22/09/2016

Un nouveau canon pour le T-50 PAK-FA !

6944056e7585fe07defe9f816c0f9d8c.jpeg

Les ingénieurs de Sukhoi ont débuté une série d’essais d’un nouveau canon automatique pour équiper le futur avion de combat furtif Sukhoi T-50 PAK-FA.

Le futur canon du Sukhoi T-50 PAK-FA est capable de tirer 1'800 obus de 30 millimètres par minute. Celui-ci dispose d'une masse de 50 kg. Selon les ingénieurs russes, ce nouveau canon est capable d'atteindre et de détruire la plupart des cibles blindées. Pour les concepteurs du T-50, ce nouveau canon permettra de compléter l’ensemble des armements du nouvel avion avec notamment une capacité de frappe de précision.

Le nouveau canon 9-A1-4071K semble avoir été développé sur la base du modèle Griazev-Chipounov GCh-30-1 de l’entreprise Izhmash qui équipe les MiG-29, Su-27, Su-30 et Su-35 en service. Selon le fabricant russe Izhmash, la construction unique du recul automatique a permis de réduire au minimum la masse de l'arme et de lui donner la plus haute cadence de tir parmi tous les canons de 30mm monotubes. Un autre avantage de ce canon concerne le système de refroidissement à vaporisation d'eau. Son principe de fonctionnement est simple : il y a de l'eau dans le boîtier du canon. Quand elle chauffe, elle se transforme en vapeur qui refroidit l'arme. Selon les experts militaires, le système de pointage avancé du T-50 augmentera considérablement l'efficacité du canon.

Le T-50 (PAK-FA) :

Le projet PAK-FA trouve son origine dans les années 1990, lorsque la Russie décide de lancer deux programmes, afin, de remplacer les MiG-29 et les Su-27. L’un concernait un biréacteur lourd, l’autre un monoréacteur léger. Le premier projet donnera naissance au Sukhoi S-37 «Berkut» et l’autre au MiG 1.44.

Sukhoï sera en définitive choisi sur la base de son démonstrateur le 26 avril 2002, évinçant MiG. C’est le lancement du programme PAK-FA. L’Inde est devenue un partenaire financier à 50% et apporte son expérience dans le domaine de l’informatique et des matériaux composites. L’avion disposera également d’un OSF et d’une fusion des données. Le moteur choisit est le NPO Saturn 117S de 14,5 tonnes de poussée.

 

d3d3LmFpcmZvcmNlLnJ1L2NvbnRlbnQvYXR0YWNobWVudHMvNDY3NDhkMTM2MDQxMDE1NS1fc3BuODcwMi5qcGc_X19pZD03NDQyMg==.jpg

Photos : Sukhoi T-50 PAK-Fa @ Sukhoi

30/08/2016

Livraison d’un nouveau lot de Su-34 !

1255527.jpg

Moscou, la société "Sukhoi" transféré au ministère de la Défense Russie un nouveau lot composé de cinq avions de combat de type Sukhoi Su-34 « Fullback » dans le cadre de l'ordre de la défense de l'Etat de2016. Les avions ont décollé de l'aéroport de Novosibirsk pour rejoindre le lieu de dislocation.

Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 

Le Su-34 peut  attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs.

 

Photo : Sukhoi Su-34 2Fullback » @ Max Bryansky

28/08/2016

10 Superjet de plus pour Aeroflot !

3855517.jpg

Moscou, la compagnie russe Aeroflot s’est engagée à acquérir un lot supplémentaire de 10 avions régionaux de type Sukhoi Superjet SSJ100. Ces appareils seront loués à travers un programme de location vente auprès de la Sberbank.

Ces appareils viendront grossir une flotte composée actuellement de 26 aéronefs. La compagnie russe Aeroflot vise un total de 50 Superjet à terme. La majorité des SSJ100 sont livrés dans la configuration "Full" avec 87 sièges passagers dans une configuration bi-classe: avec 12 sièges en affaires et 75 sièges en classe économique.

Le Sukhoi SSJ100 Superjet : 

Sukhoi Superjet 100 (SSJ100) est un jet de 100 places régional conçu et développé et construit par Sukhoi Civil Aircraft Company (SCAC) en partenariat avec AleniaAermacchi. Le 19 mai 2008 le premier SSJ100 accompli avec succès son premier vol. Le Sukhoi Superjet 100 atteint une vitesse de croisières maximale de Mach 0,81 et 40.000 pieds. Il décolle d'une piste de 1’731 mètres. La plage de fonctionnement pour la version de base est 3,048 km et 4.578 km pour la version longue portée.  Le Superjet est une machine pouvant transporter entre 78 et 98 passagers, en deux classes, il est équipé de deux réacteur PowerJet SaM146 développé conjointement par le motoriste russe NPO et le français Snecma. Divers équipementiers ont été retenu pour fournir des éléments au SSJ100 comme Thales, Liebherr ou encore Honeywell et Bf Goodrich. Le cockpit est moderne et intègre une technologie occidentale avec écrans EFIS couleurs.

 

Photo : Superjet SSJ 100 Aeroflot @ Svyatoslav

20/08/2016

Le Superjet 100 certifié pistes étroites !

1925500369.jpg

La compagnie aérienne irlandaise CityJet a réceptionné en mai dernier son premier exemplaire de avion régional Sukhoi SSJ100. Au total la compagnie a passé commande pour 15 appareils à l’avionneur russe. Afin de pouvoir exploiter sa nouvelle flotte sur certains aéroports disposant de piste étroite comme London-City, la compagnie a fait la demande auprès de l’EASA (European Safety Agency) d’une homologation de type pour son nouvel appareil.

Modification des aéronefs :

Pour obtenir la certification de l’AESA, l’avionneur Sukhoi s’est employé à modifié le système de volets ainsi que l’avionique et le système de gestion de vol. Par ailleurs les SSJ100 de Cityjet recevront d’ici quelques temps des « Winglets ».

Le Sukhoi SSJ100 Superjet : 

Sukhoi Superjet 100 (SSJ100) est un jet de 100 places régional conçu et développé et construit par Sukhoi Civil Aircraft Company (SCAC) en partenariat avec AleniaAermacchi. Le 19 mai 2008 le premier SSJ100 accompli avec succès son premier vol. Le Sukhoi Superjet 100 atteint une vitesse de croisières maximale de Mach 0,81 et 40.000 pieds. Il décolle d'une piste de 1’731 mètres. La plage de fonctionnement pour la version de base est 3,048 km et 4.578 km pour la version longue portée.  Le Superjet est une machine pouvant transporter entre 78 et 98 passagers, en deux classes. Il est équipé de deux réacteurs PowerJet SaM146 développés conjointement par le motoriste russe NPO et le français Snecma. Divers équipementiers ont été retenu pour fournir des éléments au SSJ100 comme Thales, Liebherr ou encore Honeywell et Bf Goodrich. Le cockpit est moderne et intègre une technologie occidentale avec écrans EFIS couleurs.

Photo : SSJ100 de CityJet @ Sukhoi

08/08/2016

Les Sukhoi Su-34 dotés d’une nacelle de renseignement !

1396012_-_main.jpg

Les avions d’attaque au sol russe de type Sukhoi Su-34 « Fullback » ont commencé à recevoir des nacelles de renseignement électronique (ELINT).

La force aérienne russe a débuté l’introduction d’une nacelle de type UKR-RT sous le ventre de ses Su-34 « Fullback ». Cette nacelle semble être dérivée du système ELINT M-410 utilisé à bord des appareils de type Tupolev Tu-214R. Le système UKR-RT est produit par le conglomérat de défense Almaz-Antey, Ce nouveau système doit permettre au Su-34 de détecter les centres de communication et les radars ainsi que les emplacements des systèmes de guidage de drones en temps réel.

Cette nouvelle capacité va permettre d’étendre le rôle des Sukhoi Su-34. Ceux-ci seront dorénavant capables non seulement d’attaques aériennes de précision, mais pourront ainsi œuvrer en matière de renseignement. Du point de vue tactique le choix des russes se justifie de deux manières. La première permet en temps de paix de mener des missions de reconnaissance électronique bien plus discrètes que les gros avions de type Tu-214R. En temps de guerre, ce choix la reconnaissance électronique sera moins vulnérable sur les su-34 et permettra de repérer et d’attaquer quasi simultanément les objectifs ennemis.

 

Photo : Su-34 doté d’une nacelle UKR-RT @ Sergy