12/02/2016

Le PC-7 TEAM à la Coupe du monde Dames de Crans-Montana !

876.jpg

 

Le programme du PC-7 TEAM à la Coupe du monde de ski alpin à Crans-Montana (VS) est le suivant:

Entraînement : vendredi 12 février 2016 de 15h00 à 15h30.

Première démonstration :

Samedi 13 février 2016 de 09h30 à 10h00.

Après la démonstration, le PC-7 TEAM se tiendra à disposition du public dans l’aire d’arrivée pour répondre à ses questions, discuter et signer des autographes. Dès 18h30, les pilotes rejoindront la Place de la Poste à Montana pour le tirage au sort des dossards.

Deuxième démonstration :

Dimanche 14 février 2016 de 12h15 à 12h45.

Pour ces engagements en Valais, le PC-7 TEAM décollera de la Base aérienne de Sion.

 

Rappel :

Le  PC-7 est un Turbo-Trainer biplace destiné à l'instruction moderne des pilotes. Dans le domaine strictement militaire, il sert à la formation de base, particulièrement à l'acrobatie aérienne et au vol sans visibilité. L'utilisation de la turbine à hélice donne à l'élève - pilote la possibilité de faire des premières expériences qu'il mettra à profit dans l'engagement ultérieur sur des avions dotés d'un moteur à réaction. Les avions d'écolage et d'entraînement PC-7 comptent dans le monde entier parmi les types d'appareils les plus performants et les plus modernes de cette catégorie, les Forces aériennes suisses les utilisent depuis 1982 au sein de leurs écoles de pilotes.

En octobre 2006, les Forces aériennes ont reçu les deux premiers PC-7 transformés et équipés du nouveau cockpit (NCPC-7). Le 29 février 2008, les 18 NCPC-7 au total ont été remis officiellement aux Forces aériennes à l’occasion d’une petite fête.

 

08/12/2015

Première étape de la police aérienne 24/24 !

20121961.jpg

Payerne, la disponibilité opérationnelle en matière de service de police aérienne sera réalisée progressivement d’ici à la fin 2020. A partir de là, deux avions seront prêts à l’engagement 24 h sur 24 pendant toute l’année. Mais avant d’en arriver là, le dispositif des Forces aériennes va progressivement monter en puissance. La première étape de réalisation va démarrer en janvier 2016. Deux F/A-18 armés seront alors prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum, et cela cinq jours par semaine, entre 8 heures et 18 heures. Je vous propose de voir les détails de la préparation du projet PA24 (Police aérienne 24/24), ainsi que l’ensemble des éléments connexes qui sont encore méconnus du grand public.

 

Le projet :

Le projet PA24 va permettre de réaliser en quatre étapes la disponibilité opérationnelle permanente avec deux avions armés prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum (la détection d’un avion s’effectue bien avant son entrée sur notre territoire). La première étape va démarrer en 2016 : les avions seront prêts à être engagés du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h, pendant 50 semaines. Cette présence sera étendue à 365 jours en 2017. A partir de 2019, les avions seront prêts à intervenir de 6 h à 22 h. A la fin 2020, ils seront disponibles 24 h sur 24 pendant toute l’année.

 

pa24.1.png

Les deux appareils seront affectés à des «Hot Missions» et à des «Live Missions». Dans le premier cas, il s’agit d’intercepter des aéronefs qui violent gravement les règles du trafic ou la souveraineté sur l’espace aérien de la Suisse. Par «Live Missions», en revanche, on entend le contrôle ponctuel des aéronefs d’Etats étrangers qui requièrent pour le survol du territoire suisse une « diplomatic clearance ».

 

Base d’affectation :

Le site principal choisi pour le projet PA24 est la Base aérienne de Payerne environ 10 à 11 mois de l’année. Toutefois, pendant la fermeture de la piste, les vols se dérouleront à partir d’Emmen ou de Meiringen en fonction de la disponibilité.

 

Moyenne des interceptions aériennes aujourd’hui :

police aérienne en suisse,a24,swiss air force,ddps,infos aviation,blog défense,les nouvelles de l'aviation,base aérienne payerne

Le Colonel EMG Jérôme d’Hooghe pilote de F/A-18 nous confirmait hier, sur le site de l’aérodrome de Payerne, les chiffres suivants en ce qui concerne les missions d’interception dans le ciel helvétique :

Par année une moyenne de 300 interceptions. Par ailleurs, on dénombre au 29.11.2015, 37 « Hot Missions » et 44 violations de notre espace aérien, ce à quoi, il faut ajouter les vérifications d’aéronefs et l’aide aux avions en difficultés (chiffres non communiqué pour l’instant).

 

Ce qui va changer :

Aujourd’hui, les missions de police aérienne s’effectuent aux heures de bureau et le déroulement avec généralement une patrouille d’avions en vol, qui est déroutée en direction de l’avion qui doit être contrôlé. Ce mode de fonctionnent pourra à l’avenir continuer, si, il s’agit d’une simple vérification, par contre avec la mise à disposition de deux F/A-18 armés prêt à décoller, il sera possible et de manière progressive d’intercepter et le cas échéant de contraindre un appareil à se poser ou à être conduit hors de notre espace aérien.

Il faut également noter que notre pays va continuer à travailler en partenariat avec nos voisins, avec l’échange de données radars et la possibilité à terme de partager l’interception d’un avion même la nuit.

 

Pourquoi faut-il attendre 2020 ?

police aérienne en suisse,a24,swiss air force,ddps,infos aviation,blog défense,les nouvelles de l'aviation,base aérienne payerne

Pour beaucoup de citoyennes et citoyens, il est incompréhensible que la mise en activité de notre police du ciel, soit aussi lente à mettre en œuvre. A cette question le commandant de la base aérienne de Payerne, le Colonel EMG Benoît Studemann explique les raisons de la montée en puissance progressive : la mise en activité du projet PA24 demande une réorganisation en ce qui concerne le personnel de la base. En effet, pour assurer le bon déroulement d’une patrouille de F/A-18 de jour comme de nuit et les week-ends, il devient impératif d’augmenter le nombre du personnel au sol et ceci afin d’assurer un tournus de celui-ci. Mais ce personnel requiert une formation particulière, dont la moyenne est de trois ans. Par exemple, il faudra 9 contrôleurs aériens supplémentaires, Skyguide ne peut former que deux nouvelles recrues par année et il faut trois années pour être qualifié.

 

pa24.5.png

 

Conséquences indirectes de la PA24 :

Hormis la compétence de pouvoir assurer la police du ciel «24/24», le projet va permettre de créer de nouvelles places de travail, soit une centaine d’ici 2020. De plus, les mécaniciens qui seront de piquet la nuit et les week-ends travailleront, notamment à la maintenance des F/A-18, ce qui va permettre d’augmenter la disponibilité de la flotte.

pa24.7.png

Du point de vue économique, l’ouverture de la base de Payerne permettra du même coup la mise en place de vols civils pour les entreprises de la région.

 

pa24.3.png

Et le bruit ?

Cette augmentation de l’activité aura-t-elle une conséquence sur le bruit dans la région ? Le survol de notre pays est particulièrement dense la journée et se raréfie la nuit, le risque d’un décollage d’urgence avec avions de combat est faible, mais ne peut être exclut. Le développement de l’activité civile amènera certes, quelques nuisances, mais durant le jour et non la nuit, par ailleurs, les avions civils sont nettement moins bruyants que les jets militaires.

 

Commentaire :

Non, la police du ciel ne peut se faire en un jour et demande la mise en place d’une importante structure sur la base aérienne de Payerne. La formation et l’emploi en sont les maîtres mots. A l’évidence, avec une volonté politique plus précoce, nous aurions pu disposer d’une telle sécurité bien plus tôt, mais les diminutions des budgets militaires de ces dernières années permettaient pas la concrétisation d’un tel projet. Mais attention, la mise en place de la police du ciel 24/24 est un élément très important, cependant celui-ci répond à un besoin spécifique en tant de paix et en situation normale. Les choses sont différentes en cas de tensions internationales et en cas de conflits et là c’est un renforcement de la dotation en avions de combat qu’il va falloir relancé.

 

20100071.jpg

Photos : 1 Hornet contrôlant un Global 5000 du gouvernement allemand @ Swiss Air Force 2 Colonel EMG Jérôme d’Hooghe 3 cmdt de la base de Payerne le Colonel EMG Benoit Studenmann @ P.Kümmerling 4 Hornet en escorte d’un A380 @ Swiss Air Force

 

09/11/2015

Nos Hornet s’entraînent au vol de nuit en Norvège !

776751656.jpg

Du 9 novembre au 4 décembre 2015, les Forces aériennes suisses s’entraînent au vol de nuit à Oerland (Norvège) avec un maximum de huit avions de combat F/A-18 C/D « Hornet ». Les vastes zones d’entraînement au-dessus de la mer du Nord sont utilisées parce que les possibilités d’effectuer des vols de nuit sont limitées en Suisse au vu de la forte densité de la population.

L’entraînement des pilotes de jet suisses en Norvège sert surtout à les préparer en vue de leur engagement de protection d’une conférence lors de la réunion du World Economic Forum (WEF) à Davos et à leur permettre d’obtenir les qualifications requises pour les vols de nuit nécessaires à cette occasion.

La disponibilité de la flotte des F/A-18 sera donc réduite en Suisse durant l’entraînement en Norvège. La disponibilité opérationnelle est cependant garantie en tout temps conformément aux normes en vigueur. Des planifications prévisionnelles ont été élaborées pour qu’au besoin, les Forces aériennes puissent spontanément disposer d’un nombre supplémentaire d’aéronefs en Suisse.

Un accord entre le Ministère de la Défense du Royaume de Norvège et le DDPS constitue la base légale de la campagne Nightway.

 

2022398885.gif

Nightway :

- Courte durée d'ensoleillement  (=plus de vols de nuit)

- La plupart des secteurs se situent au-dessus de la mer ce qui entraîne beaucoup moins de nuisances sonores pour la population

- L'altitude minimale dans les secteurs est de 5000ft/AMSL (1600m) au lieu de 13000ft/AMSL (3700m) en Suisse. Les performances des réacteurs sont bien meilleures à cette altitude ce qui nécessite une certaine adaptation.

- Les vols supersoniques ont lieu jusqu'à un minimum de 2800m au-dessus de la mer contre 10'000m (sol) pour la Suisse.

- Entraînement contre les F-16 norvégiens.

Le vol au-dessus de la mer ainsi que les altitudes minimales très basses ont demandé une préparation extrêmement sérieuse. Avant la campagne, chaque pilote a suivi une instruction particulière de «Sea Survival» de nuit dans le lac de Neuchâtel pour s'adapter aux manipulations sur l'équipement dans l'obscurité. Lors de cet exercice, comme pendant chaque vol, le port d'une combinaison étanche était obligatoire. Elle est nécessaire et sert à prolonger le temps de survie du pilote en cas d'éjection dans des eaux glaciales (env.+4°C). D'autres briefings tels que les procédures de sauvetage en mer, les conditions météorologiques extrêmes, les différences des procédures ATC d'avec la Suisse, les connaissances de la base d’Ørland ont été suivis.

 

1658620180.JPG

Photos : Swiss F/A-18 C/D Hornet à Nightway@ Swiss air Force

28/09/2015

Axalp 2015 !

axalp2013_197.jpg

 

Programmés cette année les mercredi 7 et jeudi 8 octobre 2015, les exercices de tir d’aviation des Forces aériennes attireront à nouveau les foules dans les Alpes bernoises. Le programme offre une large palette de démonstrations mettant en scène, outre des avions de combat F/A-18 Hornet et F-5 Tiger II, l’avion d’entraînement PC-21, la Patrouille suisse, des opérations de sauvetage et d’extinction et des ballets aériens effectués par des éclaireurs parachutistes ou des hélicoptères de l’armée, Super Puma, Cougar et EC635.

Les exercices annuels de tir d’aviation de l’Armée suisse se dérouleront les 7 et 8 octobre 2015 (sans jour de réserve) sur la place de tir d’aviation d’Axalp - Ebenfluh (BE). L’entraînement aura lieu le 6 octobre 2015.

Nous savons que ces démonstrations attirent de nombreux spectateurs. Il est donc recommandé d’emprunter les transports publics pour le voyage jusqu’à la gare de Brienz.

Les zones réservées aux spectateurs se trouvent à 2200 m d’altitude. Des habits chauds, une protection contre la pluie et de bonnes chaussures de marche sont indispensables.

 

Les zones réservées aux spectateurs ne peuvent être atteintes qu’à pied et avec un bon équipement en passant par les chemins de montagne balisés. Pour s’y rendre, il faut être en bonne forme physique, sachant que les trajets se font sous la responsabilité de chacun.

Il est impératif d’observer les instructions des organes de sécurité. Un service de sauvetage et un service sanitaire sont mis en place. De l’aide peut être demandée en passant par le personnel chargé de surveiller les zones d’accès autorisées.

Les présentations commencent toujours à 14h00 précisément. Les chemins d’accès d’Ebenfluh et de Tschingel sont bloqués à partir de13h30. Durée de la démonstration : environ une heure et demie.

Tout le secteur de la place de tir d’aviation est annoncé comme zone dangereuse. Les barrières des zones sécurisées ne doivent être franchies sous aucun prétexte. Pendant les exercices de tir d’aviation, tous les spectateurs doivent se trouver dans les zones délimitées qui leur sont réservées. Le nombre de spectateurs est donc limité.

Les démonstrations de vol sont commentées par haut-parleurs dans toutes les zones réservées aux spectateurs. Des toilettes sont mises à disposition dans toutes les zones.

 

 

Voici un aperçu du programme :

 

Tirs au canon en montagne

Parade F/A-18 et F-5

Présentation du PC-21

Mobilité lors des tirs au canon en montagne

Engagement d’éclaireurs parachutistes

Opérations de sauvetage et d’extinction

Démonstration des caractéristiques de vol du Cougar

Démonstration des caractéristiques de vol du F/A-18

Démonstration de la Patrouille Suisse

Les avions de type F/A-18 Hornet, F-5 Tiger, PC-21

et les hélicoptères Super Puma, Cougar et EC635 participeront aux exercices de tir d’aviation.

Le même programme sera présenté les deux jours.

 

axalp2013_203.jpg

Photos : Boeing F/A-18 C/D Hornet Axalp 2013 @ Peter Steehouwer

15/09/2015

Nos F/A-18 au Tactical Leadership Programme 2015 !

2564220.jpg

 

 

Du lundi 14 septembre au vendredi 9 octobre 2015, les Forces aériennes suisses prennent part à un exercice de défense aérienne multinational du Tactical Leadership Programme (TLP), qui se déroule à Albacete, en Espagne. Les pilotes suisses participent chaque année au TLP depuis 2010.

En participant à cet exercice, le détachement suisse complète l’entraînement de défense aérienne qu’il ne peut exécuter que partiellement en Suisse en raison des mesures prises par égard pour la population. L’objectif est de développer les aptitudes et la capacité à collaborer des participants. L’armée de l’air espagnole est l’hôte de cet événement.

Pendant ces quatre semaines, une centaine de collaborateurs des Forces aériennes suisses, répartis en deux groupes, seront détachés sur la base aérienne d’Albacete. Quatre F/A-18 et un hélicoptère Cougar y seront engagés.

Une convention passée avec l’Espagne, approuvée par le Conseil fédéral, constitue la base légale sur laquelle s’appuie la participation à cet exercice.

 

F16_2011_J5081.jpg

 

Tactical Leadership Programme (TLP) :

La base d’Albacete abrite le centre européen d’entraînement au combat aérien, le Tactical Leadership Programme (TLP) dont nos pilotes vont bénéficier pour la cinquième fois (première en 2010). L’objectif du TLP est d’accroître l’efficacité des Forces aériennes dans le cadre de développement des compétences en leadership tactique et capacités de vol, la planification des missions ainsi  que les initiatives conceptuelles et doctrinales.

Les Forces aériennes alliées en Europe centrale (AAFCE) avaient émises il y a plus de 30 ans la volonté de la création d’un tel site d’entraînement dans un but non seulement d’améliorer les procédures tactiques mais aussi à l’élaboration des techniques qui renforcent la coopération aérienne multinationale.

 

Photos : 1 Hornet suisse au TLP 2014 @ Ricardo Calahorra 2 & 3 Participants au TLP@ TLP press