02/04/2016

L’Arménie place ses Su-25 en état d’alerte !

792.jpg

Le ministère arménien de la Défense a déclaré avoir mis ses avions de combat Sukhoi Su-25 « Frogfoot » en état d’alerte. Cette décision fait suite aux nouveaux troubles de ce weekend dans la région du Haut-Karabakh.

Selon le gouvernement Arménien, des avions Su- 25 sont arrivés sur l'aérodrome d’Erebouni à Erevan. Dans le même temps, une unité de volontaires a été créée à Stepanakert, capitale du Haut-Karabakh, laquelle doit prendre position dans la zone de conflit. L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont signalé samedi la reprise des hostilités dans le Haut-Karabakh. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a fait état de bombardements de la part des forces armées arméniennes.

Le Sukhoi Su-25 «Frogfoot» : 

Le Sukhoi Su-25 «Frogfoot» est un avion d’attaque et d’appui aérien dont le prototype a réalisé son premier vol en 1975. Dès avril 1980, des exemplaires de présérie sont envoyés en Afghanistan pour essais opérationnels. Le Su-25 dispose de 10 points d’emport pour armements dont deux réservés, aux extrémités, à des missiles air-air R-60M d’autodéfense. Un large panel de roquettes et bombes classiques peuvent être emportées ainsi que des missiles air surface et des pods canons offrant une très grande  puissance de feu. La protection de l’avion est très élaborée, l’avion dispose d’un blindage. Une version d’attaque tout temps plus perfectionnée, le Su-25T, a été développée dans les années 1980 avec des équipements et armements supplémentaires dont le missile antichars AT-12.

 

Photo : Su-25 « Frogfoot »@ Robin Poldermann

 

12/03/2016

Les Forces aériennes russes en pleine modernisation !

1026214272.jpg

Moscou, dans le cadre du rapport des opérations et du constat des capacités des Forces aérospatiales russes, le sous-ministre de la Défense Iouri Borisov a présenté l’état du travail en cours en vue de la modernisation du matériel.

La pleine modernisation :

Le sous-ministre de la Défense Iouri Borisov a expliqué que durant l’année 2015 plus de 230 appareils ont rejoint la force aérienne. Ces appareils sont, soit entièrement neufs ou ont été modernisés, de plus, se sont 158 hélicoptères qui ont été livrés aux Forces aérospatiales russes l'an dernier. En parallèle les unités ont reçu 191 stations radar, quatre de bataillon de missiles sol-air S-400 et neuf lanceurs d'engins spatiaux. Au cours de l’année 2015, il y a eu sept lancements de fusées porteuses qui ont permis de placer huit satellites militaires en orbite. En comparaison, en 2014, les Forces aériennes russes ont reçu 142 nouveaux avions ou modernisés et 135 hélicoptères et 179 drones (UAV).

2307806.jpg

70% de l’armée doit être moderne en 2020 :

L’objectif de l’armée russe, toutes forces comprises, devra comporter 70% de systèmes modernes en 2020. En ce qui concerne les Forces aérospatiales russes, elles opèrent une incontestable remontée en puissance. Avec l’arrivée en service ces dernières années des appareils de types Su-35, Su-34, Su-30SM, en attendant celle du T-50 PAK FA prévu en 2017, ces nouveaux aéronefs ont redonner un tonus indéniable aux escadrons de chasse. Les pilotes, qui bénéficient pour leur formation de l'entrée en service d'un nouveau jet école le Yak-130, retrouvent par ailleurs des taux horaires d'entraînement proches, voire supérieurs dans certains cas, à ceux de l'OTAN. Avec la modernisation d'une partie des MiG-31, Su-24, Su-27, les Forces aériennes russes se dirigent indéniablement à l'horizon 2020-2025 vers une capacité accrue et particulièrement moderne. Le repositionnement de près de 260 avions de combat en Crimée, en plus, de ceux déjà présents, le long de la frontière avec les pays nouvellement membres de l’Otan lui donne une capacité très supérieure à celle que peut lui opposer aujourd’hui l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

Deux points faibles :

A ce jour, il reste encore deux points faibles qui devront être comblés au sein des Forces aérospatiales russes, il s’agit d’une part de combler le manque d’avions ravitailleurs. L’autre point concerne les drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) et HALE (Haute Altitude Longue Endurance) dont elles sont dépourvues à ce jour. Mais ces deux points faibles vont être progressivement comblés d’ici 2020.

 

786.jpg

Photos : 1 Su-34, T-50 et Su-35 2 Su-30 SM @Fyodor Borisov 3 Tu-160 @VVS

11/03/2016

Chine, contrat signé pour les Sukhoi Su-35 !

982.jpg

Moscou, le contrat portant sur la vente de 24 avions de combat Sukhoi Su-35 a été signé, marquant ainsi, une nouvelle avancée dans le projet. Mais il faudra encore attendre la ratification des deux pays, pour débuter l’assemblage, puis la livraison des aéronefs. Le contrat est estimé à près de 2,6 milliards de dollars.

Rappel :

C’est en novembre 2015, que la Russie et la Chine avaient confirmés un accord de principe sur l’achat de Sukhoi Su-35, faisant ainsi de la Chine le premier pays à l’exportation du nouvel avion multirôle russe. Les négociations sur la livraison des chasseurs russes Sukhoi Su-35 à la Chine ont été entamées en 2011. En 2012, les Etats en question ont signé un accord préliminaire. Cependant, il a fallu trois ans aux deux pays, pour convenir des conditions à caractèr technique et financier. L’Indonésie est devenu le second pays à l’exportation avec 16 appareils.

Le Sukhoi Su.35 :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques avec commutation de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI à affichage multifonctions de 9 x 12 pouces et une résolution de 1400 x 1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau à antennes progressives Irbis-E (AESA), soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivés des l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

 

436.jpg

Photos : Sukhoi Su-35 @ Pavel Osipovitch

 

 

 

 

 

 

 

 

12/02/2016

L’Iran prépare l’achat de Sukhoi Su-30 !

654.jpg

Téhéran, après une première commande confirmée pour 24 avions de combat chinois CAC (Chengdu Aircraft Industrial Co) J-10 « Dragon Véloce », l’Iran prépare l’achat d'un nombre indéterminé, pour l’instant ,de Sukhoi Su-30SM russes.

L'accord proposé, qui a été divulgué par le ministre iranien de la Défense, le général Hossein Dehghan, lors d'une interview à la télévision nationale a démontre la volonté du pays à combler rapidement ses faiblesses militaires dues à l’embargo.

Cette annonce est la dernière indication que Moscou et Téhéran préparent un important contrat d'armement après la levée officielle des sanctions économiques contre le pays.

Il faut rappeler que si le pays est toujours en restriction concernant les programmes de missiles balistiques, il existe une exception, selon laquelle les ventes d'armes individuelles peuvent être autorisées au cas par cas par le Conseil de sécurité des Nations Unies (sous réserve des votes et vetos habituels). Cette exception pourrait permettre de fournir Téhéran en moyens militaires dont elle a besoin après des décennies de sanctions américaines et internationales.

 

Photo: Sukhoi Su-30 SM@ Sukhoi

 

11/02/2016

Russie et Inde revoient les coûts du T-50 !

853.jpg

L’Inde et la Russie ont convenu d'une réduction des coûts en vue de la fabrication du futur avion de combat de cinquième génération Sukhoi T-50 PAK-FA. Cette nouvelle entente aurait été finalisée au cours de la visite à Moscou, du Premier ministre indien Narendra en décembre dernier.

La participation aux coûts :

Chacun des deux partenaires va investir l’équivalent de 4 milliards de dollars au cours des sept prochaines années, dont 2 milliards chacun, pour la première année et le reste réparti uniformément au cours des six années qui suivent. Le coût total du développement est désormais estimé à 10 milliards de dollars, comparativement aux 12 milliards annoncé précédemment.

Hindustan Aeronautics (HAL) participera à 25% des travaux et la société électronique indienne Bharat Electronics augmentera sa participation de l’ordre de 10% pour atteindre les 20%. Par ailleurs, on apprend que les entreprises indiennes vont gérer le remplacement de l'avionique russe, y compris les systèmes de missions et de navigation, des ordinateurs et systèmes d'affichage et de gestion, ainsi que les systèmes d'autoprotection en vue de la version d’exportation du T-50, qui sera considérablement différente de la version destinée à l’Inde et à la Russie.

L'armée de l'air indienne prévoit de se doter de 250 Sukhoi T-50. De son côté, la force aérienne russe devrait recevoir son premier appareil l'année prochaine et disposer d’un premier lot de 55 T-50 en service en 2020.

 

Rappel :

Le projet PAK-FA trouve son origine dans les années 1990, lorsque la Russie décide de lancer deux programmes, afin, de remplacer les MiG-29 et les Su-27. L’un concernait un biréacteur lourd, l’autre un monoréacteur léger. Le premier projet donnera naissance au Sukhoi S-37 «Berkut» et l’autre au MiG 1.44.

Sukhoï sera en définitive choisi sur la base de son démonstrateur le 26 avril 2002, évinçant MiG. C’est le lancement du programme PAK-FA. L’Inde est devenue un partenaire financier à 50% et apporte son expérience dans le domaine de l’informatique et des matériaux composites. L’avion disposera également d’un OSF et d’une fusion des données. Le moteur choisit est le NPO Saturn 117S de 14,5 tonnes de poussée.

 

675.jpg

Photos : 1 Sukhoi T-50 @ Alexey Mityaev 2 Su-50 @ Sergei Ablogin