07/04/2015

Les C-17 canadiens au complet !

BN2014-0070-08.jpg

 

Ontario, le cinquième et dernier Boeing C-17 « Globemaster III » (CC-177) a rejoint la Royal Canadian Air Focre (RCAF) sur sa base d’opération. Ce cinquième C-17 avait été commandé en décembre 2014 pour un prix de 328 millions de dollars US. Le contrat comprend également les pièces de rechange, des systèmes spécialisés, et d'autres équipements auxiliaires.

 

L’avion n°705 est dorénavant opérationnel au sein de la base aérienne de Trenton en Ontario ou il a rejoint les quatre premiers aéronefs. Les C-17 canadiens sont exploités au sein du 429e Escadron de transport aérien.

 

Le C-17 au Canada : 

 

Les C-17 « Globemaster III » sont nommés CC-177 au sein d la RCAF, les quatre premiers exemplaires ont été livrés en 2007-2008.  Ils servent au déploiement rapide et stratégique de troupes et au transport des gros équipements de combat sur tout le territoire canadien et n’importe où ailleurs dans le monde. Les « Globemaster » CC-177 possèdent les atouts stratégiques et tactiques qui permettent une distance franchissable maximale d’environ 5’500 milles nautiques.

Pour rappel, douze jours après sa mise en service au sein des Forces canadiennes, le premier CC-177 « Globemaster » canadien a effectué sa première mission avec la livraison de 30 tonnes métriques (66, 140 livres) de marchandise recueillie par la Croix-Rouge et par l’Agence canadienne de développement international pour venir en aide à la population de la Jamaïque à la suite du passage de l’ouragan Dean.

 

Le C-17 Globemaster III :

 

Conçu pour le transport multi missions de matériel militaire (troupes, logistique et évacuation sanitaire) le Boeing C-17 «Globemaster III»  a effectué son premier vol en 1991 pour ensuite commencer sa carrière en 1993. L’avion à l’origine dessiné par McDonnell-Douglas (avant son rachat par Boeing) dispose d’un train d’atterrissage composé de quatorze roues, son fuselage fait appel à bon nombre de matériaux composite et pour permettre une utilisation facilitée et ceci malgré sa taille, le pilote dispose d’une assistance numérique qui facilite tant le pilotage que son déplacement au sol.

L’avion est optimisé pour des missions à la fois tactiques et stratégiques. Sa soute est d’une longueur de 26.52 m et large de 5,49 m. La hauteur est de 4,11 m. Dotée de rails au sol la manutention en est grandement facilitée. En matière de transport de véhicule, le C-17 peut emporter par exemple un char d’assaut de 55 tonnes ou quatre hélicoptères UH-60 Black-Hawk. Il peut emporter une charge utile atteignant 160’000 livres. Le C-17 est doté de quatre réacteurs Pratt & Whitney 2040 qui produisent chacun 40’440 livres de poussée.

 

RE2011-M082-003.jpg

 

 

Photos 1 C-17 (CC177) & CF-18 @ RCAF/3e Escadre Bagotville 2 C-17 (CC-177) à Trapani en Italie @ Cpl. Mathieu St-Amour, Centre d’Imagerie interarmées des Forces canadiennes

20/12/2014

C-17 de plus pour le Canada !

c-17can.jpg

 

 

Le Canada a officiellement lancé une offre pour l’achat d’un cinquième Boeing C-17 de transport stratégique. L'annonce a été faite le 19 Décembre par le ministre canadien de la Défense Rob Nicholson lors d'une visite à la Base canadienne de Trenton en Ontario.

 

Le Canada a acquis quatre C-17A en 2007 dans le cadre d'un investissement massif dans les systèmes de mobilité. Cette petite flotte de transport stratégique est souvent considérée comme exagérément lourde en matière d’exploitation. Cependant, la compétence qui résulte de cette acquisition a permis aux Forces aériennes du Canada de de doubler leur capacité de projection en temps de paix et de réduire le temps d’approvisionnement par deux lors des déploiements à l’étranger.

En 2013, la flotte de C-17 canadien a effectué, par exemple,  48 vols et transporté 1.590.000 kg (£ 3,5 millions) de fret au Mali en appui de la campagne militaire française.

 

Le C-17 Globemaster III :

 

Conçu pour le transport multi missions de matériel militaire (troupes, logistique et évacuation sanitaire) le Boeing C-17 «Globemaster III»  a effectué son premier vol en 1991 pour ensuite commencer sa carrière en 1993. L’avion à l’origine dessiné par McDonnell-Douglas (avant son rachat par Boeing) dispose d’un train d’atterrissage composé de quatorze roues, son fuselage fait appel à bon nombre de matériaux composite et pour permettre une utilisation facilitée et ceci malgré sa taille, le pilote dispose d’une assistance numérique qui facilite tant le pilotage que son déplacement au sol.

L’avion est optimisé pour des missions à la fois tactiques et stratégiques. Sa soute est d’une longueur de 26.52 m et large de 5,49 m. La hauteur est de 4,11 m. Dotée de rails au sol la manutention en est grandement facilitée. En matière de transport de véhicule, le C-17 peut emporter par exemple un char d’assaut de 55 tonnes ou quatre hélicoptères UH-60 Black-Hawk.

 

 

C-17.jpg

Photos :1 C-17 Canadien 2 Transport à bord du C-17/Serval @ Sylvie Ouellet/avia news Québec

16/10/2014

Le Canada retarde l’arrivée du F-35!

AIR_CF-18_20-year_Colors_lg.jpg

 

Ottawa, le feuilleton canadien sur le remplacement des avions de combat CF-18 «Hornet» continue, le Canada se dirige en effet en direction d’une prolongation temporaire des CF-18 et retarde sa commande de Lockheed-Martin F-35.

 

Pas d’avions européens :

 

La nouvelle prise de position du gouvernement canadien ne donne pas une chance à un éventuel choix en faveur d’un avion européen. Celui-ci a clairement indiqué en milieu de semaine, que l’actuelle flotte de 77 Boeing CF-18A/B «Hornet» sera prolongée jusqu’en 2025. L’ancien calendrier prévoyait un retrait en 2020. 

En conséquence, l’acquisition du Lockheed-Martin F-35 «Lightning II» est reportée au-delà de 2015. 

 

Confirmation du F-35:


image..jpeg


 

Cette décision est motivée par plusieurs raisons. D’abord, cela permet au gouvernement Harper de temporiser sur l’épineux dossier «F-35» et ceci à l’approche des élections, qui se tiendront justement l’année prochaine.

En suite, parce que l’actualité montre que la Royal Canadian Air Force qui est engagée avec la coalition contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie, se doit de maintenir, un haut niveau de performances, qui ne serait alors pas compatible, avec une large transition sur un nouvel aéronef.

 

En filigrane de cette décision, le gouvernement Harper a confirmé, que celui-ci contribuera également un montant supplémentaire de 26.5 millions de dollars, afin de maintenir sa participation dans le programme Joint Strike Fighter (JSF). De quoi engager un peu plus le pays en direction du F-35 et de garantir ainsi, le choix de l’avion américain. De plus, cette nouvelle participation va permettre de conforté et augmenté à terme, les contrats accordés à l'industrie canadienne à la suite de la participation au programme F-35. Ceux-ci se sont élevées à 587 millions de dollars à ce jour, selon les données publiées par l’industrie canadienne.

 

Photos: 1 CF-18A «Hornet» @ RCAF 2 Maquette de F-35 canadien @ Adrian Wyld

 

 

01/07/2014

Les CH-47F canadiens au complet !

CH-47 266375-032.jpg


 

Rideley Canton,  Boeing a livré le 15ème et dernier hélicoptère CH-47F «Chinook» à la Royal Canadian Air Force (RCAF) lors d’une cérémonie. Cet hélicoptère rejoindra l’escadron 450 de la RCAF basé sur la base aérienne de la réserve indienne de Petawawa.

 

Le gouvernement du Canada avait signé un contrat avec Boeing pour la livraison de 15 hélicoptères de transport lourd et de soutien CH-47F en juin 2009. Les livraisons ont débutés en 2013.

Les exigences opérationnelles spécifiques des «Chinook» canadiens pour appuyer la Stratégie de défense sont :

  • circuler dans de vastes régions du territoire canadien, notamment l’Arctique, sans dépendre des caches à carburant, qui étaient auparavant disponibles, mais qui sont maintenant moins acceptables d’un point de vue environnemental;
  • fonctionner de manière fiable dans des régions éloignées et isolées avec de l’équipement de soutien technique de base;
  • opérer dans des conditions menaçantes où on pourrait s’attendre à la présence d’ennemis potentiels et de risques environnementaux.

Par conséquent, les CH-147F «Chinook» canadiens sont équipés de réservoirs de carburant à longue portée, d’un système électrique modernisé et de matériel de surviabilité des aéronefs sous forme de contremesures accrues d’autodéfense, d’aides visuelles à la navigation et de systèmes d’avionique de pointe. Ces capacités feront en sorte que le 450e Escadron sera capable de participer à des opérations dans l’ensemble du vaste territoire du Canada et à des opérations de combat à l’étranger.


 

690996824.jpg


En ce qui concerne les capacités de l’ARC, le personnel du 450e Escadron sera formé afin d’optimiser l’emploi, la maintenance et le soutien de ses propres CH-147F Chinook et d’être intégré à des opérations conjointes auxquelles participent d’autres unités de la 1re Escadre et d’autres capacités aériennes et aérospatiales de l’ARC.

Le CH-147F possède déjà d’impressionnantes capacités en soi, mais dans de nombreux scénarios, sa pertinence et son impact sur les effets généraux de la puissance aérienne ne seront atteints que dans le cadre d’un travail d’équipe avec d’autres ressources. Avec l’ajout du Chinook, l’entreprise d’aviation tactique canadienne continuera à jouer son rôle d’intégration au sein de l’Armée canadienne pour fournir une capacité aérienne de mobilité, de reconnaissance et de puissance de tir.


 

2439853472.jpg


Photos : 1 & 3 Boeing CH-47F «Chinook» RCAF 2 Cockpit @ Boeing


18:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : boeing, ch-47f, rcaf |  Facebook | |

21/06/2014

Le Canada finalise l’accord du CH-148 !

226401-v1-MHP.jpg


 

 

Le Canada et Sikorsky ont finalement accepté les modifications contractuelles nécessaires pour permettre l'acquisition et le soutien des hélicoptères maritimes CH-148 «Cyclone». Le Canada préparait depuis un an la formation des équipages dans le but de l’arrivée de l’hélicoptère Sikorsky CH-148 «Cyclone», restait à régler les derniers éléments de la transaction.

 

Livraison en deux phases : 

 

On notera que selon les termes de l'accord modifié par la Force aérienne royale du Canada (RCAF) que les premiers CH-148 ne répondront pas entièrement au cahier des charges. Il faudra attendre 2018 est une mise à niveau de la part de Sikorsky, pour y répondre de manière complète. Au total, le programme «Cyclone» aura pris 10 de retard sur le calendrier initial.

 

Beaucoup de critiques : 

 

Le programme CH-148 «Cyclone» est souvent cité au Canada, comme l'un des pires exemples de l'approvisionnement militaire. Couvrant un total de 28 hélicoptères, le Canada dépensera 1,9 milliards de dollars canadiens (1,8 milliard de dollars) pour acquérir les CH-148, soit  une variante militarisée du S-92. De plus il faudra une dépense additionnel de 5,7 milliards de dollars pour les maintenir jusqu'en 2038. Rappelons que le contrat initial datant de 2004 parlait d’un coût d'entretien de 3,2 milliards de dollars sur une période de 20 ans.

 

Le Sikorsky CH-148 «Cyclone» : 

 

Le Sikorsky CH-148 "Cyclone" (dérivé de la version civile S-92) est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone.

 

Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le Sea King. Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Actuellement, près de 200 appareils volent dans le monde.


 

3447786819.5.jpg


Photos : 1 Le CH-148 «Cyclone» 2 Formation du personnel de la RCAF@ RCAF

23:22 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sikorsky, ch-148 cyclone, rcaf, canada, s-92 |  Facebook | |