force

24/09/2014

F/A-18C/D au Tactical Leadership Programme !

DSC_3240.jpg

Les Forces aériennes suisses participent une nouvelle fois, du 24 septembre au 10 octobre 2014 à l’exercice multinational de défense aérienne «Tactical Leadership Programme» (TLP) à Albacete (Espagne). Il s’agit de la cinquième participation helvétique à cet exercice international.

 

L'exercice permet au détachement suisse de compléter l'entraînement de défense aérienne qui ne peut être effectué que de manière restreinte en Suisse. Les Forces aériennes suisses sont les hôtes de leurs homologues espagnoles. Cet exercice engagera 38 collaborateurs des Forces aériennes, dont six pilotes, et quatre F/A-18 Hornet.

Sur le plan légal, cet exercice est fondé sur une convention de collaboration avec l'Espagne approuvée par le Conseil fédéral.

 

Tactical Leadership Programme (TLP) :

 

La base d’Albacete abrite le centre européen d’entraînement au combat aérien, le Tactical Leadership Programme (TLP) dont nos pilotes vont bénéficier pour la cinquième fois (première en 2010). L’objectif du TLP est d’accroître l’efficacité des Forces aériennes dans le cadre de développement des compétences en leadership tactique et capacités de vol, la planification des missions ainsi  que les initiatives conceptuelles et doctrinales.

Les Forces aériennes alliées en Europe centrale (AAFCE) avaient émises il y a plus de 30 ans la volonté de la création d’un tel site d’entraînement dans un but non seulement d’améliorer les procédures tactiques mais aussi à l’élaboration des techniques qui renforcent la coopération aérienne multinationale.

Les pilotes de Hornet suisses rencontreront les Forces aériennes suivantes lors de l’exercice de cette année : France : Rafale C & Mirage 2000-5, Espagne Mirage F1 & Alpha Jet E, Italie : Eurofighter & AMX,  Hollande : F-16AM, Allemagne Tornado IDS.  


1512838_645988962110981_1676152445_n.jpg


 

 

Photos : 1 Hornet Suisse à Payerne @P.Kümmerling 2 Participants au TLP @ TLP

19:47 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tlp, swiss air froce, ddps, fa18 hornet, fa18cd |  Facebook | |

27/01/2014

WEF/Genève II, les limites du F-5 Tiger II !

 

 

f-5e,swiss air froce,gripen e,gripen suisse,réferendum gripen,gripen blog,gripen-oui,swiss gripen,swiss air force

Nouveau volet concernant les besoins d’acquisition du Gripen E, cette fois-ci, c’est l’actualité qui nous en apporte une preuve supplémentaire.

Nos Forces aériennes ont dû armer les Tiger de la Patrouille Suisse pour sécuriser les deux dispositifs. « Pa capona » : nos ambassadeurs ailés ont donc été armés de missiles « bons de guerre » ! Parce que 32 F/A-18 ne suffisent pas pour protéger une conférence de paix et un forum international accueillis simultanément sur notre sol. Cela, même en collaborant avec d’autres forces aériennes.

Plusieurs opposants à l'achat du Gripen affirment que la solution pour ne pas « gaspiller des milliards » dans ces avions, réside dans la collaboration avec les pays voisins. Collaborer ? Sans avoir de quoi collaborer effectivement, dès lors qu'une frange politique de ce pays refuse que l’armée investisse, sur son budget ordinaire alloué par le Parlement, dans une aviation efficace au-delà de quelques jours ?

 

f-5e,swiss air froce,gripen e,gripen suisse,réferendum gripen,gripen blog,gripen-oui,swiss gripen,swiss air force

 

Ces appels à la collaboration, c'est de la sculpture sur nuages ! Certes, nos Forces aériennes ont su faire face durant le WEF et Genève 2. Mais avec un manque cruel de moyens efficaces, en étant obligées d’armer leurs vénérables ambassadeurs pour faire le job. En Suisse, des prétendus « experts militaires » de gauche, maqués avec le Groupe pour une Suisse sans armée, n’ont cure du maintien de notre capacité de défense. Une capacité qui ne pourra être reconstruite du jour au lendemain une fois qu’on y aura renoncé le 18 mai prochain.

La situation du F-5 Tiger II :

 Les Northrop F-5E/F Tiger des Forces aériennes suisses ont une conception datant de la fin des années 60. La Confédération a acquis dès 1978 110 Tiger au total avec une mise hors service prévue à l’origine pour 2010. La flotte actuelle qui comprend moins de 50 appareils peut accomplir diverses missions, mais elle ne peut absolument pas se mesurer avec des avions de combat modernes des 4e et 5e générations.

Les derniers F-5E/F encore en service sont, non seulement limités du point de vue des capacités, ne pouvant par exemple, pas voler de nuit ou par mauvais temps, mais ceux-ci doivent également être guidés, depuis les stations radar au sol jusqu'à l’objectif. De plus, le vieillissement des cellules et des équipements de bord imposent soit un retrait des appareils les plus anciens, soit une augmentation annuelle des heures de maintenance et donc des coûts d’exploitation.

 

REN-GO~1.JPG

Jusqu'à présent les F-5 destinés à la Patrouille Suisse n’étaient pas engagés lors d’opérations telles que le WEF ou des conférences du type Genève II, d’ailleurs les F-5 de la PS n’ont plus de canons de bord opérationnels, dont la partie arrière a été remplacée, par le système permettant de former les fumigènes. Mais l’attrition de la flotte de F-5 est aujourd’hui telle, qu’il fallut se résoudre à puiser dans l’effectif des F-5 destinés à la Patrouille Suisse. Le dispositif fumigène ayant été démonté pour réinstaller les canons de bord.

A l’évidence la situation de la flotte de F-5 devient complexe, il devient nécessaire de remplacer ces appareils par le Gripen E. Non seulement pour assurer dignement la souveraineté de notre espace aérien, mais aussi pour assurer l’avenir de la Patrouille Suisse !

Texte : François Monney/ Pascal Kümmerling

Photos : 1 & 3 F-5E PS armé@ René Gogniat 2 Aim-9P Sidewinder sur un F-5 E de la PS @ Neo Falcon

 

mail.jpg

OUI le 18 mai à la loi sur le financement du Gripen !

 

Lien sur les articles du dossier :

Gripen, un besoin fondamental :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

Gripen, les mensonges des référendaires :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...