24/08/2020

Deux tentatives mondiales pour SolarStratos !

1069535296.jpg

Raphaël Domjan et le team SolarStratos vont tenter d’effectuer deux premières mondiales ce jour à Payerne. Exclusivement chargé d’énergie solaire, l’avion expérimental décollera de l’aérodrome avec le pilote d’essai Miguel A. Iturmendi et Raphaël Domjan, initiateur et futur pilote de SolarStratos. 

Au terme d’une brève ascension, Raphaël Domjan sautera de son avion solaire et effectuera une chute libre au-dessus de l’aérodrome de Payerne, avant de se poser devant la base de l’équipe.

Deux premières mondiales seront tentées à cette occasion :

Premier saut de l’histoire effectué depuis un avion électrique

Première chute libre solaire

SolarStratos vise à démontrer qu’avec les technologies actuelles il est possible de réaliser des prouesses qui dépassent le potentiel des énergies fossiles : les véhicules électriques et solaires comptent parmi les grands défis du 21ème siècle. L’avion SolarStratos, qui tentera par la suite de voler dans la stratosphère, ouvre une porte sur cette aviation du futur et sur la mobilité de demain.

L’objectif de SolarStratos : 

SolarStratos est une mission aéronautique qui a pour objectif d'atteindre pour la première fois la stratosphère avec un avion solaire habité. L'initiateur de ce projet est le pilote suisse Raphaël Domjan. Le but de cette mission est de démontrer, avec un avion à moteur classique, le potentiel de l'énergie solaire. 

Une expérience scientifique :

L’objectif de la mission SolarStratos consiste a voler à une altitude très peu fréquentée à partir de 15'000 mètres propulsée uniquement à l’énergie solaire. L’équipe prévoit d’atteindre les 25'000 mètres, soit un record. Ce vol doit permettre d’effectuer des mesures inédites.

solarstratos,payerne,aeropôle payerne,aviation et écologie,aviation solaire,eco-aviation,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation

Photos : SolarStratos

23/08/2020

Le premier pilote brésilien à bord d’un F-39 Gripen !

Major_Aviator_Cristiano_de_Oliveira_Peres_Gripen_E_4-1536x929.jpg

Le major Cristiano de Oliveira Peres, pilote pilote de l'armée de l'air brésilienne (FAB), a effectué, jeudi, en Suède, le premier vol d'un pilote brésilien sur le nouveau chasseur F-39 Gripen E. Des pilotes brésiliens ont déjà volés à bord d'avions de type Gripen, mais il s'agissait de l'ancienne version. 

L'avion a décollé de l'aérodrome de SAAB à Linköping, et a survolé la mer Baltique pendant environ 50 minutes. L'activité fait partie de la vérification des qualités de vol et de pilotage de l'aéronef.

L'armée explique que la préparation du vol de ce jeudi a été intense. Il est à Linköping depuis janvier et a suivi une série de formations qui l'ont qualifié pour le pilotage. Parmi eux, l'étude de la documentation technique du F-39 Gripen et de nombreuses heures de formation aux simulateurs.

Major_Aviator_Cristiano_de_Oliveira_Peres_Gripen_E_5-1536x1024.jpg

Pour le major Cristiano, effectuer le vol était une grande responsabilité étant donné l'importance du projet pour l'armée de l'air brésilienne. Le Gripen E FAB 4100 est encore un appareil de présérie et il fallu du temps pour préparer ce vol.

Rappel :

Les activités conjointes ont débuté en 2014 avec la signature du contrat de développement et de production de 36 avions Gripen E/F pour l'armée de l'air brésilienne, y compris les systèmes embarqués, le support et l'équipement. Les plates-formes sont développées et produites avec la participation de techniciens et d'ingénieurs brésiliens. Cette intégration s'inscrit dans le cadre du transfert de technologie et vise à apporter les connaissances nécessaires à la continuité des activités au Brésil.

Les avions sont développés et produits avec la participation de techniciens et d'ingénieurs brésiliens. Cette intégration s'inscrit dans le cadre du transfert de technologie et vise à apporter les connaissances nécessaires à la continuité des activités au Brésil. 

L’IPEV :

Le Major Cristiano fait partie du personnel de l'Institut de recherche et d'essais en vol (IPEV), sous la direction du Département des sciences et technologies aérospatiales (DCTA). L'IPEV a pour objectif de fournir des services technologiques spécialisés dans le domaine des essais en vol, de l'instrumentation aéronautique et de la télémétrie de données pour soutenir la recherche, le développement et la certification de produits aéronautiques, ainsi que pour former du personnel spécialisé dans les essais en vol. Il mène également la recherche et le développement de techniques et de moyens d'essais en vol, en plus de méthodes de planification et d'aide à la décision dans les activités d'essais en vol, à la recherche de solutions innovantes et plus efficientes et efficaces.

Major_Aviator_Cristiano_de_Oliveira_Peres_Gripen_E_1-1536x1024.jpg

Photos : Premier vol d’un pilote brésilien sur F-39 E (dénomination brésilienne) @ Saab

20/08/2020

Des F-35 pour les EAU ?

WhatsApp_Image_2019-07-14_at_19.36.42-640x400.jpg

La normalisation des relations entre les Emirats Arabes Unis (EAU) et Israël permettra-t-elle à Washington de vendre des F-35 ? La question est ouverte. Selon plusieurs journaux israéliens parus ce mercredi, la normalisation entre les deux pays permettrait d’ouvrir la voie à un l'accord négocié par les États-Unis la semaine dernière qui comprenait un libellé pour fournir à la nation arabe du Golfe des systèmes d'armes avancés, y compris des F-35 américains.

Il semble le premier ministre israéliens Netanyahu a donné son approbation à l'accord sur les armes entre les États-Unis et les Émirats arabes unis dans le cadre de l'accord visant à former des relations diplomatiques israélo-émiriennes, un développement qui pourrait voir l'avantage militaire d'Israël dans la région sensiblement compromis.

Il semble donc, que les Émirats arabes unis seraient depuis longtemps intéressés par l'acquisition d'avions de combat F-35 de fabrication américaine et de drones d'attaque comme ceux que possèdent les Israéliens.

Discorde politique en Israël ?

De son côté, le Premier ministre suppléant Benny Gantz a semblé remettre en question cette décision en affirmant vouloir maintenir à tout prix l'avantage militaire qualitatif d'Israël dans la région. Bref, il semble que rien n’est encore fait, mais que des tractations de couloirs se déroulent en ce moment en vue d’une possible vente d’armes américaines. Cette question brûlante est également au menu des discussions au sein de l’Etat Hébreu qui joue ici une carte politique sans précédent dans la région.

Les Etats-Unis ont joué une carte importante dans les négociations entre les deux frères-ennemis avec comme contrepartie l’objectif d’une importante vente d’armes aux EAU brûlant du même coup les espoirs européens de venir se placer à nouveau dans le petit Émirats.

Le vrai du faux ?

20.08.20 Dans un communiqué le gouvernement israéliens semble maintenant vouloir réfuter toute autorisation de vente du F-35 aux EAU. . Mais de son côté l'Emirat confirme être en discussion sur une telle vente. Les services diplomatiques de la Maison Blanche ont-ils été un peu trop optimistes sur ce dossier, élection en cause ? Vrai ou faux, ce petit feuilleton risque bien de faire parler de lui durant les prochaines semaines.

Rappel : 

Israël et les Émirats arabes unis ont annoncé jeudi l'accord négocié par les États-Unis, affirmant qu'ils établissaient des relations diplomatiques complètes en échange du gel des plans d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie. Israël avait auparavant prévu d'aller de l'avant unilatéralement avec l'annexion de la vallée du Jourdain et des colonies, sur la base du plan de paix américain.

L'accord fait des Émirats arabes unis le troisième pays arabe, après l'Égypte et la Jordanie, à avoir des relations diplomatiques pleines et actives avec Israël. La déclaration conjointe de jeudi a déclaré que des accords entre Israël et les EAU étaient attendus dans les semaines à venir concernant des questions telles que le tourisme, la sécurité et le commerce.

Suite à la signature de l’accord, les EAU ont autorisé les avions civils israéliens à traverser leur espace aérien, une grande première dans la région.

Lockheed Martin en position de force:

Si le contrat se concrétise, le F-35 viendra renforcer la flotte de F-16 des EAU. Le pays avait créé la surprise en 2013 en choisissant encore ue fois le Lockheed-Martin F-16E/F « Desert Falcon » Block60 comme avion de combat. Le contrat prévoyait l’acquisition de 25 F-16 pour un montant estimé à 5 milliards de dollars. Il s’agissait d’une seconde tranche de cet avion, qui équipe déjà l’armée de l’air des EAU. La Force aérienne des EAU connait bien le F-16, qu’elle en utilise depuis les années 2000, avec 54 F-16E Block 60 et 24 F-16F Block60.

En paralèlle, le pays a modernisé ses Mirage 2000, mais semble définitivement tourner le dos au Rafale.

Photo : F-35 dans le désert israélien @ IAF

 

 

 

 

 

19/08/2020

2021, un nouveau commandant pour les Forces aériennes !

gosimg10IA02c001d5808080b3000012014izf.jpg

Le 30 juin 2021, l'actuel commandant des Forces aériennes, le général de division Bernhard Müller, prendra sa retraite anticipée. Son successeur sera le chef de projet du nouvel avion de combat, le Colonel i Gst Peter Merz « Pablo », pilote militaire, instructeur de vol et ancien commandant de la base de Meiringen. 

Peter Merz, 52 ans, a terminé un apprentissage de mécanicien de camions avec une école secondaire professionnelle. Le colonel i Gst Peter Merz s'est joint à l'escadron de surveillance de la Force aérienne en 1990 et a terminé l'école de pilote militaire professionnel. De plus, en 1996, il a terminé avec succès sa formation au lycée technique (HTL). dipl. Ingénieur FH. Depuis lors, le colonel i Gst Merz a été employé comme pilote militaire, instructeur de vol et plus tard dans divers postes de direction militaire. Le 1er janvier 2018, il est nommé chef de projet de la New Combat Air Force (NKF).

Photo : Col Peter Merz « Pablo » @ DDPS

 

Finlande : 12 milliards pour son nouvel avion de combat ! 

ilmav_hx-_1577960804.jpg

La proposition de budget du gouvernement finlandais pour 2021 a dissipé les craintes de retards ou de réduction du financement du programme de chasseurs HX des forces armées (FAF). Mieux, le budget alloué à l’achat du nouvel avion de combat sera même en augmentation. Le programme HX doit permettre le remplacement de la flotte de 64 Boeing F/A-18 C/D « Hornet » actuellement en service.

Un budget à 12 milliards de dollars :

Initialement le ministère finlandais de la Défense envisageait un budget de 11 milliards de dollars pour l’achat du nouvel avion de combat. La crise du COVID a fait peser un doute sur ce montant durant quelques mois. Au lieu de cela, le budget 2021 protège et fait progresser l'investissement à 12 milliards de dollars. Le plan augmentera effectivement le cadre budgétaire de l’armée en 2021 de 2 milliards de dollars à 5,8 milliards de dollars pour couvrir la première phase des coûts d’achat du projet HX.

L'allocation de 5,8 milliards de dollars représente une augmentation massive de 54% du budget de défense des FAF pour 2021 par rapport à 2020. De plus, la provision financière plus élevée fera passer les dépenses militaires de défense de la Finlande non alignée, en proportion du PIB, de 1,4% en 2020 à plus 2 % l'année prochaine.

64 nouveaux avions de combat :

La Finlande prévoit d'acquérir jusqu'à 64 avions de combat pour remplacer sa flotte vieillissante de F/ A-18C/ D « Hornet ». Pour Helsinki, il n’est pas question de baisser la garde, il est primordial de maintenir une dotation suffisante d’avions pour garantir la sécurité dans la région. Le gouvernement devrait finaliser sa décision sur le choix de l'avion de combat au premier trimestre de 2021.

Le calendrier du projet, sous la supervision du Commandement logistique du FDF, prévoit que l’armée de l’air finlandaise prendra livraison de nouveaux avions au cours de la période 2025 à 2030.

Rappel sur le projet HX :

Unknown.png

Les essais des appareils sont terminés. La phase deux du projet HX est actuellement en cours. Celle-ci est axée sur le contenu du marché pour chaque soumissionnaire individuel. Une demande de meilleures offres finales sera sollicitée à l'issue de la deuxième phase de négociations au quatrième trimestre 2020, et en amont la décision du gouvernement sur le type d’avion.

Les avions de combat internationaux en lice pour le contrat de 12 milliards de dollars comprennent le Boeing F/A-18 Super Hornet BlockIII, le Dassault Rafale F4, l'Eurofighter Typhoon T3/4, le Lockheed Martin F-35-F4 et le Saab Gripen E MS21.

Photos : projet HX, les concurrents@ FAF