21/04/2020

Une version navale pour le JL-9 !

Chinese_JL-9_trainer_jet_to_be_modified_to_train_aircraft_carrier_pilots_925_001.jpg

Les spéculations semblent se confirmer en ce qui concerne la version « navale » de l’avion école GAIC Jl-9. La société chinoise Guizhou Aircraft Industry Corporation (GAIC) a confirmé qu’elle développait un avion d'entraînement adapté aux atterrissages de porte-avions. Le 20 avril l’avionneur chinois annonçait avoir assemblé la première cellule dans le cadre de son projet « Sea Mountain Eagle » en un temps record. 

Le JL-9 « Sea Mountain Eagle » :

La version navale du JL-9 « Mountain Eagle » trainer jet est en cours de modification pour lui permettre de former des pilotes de porte-avions chinois sur un porte-avions réel à un moment où la Chine a un besoin urgent de former davantage de pilotes pour l’aéronavale. Et ceci à plus forte raison que le deuxième porte-avions, le Shandong, vient d'être mis en service en décembre dernier.

L’avionneur GAIC avait indiqué qu'il travaillait sur un projet d'une importance majeure l’année dernière déjà. L’annonce avait été illustrée avec une image générée par ordinateur (CGI) d'un entraîneur JL-9 survolant un des porte-avions.

Le JL-9 est déjà en fonction au sein de la marine chinoise, mais l’avion forment les pilotes uniquement depuis le sol terrestre, car celui-ci n’est pas adapté pour opérer à partir de porte-avions. Il s’agit donc de corriger ce manque avec une adaptation de l’avion pour le rendre utilisable depuis un bâtiment de surface de la l'Armée de l'air navale de l'Armée populaire de libération (PLANAF).

Faire voler le JL-9 sur un porte-avions nécessite des modifications importantes dans des aspects tels que la structure de la cellule, le moteur, le train d’atterrissage et l’adaptation d’un crochet pour l’appontage et un système adapté à la catapulte. L’avionneur chinois espère faire voler son prototype du JL-9 « Sean Moutain Eagle » encore cette année.

Guizhou JL-9 « Mountain Eagle »/ FTC-2000 « Shanying »  :

Le Guizhou Jl-9/FTC-2000 est en fait un descendant du J-7, soit un Mig-21 sinisé ! Avion d’entrainement biplace en tandem, développé par Guizhou Aviation Industry Co (GAIC). Le premier prototype vola pour la première fois le 13 décembre 2003.

Afin d'économiser du temps et les coûts de développement, CAIC a conçu l'avion en s'appuyant sur le J-7, issus des Mig-21 biplaces qui ont servi comme avion école dans l’aviation chinoise. 

L'avion est  équipé d'une avionique en partie étrangère qui comprend trois écrans multifonctions XPS-,un radar italien Selex Galileo S-7 Grifo. Les autres équipements de l’avionique comprennent un système d’échange de données de type  1553B MILSTD, un head-up display (HUD) viseur tête haute et dispose d’un affichage multifonctions (MFD). L’avion dispose d’un récepteur d’avertissement radar, des contre-mesures électroniques.

Le JL-9 est propulsé par un turboréacteur WP-13F de conception chinoise, alimenté par un réservoir de carburant interne de 2’660 litres. L'avion dispose d’une capacité de ravitaillement en vol à l'aide d’une sonde fixe. A noter, que l’avion emporte un canon de 23mm avec cinq points durs, quatre sous les ailes et un sous la section de fuselage de la ligne médiane. Il peut transporter jusqu'à 2’000 kg de charge utile, y compris des missiles air-air à courte et moyenne portée, des missiles air-sol, des bombes non guidées et des nacelles pour roquettes.

La version d’exportation est nommée FTC-2000G « Shanying ».

4179511639.jpg

Photos : JL-9 Mountain Eagle @ GAIC

 

20/04/2020

L’Allemagne confirme le Boeing Super Hornet !

45.jpg

La ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a officiellement informé en fin de semaine dernière les États-Unis que l'Allemagne achèterait 45 Boeing F/A18 & EA-18 pour remplacer en partie ses avions de combat Tornado.  L’Europe n’est pas en reste, Airbus DS recevra également une commande pouvant aller jusqu’à 93 Eurofighter.

Rappel :

A fin mars, je vous parlais d’un choix possible en direction d’une flotte mixte pour remplacer les Tornado ECR et sa capacité d’emport de la bombe nucléaire B61 sous commandement de l’USAF.

Actuellement le Boeing Advanced Super Hornet BlockIII et l’EA-18 « Growler » sont directement en compétition avec l’Eurofighter.  Le Lockheed-Martin F-35 ayant été écarté de la compétition. Si, le gouvernement allemand semble préférer l’offre d’Airbus, la question de la bombe B61 sème le trouble.  En effet, le Tornado est de son côté capable de mener les missions « ECR » et d’emporter la bombe B-61. Son remplaçant est censé pouvoir reprendre les mêmes missions.  De plus, une prolongation de la flotte de Tornado coûterait particulièrement cher et grèverait le budget de la Luftwaffe, on parle de 9 à 10 milliards d’euros. Il y a urgence ! 

Le problème actuel, vient du fait que ni l’Eurofighter, ni l’Advanced Super Hornet ne sont qualifiés pour l’emport de la bombe B-61. Les américains, de leurs côtés semblent « évidemment » plus disposés à une qualification rapide sur le F/A-18 E/F. Pour l’Eurofighter, il faudra attendre. Cette problématique pose une question de fond sur le choix final du gouvernement allemand et de ses engagements en termes de capacité au sein de l’Otan. 

En novembre dernier, Airbus a présenté son Eurofighter ECR SEAD de reconnaissance et de combat électronique et de Suppression des défenses aériennes ennemies. Cette nouvelle possibilité de l’avion doit permettre de venir complètement remplacer les Tornado ECR de la Luftwaffe, soit près de 40 aéronefs. Reste cependant l’épineux problème politique de la dissuasion nucléaire et de la place de la Luftwaffe que celle-ci occupe au sein de l’Otan.

Une flotte mixte :

L’Allemagne semble confirmer son choix en direction d’une flotte mixte composée de la manière suivante 90 avions de type Eurofighter et 45 avions de chasse F/A-18 Advanced Super Hornet/Growler du constructeur américain Boeing à partir de 2025. Soit 30 Advanced Super Hornet BlockIII ainsi que 15 EA-18 "Growler » BlockII pour combattre les positions de défense aérienne ennemies. 

Bataille au Bundestag :

Pour autant, une bataille va avoir lieu au Bundestag. Ce dernier doit en effet, approuver le financement de chaque acquisition de défense d'une valeur de plus de 25 millions d'euros. Hors, du côté des du parti socialiste SPD on ne soutient pas cet achat principalement dû à une remise en cause de la mission de frappe nucléaire et préfère que les États-Unis retirent les bombes nucléaires qu’ils ont stockées à la base aérienne de Büchel. Une autre faction du SPD s'oppose à l'octroi d'un tel contrat d'armes d’une manière générale. On peut donc s’attendre à des débats très animés au Parlement allemand.

Photo : Image d’artiste d’un Futur Advanced Super Hornet aux couleurs de la Luftwaffe @Wolfmann

 

 

 

18/04/2020

L’Italie lance la version « Multirôle Avancée » pour l’AW169 !

424581985.jpg

Dans le cadre du programme LUH (Light Utility Helicopter), le Ministère de la Défense italien a lancé l'achèvement du développement de la variante multirôle avancée (MA) de l'hélicoptère Leonardo AW-169M et l'acquisition des 15 premiers exemplaires de la série MA. Le programme a débuté avec l'achat de 2 machines dans la variante Commercial Basic Trainer, y compris le support technique et logistique et la formation, et avec le développement initial de la configuration MA. Le programme a un coût total actuellement fixé à 337 millions d'euros, pour une durée de 9 ans, plus une prévision facultative de 4 ans supplémentaires pour 10 millions d'euros.

La nouvelle version « MA » de l’AW169 doit permettre de venir moderniser la mobilité de l’armée italienne en ce qui concerne le transport léger, l’appuis direct aux troupes, le sauvetage et l’évacuation. Cette nouvelle version s’appuie sur le modèle actuel de l’AW169M actuellement en cours d’introduction au sein de La Guardia di Finanza italienne. Cette dernière est le client de lancement de la variante militaire de l’hélicoptère avec 22 aéronefs. Les hélicoptères seront utilisés pour jouer divers rôles: patrouille et reconnaissance, application de la loi, sauvetage et sécurité intérieure. Le nouvel appareil va venir remplacer les vieillissants Bell 202. D’autres commandes pourraient venir s’ajouter à celle-ci pour venir remplacer les Bell 212 et 412 en service au sein des forces armées, des garde-côtes et des carabiniers.

Les qualifications militaires pour les AW169M sont fournies par l'agence italienne Armaereo. L'aéronef est configuré avec un certain nombre de fonctionnalités, notamment des capteurs électro-optiques et infrarouges, un palan de secours et une compatibilité avec les lunettes de vision nocturne. 

L’AW169 :

L’AW169 fait partie de la famille des hélicoptères de nouvelle génération qui comprend les AW139 et AW189. Ces hélicoptères possèdent tous les mêmes caractéristiques de vol de haute performance et des caractéristiques de sécurité tout en disposant d’un cockpit commun avec écrans tactiles. La philosophie et la conception de la maintenance est également commune aux trois modèles.

Lancé au Salon aéronautique international de Farnborough en juillet 2010, l’AW169 a rapidement trouvé le succès du marché, avec plus de 100 appareils en version civile en commande. L’AW169 a été conçu en réponse à la demande croissante du marché, pour un hélicoptère qui offre des performances élevées, répond à toutes les dernières normes de sécurité et possédant des capacités multi-rôles. L’AW169 intègre plusieurs nouvelles fonctionnalités technologiques, pour fournir les plus hauts niveaux de sécurité et les avantages opérationnels pour ses clients. Des technologies de nouvelle génération sont intégrées dans le système du rotor, les moteurs, la production d'électricité et l’avionique.  La transmission est électrique, ainsi que les systèmes de distribution. 

EVyxo7GX0AA4ypR.jpeg

Photos : AW169M @ Leonardo

17/04/2020

Premier ravitaillement en vol entièrement automatique !

Airbus achieves world’s first fully automatic refuelling contacts.jpg

Airbus a réalisé la toute première opération de ravitaillement en vol entièrement automatique (A3R). La campagne d'essais en vol, menée plus tôt dans l'année au-dessus de l'océan Atlantique, a impliqué un avion d'essai de ravitailleur Airbus A330MRTT équipé de la solution Airbus A3R, avec un chasseur F-16 de l'armée de l'air portugaise agissant comme récepteur.

Cette étape importante fait partie de la phase d'industrialisation des systèmes A3R avant sa mise en œuvre dans le développement futur des A330 MRTT.

La campagne a atteint un total de 45 heures d'essais en vol et 120 contacts secs avec le système A3R, couvrant toute l'enveloppe de ravitaillement en vol, alors que les F-16 et MRTT consolident la maturité et les capacités du développement à ce stade. La phase de certification débutera en 2021.

L’A3R :  

Le système A3R ne nécessite aucun équipement supplémentaire sur l'avion récepteur et est destiné à réduire la charge de travail des opérateurs de ravitaillement en vol (ARO), à améliorer la sécurité et à optimiser le taux de transfert de ravitaillement en vol dans les conditions opérationnelles, contribuant à maximiser la supériorité aérienne. L'objectif du système A3R est de développer des technologies qui atteindront des capacités entièrement autonomes.

Une fois que le système est activé par l'ARO, l'A3R fait voler la flèche automatiquement et maintient l'alignement entre la pointe de la flèche et le réceptacle du récepteur avec une précision de quelques centimètres; le bon alignement et la stabilité du récepteur sont vérifiés en temps réel pour maintenir une distance de sécurité entre la flèche et le récepteur et également pour déterminer le moment optimal pour étendre la poutre télescopique pour réaliser la connexion avec le récepteur. À ce stade, le transfert de carburant est amorcé pour remplir l'avion récepteur et une fois terminé et la déconnexion commandée, la flèche est éloignée du récepteur en rétractant le faisceau télescopique et en éloignant la flèche pour garder une distance de séparation sûre. Au cours de ce processus, l'ARO surveille simplement l'opération.

Le système avancé A3R guide la flèche pour se connecter de manière autonome avec le réservoir de ravitaillement de l'avion récepteur. Lorsque le système A3R est activé, un système de commande de vol entièrement automatisé vole et maintient la flèche alignée avec le réceptacle de l'avion récepteur. Lors de l'approche initiale du récepteur, le contrôle de la flèche est effectué par l'opérateur de ravitaillement en vol (ARO) de l'avion-citerne. De nouvelles techniques passives telles que le traitement d'image sont ensuite utilisées pour déterminer la position du réservoir de ravitaillement du récepteur. La poutre télescopique à l'intérieur de la flèche peut être commandée manuellement par l'ARO ou en utilisant un mode de maintien de distance relative ou un mode automatique complet pour effectuer le contact. Le nouveau processus devrait réduire la charge de travail des opérateurs de rampes de ravitaillement, améliorer la sécurité et optimiser le taux de ravitaillement en vol dans les conditions opérationnelles.

L’Airbus A330MRTT : 

L’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières.

MRTT-001.jpg

Photos : 1 Système de contrôle A3R 2 A330MRTT ravitaillant un F-16 @ Airbus DS

16/04/2020

Antonov prépare l’assemblage de l’AN-178 pour le Pérou !

3395540292.jpeg

L’avionneur Antonov travaille à la préparation de l’An-178 destiné au Pérou. À ce jour, les travaux préparatoires pour l'assemblage du gabarit du fuselage de l'avion sont terminés et ceci malgré les limitations imposées dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

Au total, 25 entreprises ukrainiennes et une trentaine de fournisseurs européens et nord-américains participent à la chaîne d'approvisionnement du nouvel An-178. Afin d'organiser l'exécution du contrat, la grande banque ukrainienne ainsi que trois institutions bancaires et financières étrangères sont impliquées.

Rappel :

C’est en novembre 2019, que la société SpetsTechnoExport, qui fait partie de la société d'État «Ukroboronprom», a achevé la procédure de signature d'un contrat avec le ministère de l'Intérieur de la République du Pérou pour la fourniture d'un avion de transport moyen An-178. La signature de l'accord a ouvert le marché latino-américain pour une nouvelle génération d'avions Antonov.

Le Pérou est le premier pays d’Amérique-Latine à opter pour l’An-178. L’avion va venir compléter la flotte de Leonardo C-27J déjà en service dans le pays. L’Arabie Saoudite est le premier client à l’exportation avec 30 appareils.

Assemblage en cours :

Selon l’avionneur ukrainien, l'assemblage de la partie avant du fuselage (F1) et de la section centrale du fuselage (F-2) est au stade final dans l'atelier de production. La Fabrication de la partie centrale de l'aile, des parties en porte-à-faux gauche et droite de l'aile, l'empennage est entièrement achevé. Deux pylônes de moteur sont prêts pour l’intégration dans l'avion.

La configuration de l'avion commandé par le Ministère de l'intérieur de la République du Pérou permet d'effectuer le transport de personnel (100 personnes), le transport de passagers (80 personnes), la livraison de marchandises (jusqu'à 18 tonnes), l'évacuation des blessés avec assistance médicale (40 personnes).

l’Antonov An-178: 

L'An-178 est conçu pour remplacer les avions de transports de type An-12, An-26 et An-32 et concurrencer les  Lockheed-Martin C-130J, ainsi que de l’Embraer KC-390.

En comparaison avec l'An-12, sa vitesse de croisière maximale est augmentée de 225 kilomètres par heure, le plafond de service de 3’000 mètres et la plage de vol avec une cargaison de 10 tonnes est augmentée de 800 km. L’avion dispose d’une avionique moderne avec écrans EFIS. Le système de commande de vol est un système "fly-by-wire" double duplex, composé de deux parties: FCS-A et FCS-B, chacune étant responsable de deux canaux de commande. Il est motorisé par deux réacteurs Progress D-346-148FM. L’Antonov An-178 a effectué son vol inaugural le 8 mai 2015, il a obtenu ces certifications durant l’année 2016.

842581729.jpeg

Photos : An-178 @ Antonov