20/01/2014

Russie, entrée en service du Su-35 !

su_35_large2.JPG


 

 

Moscou, le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov vient d’annoncer, que les premiers avions de combat Sukhoi Su-35, vont entrer en service d’ici la fin janvier. Un lot de chasseurs polyvalents Sukhoï Su-35 sera prochainement livré aux forces armées russes.

 

Cette annonce fait suite aux résultats des essais supplémentaires qui ont confirmé les performances exceptionnelles de cet avion. Les premiers Su-35 seront livrés, depuis les installations de Komsomolsk-sur-l'Amour (Extrême-Orient russe). En effet, lors des essais effectués en 2013, les constructeurs des Su-35 ont été invités à résoudre une série de problèmes techniques. Ainsi, les pilotes chargés de tester ces appareils ont relevé des défauts de fonctionnement aussi bien des écrans polyvalents dans le cockpit que des moteurs. Le programme d’essais avait été prolongé en vol de 40 heures pour s’assurer que ces défauts avaient été éliminés. Les essais supplémentaires ont pris fin dernièrement et aucune défaillance n'est désormais signalée.

 

Selon les pilotes, cet avion est actuellement le meilleur avion, jamais produit en Russie. Ses caractéristiques et ses possibilités sont uniques en leur genre. Mais ce chasseur requiert aussi de nouvelles techniques de pilotage. Les pilotes jugent par conséquent 

très important de parfaire la familiarisation avec les possibilités techniques du Su-35.


 

482927713.jpg


 

Le Sukhoi Su-35 : 

 

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.


 

359442705.jpg


Photos : 1 & 3 Sukhoi Su-35 2 Cockpit @ Sukhoi


19:33 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sukhoi, su-35, armée russe |  Facebook | |

19/02/2013

Le Pérou cherche un nouvel avion de combat !

MIG-29yMirage2000FAP3.jpg


 

 

Le Pérou a l'intention d'acheter un nouvel avion de combat pour remplacer sa flotte actuelle d’avions plutôt hétéroclite qui comprend : 12 Mirages 2000P, 19 Mig-29 et 18 SU-25. Ce large panel d’avion pose aujourd’hui un sérieux problème d’organisation et surtout de modernisation à ce pays. En effet, le gouvernement péruvien désirait dans un premier temps moderniser sa flotte d’avions de combat, mais les différences de coûts et de standards compliqueraient les choses sans apporter une combativité suffisante à long terme. Le Pérou étudie donc l’option d’acquisition d’un nouvel appareil. 

Le gouvernement péruvien vient de se tourner vers divers avionneurs pour demander des informations d’offres.

Avions neufs ou d’occasions ?

Les moyens financiers du Pérou sont actuellement très limités et ce pays a pris l’habitude de se fournir auprès de la Russie. Pourtant, les avionneurs occidentaux ont été sollicités. Première offre arrivée à Lima concerne l’Eurofighter. En effet, l’Espagne tente de céder 12 Eurofighter Typhhoon II DA1 tranche 1 d’occasions pour un montant de 61 millions de dollars l’unité. L’Espagne en difficulté tente tout comme l’Allemagne de se séparer de la première génération d’Eurofighter dans l’attente de la tranche 3, plutôt que d’entreprendre une coûteuse modernisation.

 

Du côté des offres d’avions neufs, on retrouve côté occident, le Boeing F/A-18E/F « Super Hornet », le Dassault Rafale et le Saab JAS39 Gripen E.  

 

Mais les deux offrent qui semblent déjà intéresser le gouvernement péruvien proviennent de Russie avec le MIG-35 et Sukhoi SU-35. En effet, les avions russes ont l’avantage de satisfaire les besoins  péruviens en matière de prix et de politique.


 

08.jpg


 

Photos : 1 Mirage 2000P & MIG-29 péruviens @ FAP 2 MIG-35 @ MIG

 

21:39 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : fap, mirage 2000p, mig-29, mig-35, su-35 |  Facebook | |

06/03/2012

Le Sukhoi SU-35 intéresse la Chine !

 

7_04_09_778.jpg


 

La Chine vient de faire part à la Russie de son intérêt pour l’acquisition d’avion de combat Sukhoi SU-35. Pékin continue d'investir massivement dans la modernisation de son armée avec une augmentation du budget militaire de 11,2 % par rapport aux années précédentes. Mais ce qui étonne dans cette demande, c’est le fait,  que la Chine aurait dû en théorie être capable de subvenir à ses besoins en aéronautique militaire sans le soutien de l’étranger en usant exclusivement des développements nationaux.  Du moins, c’est ce que prétendait Pékin, il n’y pas si longtemps !

Une aéronautique qui marque le pas :

Si, les projets d’avions de combat ne manquent pas en Chine en ce moment, avec les révélations du Chengu J-20 furtif, le Shenyang J-16 et la modernisation du Chengdu J-10 en Super Dragon Véloce (voir les liens), la Chine n’est vraisemblablement pas encore autonome en matière de développement d’avion de combat.

D’abord car celle-ci, manque d’expérience en recherches & développement (R&D) à force de copies d’avions d’origines russes. Ses ingénieurs semblent buter sur de nombreux problèmes notamment en matière de motorisation. Souvenez-vous l’été dernier, Pékin lançait l’acquisition de moteurs russes de type Saturn AL-31FN du constructeur Saliout pour motoriser le Chengdu J-10 et ceci, du fait de la faible fiabilité du moteur indigène WS-10A «Taihang».

Les appareils dérivés de la gamme SU-27 comme les J-11 et J-15 représentent aujourd’hui l’épine dorsale de l’aviation militaire chinoise, mais ne pourront être remplacés par un appareils indigène avant longtemps. De fait, la chine se trouve obligée d’aller faire son «marché» une nouvelle fois chez son fournisseur favoris, le russe Sukhoi!

Le Sukhoi SU-35 :

Si, la Chine s’intéresse donc au SU-35, c’est que celui-ci lui permettrait d’entrer dans l’ère des avions de combat de la génération 4++ avec une cellule améliorée qui lui permettra une augmentation de l’ordre de 6.000 heures de vol sa durée de vie soit 30 années de service. Le motoriste NPO Saturn à développé spécialement pour l’appareil l’AL-117S dérivé de l’AL-31F.  Ces moteurs sont doté de nouvelles turbines haute et basse pression ainsi qu’un FADEC (système de contrôle numérique) de dernière génération. La poussée atteint désormais 14,500kgf, et la période pour la première révision passera à 1.500 heures en lieu est place de 500 heures.

Le Su-35S dispose d'une nouvelle série d'instruments de bord. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information.  Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions  de 9 x 12 pouces  et une résolution de 1400x1050 pixels.

_SPS1828.jpg

 

 

Les yeux et les oreilles :

Le  SU-35S dispose de deux doubles radars en bande X en réseau à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes(en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scans par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60 . L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes à une section efficace absolue de 3 m2 sur une tête sur la bonne voie à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

Négociations difficiles :

Pour l’instant la Chine n’a fait qu’une demande d’information pour le SU-35 et l’on ne connait pas le nombre d’appareils désirés. La Russie va examiner cette demande avec soin avant de répondre à cette demande, mais là ou les choses risquent de se compliquer, c’est que la Russie garde un très mauvais souvenir de la vente des Sukhoi SU-27 qui ont finit par être dupliqués par les chinois (J-11) est proposé à la vente au nez et à la barbe des russes sur des marchés habituellement réservés à ceux-ci !

Bref, Moscou avait mal digéré cet épisode et ne se risquera pas de si tôt à revivre une telle aventure ! La vente potentielle de SU-35 à la Chine, ne pourra se faire qu’avec de nombreuses garanties sans quoi elle risque d’échouer ! A suivre donc ....

Liens sur l’aviation militaire chinoise déjà publiés :

http://psk.blog.24heures.ch/tag/jian+j-10

http://psk.blog.24heures.ch/tag/j-11

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/05/03/le-shenyan...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/01/11/chengdu-j-...

7_04_09_848.jpg

 

 

Photos : Sukhoi SU-35 @ Sukhoi

 

08/06/2011

La Malaisie va remplacer ses MiG-29N !

1312539.jpg

 

 

La Malaisie s’apprête à lancer un appel d’offre pour le remplacement de sa flotte actuel de MiG-29N « Fulcrum ». Les autorités de Kuala Lumpur ont annoncé la mise en place d’un programme sous le nom de MRCA (Multi-Role Combat Aircraft), qui devra déboucher sur l’acquisition de 18 appareils à l’horizon 2015. L’appareil choisit viendra compléter les F/A-18D en cours de modernisation (voir lien) et ensuite pouvoir compenser le départ de ceux-ci et de la flotte de SU-35MkM à l’horizon 2030 !

 

1882409554.jpg

 

Les moyens de la Royal Malaysian Air Forces (RMAF) :

 

La Royal Malaysian Air Forces (RMAF) dispose aujourd’hui de 8 Boeing F/A-18D « Hornet » en cours de modernisation ainsi que de 18 Sukhoi SU-30MkM. Concernant les  18 MiG-29N acquis au début des années 90, la RMAF en comptabilise encore 16 en activité.

 

1261203160.jpg

 

Lancement du programme MRCA :

 

Le programme de remplacement des Mig-29N n’en est encore qu’à ses débuts, le Ministre de la Défense Datuk Seri Dr Ahmad Zahid Hamidi faisait remarquer hier que le financement de l’achat qui devrait se chiffrer en milliards de ringgit n’était pas encore bouclé. De plus, il restait encore à publier le cahier des charges (Request For Proposal) afin de pouvoir faire une pré-évaluation sur le papier des divers prétendants. Et d’ajouter que le choix ne sera pas seulement militaire, mais dépendrait également des possibilités de transfert en matière de technologie.

 

Photo6_4a4528adfd.jpg

Déjà des prétendants :

 

Si par le passé la Malaisie n’a pas toujours pu se doter des derniers systèmes et notamment des codes sources, car considérée comme moyennement «  sûre » ce pays compte bien aujourd’hui doter sa Force aérienne d’un  nouveau vecteur particulièrement moderne et complet. Si l’appel d’offre  n’est pas encore officialisé, les principaux constructeurs se mettent déjà en ordre de marche afin de se tenir prêt !

 

466108275.jpg

 

Les Russes de Sukhoi mettent déjà en avant le SU-35 arguant que celui-ci reste moins cher  et supérieur aux aéronefs occidentaux et  offrant un complément  aux actuels SU-30 MkM. Du côté des occidentaux, Dassault se prépare avec le Rafale et annonce l’ouverture d’une représentation à Kuala Lumpur d’ici la fin de l’été. EADS se prépare également avec l’Eurofighter et SAAB avec le Gripen NG. Aux Etats-Unis, seul Boeing a manifesté de l’intérêt pour l’instant et proposera certainement le F/A-18 Super Hornet, Lockheed-Martin n’ayant pour l’instant pas encore réagit à l’éventualité d’offrir le F-16 Block 50. Reste une inconnue concernant la Chine, celle-ci se lancera-t-elle dans  la course avec le J-10 « Super Dragon Véloce » et ou une version clonée du SU-27 ?

406484745.jpg

 

Lien sur la modernisation des Hornet malaisiens :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/05/18/la-malaisi...

 

Photos : 1 MiG-29N Malaisien@Peter de Jong 2 SU-35 @Sukhoi 3 Rafale @Dassault Aviation 4 Eurofighter @ Eurofighter/EADS  5 F/A-18 Super Hornet @Boeing 6 Gripen NG@ SAAB