02/08/2010

Début de formation pour les pilotes thaïs sur Gripen!

 

 

thaigripen.jpg

 

 

Les premiers pilotes instructeurs de la RTAF (Royal Thaï Air Force) ont commencé leur formation sur l’avion de combat Gripen C/D en Suède, cette formation fait suite à celle des mécanicien. La RTAF a sélectionné une dizaine de pilotes qui se succéderont pour la transformation sur ce nouvel avion. Les trois premiers Gripen seront livrés en janvier 2011 puis trois suivront en mars.

Le premier groupe de pilotes thaïlandais est arrivé en Suède en Mars 2010 et restera jusqu’en décembre 2010, tandis que le deuxième groupe composé de six pilotes, les rejoindra bientôt pour  formation d'environ 5 mois.

Au départ, tous les pilotes instructeurs de la  RTAF présent en Suède subissent un segment de 6 semaines de théorie, qui concerne  la technologie moderne du Gripen, sa construction ainsi que son moteur, les systèmes d'avionique, les systèmes de communication et systèmes d’armes. Puis, ils reçoivent une formation de 20 heures sur simulateur. S’en suit une série de quatre vols en double commandes avant de pouvoir effectuer le premier vol en solo.

Les pilotes thaï sont tous issus d’escadrons volant sur F-16 A/B de la RTAF et sont au bénéfice d’un minimum de 600 à 700 heures le Fighting Falcon. Précèdement ils ont tous volé sur F-5.Durant les deux premières années, les Griopen seront affectés à l’Escadre 7, basé à Surat Thani (Sud de la Thaïlande), cette escadre servira en tant qu’escadron de transformation pour l’avion de combat Gripen. Une équipe de pilotes et de mécaniciens suédois seront envoyé sur place pour l’encadrement. La Thaïlande disposera dès lors de l’avion le plus moderne dans la région.

La Thaïlande et la menace extérieur :

Bien que particulièrement pacifique, le Royaume du Siam de par sa géographique, fût de nombreuses fois mis en danger par ses turbulents voisins, des anciennes invasions Khmères puis birmanes jusqu’à la récente Guerre froide. En 1987, des affrontements armés se produisirent entrent les soldats thaïs et laotiens, puis en 2001 entre les thaïs et les Birmans, près de la ville de Mae Saï, renforçant les sentiments d’insécurité sur les frontières. Même si aujourd’hui, le statu quo est partout respecté, le maintien de l’intégrité territoriale, de l’indépendance et de la souveraineté du royaume restent pour l’armée thaïlandaise des objectifs primordiaux. Par ailleurs, le ré-armement de ses voisins Vietnamien et Birman, ainsi que le risque de déstabilisation de la région en cas d’invasion de l’île de Taïwan par la Chine pousse le Royaume du Siam a revoir sa politique de défense vers le haut.

thaïpilotes.jpg


 

Photos : 1 Gripen D thaï. 2 Les pilotes thaï en suède @ SAAB Gripen


 

21/07/2010

Farnborough : Présentation public du Gripen NG !

 

 

Gripen.ng.jpg

 

 

Pour la première fois SAAB présente en public hors de Suède son démonstrateur lors du salon aéronautique de Farnborough. Précédemment le Gripen NG avait également été visible lors de l’international Air Tattoo à Fairford.

C’est enfin l’occasion pour SAAB de montrer son nouvel opus au public et de pouvoir mieux le faire connaître.

Auparavant, le Gripen NG de démonstration a effectuer qu’une seule sortie hors de Suède, c'était en mai de cette année quand il a volé de la Suède à l'Inde, où des essais d'évaluation ont été réalisées par l'Indian Air Force. Cette phase d'évaluation exigeante, notamment des opérations à la base aérienne indienne Leh, situé à 3300 mètres d'altitude. Pendant cette période, l'avion a accompli son 150ème vol et a désormais plus de 175 vols à son actif.

Selon SAAB :

Le Gripen NG programme offre une toute nouvelle structure de systèmes et d'avionique qui garantit plus de 100% des capacités de calcul de rechange et 30% des capacités disponibles dans tous les systèmes de l'avion. La nouvelle structure permet d’incorporer d'incorporer de nouvelles fonctionnalités ou d'intégrer le nouveau matériel tout au long de la vie de l’appareil afin de maintenir  sa capacité un haut niveau d’efficacité. Saab est en train de tester tous les systèmes tactiques, comme le radar AESA et le nouveau système de communication.

De plus, SAAB vient de terminer avec succès  les essais en vol du détecteur  électro-optique d’approche missiles  et son système d'alerte (MAWS). Ce programme vise à présenter les différentes technologies et fonctions de l'avenir afin que, jusqu'en 2040 et bien au-delà, le Gripen continue d'offrir une performance et une capacité de leader parmi les avions de combat.

 

Photo : Gripen NG par Katsuhiko Tokunaga - SAAB


 

08/07/2010

Livraison en continue des Super Hornet à la RAAF

 

 

RAAFsuperHornet.jpg

 

 

RAAF base  d’Amberley, dans le Queensland,  Six nouveaux Boeing F/A-18F Super Hornet ont été livrés  à la Royal Australian Air Force (RAAF).La RAAF dispose d’hors et déjà de 11 appareils de la nouvelle génération multi-rôles du chasseur de Boeing.

L'Australie a annoncé en mars 2007, qu'elle acquerrait 24 F/A-18 E/F de la version avancée Bloc II du Super Hornet, qui sont tous équipés du nouveau radar Raytheon APG-79 (AESA). Boeing livrera à l’Australie le 24e Super Hornet en 2011. Les 11 premiers  appareils ont été livrés en avance sur la  date prévue.

Le Boeing Super Hornet est un avion multi-rôles, capable d'effectuer toutes les missions dans le spectre de tactiques, y compris la supériorité aérienne, de jour  comme de nuit avec des armes à guidage de précision, capacité d’escorte de chasseurs et appui aérien rapproché, tout comme la suppression des défenses aériennes ennemies.

Boeing a livré plus de 430 F/A-18E/F à l'US Navy. Chaque Super Hornet produit a été livré plus tôt que prévu en respectant le  budget.

Photo : F/A-18 Super Hornet RAAF @ Boeing

 

09/06/2010

Le premier F-35 de série pour l’US Navy a volé !

 

 

F10-38666PR.jpg

 

 

FORT WORTH, Texas, le premier F-35C Lightning II de série, destiné à l’US Navy a effectué son vol inaugural hier pour un vol d’une durée de 57 minutes. Durant l’été l’avion rejoindra le centre d’essais de Patuxent River. Il s’agît là d’une étape importante dans la finalisation du programme F-35 qui préfigure le lancement de la chaîne de montage.

Deux appareils de série viendront encore rejoindre ce premier exemplaire et un quatrième sera livré au début 2012. La série C et la version la plus lourde, ses ailes ainsi que ses stabilisateurs sont également plus long afin de permettre à l’appareil d’évoluer moins rapidement lors des phases d’appontage sur porte-avions. De plus la structure est renforcée pour les opérations en mer. L’appareil a été optimisé pour un entretien minimum et facilité.

Ces appareils serviront à validé l’ensemble du concept F-35 et l’introduction d’une nouvelle architecture électronique et de ses systèmes d’armes. L’appareil incorpore déjà les modifications qui font suite aux essais des divers prototypes. 

Le F-35 Lightning II est un chasseur de la 5e génération qui allie furtivité, vitesse et agilité. L’ensemble des capteurs sont fondus dans la structure composite.  Lockheed Martin est le développeur principal  du F-35 avec comme  principaux partenaires industriels Northrop Grumman et BAE Systems. L’avion disposera de deux moteurs  interchangeables moteurs  soit :  le Pratt & Whitney F135 et la GE Rolls-Royce Fighter Engine Team F136.

Le programme F-35 représente  environ 900 fournisseurs dans 43 pays et emploie, directement et indirectement plus de 130.000 personnes. Des milliers d'autres sont employés dans les pays partenaires F-35, qui ont investi plus de 4 milliards de dollars dans le projet. Ces pays sont le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas, Turquie, Canada, Australie, le Danemark et la Norvège.

f-35_HMDS.jpg


 

Liens déjà publié sur le F-35 :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/03/19/atterrissa...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/02/22/essais-en-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2008/11/20/f-35-la-do...

 

Photos : 1 le F-35 CF-01 de l’US Navy 2 Viseur de casque HMDS pour F-35 @ Lockheed Martin.

 

10/05/2010

L’US Navy opte pour le Sea Avenger

 

 

25500780.jpg

 

 

L’US Navy cherche à se doter d’un drone furtif d’attaque, le projet Sea Avenger dérivé du Predator C semble avoir tapé dans l’oeil de celle-ci !

L’origine du Sea Avenger :

Le Sea Avenger est un dérivé du prototype Prédateur Avenger C produit par General Atomics Aeronautical. Ce dernier fait partie d’une nouvelle génération de drones, motorisé par un réacteur Pratt & Whitney Canada PW54B (le même que celui des Cessna Citation XLS) contrairement aux anciens modèles équipés d’un turbopropulseur.

Côté caractéristiques, sa longueur est de 13,5 m pour une envergure de 22 m. Son empennage est en V positif contrairement aux autres qui possédaient un empennage en V négatif. Au niveau des performances, il atteint une vitesse maximale d’environ 400 nœuds (soit environ 720 km/h) avec une altitude maximale de 60 000 pieds (soit 20 000 m). La tuyère du réacteur a été déplacé sur le dessus du fuselage afin de cacher les gaz sortant du réacteur. Ainsi, malgré son réacteur, il reste néanmoins furtif. Sa capacité d’emport en armement est de 3 000 livres (soit environ 1.3 tonnes). Son autonomie est de 20 heures. Quant aux équipements à bord, il intègre une vision infra-rouge similaire à celle développée pour le F-35 Lightning II, ainsi que d’un radar de type AESA. Son premier vol a eu lieu le 4 avril 2009.

predatorcavengersmall28.jpg

 

 

L’Avenger naval :

La version navalisée de l’Avenger, reprend l’ensemble des équipements de base, du Predator C. Pour répondre au cahier des charges, émis par le Naval Air Systems (NAVAIR), General Atomics Aeronautical a effectué les ajustements suivants : les ailes  sont repliables pour facilité son rangement sur un bâtiment de surface. La structure de l'avion a également été renforcée pour les atterrissages sur pont et permettre l’utilisation  d’un crochet arrière pour l’appontage. Le Sea Avenger sera également optimisé pour les liaisons électroniques (Link16) en lien avec les F/A-18, ainsi que le futur F-35.

La soute modulaire doit permettre la mise en oeuvre des divers systèmes d’armes en services dans la Navy et pourra également transporter de l’équipement de reconnaissance et l’écoute électronique.

Le Sea Avenger, développé en parallèle avec le Predator C. représente pour son concepteur un faible risque, car étant similaire, les options d’achat de haute technologie seront partagées entre les deux modèles et devrait permettre une exploitation d’une vingtaine d’année. Deux prototypes du Sea Avenger sont en cours d’évaluation, la Navy espère pouvoir se doter de ses premiers exemplaires d’ici 2012.

predator_c_avenger.jpg

 

 

Photos : 1 & 2 Sea Avenger 3 l’Avenger Predator C lors de son premier vol @ General Atomics Aeronautical