24/06/2015

Décollage court pour le F-35B !

yourfile-1.jpg

 

 

Le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont réalisé en commun,  le premier test de décollage court du Lockheed-Martin F-35B « Lightning II », lors d'un essais au sol à Patuxent River Naval Air Station dans le Maryland.

 

Ce premier essais, marque le début de la première phase de tests, pour certifier le  décollage court et atterrissage vertical de la version F-35B à partir d'un porte-avions.

L’avions d’essai, numéro BF-04 a décollé sur un pont incliné, démontrant,  ainsi la capacité du F-35B à intégrer les futures opérations au sein d’un bâtiment de la Royal Navy.

L’objectif étant de pouvoir vérifier la capacité d’engagement sur les bâtiments de la Royal Navy, tels que le HMS Queen Elizabeth et le HMS Prince of Wales, tous deux dotés d’une une rampe de pente ascendante.

 

Rappel : 

 

L’Angleterre devrait d’ici cinq ans commander progressivement 14 F-35B. Trois F-35 d’essais ont déjà été commandés par les Anglais, qui sont actuellement basés à Eglin Air Force Base en Floride, où ils sont utilisés pour la formation des pilotes. 

 Le Royaume-Uni prévoyait initialement une commande de 138 unités du F-35B pour équiper la RAF et la Royal Navy. Mais les coûts et les nombreux retards ont finalement poussés le gouvernement britannique à réduite la voilure à 50 exemplaires.

 

 

Photo: Essais sur rampe du F-35B @ Lockheed-Martin

 

09/06/2015

Qui remplacera le Nimrod ?

 

NIMROD-PA02-FIRSTFLT-1_hi.jpg

 

Confrontée à un problème de budget, la Royal Air Force doit prochainement faire un choix crucial en vue du remplacement des avions de patrouille maritime Nimrod. La problématique et d’autant plus grave, que depuis le retrait des Nimrod MR2 et l’abandon du standard MRA4, le Royaume-Uni se retrouve sans aviation de patrouille maritime.

 

Rappel :

 

Le retrait des derniers Bae Nimrod MR2 a eu lieu en 2010, ceux-ci devaient être remplacés par un nouveau standard, le Nimrod MRA4. Le Nimrod MRA4 (MRA pour Maritime Reconnaissance and Attack, devait avoir une capacité de tir de missiles de croisières, une nouvelle motorisation et devaient être produits à partir des cellules des anciens MR2. Le programme prévoyait initialement l'achat de 18 avions, ramené ensuite à 12 puis finalement 9. BAe Systems a dû en cours de programme demander l'assistance de Boeing, l'intégration du système d'arme s'étant révélé beaucoup plus complexe que prévu. Le premier vol a lieu en 2004.De nombreux retards et augmentation des coûts ont fini par faire exploser le budget initial. Avec l’arrivée au pouvoir de David Cameron et dans le cadre d'une politique de réduction des déficits publics, le projet fut finalement abandonné en 2010.

 

Les remplaçants :

 

Différentes candidatures sont actuellement explorées par la RAF pour répondre aux  nouvelles exigences du futurs avion de patrouille maritime, elles comprennent : l’Airbus C295, Boeing P-8A « Poseidon », le Lockheed-Martin C-130J.

 

 

raf,royal navy,avions de patrouille maritime,nimrod,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'avion

 

 

Photos :1 Prototype du Nimrod MRA4 @ BAe 2 Boeing P-8A « Poseidon » @ Boieng

 

04/06/2015

Lanceur commun pour l’Eurofighter!

mara-angeolosante-1st-winner-1687 (1).jpg

 

 

Le ministère britannique de la Défense a fourni une enveloppe de 1,7 millions de livres sterling pour le financement d'un lanceur d'arme commun pour les « Typhoon ». Ce futur système doit permettre de transporter plusieurs armes sur un point de fixation de l'aéronef.

 

Le développement d’une solution de lancement d'armes commune pourrait améliorer considérablement la capacité du « Typhoon » en matière de simplification d’emport d’armes diverses. Chaque lanceur pourrait être capable de transporter jusqu'à trois armes, en fournissant une grande souplesse pour l’opérateur.

 

Le futur lanceur d’arme commune doit permettre de porter ,des systèmes différents  comme le missile Brimstone 2, la bombe guidée Paveway IV par exemple et ceci en phase avec les récentes améliorations de capacité  d’emport et l’intégration du radar AESA Captor E-Scan.

 

airbus group,eurofighter,raf,infos aviation,blog défense,les nouvelles de l'aviation

 

Photo: Airbus Eurofighter Typhoon II @ BAE

12/12/2014

Storm Shadow & Brimstone sur l’Eurofighter !

 

yourfile-3.jpg

 

Après le premier tir du Meteor, l’avion de combat Airbus Group Eurofighter «Typhoon II» vient de réussir le tir d’un missile Storm Shadow et  intègre dorénavant le missile Brimstone.

 

Tir du Storm Shadow : 

 

 

yourfile-2.jpg

Pour la première fois, un missile MBDA «Storm Shadow» a été déployé avec succès à partir d'un Eurofighter «Typhoon II» au cours d'une série d'essais menée par Alenia Aermacchi. 

Ce test a permis de valider la séparation du missile depuis un Eurofihgter «Typhoon II»  d’origine italienne. Pendant les essais, l'arme a été libéré du «Typhoon»  et à été  suivie par le radar jusqu'à ce qu'elle percute la cible.

 

Le Storm Shadow : 

 

Le SCALP (acronyme de « Système de croisière conventionnel autonome à longue portée »), anciennement « Arme de précision tirée à grande distance », est un missile développé fin 1994 MBDA. La version britannique est baptisée «Storm Shadow». Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à sa furtivité qui le rend indétectable, y compris par les avions radars. 

 

Intégration du Brimstone : 

 

 

brimstoneantiarmour7.jpg

La Royal Air Force avec BAE Systems et MBDA  a terminé la première installation d'essai du missile Brimstone sur ses «Typhoon II».  Les essais contribuent à ouvrir la voie à l'intégration Brimstone pour la Royal Air Force.

Lors de cet essai, six missiles Brimstone ont été installés sur l'aéronef, chaque aile portant un lanceur avec trois missiles. 

 

Le MBDA Brimstone : 

 

Le missile Brimstone air-sol britannique fabriqué par MBDA sur commande de la Royal Air Force. Il est équipé d'un guidage laser et d'un radar millimétrique, ceci afin de le rendre plus efficace contre des cibles mobiles. 

 

Dual-Mode-Brimstone-1.jpg

 

Photos : 1 Eurofighter Storm Shadow 2 Storm Shadow sous l’aile de l’Eurofighter @ Eurofighter 3 MBDA Storm Shadow @ MBDA 4 Eurofighter Brismtone 5 MBDA Brimstone @ MBDA

10/12/2014

Premier tir du Meteor pour l’Eurofighter !

yourfile-2.jpg

 

îles Hébrides dans le nord de l’Ecosse, le ministère britannique de la Défense à mené en collaboration avec Airbus et le missilier MBDA le premier tir du missile Meteor depuis un avion de combat Eurofighter.

 

Ce premier tir du Meteor depuis un Eurofighter de la RAF a permis de vérifier le pré-lancement, l'amorçage et la liaison de données entre le missile et le radar. Les essais vont continuer jusqu’en 2017 afin d’élargir complètement l'enveloppe de lancement du missile depuis l’Eurofighter «Typhoon II».

 

L’Eurofighter devient ainsi le troisième appareils à pouvoir tirer le missile «Meteor» après le Gripen et le Rafale. 

 

Le MBDA Meteor : 

 

Le missile «Meteor» produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

Le Meteor sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

 Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

 

Le Meteor, l’atout européen : 

 

Le Meteor va devenir dans un avenir proche le fer de lance des missiles air-air en équipant les trois appareils européens que sont le «Gripen» C/D/E, le «Rafale» et «l’Eurofighter». Le Meteor devrait également être monté,  plus tard, sur les «F-35» britanniques.

 

yourfile-3.jpg

 

Photos : Tir de Meteor depuis un Eurofighter de la RAF@ Bae system/Qinetic