07/06/2016

Des Super Hornet pour le Canada ?

FA-18_Hornet_VFA-41.jpg

Ottawa, le gouvernement fédéral aurait-il trouvé une solution alternative à l’ambigu problème du remplacement de la flotte de Boeing CF-18 ?

Il semble que le nouveau gouvernement, qui je vous le rappelle ne veut pas du Lockheed-Martin F-35 (du moins pour l’instant), soit sur la voie d’une solution transitoire qui puisse satisfaire, tant la Royal Canadian Air Force (RCAF) que le grand voisin américain.

Une flotte de F/A-18 E/F « Super Hornet » :

Le gouvernement du libéral Justin Trudeau travaille à l’acquisition d’une flotte de Boeing F/A18 E/F « Super Hornet » qui devra remplacer partiellement les actuels CF-18 « Hornet ». L’équipe gouvernementale planche sur cette question en ce moment et prépare la manière de présenter officiellement cette solution. Cette transaction s'effectuerait en attendant de choisir la prochaine génération de jets de combat.

Un nouveau camouflet pour les européens :

Le ministre de la Défense Harjit Sajjan a affirmé en mai dernier, que les vieux CF-18 doivent être « remplacés maintenant », pour répondre aux missions effectuées avec les alliés. De plus, en raison de l'alliance canado-américaine dans le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD), le pays doit de se doter d'avions américains. C'est ce qui impose le choix des « Super Hornet », puisque les autres chasseurs similaires sont européens. On peut donc s’interroger sur les derniers propos de ce gouvernement, qui parlait il y a encore quelques mois, d’une compétition honnête et ouverte à tous !

Commentaire :

Sans grande naïveté, on pouvait s’attendre à cette décision, même si l’idée d’ouvrir le choix à des aéronefs européens, semblait ce printemps encore possible, d’un moins dans la langue des politiques.

Cette solution, si elle se concrétise permettra au gouvernement Trudeau de gagner un peu de temps vis-à-vis de ses promesses politiques. D’une part la RCAF pourra disposer de nouveaux avions à court moyen terme. Mais cette solution permettra surtout au gouvernement de se donner une marge de manœuvre pour régler l’épineux dossier des F-35. En effet, le remplacement partiel des CF-18 par le « Super Hornet » laisse la porte ouverte au F-35, mais un peu plus tard.

AIR_CF-18_20-year_Colors_lg.jpg

 

Photos : 1 Boeing F/A18 E/F « Super Hornet » @ US NAVY 2 CF-18 @ RCAF

22/02/2016

Intégration de la variante C1 du JSOW sur le Super Hornet !

Joint-Standoff-Weapon-C-1.jpg

Les essais opérationnels de la nouvelle variante du missile Raytheon AGM-154 Joint Stand-off (JSOW) sur avion de combat Boeing F/A-18 « Super Hornet » ont débuté avec un tir réussi.

Un Boeing Marine F/A-18F « Super Hornet » a réalisé un coup direct, contre une cible navale dans le cadre de l’intégration de la variante C1 du missile AGM-154. Cette nouvelle variante de l'arme ajoute la possibilité de lutter contre des cibles mobiles maritimes, en plus de cibles terrestres.

L'AGM-154 Joint Standoff Weapon « JSOW », est une bombe planante fabriquée par Raytheon. Elle est le fruit d'une collaboration entre l'US Navy et l'US Air Force visant à produire une arme standardisée de précision à moyenne portée, plus particulièrement destinée à engager les cibles bien défendues tout en restant à bonne distance des systèmes de défenses antiaériennes classiques. L'AGM-154 est une famille de bombes planantes appartenant à la classe des 454 kg. Destinées à être des armes hautement létales et à faible coût, elles apportent à leur utilisateur des capacités « Standoff » (tirs effectués à distance de sécurité), permettant d'atteindre des cibles à des distances d'environ 22 km (largage à basse altitude) et allant jusqu'à plus de 120 km (largage à haute altitude). De par ces caractéristiques, la JSOW peut être utilisée en toute sécurité contre de très nombreux types de cibles, même bien défendues. La nouvelle version AGM-154C est dotée d’une liaison de données et dispose d’une capacité à engager des cibles maritimes en mouvement. Elle devrait être délivrée aux forces à partir de 2016.

 

yourfile.jpg

Photos : 1 JSOW sur un super Hornet 2 Frappe sur un navire en mouvement @ USN

 

 

07/02/2016

L’US Navy veut le maintien du Super Hornet !

542.jpg

L'US Navy veut maintenir la chaine de production du Boeing F/A-18 « Super Hornet » à St Louis, car celle-ci est « vitale » pour surmonter les déficits et les retards du Lockheed-Martin F-35C. La flotte actuelle de F/A-18C/D « Hornet » vieillit plus vite que prévu de fait de sa surexploitation dans les longues campagnes au Moyen-Orient. Par ailleurs, des problèmes similaires sont actuellement rencontrés l'US Marine Corps avec ses « Hornet » et sa flotte de AV-8B « Harrier ».

Pour la marine américaine, il est devenu impératif de commander un minimum de 16 «Super Hornet» & « Growler » avec l’exercice financier 2016. Mais, il en faudra encore 35 d’ici 2020 pour combler les besoins opérationnels, mais également de formation des pilotes. Avec le retrait progressif des F/A-18C/D « Hornet » à partir de 2023, il faudra non seulement combler le départ de ceux-ci, mais également palier à la lente mise en opération de la flotte de F-35, dont l’US Navy semble perdre confiance.

Produire des «Super Hornet » :

Le secrétaire américain à la défense Ashton Carter a confirmé à la Marine qu’il faudra plus de F/A-18 « Super Hornet » que prévu précédemment. De plus, d’ici 2030 la force de frappe de la Marine reposera essentiellement avec le binôme « Super Hornet » & F-35 à la condition que ce dernier puisse recevoir l’ensemble de ses validations opérationnelles.

 

Les craintes opérationnelles du F-35 :

Une fois de plus, la problématique est connue et touche le programme du F-35. Le dernier rapport de la Direction des tests opérationnels et d’évaluation datant de la fin 2015 est tout simplement clair : « L'avion de chasse furtif ne sera pas prêt pour l'échéance de juillet 2017 » ! "Les problèmes importants sont bien connus, ils incluent l'immaturité du système d'information logistique autonome ainsi, que le système d’identification des pannes « Autonomic Logistic Information »(ALIS) qui continue d’échouer à identifier les pannes, sans oublier l'instabilité du logiciel avionique du Block 3F qui représente le squellette de l’avion et plusieurs problèmes concernant la fiabilité et la maintenabilité du moteur de l'avion", a ajouté le responsable du rapport Michael Gilmore.

Du côté de la Marine, la perplexité gagne du terrain avec le système de simulation qui doit permettre d’évaluer l’avion dans des environnements très complexes, difficiles à reconstituer dans la réalité, est lui-même en panne, car confronté à des difficultés informatiques. Le rapport pointe un nouveau problème qui concerne la question de l’échauffement de la soute à munitions qui dépasserait dans plusieurs cas de figure les limites fixées. Au sol, par forte chaleur à 32°C ou à grande vitesse et moyenne altitude (de 500 à 600 kt sous 25.000 ft pour le F-35A de l’USAF). La solution proposée par l’avionneur consiste à ouvrir la soute pour la refroidir et ceci même en vol. Problème, en mission de pénétration furtive, cette action rend tout simplement l’avion pleinement visible par les radars adverses. Toujours sur cette question, le refroidissement de la cellule et des soutes est obtenu sur le F-35 en utilisant le carburant comme dissipateur de chaleur (idem sur d’autres avions) mais ne donne pas de résultat satisfaisant sur le F-35. Cette problématique a été identifiée dès le début des premiers vols, il y a près de dix ans, mais à ce jour aucune solution n’est proposée.

 

7865.jpg

Photos :1 le F/A-18 E/F « Super Hornet @ USN 2 F-35 soutes ouvertes @ Lockheed-Martin

 

23/08/2015

Nouveau missile antinavire pour le Super Hornet !

yourfile-2.jpg

 

L'US Navy a commencé à intégrer le nouveau missile antinavire à longue distance Lockheed-Martin LRASM (Long Range Anti-Ship Missile) sur le Boeing F/A-18E/F « Super Hornet ». Les premiers essais de vols vont débuter prochainement.

Les premiers essais d’intégration du missile LRASM sont actuellement réalisés sur le site de test de la base de Patuxent River, dans le Maryland. Ces premiers tests doivent permettre de préparer la première phase de certification de navigabilité, puis les essais en vol débuteront, d’ici un mois.

 

Le Lockheed-Martin LRASM :

Le LRASM (Long Range Anti-Ship Missile) a déjà été intégré sur le bombardier Boeing B-1B de l'US Air Force. Ce nouveau missile antinavire est furtif, il doit a terme devenir le remplaçant de l’actuel missile « Harpoon » au sein de l’US Navy.

Contrairement aux missiles antinavires actuels le LRASM sera capable de mener un ciblage entièrement autonome. Il devra être capable d’identifier des cibles et d’engager avec précision des navires ennemis dans un environnement extrêmement hostile. Le missile est conçu avec des contre-contre-mesures avancées.

 

DARPA LRASM-A.jpg

Le LRASM est basé sur la plateforme AGM-158B « JASSM-ER », mais intègre un capteur multi-mode à fréquence radio, une nouvelle liaison de données et d'un altimètre, un système d'alimentation revalorisée. Il peut être dirigé pour attaquer les navires ennemis depuis sa plate-forme de lancement, et recevoir des mises à jour via sa liaison de données, ou d'utiliser des capteurs  de bord pour trouver sa cible. LRASM volera vers son objectif à moyenne altitude, puis descendra basse altitude pour une approche au ras de l’eau pour contrer les défenses anti-missiles. Selon le DARPA, sa portée est supérieure à 200 milles nautiques (370 km).

La marine espère mettre ne œuvre le LRASM sur le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » en 2019.

 

yourfile-1.jpg

Photos : 1 & 3 LRASM et Super Hornet 2 le LRASM @ Lockheed-Martin

09/06/2014

La Belgique s'informe sur le successeur du F-16!

nimes_10.jpg


 

Bruxelles, cette fois l’information est confirmée, le ministère de la Défense a adressé à cinq avionneurs, une première demande d'informations dans le but de préparer le lancement de la compétition en vue du remplacement des avions de combats Lockheed-Martin F-16A/B Block15 «Fighting Falcon» en service depuis 1980.

Le 15 mai dernier, la Belgique avait anticipé le long processus d’évaluation en se lançant dans une dernière mise à jour de sa flotte de F-16, celle-ci doit permettre à l’avion de tenir une dizaine d’années, le temps de voir venir le nouvel appareil. Les F-16 belges auront atteint la limite d’âge en 2023, mais le nouvel appareils débuter son entrée en service en 2020.


 

F-35A.jpg


Premières sélections : 

Cette première demande d’informations n’engage en rien l’administration belge dans un premier temps va permettre d’évaluer les coûts en vue de l’établissement d’un budget. Puis une seconde demande plus affinée servira à établir une «Short List» qui conduira progressivement à la sélection finale d’un avion de combat. 

Cinq concurrents potentiels : 


 

rafale-20101105-1.jpg


Rien de vraiment nouveaux, on retrouve tout naturellement les principaux avionneurs occidentaux, avec deux américains : Lockheed-Martin et le F-35, Boieng avec le F/A-18E/F «Super Hornet» et trois européens : Dassault avec le Rafale F-3R, Airbus Group avec l’Eurofighter T-3 Block20/25 et le Saab avec le Gripen E MS21.

On ne peut qu’espérer une compétition à la loyale et que la tentative de faire passer le F-35 aux forceps sera abandonnée, afin de donner une chance raisonnable à chacun. On se rappelle l’épisode de septembre 2013 dans lequel, le ministre de la Défense Pieter De Crem envisageait de proposer l'acquisition de chasseurs F-35 «Lightning II» pour remplacer la flotte de F-16 A/B «Fighting Falcon» et ceci sans compétition aucune. 


 

eurofighter-typhoon-over-abu-dhabi-1274.jpg


Photos : 1 F-16C belge @ Force aérienne belge 2 F-35 @ Lockheed-Martin 3 Rafale@ Armée de l’air 4 Eurofighter de la RAF @ RAF