13/03/2015

Premier déploiement pour le E-2D « Advanced » !

e2d-2.jpg

 

Les cinq premiers Northrop-Grumman E-2D « Advanced » d'alerte précoce et de contrôle (AEW&C) sont déployés à bord des portes-avions USS Nimitz et USS Theodore Roosevelt de l'US Navy, marquant ainsi la première mission opérationnelle de l'aéronef.

 

La 5e flotte de la marine américaine qui est actuellement impliqué dans l'opération des États-Unis contre les militants de l’Etat islamique en Irak et en Syrie va disposer de l’USS  Theodore Roosevelt  qui est doté du nouvel aéronef. En parallèle, Northrop-Grumman se prépare à livrer 17 E-2D supplémentaires à l’US Navy dans les prochaines semaines.


110917-N-BQ817-168.jpg


 

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

 

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain, en s’intégrant totalement dans les nouveaux systèmes, mis en oeuvres par l’US Navy, que ce soit en matière de bâtiments de surface que de nouveaux appareils tels : les Super Hornet et le futur F-35.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA  AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne de type mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique, ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données. 


2007991133.jpg


 

Photos: 1 & 3 E2-D @ Northrop-Grumman 2 A l’appontage @USN

 

 

27/06/2014

L’US Navy poursuit le développement du X-47B!

Drone-démonstrateur-X47-porte-avion-atterrisssage.jpg


 

L’US Navy pour suit son objectif de développement du drone X-47B, avec un financement additionnel de 63 millions de dollars destiné à son constructeur Northrop-Grumman.

 

Phase II :

 

Ce contrat additionnel lance la «Phase II»  du développement du programme de véhicule d'essai  X-47B (UCAS-D). Northrop-Grumman disposera désormais d’une nouvelle fenêtre  de développement qui va se poursuivre jusqu’en mars 2015. Durant cette période, l’avionneur va poursuivre l’avancée des systèmes du drone X-47B sur banc d'essai ainsi qu’en ce qui concerne l’assistance aux essais en vol sur les deux sites basés à terre et les détachements de support associés sur navires.

 

Rappel : 

 

Ce drone de combat autonome sera capable à terme d’effectuer des missions de surveillance, de tir, et d’occupation de l’espace aérien sur de très longues périodes. Un opérateur au sol a la possibilité de communiquer avec le drone en permanence afin de redéfinir par exemple sa mission en cours. L’intervention humaine sera uniquement cantonnée à l’envoi et la réception d’informations. Contrairement aux pilotes, le drone n’est pas sujet à la fatigue ou à la faim. De plus, avec sa capacité à se ravitailler en vol, il possèdera une autonomie record. L’objectif principal est l’occupation de l’espace aérien 24 Heures sur 24 quelque soit les conditions.

Destiné principalement à des missions d’observation, il est cependant capable d’effectuer des lâchés de bombe car il possède une soute d’une capacité de charge utile de 2 Tonnes.

Il sera capable de réaliser des opérations d’appontage sur porte avion. C’est une opération extrêmement délicate même pour des pilotes confirmés. D’après les concepteurs, le drone sera plus performant que les pilotes sur ce point.

Caractéristiques du X-47B :


 

X-47B ucav northrop grumman.jpg


Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est rétractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maitrisé.


 

ob_9e4e29_x-47b-operates-aboard-theodore-roosevelt-pic-13.jpg


Photos : drone de démonstration Northrop-Grumman X-47B aux essais sur porte-avions @ USN 


23:10 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : us navy, drone, northrop-grumman, x-47b |  Facebook | |

23/05/2013

Premier vol du drone MQ-4C «Triton» !

pgM_BA-10002_006.jpg



Dévoilé dans un article du 12/6/12, le drone de Northrop-Grumman MQ-4C «Triton» vient de réussir son premier vol. L'US Naval Air Systems Command (Navair) et Northrop- Grumman viennent de réaliser le premier vol depuis les installations de Palmdale en Californie.

 

Ce drone dérivé maritime Global-Hawk a volé pendant 80 minutes dans l'espace aérien restreint et a atteint une altitude de 20.000 pieds. Les essais en vol du MQ-4C continueront depuis les installations de  Palmdale durant les prochains mois. Puis, l'équipe du programme se déplacera au sein des installations d'essais en vol à la base aéronavale Patuxent River Station, dans le Maryland, cet automne.

 

P-8A «Poseidon» & MQ-4C «Triton» : 

 

Le drone MQ-4C «Triton» est destiné à la marine américaine pour travailler en binôme avec les nouveaux avions de patrouille maritime Boeing P-8A  «Poseidon». Les deux appareils vont permettre de quadriller efficacement les zones maritimes en envoyant en temps réel des informations aux unités de la flotte afin de soutenir la guerre de surface, les missions de renseignement et de recherche et sauvetage. Le MQ-4C permet la collecte de données de reconnaissance (ISR) et complète, les opérations de patrouille maritime et de la Force de reconnaissance (MPRF).  Le Triton permettra également de relayer les signaux de communication.

 

Le MQ-4C «Triton» :

Ce drone de grande envergure (40 mètres) doit pouvoir venir épauler les nouveaux aéronefs de patrouille maritime que sont les Boeing P-8A «Poseidon». L’aéronef est un dérivé du drone Global-Hawk.  Avec un poids maximum au décollage de 14,6 tonnes, ce drone aura une endurance évaluée à près de 28 heures.

Actuellement, le MQ-4C (démonstrateur), est équipé de capteurs maritimes dont une tourelle offrant une vison à 360°couplée avec des capteurs Multi-Fonction active (SCFM) et un radar en bande X et une  antenne active à balayage électronique.

Le programme BAMS UAS est géré par l'Office des programmes de la Marine  et le Maritime Bureau Unmanned Aircraft Systeme PMA-262, sur la base  Navale de Patuxent River, dans le Maryland.

Selon les premières estimations disponibles, le MQ-4C «Triton» pourrait entrer en service d’ici 2015-2016. L’US Navy envisagerait d’en acquérir 68 pour équiper notamment ses portes-avions.

Caractéristiques :

 

Envergure: 130,9 pi (39,9 m)

Longueur: 47,6 pi (47,6 m)

Hauteur: 15,4 pi (4,6 m)

Brut au décollage: £ 32,250 (14.628 kg)

Max. Charge interne: 3,200 lbs (1452 kg)

Max Payload externe: £ 2,400 (1,089)

Auto Deploy: 8,200 nm (15186 km)

Max. Altitude: 56.500 m (17.22 km)

Max. Vitesse: 331 noeuds Vitesse air vraie (TAS)

Max. Endurance: 28 heures.


 

tritonfirstflight.jpg


 

Photos : 1 MQ-4C «Triton»  2 lors du premier vol @ Northrop-Grumman

14/05/2013

Le X-47B vient de réussir son premier catapultage en mer !

 

web_130514-N-FU443-851.jpg


USS George H. Bush (CVN-77), le X-47B de Northrop-Grumman vient de réaliser le premier catapultage d’un drone depuis un porte-avions ce mardi !

Le X-47B, prototype du drone furtif destiné à l’US Navy a été catapulté ce mardi avec succès du porte-avions USS George Bush, une première mondiale susceptible de révolutionner l'aviation embarquée. Après avoir effectué quelques manoeuvres au large des côtes de la Virginie (est), le drone s'est dirigé vers la base aéronavale de Patuxent River dans le Maryland, où il s'est posé 65 minutes plus tard.


 

1193485686.jpg


Cette révolution pour un appareil sans pilote intervient quelques jours après la réussite du premier vol suivi d’un appontage au sol depuis les installations du centre d’essais de Patuxent River (article du 09.05.13).

La prochaine étape consistera en un appontage sur porte-avions, qui clôturera les essais d’intégration de base du drone  sur un bâtiment de la Navy.


 

web_130514-N-CZ979-031.jpg


Rappel : 

 

Ce drone de combat autonome sera capable à terme d’effectuer des missions de surveillance, de tir et d’occupation de l’espace aérien sur de très longues périodes. Un opérateur au sol, a la possibilité de communiquer avec le drone en permanence afin de redéfinir par exemple sa mission en cours. L’intervention humaine sera uniquement cantonnée à l’envoi et la réception d’informations. Contrairement aux pilotes, le drone n’est pas sujet à la fatigue ou à la faim. De plus, avec sa capacité à ce ravitailler en vol, il possèdera une autonomie record. L’objectif principal est l’occupation de l’espace aérien 24 heures sur 24, quelques soit les conditions.

Destiné principalement à des missions d’observation, il est cependant capable d’effectuer des lâchés de bombes, car il possède une soute d’une capacité de charge utile de 2 tonnes.

 

web_130514-N-CZ979-013.jpg


Il sera capable de réaliser des opérations d’appontage sur porte-avions. C’est une opération extrêmement délicate même pour des pilotes confirmés. D’après les concepteurs, le drone sera plus performant que les pilotes sur ce point.

Caractéristiques du X-47B :

Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est ré-tractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maîtrisé.


 

2821525632.gif


Photos : le X-47B lors des phases de pré-vol et vol depuis le porte-avions @ US NAVY

 

21/01/2013

L’USAF prépare un nouveau bombardier !

GetAsset.jpg

 

L'US Air Force met au point un nouveau bombardier furtif connu sous le nom de programme Long Range Strike-Bomber (LRS-B). Mais, face à un environnement incertain en matière de budget, l’USAF va devoir jouer serré et convaincre afin de garder un financement viable pour ce projet qui sera très certainement coûteux. 

 

Le projet LRS-B :

 

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Le doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35 , des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012, mais les principaux constructeurs (Boeing, Lockheed-Martin, Northrop-Grumman) ont reçu la consigne de ne rien divulguer sur le sujet. On le comprend, le sujet est classifié «confidentiel».


lockheed_martin_long_range_strike_1.jpg

 

Par contre, ce que l’on sait de ce projet, c’est qu’il s’agit d’un nouvel aéronef furtif habité qui incorporera des sous-systèmes déjà éprouvés, y compris les moteurs, les radars et l'avionique, selon l'US Air Force.

 

Dans sa présentation du budget pour l’ année fiscale 2013, le service a déclaré que le coût moyen du LRS-B à l’achat unitaire devrait être de 550 millions de dollars pour 80 à 100 avions. Crédits prévus pour le programme d'exercices 2013 à 2017 est de 6,3 milliards de dollars, avec 300 millions de dollars programmés dans l'année en cours.

 

Une décision soutenue :

 

Le 17 janvier dernier, le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a confirmé face à un auditoire très intéressé sur la base aérienne de Barksdale AFB, en Louisiane, que le maintien de la flotte de bombardiers était «extrêmement important» et que le gouvernement s’engage dans le développement d'un nouveau bombardier».

 

Le projet LRS-B est considérée comme si important pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique occidental et le Moyen-Orient que le programme se poursuivra en dépit d'une réduction de 487 milliards de dollars dans le budget du Pentagone portant sur les 10 prochaines années.

 

Un programme financièrement lourd:

 

Peu importe les estimations données, en effet, les 6,3 milliards prévu pour ce programme ne représente qu'une fraction du financement nécessaire pour le nouveau bombardier de l’USAF, qui doit entrer en service en 2025. Si l’on se base par exemple sur l'expérience de du Lockheed-Martin F-22 « Raptor » du  F-35 «Joint Strike Fighter», le coût de développement du nouveau bombardier pourrait atteindre 60 milliards de dollars. De fait, en tenant compte du contexte budgétaire actuel, les choses ne vont pas être simple pour l’administration américaine. Il faudra probablement s’attendre à des retards, peut-être attendre 2030 pour voir entrer en service le premier exemplaire, sans compter les hausses de budget.


northrop_grumman_NGB_bomber-thumb-560x373-162571.jpg

 

Photos : 1 Le LRS-B selon Boeing 2 Le LRS-B selon Lockheed-Martin 3 Le LRS-B selon Northrop-Grumman