29/09/2020

Les premiers Super Hornet koweïtiens ! 

m34.jpeg

St-Louis dans le Missouri, l’avionneur américain a dévoilé les premières photos d’un des premiers F/A-18 E « Super Hornet » BlockII+ aux couleurs du Koweït. Le petit pays voisin de l’Irak est actuellement en phase de modernisation de son armée avec le « Super Hornet », mais également dans l’attente de l’Eurofighter européen.  

Rappel :

C’est en avril 2018 que le Koweït a signé avec Boeing un contrat d’une valeur de 3,17milliards de dollars portant sur 22 F/A-18E et 6 F/A-18F « Super Hornet ». Le pays dispose d’une option pour 12 autres appareils. « L'acquisition du « Super Hornet » permettra une plus grande interopérabilité avec les forces américaines, offrant des avantages pour la formation et d'éventuelles futures opérations de coalition à l'appui des objectifs de sécurité régionaux partagés » avait annoncé le Ministère de la Défense koweïtien à l’époque. 

Deux Super Hornet aux couleurs du Koweït volent depuis plusieurs semaines, le premier un biplace F/A-18 F et sur les photos disponibles, un monoplace n°169708 de série et le n°803 pour la Force aérienne du Koweït (KAF).  Par rapport aux anciens F/A-18 C/D « Hornet » en service qui doivent être remplacés, le Super Hornet arbore deux tons de gris léger.

Le « Super Hornet » BlockII+ du Koweït : 

Le standard livré au Koweït est assez particulier, il s’agit du BlockII actuel en service dans l’US Navy, mais avec certaines nouveautés qui seront intégrées sur le futur BlockIII. Selon Boeing ce BlockII+ offre notamment : le nouveau cockpit avec grand écran central, les leurres remorqués à fibre optique ALE-55, ALQ-214 IDECM de contre-mesures de radiofréquence. Les Conformal Fuel Tanks (CFT) seront installés prochainement.

Pour le reste, les Super Hornet koweïtiens disposent : des pods de ciblage Sniper et ATFLIR.

Le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » BlockII :

Le Super Hornet BlockII est un avion de combat de génération 4++ doté d’une avionique numérique avec système HOTAS. Issus de son petit frère le « Hornet », le Super Hornet dispose d’une structure agrandie qui permet une augmentation de carburant de l’ordre de 33%. La structure et le train d’atterrissage sont renforcés, pour permettre d’augmenter la masse maximale au décollage et à l’atterrissage.

Avion multirôle, le « Super Hornet » peut effectuer les missions suivantes simultanément : supériorité aérienne, interdiction aérienne, suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD), soutien aérien rapproché (CAS) et attaque maritime. L’avionique comprend trois écrans couleurs, dont un est tactile ainsi que des éléments numériques additionnels comme la radio et données moteurs. Les améliorations du poste de pilotage permettent de simplifier le travail du pilote. Un système anticollision de type G-CAS et un TAWS (Terrain Avoidance and Warning System) équipent l’avion. Le pilote dispose du viseur de casque Boeing JHMCS. Liaison de données tactique Link16.

Radar AESA :

Le Super Hornet est doté du radar Raytheon à balayage électronique (AESA) AN/APG-79 qui augmente la portée de détection et de poursuite de cible air-air et fournit une cartographie air-sol à haute résolution et à longue portée.  L'AN/APG-79 dispose d'un diagnostic de surveillance interne qui peut être interprété sur le terrain et sur les lignes de front, ce qui permet de réduire les coûts et d'améliorer l'état de préparation en temps de guerre 

IRST21 :

L’IRST (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34 destiné au « Super Hornet » est développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmente ainsi, la conscience de la situation du pilote. Le système permet un partage d'information avec d'autres aéronefs non équipés de l'IRST.

Contre-mesure IDECM :

Le système intégré de contre-mesures défensives AN/ALQ-214 (IDECM) assure une prise de conscience coordonnée de la situation et gère les contre-mesures de tromperie embarquées et non embarquées, les leurres consommables et le contrôle du signal et de la fréquence des émissions. Le système a été développé conjointement par les systèmes de guerre électronique et d'information de BAE Systems.

Le système IDECM comprend le distributeur de contre-mesures ALE-47, le leurre remorqué AN/ALE-55 à fibre optique et le récepteur d’avertisseurs radar AN/ALR-67 (V) 3. Ce dernier intercepte, identifie et hiérarchise les signaux de menace, qui se caractérisent par la fréquence, l'amplitude, la direction et la largeur d'impulsion.

Nacelles :

ATFLIR/Reco :

L’appareil est équipé du module de ciblage de précision Raytheon AN/ASQ-228 ATFLIR (infrarouge à visée avancée de ciblage avancé). L’ATFLIR consiste en un réseau de plans focaux fixes de 3 à 5 microns ciblant en mode FLIR, et qui comprend un suiveur laser à haute puissance pompé par diode de BAE Systems Avionics, une caméra de navigation FLIR et de télévision CCD de BAE Systems Avionics.

SNIPER:

Les avions de l’US Marine Corps sont équipés du module de ciblage avancé Northening Grumman Litening AT, avec FLIR de 540 x 512 pixels, téléviseur CCD, système de suivi de point laser, marqueur laser infrarouge et télémètre / indicateur laser infrarouge. La nacelle AN/AAQ-33 « Sniper Advanced Targeting Pod » est également disponible. L’avion est doté du module de reconnaissance multifonction Raytheon SHARP qui est capable de la reconnaissance simultanée aéroportée et terrestre. 

Radios & IFF :

L’avion dispose de radios cryptées numériques Rockwell-Collins AN/ARC-210 Gen 5.2, MIDS-JTRS, SATCOM-DAMA, et du système de reconnaissance ami/ennemi IFF AN/APX-111 (V) de BAe Systems.

m23.jpeg

Photos : Super Hornet koweïtien n° 803 @ Bryan Baisley

 

 

 

18/09/2020

Des canons à laser sur les avions de combat d’ici cinq ans ?

Tactical-Airborne-LWS-01-768x432.jpg

Verra-t-ont l’arrivée des premières armes à laser venir équiper les avions de combat dans quelques années ? La question est ouverte et du côté de Lockheed-Martin, on affirme être en mesure de faire des essais d’ici 2025.

Le responsable de la division « laser » de Lockheed-Martin, Mark Stephen, a déclaré lors d’une conférence de presse en fin de semaine, que la société travaille à l’installation d’une arme laser défensive sur les avions de combat d’ici cinq ans.

Le programme SHiELD :

Cet objectif fait partie du programme SHiELD (Self-Protect High-Energy Laser Demonstrator) de l’Air Force Research Lab et vise à installer un module « laser » défensif sur les chasseurs pour les défendre contre les missiles antiaériens. Par contre, un « laser » offensif pour abattre des avions ennemis devrait frapper plus fort et à plus longue distance et n’est pas réalisable aujourd’hui. Il s’agit d’un objectif à plus long termes.

Selon le Pentagone un « laser » offensif ne viendra pas équiper les aéronefs avant l’arrivée de la 6ème génération d’avions de combat. Par contre, le « laser » du programme SHiELD devrait être applicable sur les appareils actuels. 

Le projet SHiELD prévoit d’utiliser le prototypes IFPC-HEL (Indirect Fire Protection Capability-High Energy) Laser, soit un canon laser monté sur un camion déjà en construction qui sera opérationnel en 2024. Soit un an avant le calendrier de Lockheed-Martin pour placer un laser sur un avion de combat. Pour Lockheed-Martin, il s’agit de produire une nacelle dotée du système IFPC-HEL qui servira de prototype opérationnel. Ce dernier devra démontrer que la technologie peut réellement fonctionner, sous un avion. En effet, la technologie IFPC-HEL est avant tout développée sur une plateforme fixe, soit un camion. Hors l’utilisation de celle-ci à bord d’un avion n’est simplement pas garantie.

De plus, le camion offre plus de place pour la production d'énergie et les systèmes de refroidissement qu'une nacelle qui tient sous un avion. L’IFPC-HEL doit produire 300 kilowatts d'électricité, la puissance du SHIELD est à déterminer, mais elle sera probablement inférieure à 100 kW, ce qui permettra à l’avion de combat de charger le laser sans installer un générateur d'énergie additionnel.

On le voit, si l’on se rapproche des armes laser en vol, il faudra attendre au moins 10 ans, avant de pouvoir compter sur un système fiable de défense et probablement 10 ans de plus en ce qui concerne les armes offensives. Pour autant, 20 années ne représentent qu’une goutte d’eau temporel.

Photo :  Image de synthèse F-16 doté d’un laser de défense @ LM

 

 

14/09/2020

Le Saudi International Airshow s’ouvre aux femmes !

SA21-Banner-GlobalAir.png

L’année 2020 a été particulièrement pauvre en matière de de Salon aéronautique, on espère que 2021 permettra de revenir à la normale.  Première bonne surprise en vue pour la nouvelle année, l’ouverture aux faites aux femmes lors du prochain Salon en Arabie Saoudite. Une nouvelle incroyable pour nous occidentaux, mais qui vaut son pesant d’or au Moyen-Orient.

Le prochain Saudi International Airshow se déroulera les 16 au 18 février prochains à Riyad. La Direction est fière d'annoncer la première participation des femmes dans l'aviation au Moyen-Orient.  

Il s’agit de mettre en lumière les modèles féminins au Moyen-Orient pour démontrer les nombreuses opportunités pour les femmes dans le secteur de l'aviation. Il est alimenté par les possibilités d'aider les générations actuelles et futures de femmes à atteindre leurs objectifs et leurs ambitions alors qu'elles travaillent aux côtés des hommes dans l'industrie.

Le Saudi International Airshow fait partie du programme Vision 2030 alors que le secteur de l'aviation continue de jouer un rôle essentiel dans la diversification et l'expansion de l'économie saoudienne. Depuis que le Royaume d'Arabie saoudite a également inclus les droits des femmes dans Vision 2030, les entreprises exposantes soutiennent les femmes et créent davantage d'emplois dans l'aviation.

Second-Saudi-International-Airshow-welcomes-Women-in-Aviation-for-first-time.jpg

Le fil conducteur à travers le « Women In Aviation Middle East Chapter » vise à rassembler des femmes travaillant dans tous les domaines de l'aviation à travers le Moyen-Orient pour inspirer et encourager les générations futures de femmes à envisager une carrière enrichissante dans l'aviation, et s'engage à faire en sorte que sa vision, sa mission et ses objectifs soient pleinement réalisés.

Le Women In Aviation Middle East Chapter vise à élargir les perspectives des femmes dans cette partie du monde et à leur donner les moyens de voir au-delà de l'horizon et de les inciter à atteindre de nouveaux sommets pour atteindre un succès sans précédent dans l'aviation. La mission principale du chapitre Women In Aviation Middle East est d'encourager et de former les femmes à envisager et à rechercher des opportunités dans l'aviation et l'aérospatiale en leur fournissant des informations, une éducation, des bourses d'études, des stages et des ressources complètes. L'un des principaux objectifs de la section est d'engager les membres dans un réseau éducatif pour mettre en valeur les nombreuses contributions et réalisations des femmes régionales à l'industrie.

À propos de Saudi International Airshow :

L’Arabie International Airshow est un événement d'affaires et la seule exposition Aéronautique et aérospatiale de son genre dans le Royaume d'Arabie Saoudite, il accueille les exposants et les délégués des quatre coins du monde. Le Saudi International Airshow accueille une gamme d'exposants d'affaires, d'aviation générale, commerciale et aérospatiale sur une superficie de 100000 m2 pouvant accueillir plus de 100 avions de taille allant des avions monomoteurs et des avions d'affaires aux gros porteurs commerciaux. Deux halls d'exposition accueillant plus de 450 exposants et des pavillons internationaux présenteront une gamme complète de services et de produits aéronautiques et aérospatiaux à quelque 45’000 visiteurs professionnels.  

sh047.jpg

Photos : 1 Saudi International Airshow 2 les femmes sous les projecteurs 3 La patrouille de la Force aérienne d’Arabie Saoudite et ses Hawk @ RSAF

 

 

 

Etihad Airways combat le gaspillage alimentaire !

0-1.jpeg

Dans le cadre des efforts pour un meilleurs respect de l’environnement, le transporteur Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, s'est associée à la start-up de technologie alimentaire de Singapour Lumitics pour tester l'utilisation de la vision par ordinateur et de l'apprentissage automatique, afin de réduire le gaspillage alimentaire à bord de ses avions.

L’objectif :  

Le partenariat permettra à Etihad et Lumitics de suivre les repas en classe économique non consommés à bord des avions, les données collectées seront utilisées pour mettre en évidence les habitudes de consommation et de gaspillage alimentaires sur le réseau. L'analyse des résultats aidera à réduire le gaspillage alimentaire, à améliorer la planification des repas et à réduire les coûts d'exploitation. Le produit Insight Lite de Lumitics suivra les repas non consommés à partir d'un avion lorsqu'il atterrit dans un aéroport. En utilisant l'IA et la reconnaissance d'images, Insight Lite est capable de différencier et d'identifier les types et la quantité de repas non consommés en fonction de la conception des feuilles de repas, sans nécessiter d'intervention manuelle.

0-2.jpeg

Des vols moins polluants :

Cette démarche fait partie des nombreuses initiatives en vue de réduire les déchets et produits non réutilisable à bord des vols commerciaux. De nombreuses compagnies travaillent à réduire la masse de déchets générés par transport aérien. La réduction des déchets et du gaspillage alimentaires est devenu une priorité pour les compagnies aériennes. Les initiatives se multiplient, au Portugal la compagnie

Hi Fly veut atteindre l’objectif de vols entièrement exempts de plastique d’ici la fin de l’année. Ryanair de son côté, a récemment pris la décision d’éliminer les plastiques non recyclables de ses services d’ici 2024. Kantas veut réduire de 75 % les déchets qu’elle produit, d’ici la fin de l’année 2021. L’objectif de s’attaquer au gaspillage alimentaire fait partie de d’un long processus de remise en question du fonctionnement de notre société. Le retour des vols commerciaux se font avec des initiatives de sécurité spécifiques à cause du COVID, mais le passager découvrira également de nombreuses nouveautés liées cette fois à la préservation de notre environnement.

plateau-repas-dechets-plastique_shutterstock_446104528.png

 Photos : 1 B787 Etihad Airways 2 le système de Lumitics @ Etihad Airways 3 Plateau repas type @ Reuters 

 

12/09/2020

Le Grèce commande des Rafale en urgence !

image.jpg

Athènes annonce en fin de journée une commande dans l’urgence de 18 avions de combat Dassault Rafale a déclaré samedi le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis. Paris, réussi ici une belle démonstration de soutien et passe devant l’américain Lockheed-Martin. Pour autant ce dernier est encore présent pour une modernisation de la flotte de F-16 au standard « Viper ». Mais pour une fois le F-35 est clairement distancé.

« L'heure est venue de renforcer nos forces armées », a déclaré le premier ministre grec dans un discours à Thessalonique. Le gouvernement grec est particulièrement échaudé face aux provocations turques. La situation en Méditerranée orientale est explosive depuis l'envoi par Ankara d'un navire de recherche sismique, escorté par des bâtiments militaires, dans une zone riche en gisements gaziers revendiquée par Athènes. Athènes a ouvert des discussions auprès de ses alliés en vue de l’achat potentiels d’avions de combat.

Avions et renforcement militaire : 

Le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a annoncé samedi en fin de journée un important programme d'achats d'armes et une réorganisation des forces armées du pays, alors que la tension monte avec la Turquie en Méditerranée orientale. Kyriakos Mitsotakis a précisé que la Grèce allait se procurer, outre les 18 Rafale, quatre frégates et quatre hélicoptères de marine et procéder au recrutement de 15’000 soldats supplémentaires et financer davantage son industrie de défense.

L’Armée de l’air française à contribution :

Ce soir, il n’est pas encore clair comment le France va pouvoir transférer des avions de combat Rafale à la Grèce. Dix Rafale de dernière génération seraient vendus auxquels s'ajouteraient deux exemplaires prélevés sur la commande de l'armée de l'air française. Une autre solution viserait à un mixte entre des Rafale d'occasions de l'armée de l'air et dix autres exemplaires modernisés aux derniers standards F3R.

Analyse:

Paris a su agir avec détermination dans ce dossier avec un soutien inconditionnelle à la Grèce en déployant des navires de guerre et des avions de combat dans la région. Cette position à permis de prendre un avantage face à un Washington plus mesuré. Cet appuis politique à permis de débloquer cette future vente de Rafale. 

Photo : Rafale @ Armée de l’air