09/07/2017

Australie, modernisation des E-7A « Wedgetail » !

231.jpg

La flotte de détection lointaine et de contrôle d’avions Boeing E-7A « Wedgetail » AEW& C australienne va subir une mise à niveau des systèmes de mission.

La mise à niveau comprend de nouveaux capteurs d'identification de combat et plus avancés, des liens de données tactiques et des systèmes de communication et de cryptage améliorés, a déclaré le ministère australien de la Défense dans un communiqué. La valeur du contrat s'élève à 583 millions de dollars, et les travaux doivent être achevés d'ici le milieu de 2022. Le travail sera principalement mené dans deux bases aériennes australiennes celle de Amberley et Williamtown.

Ces améliorations sont une étape importante dans le maintien d'une puissante de combat aérienne forte et doivent permettre de maintenir l'interopérabilité continue avec les alliés y compris les membres de l'Organisation du Traité des États-Unis et de l'Atlantique Nord.

Rappel :

C’est en 2012 que l’Australie a finalisé l'acquisition de ses six E-7A (Boeing B737) « Wedgetail » de détection lointaine et de contrôle (AEW & C). La Royal Australian Air Force (RAAF) exploite les aéronefs, qui fournissent l'Australie une surveillance aérienne de pointe, de communication et de gestion des combats.

Le B737 «Wedgetail» AEW &C :

Basé sur le Boeing 737-700  «Next-Generation» commercial, l'AEW & C  E-7A est conçu pour fournir la surveillance de l’espace aérien et la gestion de celui-ci  grâce à son  radar à balayage électronique radar qui retransmet à  l’équipage de la mission l’ensemble des cibles aériennes et maritimes en temps réel. L'équipage de mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Le radar MESA peut détecter jusqu’à 1.000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. En d'autres termes, si l'avion vole près de la frontière. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer. L'équipage de la mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

 

2345.jpg

Photos : E-7A Wedgetail de la RAAF@ RAAF

 

 

08/05/2017

Des AGM-88 pour les Growler australiens !

1696633900.jpg

Le Département d'Etat américain a approuvé la vente de 110 missiles anti-radars pour équiper les avions de combat Boeing F/A-18 EG « Growler » australiens.

Le paquet comprend 70 missiles anti-rayonnement haute vitesse de type Raytheon AGM-88B (HARM) et 40 missiles guidés anti-rayonnement avancés AGM-88E (AARGM), a déclaré l'Agence de coopération pour la sécurité de défense des Etats-Unis. La valeur du contrat est estimé à près de

137,6 millions de dollars. Il comprend également des composants de missiles, du matériel de formation et d'autres services et systèmes.

L’Australie exploite une flotte de 12 EA-18G, soit la variante de guerre électronique du « Super Hornet ».

Raytheon AGM88 HARM :

L'AGM-88 HARM (High-speed, Anti-Radiation Missile )« Missile anti-radar à grande vitesse ») est un missile air-sol tactique supersonique spécialisé pour trouver et détruire les système de défense sol-air.   Il ne nécessite que peu d'interventions de la part de l'équipage de l'avion lanceur. L’AGM-88B block II dispsoe d’une amélioration de l'autodirecteur, il est reprogrammable en vol. L’AGM-88E AARGM : est une version améliorée avec un nouvel autodirecteur WGU-48/B contenant un radar millimétrique pour augmenter la précision finale. Ce radar est capable d'identifier les matériels à leur forme, et ainsi se dévier, du radar vers le poste de contrôle afin de maximiser les dégâts.

Le EA-18G «Growler» : 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218, lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du « Growler » lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

- Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le « Growler » dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

2422584072.jpg

Photos : Boeing F/A-18G « Growler » de la RAAF @ Boeing

 

 

 

 

05/04/2017

Boeing a reçu une commande pour 17 P-8A !

1979557705.jpg

L’avionneur américain Boeing a reçu une commande portant sur 17 avions de patrouille maritime de type P-8A « Poseidon» pour un montant évalué à près de 2,2 milliards de dollars. Ces appareils sont destinés à la Marine américaine, l’Australie et le Royaume-Uni.

En annonçant cette commande, Boeing a déclaré que l'accord comprend également des options pour 32 avions supplémentaires. Le contrat entier pourrait valoir 6,8 milliards de dollars, si toutes les options étaient exercées.

Le détail :

Sur les 17 avions, 11 vont à la Marine américaine, quatre à la Royal Australian Air Force et deux à la Royal Air Force du Royaume-Uni.

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il est possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones. Le P-8 a été commandé par la Marine américaine, l’Inde, l’Australie, l’Angleterre et la Norvège.

3447786819.7.jpg

Photos : 1 P-8A « Poseidon » 2 Postes d’engagement@ Boeing

19/03/2017

Tirs d’ASRAAM depuis un F-35 !

yourfile.jpg

Les Lockheed-Martin F-35 ont tiré leurs premiers missiles non produits aux Etats-Unis dans le cadre d'essais pour équiper la Royal Air Force. En en effet, la RAF a choisi d’équiper ses futurs F-35 de missile à courtes portées MBDA ASRAAM.

Le 15 mars, MBDA a annoncé que les essais en vol et des tirs aériens ont eu lieu en utilisant des F-35 de test opérant à Edwards AFB en Californie et à Patuxent River dans le Maryland. L’objectif étant de valider l’intégration du missile ASRAAM à courte portée et à guidage infrarouge sur la variante du F-35B à décollage court et à atterrissage vertical destinée au Royaume-Uni.

Jouer la carte de l’exportation :

La société européenne MBDA espère que d'autres clients du F-35 pourraient opter pour l'acquisition de l’ASRAAM, de préférence au Raytheon AIM-9X. L'Australie utilise déjà l’ASRAAM sur son avion de combat Boeing F/A-18A/B et a déjà exprimé un certain intérêt à l'utiliser également avec ses « Joint Strike Fighter ».

 

Photo : F-35B tirant l’ASRAAM@ MBDA

04/03/2017

RAAF, Le PC-21 en présentation à Avalon !

PC21-1_PS.jpg

 

Le PC-21 jouera un rôle clé dans le nouveau système pilote de formation des pilotes de la prochaine génération au sein de la RAAF. Les deux premiers exemplaires du nouvel avion école ont été présentés lors du Salon aéronautique d’Avalon en Australie en grande première.

Le PC-21 est un élément clé du programme AIR 5428 des capacités de simulations de formation à la pointe de la technologie et ceci grâce à un environnement d'apprentissage électronique. Le système est conçu pour former les pilotes de la prochaine génération plus rapidement et à un niveau plus élevé.

L’arrivée des PC-21 en Australie a été célébrée par le Chef de l'Armée de l'Air, le Maréchal de l'Air Leo Davies ainsi que par le ministre de la Défense.

 

Rappel :

La Force de défense australienne avait lancé un appel d’offre pour remplacer ses actuels Pilatus PC-9M avec un nouveau système de formation dénommé "Air Project 5428" à partir duquel le PC-21 est sorti vainqueur après les négociations et l'évaluation approfondie. Ce paquet va harmoniser la formation avec le PC-21 assurant un système moderne de formation rentable pour la formation de base et avancé des pilotes de la RAAF.

Le contrat de services d'une valeur de 1,2 milliard de dollars verra Lockheed-Martin Australie livrer en partenariat avec l’avionneur suisse Pilatus 49 avions écoles de nouvelle génération PC-21. Le contrat comprend également sept simulateurs de vol, ainsi que l’ensemble des systèmes d’apprentissage au sol et pièces détachées. La Ministre de la défense Marise Payne a déclaré, que le nouveau système de formation assurerait aux pilotes les connaissances et les compétences nécessaires leurs permettant de passer directement sur des avions militaires de pointe, comme le Super Hornet et le futur F-35.

L’Australie devient ainsi le 6ème client pour le système d’entrainement PC-21, les autres pays sont : la Suisse avec 8 appareils (2 en options), Singapour 19 aéronefs, les Emirats Arabes Unis 25 appareils, l’Arabie Saoudite 55 appareils en commandes et le Qatar avec 24 appareils en commandes. En décembre dernier l’Armée de l’Air française a sélectionné le PC-21 pour venir remplacer ses Alpha-Jet. Les 17 PC-21 seront loués auprès d’une société anglaise.

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

Photo : PC-21 à Avalon Australie@ RAAF