16/07/2013

Taïwan modernise le Ching Kuo !

idf1024-07.jpg


 

 

TAÏPEI, le constructeur taïwanais Aerospace Industrial Development Corp (AIDC) est en passe d'achever la première phase d'un programme de mise à niveau du chasseur indigène F-CK-1 «Ching Kuo». L’objectif est la mise à niveau opérationnel des 71 chasseurs «Ching Kuo» de la Force aérienne taïwanaise (RoCAF) d’ici 2016.

 

Middle Life Update :

 

Le programme de modernisation à mie-vie des avions de combat F-CK-1 «Ching Kuo» vise une amélioration de l'avionique de l'avion, avec l'ajout d'écrans couleurs dans le cockpit. La mise à jour du radar à balayage mécanique de type GD-53 «Golden Dragon» (en fait un AN/APG-67 construit sous licence) en lui donnant une meilleure capacité à faire face à des contre-mesures électroniques, ainsi q’une meilleure capacité de détection sur plus de 80 miles nautiques. De plus, des améliorations en ce qui concerne l’avionique vont permettre de diminuer la charge du pilote grâce à l’arrivée de commandes de vol numérique de 32 bits. 

L’avion recevra également deux ensembles de réservoir de carburant (FT) sur la dorsale pour étendre la distance de combat.


 

800px-F-CK-1_cockpit.jpg


 

L’avion aura une structure renforcée pour accueillir en plus des réservoirs, des pylônes d’armements supplémentaires pour les missiles air-air «Tien Chien II» et «Sky Sword II». L’intégration de missiles «Sky Sword II» et de bombes «Wan Chien» guidés par GPS fera du F-CK-1C un véritable chasseur polyvalent.

 

Le Ching Kuo : 

 

Le F-CK-1 emprunte une grande partie sa cellule au F-16 ainsi qu'à d'autres chasseurs américains comme les entrées d’air du Hornet. Pour réduire les coûts de développement de l'IDF, AIDC a réutilisé des études aérodynamiques faites aux États-Unis et en intégrant des systèmes et une avionique provenant d'avions existants. En effet, les commandes de vols électriques proviennent du F-16, les atterrisseurs du F-5. La structure de l'appareil est principalement composée d'aluminium tandis que les parties mobile (gouvernes,aérofreins) utilisent des composites. Le train d'atterrissage se rétracte hydrauliquement et chaque jambe est dotée d'une seule roue et d'un amortisseur oléo-pneumatique. L'avion dispose de deux circuits hydrauliques indépendants pressurisés à 214 bars actionnant, les gouvernes, les dispositifs hypersustentateurs et le train d'atterrissage ; il dispose aussi d'un circuit pneumatique pressurisé à 20,7 bars servant à déployer le train d'atterrissage en cas d'urgence. Le pilote est assis sur un Siège éjectable Martin-Baker Mk.12 zéro-zéro incliné à 30°. Au niveau avionique, il dispose d'un système de navigation inertielle Honeywell H423, d'écrans multi-fonctions et d'un afficheur tête haute.

L'appareil est propulsé par deux turboréacteurs à double-flux dotés de postcombustion TFE 1040-70 développant 26,8 kN de poussée. Ils sont alimentés par trois réservoirs internes pouvant contenir 2 517 l de carburant et aussi par deux réservoirs largables de 568 l sous les ailes et un de 1 041 l sous le fuselage.

Il est équipé d'un radar multimode à impulsion Kam-Lung GD 53 «Golden Dragon» tiré de l’AN/APG-67 de l’américain Lockheed-Martin. 


 

1365302.jpg


Photos : 1 Prototype modernisé du Ching Kuo @ AIDC 2 Cockpit 3 Ching Kuo en vol @ Denis Chang

 

22:38 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aids ching kuo, f-ck-1 ching kuo, rocaf |  Facebook | |

17/04/2013

La Corée du Sud choisi l’AH-64D « Apache » !

 

744982653.jpg

SEOUL, vient d’annoncer le gagnant de la compétition  AH-X» pour l’acquisition d’un premier lot  36 hélicoptères d'attaque. Mais au total, c’est une centaine d’appareils qui sont concernés. Quatre fournisseurs étaient en compétition, il s’agissait de Boeing avec l’AH-64D «Apache», Bell Textron qui offre l’AH-1Z «SuperCobra», AgustaWestland avec l’A129B  «Mangusta» et Eurocopter avec le «Tigre». Le contrat remporté par Boeing est estimé à une valeur de 1,6 milliard de dollars.

 

Boeing AH-64D Apache Block III :

 

Le Bloc III est la variante la plus avancée de l'hélicoptère d'attaque. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones). Ceci comprend un JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

 

Photo : Boeing AH-64D Apache III @ Boeing

 

14:12 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, ah-64d apache 3, rocaf, corée du sud |  Facebook | |

07/04/2013

Taïwan a modernisé ses E-2 «Hawkeye» !

E-2T.jpg


 

TAIPE, Northrop-Grumman a livré les quatre avions d’alerte précoce et de surveillance E-2 «Hawkeye» modernisés à la République de Chine Air Force (RoCAF). Taïwan exploitait six avions E-2 sous la désignation F-2, ceux-ci opéreront dorénavant sous une norme commune et sous l'appellation E-2K au sein de la RoCAF. Les appareils ont été remis au 2e Escadron d’avertissement électronique, qui fait partie de la 6e (439e) Wing combiné basé dans la ville méridionale de Pingtung.

 

 

Standard Hawkeye 2000 (E-2D) :

 

Les travaux de mise à niveau sont évalués à environ 250 millions de dollars. Le nouveau standard  «Hawkeye 2000» adopté par Taïwan est la version export du modèle E-2D destiné à l’US Navy.

Les systèmes E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain en s’intégrant totalement avec les nouveaux appareils de combat.

Le Hawkeye E-2D Advanced dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA  AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et permet un suivi complet air et mer. Par contre la variante export «Hawkeye 2000» dispose du radar AN/APS-145.  L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami /ennemi, de nouveaux postes de travail tactique ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données. 

Ces avions peuvent patrouiller durant cinq heures et détecter tout mouvement d’aéronef dans une zone de 150.000 km2, alors que dans le même temps, ils peuvent suivre simultanément jusqu'à 600 cibles. En plus d’assurer la tâche de la surveillance aérienne et l'alerte précoce contre un ennemi, l'appareil peut également fournir des fonctions pour guider les appareils amis afin d’exécuter des missions d'interception et de contrôle, procéder à une surveillance de l'air et la reconnaissance électronique. Il est également possible de d’assurer la recherche et l'orientation de sauvetage ainsi que de relais de communications.


 

2013032800221.jpg


 

Photos : Northrop-Grummann E-2K @ RoCAF

23:02 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : northrop grumman, e-2c, hawkeye, taiwan, rocaf |  Facebook | |

26/03/2013

Le premier T-50i «Golden Eagle» indonésien a volé !

t-50terbang3.jpg


 

 

Le premier avion d’entrainement KAI T-50 «Golden Eagle» destiné à la Force aérienne indonésienne a volé. L’Indonésie avait choisi et commandé en 2011, pour 400 millions de dollars, 16 appareils écoles de type T-50i (pour indonésie), auprès du constructeur sud-coréen Korea Aerospace Industries (KAI), faisant de ce pays le premier client export de cet avion. Le prix de vente avait été jugé excessivement bradé à l’époque et cette vente s’était effectuée suite à un accord entre la République de Corée du sud et l’Indonésie pour élargir la coopération économique et industrielle entre les deux nations.

 

Les pilotes et les mécaniciens indonésiens vont débuter prochainement une formation sur le T-50,  afin de pouvoir le réceptionné plus tard dans l’année. Les KAI T-50i vont remplacer les BAE Hawk Mk 53 en service depuis 30 ans au sein de l’escadron de formation 15.


 

598836_319948468108612_48506044_n.jpg


 

Le KAI T-50 «Golden Eagle» :


 

product_0101.gif


 

Le KAI  T-50 «Golden Eagle»  est un appareil école non armé, alors que le modèle TA-50 dispose d’un radar de tir israélien Elta EL/M2032, mais fabriqué sous licence en Corée du Sud par Lignex.  Le T-50 «Golden Eagle»  largement dérivé du Lockheed-Martin F-16 «Fighting Falcon» et dispose de nombreuses similitudes, les ingénieurs de KAI se sont largement inspiré de la production sous licence des F-16 pour la ROKAF. La gamme T-50 dispose, par contre, d’une avionique entièrement coréenne, mais couplée à un certain nombre d’éléments, d’origine américaine comme le GPS fournit par Honeywell.

Le plafond pratique est de 14.600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une de durée de 8000 heures de vol. Question motorisation les deux versions sont dotées d’un General Electric F404-102 à double flux-produit sous licence par Samsung Techwin. Le T-50 atteint la vitesse maximale de Mach 1,4.

A ce jour, trois pays ont commandés le T-50, L’Indonésie  (16) et plus récemment les Philippines (12). La Corée dispose de 10 T-50B (patrouille acrobatique Black Eagle), 50T-50 et 22TA-50.

 

Photos : 1 & 2 Le premier T-50i @ KAI


05/08/2011

La Corée du Sud a reçu son premier E-737 AWACS !

 

f0025563_4c2c5026d4f7d.jpg

 

 

SEOUL, Boeing vient de livrer le premier exemplaire du E-737 AWACS d’alerte avancée à la Corée du sud. Le contrat d’un montant de 16 milliards de dollars prévoit la livraison de six exemplaires de l’appareil dérivé d’un cellule de B737.

Le premier E-737 est arrivé en début de semaine sur la base aérienne de Gimhae dans le sud de la province du Gyeongsang. Le E-737, surnommé «Eye Peace», va considérablement améliorer les capacités de surveillance des militaires sur la Corée du Nord en volant près de la zone démilitarisée. La pièce maîtresse de l'équipement de l'avion AWACS est son radar  multi-rôle  à balayage électronique de surveillance en réseau. Celui-ci permet une surveillance à 360°, dénommé  MESA, le radar dispose d’antenne logées dans une structure dorsale monté sur le dessus du fuselage. Il est capable de transmettre dans n'importe quelle direction et à n'importe quelle distance, contrairement au radar du type à disque mécanique monté au sommet des AWACS classique qui tourne sur son axe mécanique une fois tous les 12 secondes.

Le radar MESA peut détecter jusqu’à 1.000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre  le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. En d'autres termes, si l'avion vole près de la frontière , il est capable de détecter des objets dans la plupart de l'espace aérien au-dessus de la Corée du Nord. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer.

Les renseignements obtenus par le radar seront  transmis à des postes de commandement militaire, ainsi qu’aux appareils de la chasse tels les Boeing F-15K et  Lockheed-Martin & KAI KF-16 ainsi que les bâtiments de surface dotés du système  Aegis.

Utilisateurs du E-737 :

La Royal Australian Air Force avec 4 appareils plus deux en commande.

La Turquie avec 1 appareil et trois en commande.

La Corée du Sud avec 6 appareils.

AIR_E-737_Cutaway_lg.gif


 

Photos : 1 E-737 RoCaf @ Rick Schlamp 2 Shéma du E-737 @ Boeing

 

03:29 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, e-737, rocaf, awacs, eye peace |  Facebook | |