27/07/2014

Le premier F-35A australien !

yourfile-1.jpg

 

 

Fort Worth, Texas, le programme F-35 continue de jongler entre les bonnes et moins bonnes nouvelles, vendredi une cérémonie a eu lieu au sein des installations de l’avionneur Lockheed-Martin commémorant le déploiement officiel du premier F-35A «Lightning II»  destiné à la Royal Australian Air Force (RAAF). 

 

«Aujourd'hui, nous célébrons une étape importante dans le partenariat américano-australien, un partenariat fondé sur la force, l'amitié et l'innovation technologique», a déclaré Frank Kendall, sous-secrétaire américain de la Défense pour l'acquisition, des technologies et de la logistique. "Nous nous joignons à l'Australie, en tant que l'un de nos partenaires d'origine, pour célébrer ce déploiement et les nombreuses contributions australiennes au programme Joint Strike Fighter. Pour nos deux pays, ce programme représente un bond exponentiel dans la capacité de pointe en matière de technologie". 


 

lockhed-martin,f-35a lightning,raaf


 

Ce premier F-35 de la RAAF numéro UA-1 va subir des contrôles de système de carburant avant de pouvoir effectué son premier vol, dans les prochains mois. Un second F-35A No°UA-2 rejoindra celui-ci à la fin de l’été. Les deux appareils rejoindront en fin d’année, les installations de Luke Air Force Base en Arizona, où ils seront utilisés pour la formation des premiers pilotes australiens. Les premiers F-35A entreront en service en Australie à partir de 2018 au sein du 3e escadron de la RAAF. Les F-35 australiens seront basés à Tindal et Williamtown.  L’Australie compte acquérir de 72 avions.


yourfile-2.jpg


 

Photos : le premier F-35A destiné à la RAAF @ Lockheed-Martin 

 

 

 

 

11:53 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : lockhed-martin, f-35a lightning, raaf |  Facebook | |

13/07/2014

L’Empire Test Pilot’s School continue sur Gripen !

Etps_jas39b_gripen_arp.jpg

 

Saab a signé une prolongation de contrat d’utilisation d’avion Gripen avec l'Empire Test Pilots du Royaume-Uni (ETPS). Les étudiants de l’ETPS sont formés à l’aide du Gripen depuis 1999.

 

Plus de 70 pilotes d'essai ont volé sur le Gripen B, au sein de l’ETPS. Plus de 800 heures de vol ont été fournis à ce jour, à partir du site de Linköping en Suède. 

 

Arrivée du Gripen D :

 

A ce jour l’ETPS volait sur un Gripen «B» de première génération, dorénavant, c’est aux commandes d’un Gripen «D» que les futurs pilotes d’essai et ingénieurs de vol seront formés. L’avion de combat Gripen est utilisé pour les cours de formation des pilotes d'essai depuis 13 ans et fait partie intégrante du programme de formation Fixed Wing Graduate de l’ETPS. Les instructeurs et les étudiants volent sur un Gripen biplace dans le cadre de vols d’instructions et de formations sur simulateur, ce qui leur permet de découvrir la technologie avancée et les caractéristiques de vol de cet avion. Parmi les éléments clés du programme, il permet notamment d’apprendre des techniques spécifiques, d’utiliser des systèmes et d’être évalué sur l’avion. La campagne consiste également à réaliser des vols-cibles au cours desquels un avion d’entrainement SK 60 sert de cible lors d’exercices de contrôle radar.

 

 

L’Empire Test Pilots' School (ETPS) :

L’Empire Test Pilots School est géré par le ministère de la Défense Britannique  et la société  QinetiQ en vertu d'un accord à long terme. C’est en 1943, que le maréchal de l'Air Sir Ralph Sorley  à formé le "Flight Training Test Pilots" après que de nombreux pilotes furent tués en testant de nombreux avions et prototypes introduits lors du début de la Seconde Guerre mondiale.

Le 21 Juin 1943, l'unité devient l'école des pilotes d'essai et d'armement expérimental (A & AEE) à Boscombe Down.  L'école devant fournir une formation approfondie leur permettant d’être en mesure de tester des appareils et des systèmes de nouvelles générations afin d’en déterminer les qualités et défauts. En juillet 1944 l’école change de nom et devient  l’Empire Test Pilots School.

L'école des pilotes d'essai de l'Empire a été le premier en son genre, et fut bientôt suivi par d'autres écoles similaires, tels que l'École de  l'US Air Force Test Pilot à Edwards Air Force Base, en Californie, en 1944, le United States Naval Test Pilot School dans le Maryland en 1945 et l'EPNER en France (École du Personnel Navigant d'Essais et de Réception) en 1946. D'autres écoles en Inde (Indian Air Force School Test Pilot à Bangalore)  Certaines de ces écoles fonctionnent avec des programmes d'échange, qui élargissent la gamme d'aéronefs que les élèves ont à leur disposition pour acquérir une expérience de test en vol. 

En plus de ces échanges d'étudiants, les Britanniques, Français et Américains partagent l'accès aux écoles de leur avion, de sorte que les élèves peuvent éprouver un large éventail de types d'aéronefs au cours de leurs cours respectifs.


11me1de.jpg


Photos : l’actuel Gripen B de l’ETPS @ Saab

 

 

 

 

 

 

 

23/06/2014

Production des EA-18G australiens !

ea18g_vx31_06.jpg


 

 

Boeing a lancé la production des premiers EA-18G «Growler» destinés à la Royal Australian Air Force (RAAF). Les premiers éléments du fuselage (centre et arrière) sont actuellement en usinage à l'usine El Segundo de Northrop-Grumman en Californie.

 

12 EA-18G pour la RAAF : 

 

L’Australie a commandé un total de 12 avions Boeing EA-18G «Growler», en avril 2012. Il s’agit en fait d’une conversion 12 de F/A-18 E/F «Super Hornet» en EA-18G sur un total de 24 appareils commandés auprès de l’avionneur américain. 

 

Le premier «Growler» australien sera numéroté A46-301 sera déployé à la mi-2015 avant de mener une campagne d'essais en vol de 12 mois avec l'US Navy, afin de répondre aux exigences de navigabilité australiens.

Les premiers équipages australiens ont débuté au printemps une formation sur le «Growler» au sein de l’escadron VAQ-129 de l'US Navy sur les installations de transformation de Whidbey Island, près de Seattle, Washington. Six équipages de la RAAF seront opérationnels pour l’arrivée des premiers EA-18G en 2016.


 

EA18GGrowler.jpg


 

Le EA-18G «Growler» : 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218, lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du «Growler» lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

- Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le «Growler» dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.


 

GrowlerCapacity.jpg


 

Photos : 1 EA-18G US Navy @ USN 2 Image de synthèse EA-18G RAAF @ Boeing

19:06 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, ea-18g growler, us navy, raaf |  Facebook | |

22/04/2014

La RAAF confirme l’acquisition de 58 F-35A!

First_F-35_headed_for_USAF_service.jpg


 

 

La Royal Australian Air Force (RAAF) devrait recevoir une première tranche de 58 avions de combat Lockheed-Martin F-35A «Lightning II». L’approbation vient d’être confirmée par le gouvernement australien.

 

Ce premier lot de F-35A va progressivement remplacer les Boeing F/A-18A/B  «Hornet» de première génération, qui sont entrés en service au sein de la RAAF au milieu des années 1980. Le premier exemplaire du F-35A destiné à la RAAF devrait être livré à la fin de cette année au sein du centre de formation l'US Air Force à Luke AFB en Arizona. Pendant ce temps, le premier pilote australien devrait débuter sa formation sur la base aérienne Eglin AFB en Floride en décembre.

Le premier escadron de la RAAF à recevoir les F-35A sera le no : 3, basé à Williamtown en Nouvelle-Galles du Sud en 2018.

 

Une seconde tranche de 28 F-35A pourrait être approuvée, mais celle-ci est déjà retardée pour les années 2018 à 2020. Les coûts exorbitants du programme en sont la cause principale. 

 

D’ici 2020, les F-35A devraient avoir remplacé les F/A-18A/B et voler de concert avec les F/A-18E/F «Super Hornet» et EA-18G «Growler» en commandes. Initialement l’Australie pensait pouvoir se doter d’une centaine de F-35A, mais finalement la RAAF ne pourra compter au mieux que sur 80 à 86 «Lightning II» et maintenir en activité le plus longtemps possible ses «Super Hornet».


 

screenshot_36.jpg


 

 

Rappel :

A la fois furtif et relativement léger (20 tonnes en combat), le F-35 «Lightning II», nommé ainsi en hommage au légendaire P-38, sera essentiellement employé pour des missions d’attaque, même si, il dispose de capacité air-air appréciables. Cependant, son développement a pris plus de 4 ans de retard sur le calendrier initial, en raison de problèmes liés à la complexité de sa conception. 
Le programme JSF doit déboucher sur la production de trois variantes d’un même appareil, ayant environ 80% de communalité de structure et pièces et pratiquement 100% au niveau avionique :

 

 

  • Radar à antenne électronique active AN/APG-81 (issu du AN/APG-77 du F-22 Raptor) avec des modes air-air, suivi de terrain, détection de mobiles terrestres, écoute passive et des capacités de brouillage.
  • brouilleur Sanders/ITT ALQ-214.
  • AN/AAQ-37 Distributed Aperture System, comprenant 6 détecteurs infrarouges répartis en différents points de façon à fournir une vision à 360° autour de l'avion.
  • Electro-Optical Sensor System (EOSS), système de localisation et désignation comprenant un FLIR, une caméra TV et un système Laser (télémétrie, désignation de cible).

Le tableau de bord se compose principalement de 2 écrans LCD couleurs de 20x25 cm. Leur surface est tactile, ce qui supprime le besoin de boutons de sélection. Le traditionnel viseur tête haute est supprimé, les informations étant projetées directement sur la visière du casque du pilote.

Photos : 1 Lockheed-Martin F-35A 2 Aux couleurs australiennes @ Lockheed-Martin


21:13 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : lockheed-martin f-35a, raaf, lightning 2 |  Facebook | |

18/03/2014

L’Australie opte pour le MQ-4C Triton !

4260686849.jpg

 

 

L'Australie a confirmé son intention d'acheter des drones Northrop- Grumman MQ-4C « Triton ». Le nombre de drone sera considéré le gouvernement en 2016, basé sur les résultats d'un « Livre blanc » sur la défense, qui sera publié au début de 2015.

 

P-8A «Poseidon» & MQ-4C «Triton» : 

 

L’Australie opte donc pour le même binôme que l’ US Navy, en effet, ce pays vient de commander 8 avions de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon » (voir lien). Le drone MQ-4C «Triton» est destiné à la marine américaine pour travailler en binôme avec les nouveaux avions de patrouille maritime Boeing P-8A  «Poseidon». Les deux appareils vont permettre de quadriller efficacement les zones maritimes en envoyant en temps réel des informations aux unités de la flotte afin de soutenir la guerre de surface, les missions de renseignement et de recherche et sauvetage. Le MQ-4C permet la collecte de données de reconnaissance (ISR) et complète, les opérations de patrouille maritime et de la force de reconnaissance (MPRF).  Le Triton permettra également de relayer les signaux de communication.

 

Le MQ-4C «Triton» :

Ce drone de grande envergure (40 mètres) doit pouvoir venir épauler les nouveaux aéronefs de patrouille maritime que sont les Boeing P-8A «Poseidon». L’aéronef est un dérivé du drone Global-Hawk.  Avec un poids maximum au décollage de 14,6 tonnes, ce drone aura une endurance évaluée à près de 28 heures.

Actuellement, le MQ-4C (démonstrateur), est équipé de capteurs maritimes dont une tourelle offrant une vison à 360°couplée avec des capteurs Multi-Fonction (SCFM) et un radar en bande X et ainsi qu’une  antenne active à balayage électronique.

Caractéristiques :

 

Envergure: 130,9 pi (39,9 m)

Longueur: 47,6 pi (47,6 m)

Hauteur: 15,4 pi (4,6 m)

Brut au décollage: £ 32,250 (14.628 kg)

Max. Charge interne: 3,200 lbs (1452 kg)

Max Payload externe: £ 2,400 (1,089)

Auto Deploy: 8,200 nm (15186 km)

Max. Altitude: 56.500 m (17.22 km)

Max. Vitesse: 331 noeuds Vitesse air vraie (TAS)

Max. Endurance: 28 heures.

 

152979-f981cf06-78ce-11e3-ae56-4ce697eaa265.jpg

 

Liens sur le la commande de P-8A australiens :

 

 http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/24/l-australi...

 

 

Photos : Drone Northrop-Grumman MQ-4C « Triton » @ Northrop-Grumann

 

 

16:03 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : raaf, deone, mq-4c triton, northrop grumman |  Facebook | |