24/07/2015

Canada, renaissance du 401 Escadron !

ob_153ccd_cf18-calameo.jpg

 

 

L'Aviation royale du Canada (ARC) a annoncé que le 401e Escadron d'appui tactique basé à Cold Lake, en Alberta, a été réactivé le 20 juillet dernier. L’escadron avait été dissous en 1996.

 

Le commandant de la 1re Division aérienne du Canada, le major-général Dave Wheeler, ainsi que le commandant de la 4e Escadre Cold Lake (Alberta), le colonel Eric Kenny, ont participé à une cérémonie en l’honneur de remise en service du 401e Escadron d’appui tactique.

Le 401e Escadron a été dissous le 23 juin 1996 après 55 ans d’opérations. Avant sa plus récente dissolution, le 401e Escadron volait sur le CH-136 Kiowa depuis les installations de  SaintHubert (Québec). Grâce à son rétablissement, le 401e Escadron devient le cinquième escadron de l’Aviation royale canadienne (ARC) à piloter l’avion de chasse CF-18 « Hornet ».

401-sqn.jpg

 

Le nouveau commandant de l’escadron, dont les membres sont surnommés les « Rams », est le lieutenant-colonel Joseph « Scotty » Mullins.

Le retour des quatre escadrons de chasse opérationnels et de l’escadron d’entraînement constitue un changement important pour l’Aviation royale canadienne.

« Le rétablissement du 401e Escadron permettra à la force de chasse de mener de façon plus efficace l’ensemble de ses missions, » a dit le colonel Kenny

« Le rétablissement de cet escadron est une sage décision. La force de chasse a participé de façon très active aux opérations au pays et à l’étranger. Le fait de disposer de quatre escadrons de chasse opérationnels – deux à Cold Lake et deux à Bagotville (Québec),  nous donne la souplesse et la capacité de respecter avec plus d’efficience nos engagements envers NORAD et la communauté internationale. »

Le major-général Dave Wheeler a présidé la cérémonie.

« Je suis très heureux de voir renaître un escadron empreint d’histoire et, en outre, à Cold Lake, le quartier général de la force de chasse », a-dit-il. « Grâce à ce quatrième escadron, l’ARC sera dotée d’une meilleure structure pour maintenir son efficacité et sa flexibilité opérationnelles. »

 La RCAF très active :

La Royal Canadian Air Force soutien actuellement plusieurs opérations internationales comme la  campagne aérienne contre le groupe de l’Etat islamique en Irak et en Syrie, et la protection de l’Europe de l’Est face aux incursions de bombardiers russes. La réactivation de cet escadron, doit permettre de soutenir les activités de la RCAF, mais également de maintenir la réactivité de celle-ci, dans l’attente du choix d’un nouvel avion de combat. En effet, la décision sur l’achat du Lockheed-Martin est pour l’instant retardée.

 

yourfile-4.jpg

Photos : 1 CF-18 « Hornet » @ Greg Hume-Powell 2 Le personnel du 401e @RCAF

21/06/2015

Le Canada accepte le Sikorsky CH-148 « Cyclone »!

sw2013-0348-15.jpg

 

 

 

C’est fait, l'Aviation Royale du Canada (RCAF) a accepté officiellement la livraison de ses premiers six Sikorsky CH-148 « Cyclone » de patrouille maritime, marquant ainsi, une étape importante pour le programme de remplacement des  vieux « Sea King ».

 

Deux autres hélicoptères CH-148 doivent arriver à la base d'exploitation de Shearwater, en Nouvelle-Écosse en Décembre, et la pleine tranche des 28 Sikorsky CH-148 « Cyclone »  seront opérationnel d'ici 2021.

 

La fin d’un feuilleton :

 

Les six premiers CH-148 arrivent enfin et vont clore un ouragan de mécontentement. En effet, le programme de remplacement des « Ses King » dure depuis 2004. Le programme a subit de retard dû à des problèmes techniques, et la croissance des coûts. 

A l’origine, Sikorsky devait livrer les premiers exemplaires du CH-148 «Cyclone» en 2008,  mais des retards de développement et des différends contractuels ont reporté le programme de plusieurs années.

 

On note les problèmes suivants : 

 

Des complications dans le programme de construction (structures) des hélicoptères retardent l’entrée en service du premier hélicoptère Cyclones jusqu’en 2010.

•Depuis cette date, divers retards et problèmes de certification empêchent les Forces canadiennes de prendre possession de sa flotte.

 

Le Cyclone effectuera des missions de surveillance et de contrôle de surface et sous-marins, des missions utilitaires ainsi que des missions de recherche et de sauvetage. Comme avion de transport tactique, il contribuera aussi à assurer la sécurité à l’échelle nationale et à l’échelle internationale. Cet hélicoptère bimoteur est compatible avec les frégates de pointe les plus modernes et comprend de nombreux dispositifs de sécurité nouveaux. Sa cellule en aluminium et composite est dotée d’un système de protection contre la foudre et les impulsions de fréquence radio de haute intensité. L’aéronef comprend aussi des fonctions intégrées de tolérance aux déficiences et de confinement en cas d’éclatement du moteur.

 

2852484281.jpg

 

 

Le Sikorsky CH-148 «Cyclone» : 

 

Le Sikorsky CH-148 "Cyclone" (dérivé de la version civile S-92) est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Principalement utilisé pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 «Cyclone».

Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le «Sea King». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Actuellement, près de 200 appareils volent dans le monde.

 

2541104558.jpg

 

Photos : Sikorsky CH-148 « Cyclone » de la RCAF @ RCAF

 

 

 

 

07/04/2015

Les C-17 canadiens au complet !

BN2014-0070-08.jpg

 

Ontario, le cinquième et dernier Boeing C-17 « Globemaster III » (CC-177) a rejoint la Royal Canadian Air Focre (RCAF) sur sa base d’opération. Ce cinquième C-17 avait été commandé en décembre 2014 pour un prix de 328 millions de dollars US. Le contrat comprend également les pièces de rechange, des systèmes spécialisés, et d'autres équipements auxiliaires.

 

L’avion n°705 est dorénavant opérationnel au sein de la base aérienne de Trenton en Ontario ou il a rejoint les quatre premiers aéronefs. Les C-17 canadiens sont exploités au sein du 429e Escadron de transport aérien.

 

Le C-17 au Canada : 

 

Les C-17 « Globemaster III » sont nommés CC-177 au sein d la RCAF, les quatre premiers exemplaires ont été livrés en 2007-2008.  Ils servent au déploiement rapide et stratégique de troupes et au transport des gros équipements de combat sur tout le territoire canadien et n’importe où ailleurs dans le monde. Les « Globemaster » CC-177 possèdent les atouts stratégiques et tactiques qui permettent une distance franchissable maximale d’environ 5’500 milles nautiques.

Pour rappel, douze jours après sa mise en service au sein des Forces canadiennes, le premier CC-177 « Globemaster » canadien a effectué sa première mission avec la livraison de 30 tonnes métriques (66, 140 livres) de marchandise recueillie par la Croix-Rouge et par l’Agence canadienne de développement international pour venir en aide à la population de la Jamaïque à la suite du passage de l’ouragan Dean.

 

Le C-17 Globemaster III :

 

Conçu pour le transport multi missions de matériel militaire (troupes, logistique et évacuation sanitaire) le Boeing C-17 «Globemaster III»  a effectué son premier vol en 1991 pour ensuite commencer sa carrière en 1993. L’avion à l’origine dessiné par McDonnell-Douglas (avant son rachat par Boeing) dispose d’un train d’atterrissage composé de quatorze roues, son fuselage fait appel à bon nombre de matériaux composite et pour permettre une utilisation facilitée et ceci malgré sa taille, le pilote dispose d’une assistance numérique qui facilite tant le pilotage que son déplacement au sol.

L’avion est optimisé pour des missions à la fois tactiques et stratégiques. Sa soute est d’une longueur de 26.52 m et large de 5,49 m. La hauteur est de 4,11 m. Dotée de rails au sol la manutention en est grandement facilitée. En matière de transport de véhicule, le C-17 peut emporter par exemple un char d’assaut de 55 tonnes ou quatre hélicoptères UH-60 Black-Hawk. Il peut emporter une charge utile atteignant 160’000 livres. Le C-17 est doté de quatre réacteurs Pratt & Whitney 2040 qui produisent chacun 40’440 livres de poussée.

 

RE2011-M082-003.jpg

 

 

Photos 1 C-17 (CC177) & CF-18 @ RCAF/3e Escadre Bagotville 2 C-17 (CC-177) à Trapani en Italie @ Cpl. Mathieu St-Amour, Centre d’Imagerie interarmées des Forces canadiennes

20/12/2014

C-17 de plus pour le Canada !

c-17can.jpg

 

 

Le Canada a officiellement lancé une offre pour l’achat d’un cinquième Boeing C-17 de transport stratégique. L'annonce a été faite le 19 Décembre par le ministre canadien de la Défense Rob Nicholson lors d'une visite à la Base canadienne de Trenton en Ontario.

 

Le Canada a acquis quatre C-17A en 2007 dans le cadre d'un investissement massif dans les systèmes de mobilité. Cette petite flotte de transport stratégique est souvent considérée comme exagérément lourde en matière d’exploitation. Cependant, la compétence qui résulte de cette acquisition a permis aux Forces aériennes du Canada de de doubler leur capacité de projection en temps de paix et de réduire le temps d’approvisionnement par deux lors des déploiements à l’étranger.

En 2013, la flotte de C-17 canadien a effectué, par exemple,  48 vols et transporté 1.590.000 kg (£ 3,5 millions) de fret au Mali en appui de la campagne militaire française.

 

Le C-17 Globemaster III :

 

Conçu pour le transport multi missions de matériel militaire (troupes, logistique et évacuation sanitaire) le Boeing C-17 «Globemaster III»  a effectué son premier vol en 1991 pour ensuite commencer sa carrière en 1993. L’avion à l’origine dessiné par McDonnell-Douglas (avant son rachat par Boeing) dispose d’un train d’atterrissage composé de quatorze roues, son fuselage fait appel à bon nombre de matériaux composite et pour permettre une utilisation facilitée et ceci malgré sa taille, le pilote dispose d’une assistance numérique qui facilite tant le pilotage que son déplacement au sol.

L’avion est optimisé pour des missions à la fois tactiques et stratégiques. Sa soute est d’une longueur de 26.52 m et large de 5,49 m. La hauteur est de 4,11 m. Dotée de rails au sol la manutention en est grandement facilitée. En matière de transport de véhicule, le C-17 peut emporter par exemple un char d’assaut de 55 tonnes ou quatre hélicoptères UH-60 Black-Hawk.

 

 

C-17.jpg

Photos :1 C-17 Canadien 2 Transport à bord du C-17/Serval @ Sylvie Ouellet/avia news Québec

16/10/2014

Le Canada retarde l’arrivée du F-35!

AIR_CF-18_20-year_Colors_lg.jpg

 

Ottawa, le feuilleton canadien sur le remplacement des avions de combat CF-18 «Hornet» continue, le Canada se dirige en effet en direction d’une prolongation temporaire des CF-18 et retarde sa commande de Lockheed-Martin F-35.

 

Pas d’avions européens :

 

La nouvelle prise de position du gouvernement canadien ne donne pas une chance à un éventuel choix en faveur d’un avion européen. Celui-ci a clairement indiqué en milieu de semaine, que l’actuelle flotte de 77 Boeing CF-18A/B «Hornet» sera prolongée jusqu’en 2025. L’ancien calendrier prévoyait un retrait en 2020. 

En conséquence, l’acquisition du Lockheed-Martin F-35 «Lightning II» est reportée au-delà de 2015. 

 

Confirmation du F-35:


image..jpeg


 

Cette décision est motivée par plusieurs raisons. D’abord, cela permet au gouvernement Harper de temporiser sur l’épineux dossier «F-35» et ceci à l’approche des élections, qui se tiendront justement l’année prochaine.

En suite, parce que l’actualité montre que la Royal Canadian Air Force qui est engagée avec la coalition contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie, se doit de maintenir, un haut niveau de performances, qui ne serait alors pas compatible, avec une large transition sur un nouvel aéronef.

 

En filigrane de cette décision, le gouvernement Harper a confirmé, que celui-ci contribuera également un montant supplémentaire de 26.5 millions de dollars, afin de maintenir sa participation dans le programme Joint Strike Fighter (JSF). De quoi engager un peu plus le pays en direction du F-35 et de garantir ainsi, le choix de l’avion américain. De plus, cette nouvelle participation va permettre de conforté et augmenté à terme, les contrats accordés à l'industrie canadienne à la suite de la participation au programme F-35. Ceux-ci se sont élevées à 587 millions de dollars à ce jour, selon les données publiées par l’industrie canadienne.

 

Photos: 1 CF-18A «Hornet» @ RCAF 2 Maquette de F-35 canadien @ Adrian Wyld