09/01/2017

Les AW159 « Wildcat » anglais au complet !

2229998.jpg

Le 14 décembre dernier, l’hélicoptériste Leonardo (ex AgustaWestland) a remis le 62e et dernier hélicoptère AW159 « Wildcat » au ministère britannique de la Défense. L’hélicoptère a rejoint la base aérienne de Yeovilton, principale base d'opération de l'armée britannique et de la Royal Navy pour l’AW159 « Wildcat ».

La Royal Navy a commandé un total de 28 hélicoptères « Wildcat » HMA.2 pour remplacer les anciens  Lynx HMA.8 qui vont progressivement partir à la retraite d’ici 2017. De son côté l'armée britannique a passé commande pour 34 AW159 « Wildcat » de reconnaissances désignés AH.1.

Un contrat de 271 millions de livres sterling (environ 320 millions d'euros) a été signé avec le ministère britannique de la Défense et Leonardo pour fournir les services de soutien et de formation à l’ensemble de la flotte 62 hélicoptères AW159 « Wildcat », exploités par l'armée britannique et la Royal Navy.

183786.jpg

 AW159 Lynx Wildcat :

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multi-rôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011.

Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

 

Wildcat_01.jpg

Photos : 1 & 3 AW159 Wildcat HMA.2 t 2 AW159 Wildcat AH.1 de l’armée britannique @ Rick Ingham

 

23/11/2015

La Royal Navy devrait recevoir des P-8A !

9086.jpg

 

Londres, la nouvelle était à prévisible, l’Angleterre a annoncé avoir planifié ,son choix en matière d’avion de patrouille maritime avec le Boeing P-8A « Poseidon ». Londres désire acheter 9 aéronefs de ce type. Le Premier ministre David Cameron a présenté son plan d’investissement en vue de l’acquisition de l’avion de patrouille maritime américain.

 

Rappel :

Le retrait des derniers Bae Nimrod MR2 a eu lieu en 2010, ceux-ci devaient être remplacés par un nouveau standard, le Nimrod MRA4. Le Nimrod MRA4 (MRA pour Maritime Reconnaissance and Attack, devait avoir une capacité de tir de missiles de croisières, une nouvelle motorisation et devaient être produits à partir des cellules des anciens MR2. Le programme prévoyait initialement l'achat de 18 avions, ramené ensuite à 12 puis finalement 9. BAe Systems a dû en cours de programme demander l'assistance de Boeing, l'intégration du système d'arme s'étant révélé beaucoup plus complexe que prévu. Le premier vol a lieu en 2004.De nombreux retards et augmentation des coûts ont fini par faire exploser le budget initial. Avec l’arrivée au pouvoir de David Cameron et dans le cadre d'une politique de réduction des déficits publics, le projet fut finalement abandonné en 2010.

 

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes. Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme «Broad Area Maritime Surveillance» devant assurer une surveillance surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing «ScanEagle», le «MagEagle Compressed Carriage».

Commentaire :

En choisissant le P-8A, l’Angleterre opte pour une solution, qui lui permettra de se doter rapidement d’un système moderne et dont, la récente mise en service a démontré ses capacités, mais également la maturité du programme. Il fallait allez vite, l’offre de Boeing permettra de répondre à cette demande. La Royal Navy deviendra donc, le troisième client export du P-8A après l’Inde et l’Australie.

 

456.jpg

Photos : Boeing P-8A « Poseidon » @ US Navy

 

 

19/10/2015

La Royal Navy a reçu son premier Merlin modernisé !

199696696.jpg

 

 

La Royal Navy a pris livraison de son premier hélicoptère AW101 Merlin HC3 doté des dernières mises à jour. Ces hélicoptères vont progressivement remplacer les actuels Westland HC.4 « Commando » d’ici le printemps 2016 au sein de la Royal Navy. 

La mise à niveau des Merlin HC3/3A au standard intermédiaire IHC3 va permettre de rapprocher ces appareils du futur standard HC4/4A, dont l’arrivée est prévue à partir de 2017. 

La mise à niveau IHC3, qui a été réalisée à l'usine d’AgustaWestland à Yeovil. Cette mise à jour fait partie du programme de maintien en vie du « Merlin » (MTPS) et comprend le montage d’une tête de rotor principal pliable, des modifications de châssis pour opérations sur le pont et de l’adaptation de nouveaux points pont d’amarrage destinés

Seconde phase de modernisation : 

La deuxième phase du programme de modernisation des 25 hélicoptères « Merlin » permettra d’atteindre le standard l'HC4 améliorée  et ceci à partir de 2017. Cette  nouvelle mise à jour comprendra cette fois une modernisation du cockpit avec de nouvelles fonctions, dont une amélioration graphique des écrans.

 

Photo : AgustaWestland AW101 Merlin HC3/3A @ AgustaWestland

24/06/2015

Décollage court pour le F-35B !

yourfile-1.jpg

 

 

Le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont réalisé en commun,  le premier test de décollage court du Lockheed-Martin F-35B « Lightning II », lors d'un essais au sol à Patuxent River Naval Air Station dans le Maryland.

 

Ce premier essais, marque le début de la première phase de tests, pour certifier le  décollage court et atterrissage vertical de la version F-35B à partir d'un porte-avions.

L’avions d’essai, numéro BF-04 a décollé sur un pont incliné, démontrant,  ainsi la capacité du F-35B à intégrer les futures opérations au sein d’un bâtiment de la Royal Navy.

L’objectif étant de pouvoir vérifier la capacité d’engagement sur les bâtiments de la Royal Navy, tels que le HMS Queen Elizabeth et le HMS Prince of Wales, tous deux dotés d’une une rampe de pente ascendante.

 

Rappel : 

 

L’Angleterre devrait d’ici cinq ans commander progressivement 14 F-35B. Trois F-35 d’essais ont déjà été commandés par les Anglais, qui sont actuellement basés à Eglin Air Force Base en Floride, où ils sont utilisés pour la formation des pilotes. 

 Le Royaume-Uni prévoyait initialement une commande de 138 unités du F-35B pour équiper la RAF et la Royal Navy. Mais les coûts et les nombreux retards ont finalement poussés le gouvernement britannique à réduite la voilure à 50 exemplaires.

 

 

Photo: Essais sur rampe du F-35B @ Lockheed-Martin

 

09/06/2015

Qui remplacera le Nimrod ?

 

NIMROD-PA02-FIRSTFLT-1_hi.jpg

 

Confrontée à un problème de budget, la Royal Air Force doit prochainement faire un choix crucial en vue du remplacement des avions de patrouille maritime Nimrod. La problématique et d’autant plus grave, que depuis le retrait des Nimrod MR2 et l’abandon du standard MRA4, le Royaume-Uni se retrouve sans aviation de patrouille maritime.

 

Rappel :

 

Le retrait des derniers Bae Nimrod MR2 a eu lieu en 2010, ceux-ci devaient être remplacés par un nouveau standard, le Nimrod MRA4. Le Nimrod MRA4 (MRA pour Maritime Reconnaissance and Attack, devait avoir une capacité de tir de missiles de croisières, une nouvelle motorisation et devaient être produits à partir des cellules des anciens MR2. Le programme prévoyait initialement l'achat de 18 avions, ramené ensuite à 12 puis finalement 9. BAe Systems a dû en cours de programme demander l'assistance de Boeing, l'intégration du système d'arme s'étant révélé beaucoup plus complexe que prévu. Le premier vol a lieu en 2004.De nombreux retards et augmentation des coûts ont fini par faire exploser le budget initial. Avec l’arrivée au pouvoir de David Cameron et dans le cadre d'une politique de réduction des déficits publics, le projet fut finalement abandonné en 2010.

 

Les remplaçants :

 

Différentes candidatures sont actuellement explorées par la RAF pour répondre aux  nouvelles exigences du futurs avion de patrouille maritime, elles comprennent : l’Airbus C295, Boeing P-8A « Poseidon », le Lockheed-Martin C-130J.

 

 

raf,royal navy,avions de patrouille maritime,nimrod,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'avion

 

 

Photos :1 Prototype du Nimrod MRA4 @ BAe 2 Boeing P-8A « Poseidon » @ Boieng