20/02/2014

Arrivée du premier PC-21 qatari !

yourfile.jpg


 

 

Stans, Pilatus Aircraft vient de débuter les essais du premier exemplaire du PC-21 destiné à l’Armée de l’air du Qatar. Le Qatar a commandé en juillet 2012, un total de 24 avions école de nouvelle génération PC-21 pour un montant de 600 millions de francs suisses. 

 

Les PC-21 serviront à former les étudiants de la toute nouvelle académie de pilotes militaires de l'émirat. La livraison des avions est prévue, pour mi-2014 et l'entraînement devrait débuter en 2015. Le contrat comprend également la fourniture de systèmes de formation au sol, d’un simulateur et du matériel associé, ainsi que des services de maintenance. 

Le premier PC-21 qatari no : QA350 a débuté ses essais au sol avant son premier vol prévu ces prochains jours.

Le Qatar va devenir le cinquième pays à introduire le PC-21 en tant qu’avion école de nouvelle génération,  après l'Arabie saoudite, Singapour, la Suisse et les Emirats Arabes Unis.

 

Le PC-21 : 


 

282440552.jpg


 

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde d’assurer une transition direct, vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen E, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci, sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

 

Moins de bruit grâce à une nouvelle hélice :

 

Des essais ont eu lieu avec les Forces aériennes suisses, pour réduire encore le bruit des PC-21. L’objectif de ces tests est de réduire encore un peu le niveau sonore de l’avion. Les Forces aériennes prévoient d’adapter une nouvelle hélice sur l’ensemble de la flotte d’ici fin 2014, afin de pouvoir, à l’avenir remplir sa mission d’instruction de manière encore plus silencieuse.


 

chapter0.parsys.22993.1.photo.Photogallery.gif.jpeg


 

 

 

Photos : 1 PC-21 Qatari @Stephan Widmer 2 Cockpit du PC-21 3 PC-21 aux couleurs suisses @ Swiss Air Force

 

01/02/2014

Gripen E, le Brésil et Saab négocient !

unnamed-1.jpg


 

 

Le Brésil a choisi le Gripen E de Saab, voici venu le temps des négociations du contrat. Pour le Commandant de la Force aérienne, le Brigadier Juniti Saito, il s’agit d’un soulagement et la fin d’un long feuilleton.

 

Toujours sur le choix de l’avion, le Bigadier Juniti Saito déclarait cette semaine que l’avion suédois avait très rapidement séduit les pilotes avec sa nouvelle avionique et ses nombreuses capacités technologiques, comme par exemple l’extraordinaire capacité de détection du radar  AESA ES-05 «Raven» qui surpasse ses concurrents. 

 

Mais d’un autre côté, l’avionneur Saab offre un véritable partenariat technologique aux différentes industries brésiliennes avec la possibilité de produire des parts importantes de l’avion mais également dans une collaboration plus large permettant aux industriels brésiliens de conserver un propriété intellectuelle des produits manufacturés. 

 

De nombreuses synergies ont été trouvées entre les deux pays en matière de développement, comme par exemple l’installation de système d’alerte lointaine (AEW) de Saab sur des appareils de la famille Embraer.

 

Les négociations :


 

unnamed.jpg


 

Le Ministre de la Défense brésilien Celso Amorim a rencontré le secrétaire suédois à la Défense Carl von der Esch, la semaine dernière pour discuter de l'avancement des négociations du contrat.  Les premières informations qui ont filtrés de cette rencontre, s’avèrent très positives quant à un partenariat entre les deux pays.

En marge de cette rencontre, un groupe de travail sera créé afin de surveiller le processus d'achat de l'aéronef.

 

Le contrat pour l'achat et la production de l'avion Gripen E doit être signé par la FAB et conduira l’entreprise Embraer à produire et livrer l’avion. Embraer sera l’entrepreneur principal. Les négociations de ces prochaines semaines vont permettre de définir les responsabilités d’Embraer dans la production.

 

Suédois et Brésiliens attendent la Suisse : 

Si la commande du Brésil pour 36 appareils est importante et sera augmentée probablement jusqu’à 100 appareils, en résulte donc un important chantier en matière de production. Les négociateurs suédois et brésiliens sont donc, dans l’attente du résultat du référendum suisse du 18 mai prochain. En effet, plusieurs éléments du Gripen E devraient être produits dans notre pays et rejoindre les futurs appareils brésiliens et suédois. 

En effet, avec un OUI le 18 mai prochain, la petite industrie aéronautique suisse aura l’opportunité de rejoindre une nouvelle force industrielle sur le marché aéronautique !

Photos : 1 Image de synthèse Gripen E brésilien 2 Table des négociations entre brésiliens et suédois @ FAB/Gouv. brésilien


27/01/2014

WEF/Genève II, les limites du F-5 Tiger II !

 

 

f-5e,swiss air froce,gripen e,gripen suisse,réferendum gripen,gripen blog,gripen-oui,swiss gripen,swiss air force

Nouveau volet concernant les besoins d’acquisition du Gripen E, cette fois-ci, c’est l’actualité qui nous en apporte une preuve supplémentaire.

Nos Forces aériennes ont dû armer les Tiger de la Patrouille Suisse pour sécuriser les deux dispositifs. « Pa capona » : nos ambassadeurs ailés ont donc été armés de missiles « bons de guerre » ! Parce que 32 F/A-18 ne suffisent pas pour protéger une conférence de paix et un forum international accueillis simultanément sur notre sol. Cela, même en collaborant avec d’autres forces aériennes.

Plusieurs opposants à l'achat du Gripen affirment que la solution pour ne pas « gaspiller des milliards » dans ces avions, réside dans la collaboration avec les pays voisins. Collaborer ? Sans avoir de quoi collaborer effectivement, dès lors qu'une frange politique de ce pays refuse que l’armée investisse, sur son budget ordinaire alloué par le Parlement, dans une aviation efficace au-delà de quelques jours ?

 

f-5e,swiss air froce,gripen e,gripen suisse,réferendum gripen,gripen blog,gripen-oui,swiss gripen,swiss air force

 

Ces appels à la collaboration, c'est de la sculpture sur nuages ! Certes, nos Forces aériennes ont su faire face durant le WEF et Genève 2. Mais avec un manque cruel de moyens efficaces, en étant obligées d’armer leurs vénérables ambassadeurs pour faire le job. En Suisse, des prétendus « experts militaires » de gauche, maqués avec le Groupe pour une Suisse sans armée, n’ont cure du maintien de notre capacité de défense. Une capacité qui ne pourra être reconstruite du jour au lendemain une fois qu’on y aura renoncé le 18 mai prochain.

La situation du F-5 Tiger II :

 Les Northrop F-5E/F Tiger des Forces aériennes suisses ont une conception datant de la fin des années 60. La Confédération a acquis dès 1978 110 Tiger au total avec une mise hors service prévue à l’origine pour 2010. La flotte actuelle qui comprend moins de 50 appareils peut accomplir diverses missions, mais elle ne peut absolument pas se mesurer avec des avions de combat modernes des 4e et 5e générations.

Les derniers F-5E/F encore en service sont, non seulement limités du point de vue des capacités, ne pouvant par exemple, pas voler de nuit ou par mauvais temps, mais ceux-ci doivent également être guidés, depuis les stations radar au sol jusqu'à l’objectif. De plus, le vieillissement des cellules et des équipements de bord imposent soit un retrait des appareils les plus anciens, soit une augmentation annuelle des heures de maintenance et donc des coûts d’exploitation.

 

REN-GO~1.JPG

Jusqu'à présent les F-5 destinés à la Patrouille Suisse n’étaient pas engagés lors d’opérations telles que le WEF ou des conférences du type Genève II, d’ailleurs les F-5 de la PS n’ont plus de canons de bord opérationnels, dont la partie arrière a été remplacée, par le système permettant de former les fumigènes. Mais l’attrition de la flotte de F-5 est aujourd’hui telle, qu’il fallut se résoudre à puiser dans l’effectif des F-5 destinés à la Patrouille Suisse. Le dispositif fumigène ayant été démonté pour réinstaller les canons de bord.

A l’évidence la situation de la flotte de F-5 devient complexe, il devient nécessaire de remplacer ces appareils par le Gripen E. Non seulement pour assurer dignement la souveraineté de notre espace aérien, mais aussi pour assurer l’avenir de la Patrouille Suisse !

Texte : François Monney/ Pascal Kümmerling

Photos : 1 & 3 F-5E PS armé@ René Gogniat 2 Aim-9P Sidewinder sur un F-5 E de la PS @ Neo Falcon

 

mail.jpg

OUI le 18 mai à la loi sur le financement du Gripen !

 

Lien sur les articles du dossier :

Gripen, un besoin fondamental :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

Gripen, les mensonges des référendaires :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14/01/2014

Gripen, les mensonges des référendaires !

sui.parsys.21050.3.photo.Photogallery.jpg


 

Dans le cadre de la campagne en vue de la votation sur le "fond Gripen", je vous propose une série d'articles, dans le but de clarifier les choses. Arguments, chiffres, nous passerons progressivement en revue ces éléments, tout comme, je reviendrais sur l'avion et les derniers développements disponibles.

 

Des mensonges pour des signatures :

 

Pour obtenir des signatures dans le cadre du référendum sur le "fond Gripen", les opposants (constitués du camps rose-vert et par le Groupe pour une Suisse sans Armée, GSsA) ont argumentés la récolte de la manière suivante :

 

"Pour la totalité de la période d’exploitation, les nouveaux avions de combat coûteront plus de 9 milliards de francs."! et d'ajouter : "ce gaspillage de milliards" qui pourraient être "mieux utilisés ailleurs" !

 

Un chiffre falsifié :

 

Premièrement, le chiffre avancé par les anti-avions, s'obtient en ajoutant au coût d'acquisition, les coûts d'entretien, de maintenance ... et d'exploitation de l'avion, du moins en théorie !

 

En effet,  en ajoutant au coût d'acquisition, les coûts d'entretien, de maintenance et d'exploitation de l'avion, l'enveloppe globale, financée sur le budget ordinaire de l'armée, rappelons-le, ne se montera pas à 9 milliards de francs, mais bien à 7,5 milliards !

Sachant que ce coût est quantifié selon les données du Gripen F, avion biplace et plus lourd,  de développement, alors qu'il n'y aura que des Gripen E monoplaces plus légers, les coûts d'exploitations seront par ailleurs sensiblement inférieurs et le chiffre de 7,5 milliards devra être revu à la baisse.


 

DSC_2798.jpg


 

Haute technologie et coûts inférieurs:

 

Le Gripen E offrira non seulement un apport de haute technologie pour nos forces aériennes et ceci au-delà du temps d'exploitation des F/A-18C/D "Hornet" actuelles, mais l'avion sera par ailleurs plus économe en ce qui concerne l'exploitation!

Les anti-avions, se sont entre autre basés sur les coûts du «Hornet» pour comparer le Gripen E, hors, le nouvel avion plus petit et mono-réacteur et plus moderne coûtera également moins cher en terme d'exploitation.


 

cost_janes.jpg

*

 

 

Concernant la seconde affirmation :

 

Les coûts d'acquisition du Gripen (3,1 milliards) comprennent les 22 appareils et leurs accessoires, l'équipement d'instruction et de maintenance, les armes et les munitions, ainsi que les pièces de rechange pour 10 ans !

 

L'achat du Gripen ne constitue pas un prétendu "gaspillage de milliards" qui pourraient être "mieux utilisés ailleurs" : le Gripen est exclusivement financé sur le budget ordinaire alloué à l'armée.

 

Le 18 mai prochain, nous voterons uniquement sur le fait de permettre à l'armée de réserver, sur 10 ans, 300 millions de francs par année pour financer l'achat du Gripen ! Si ces 300 millions de francs par an - soit le 6,4% du budget ordinaire de l'armée (4,7 milliards jusqu'en 2016) ou le 0,5% des dépenses ordinaires de la Confédération (61,7 milliards en 2012), sur 10 ans, ne sont pas utilisés par l'armée pour financer le remplacement des 54 Tiger par 22 «Gripen», l'armée les allouera à d'autres acquisitions.

Faire accroire que l'acceptation du référendum permettra d'investir ces milliards au profit de l’AVS, de la formation et de la recherche, des infrastructures publiques et du développement des énergies renouvelables c'est tromper nos concitoyen(ne)s en leur faisant prendre des vessies pour des lanternes !

 

En d'autres termes :

 

La loi sur le fonds Gripen règle le financement des 22 avions de combat. Celle-ci prévoit que l’armée prélève chaque année, entre 2014 et 2024, en moyenne près de 300 millions de francs sur son budget annuel global, qui s’élève actuellement à 4,7 milliards de francs, pour les verser dans un fonds de financement des jets. L’armée n’obtient donc pas 3,126 milliards de francs supplémentaires des finances fédérales : elle finance l’acquisition des 22 jets sur son budget ordinaire. Si la loi sur le fonds Gripen venait à être refusée, l’armée ne pourrait pas acheter ces 22 avions de combat, mais cela n’aurait strictement aucune influence sur son budget annuel. Comme à l’accoutumée, les modifications d’allocation des dépenses interviennent dans le cadre du processus budgétaire annuel.

 

Un avion qui ne vole pas :


 

axalp2012.parsys.66937.Image.jpeg


 

Toujours selon les référendaires, le Gripen ne vole pas ! Hors c'est faux, le Gripen F de développement reprend TOUS les systèmes et l'architecture de la version proposée à notre pays, ainsi qu'à la Suède et au Brésil. L'ensemble des systèmes sont aujourd'hui en phase d'industrialisation à taux faible ce qui préfigure la fabrication à large échelle. Par conséquent, plus aucun système n'est à l'état de prototype, l'affirmation comme quoi le Gripen est un avion de "papier" est mensongère !

 

Saab ne versera pas d'argent :

 

Nouvelle fausse information des anti-avions, l'avionneur suédois Saab ne versera pas un centime pour soutenir la campagne au sein de notre pays, le constructeur ne peut s'immiscer dans la campagne et d'ailleurs s'y refuse catégoriquement pour des questions d'éthique. Par contre, l'avionneur Saab tient à disposition toutes les informations nécessaires concernant l'avion, le contrat, les offsets à titre de transparence.


 

5775.hp_DSC9775.jpg-800x0.jpg


 

 

NON au référendum du mensonge, OUI aux avions !

 

Photos : 1, 3, 4 Gripen F en Suisse @ Swiss Air Force 2 Gripen F dans une halle à Emmen @ Pascal Kümmerling.  * Selon le site Jane's les coûts d'exploitation de la famille "Gripen" sont les plus bas du marché!

 

 

 

18/12/2013

Le Brésil choisit le Gripen E !

DSC_2825.jpg


 

SAO PAULO, le Brésil vient de choisir le Gripen E et devient le troisième pays à opter pour cet avion ! Après la Suisse, la Suède, le Brésil rejoint la nouvelle génération de la famille Gripen ! Au total se sont 36 appareils qui sont concernés pour une première tranche ! Au total se sont 100 à 120 avions qui seront concernés pour l’Air Force !

 

Deux perdants : 

 

Le Rafale de Dassault aviation jugé trop cher et dont certains équipements manquaient (viseur de casque par exemple) et le Boeing F/A-18 «Super Hornet» dont l’image a été éclaboussée par les écoutes de la NSA et dont la fabrication pourrait être stoppée prochainement ne faisait qu'entamer la confiance.

 

Un choix semblable à la Suisse : 


 

axalp2012.parsys.28470.Image.jpeg


 

La décision brésilienne ressemble à celle de la Suisse, le Gripen E offre le meilleur rapport qualité coût, avec de nombreux avantages techniques comme l’ouverture radar AESA sur 200° (contre 140° à la concurrence), une architecture électronique particulièrement rapide et une avionique nouvelle génération. Les choix offerts en matière d’équipements connexes : armement, nacelles de reconnaissance et de désignation laser sont sans communes mesures face à la concurrence.

 

Coup double des suédois : 

 

En plaçant le Gripen E au sein de la FAB, le constructeur Saab a réussi un double coup, d’abord avec une sérieuse option en direction des marchés comme la Colombie, le Chili et l’Argentine, mais également avec le lancement du «Sea Gripen» soit, la version navale du Gripen E qui pourrait venir équiper la Marine brésilienne. 


 

saab,gripen e,gripen f,brésil gripen,gripen e brésil gripen suisse,swiss air force,fab,sea gripen,gripen blog


 

Production en série pour le Gripen E !

 

Stockholm, le constructeur Saab vient de recevoir une commande l’Administration suédoise du matériel de défense (FMV) concernant la production large de l’avion de combat Gripen E. Cette commande de production en série est évaluée à un montant de 16.4 milliards de couronnes. 

 

Situation actuelle : 

 

A ce jour, le Gripen F de développement vole avec l’ensemble des systèmes de nouvelle génération à l’état de prés-séries. Trois Gripen E de prés-série sont actuellement en phase  d’assemblage au sein des installations de Linköping, soit un taux d’industrialisation à taux faible. Le premier Gripen E volera fin 2014 et sera rejoint début 2015 par les deux autres appareils. Ceux-ci serviront à la formation des instructeurs suédois et suisses en vue de l’arrivée des appareils de série.

 

Industrialisation à large taux : 

 

La commande effectuée aujourd’hui permet le lancement de l’industrialisation large du Gripen E, dans le but de fournir l’appareil pour 2018 conformément au calendrier annoncé par Saab. Il s’agit là de la troisième commande reçue selon l’accord du FMV portant sur le Gripen E et rendu publique le 15 février 2013. D’autres commandes contenues dans cet accord concernent:

Les commandes reçues dans le cadre de cet accord sont comptabilisées lorsque chaque commande et passée, et les commandes restantes sont prévues pour 2014.

 

“La commande passée par la FMV démontre une fois de plus la confiance du parlement suédois dans le Gripen, dans son potentiel de développement et dans sa capacité de défense. De plus, elle apporte la confirmation que le programme suit son cours selon la planification prévue", dit Håkan Buskhe PDG de Saab.

 

“Nous continuons à construire sur le succès du Gripen. Le Gripen est unique dans sa capacité à combiner haute technologie et performance avec efficacité en termes de coûts, et nous relevons un intérêt marqué pour le Gripen sur le marché de l’exportation”, affirme Lennart Sindahl, responsable de la division aéronautique de Saab.


 

Axalp3.jpg


Les clients de la famille «Gripen» :

 

Version C/D :

 

Suède: 175 monoplaces et 29 biplaces, Hongrie: 12 monoplaces et 2 biplaces, Rép. Tchèque: 12 monoplaces et 2 biplaces, Afrique du Sud:  19 monoplaces et 9 biplaces, Thaïlande : 10 monoplaces et 2 biplaces (6 monoplaces supplémentaires en attente de commande).

 

 

Version E (NG) :

 

Suisse : 22 exemplaires, Suède: 60 exemplaires, Brésil 36 (jusqu’à 120 exemplaires).

 


 

Photos : 1, 2, 4 Gripen F de développement en Suisse, 3 Sea Gripen