07/10/2016

Les Tornado allemands cloués au sol !

14184344032_d7d0b40a71_b.jpg

Le porte-parole de la Luftwaffe a confirmé ce matin que plusieurs avions de combat de type Tornado sont actuellement cloués au sol pour des raisons techniques.

Problème détecté :

Lors d’un contrôle de routine sur le détachement de 6 appareils engagés en Syrie, depuis la base aérienne d'Incirlik dans le sud de la Turquie, les mécaniciens au sol ont détectés un problème de vis desserrée au niveau du pare-brise des appareils.

Une vérification a été ordonnée, afin de contrôler l’ensemble de la flotte de Tornado. Celle-ci a montré que ce problème concernait 39 des 85 Tornado encore en service au sein de la Luftwaffe.

Le problème concerne les Tornado modernisés :

Le problème concerne en particuliers les Tornado modernisé au standard ASSTA 3.0/3.1. Airbus Défense a été chargé par la Force aérienne allemande d’un programme de modernisation de la flotte d’avion Tornado. Cette modernisation comprenait trois phases.

La modernisation comprend un système d'information multifonctionnel de distribution avec un système de liaison de données link16 moderne.  Les Tornado dispose également d’un nouveau dispositif de nacelle à pointage laser permettant l’usage de systèmes d’armes guidées de dernière génération. En plus de cette innovation, les Tornado de la Luftwaffe ont reçu un système de communications radios ultra-modernes, d’un appareil d'enregistrement numériques  de données.

Côtés avionique, la mise en place d’un dispositif d'affichage couleur avec intégration des données de l’Israélien Rafael compatible avec une nouvelle nacelle de reconnaissance offre de nouvelles perspectives à l’avion.

Pour la Luftwaffe cette modernisation s’inscrit dans une volonté de poursuivre l’usage de la flotte des Tornado jusqu’en 2025.

3230726218.jpg

 

Photos : Tornado au standard ASTA 3.0/3.1 @ Philippe Hayer

05/10/2016

L’Allemagne se tourne aussi vers le C-130J !

C-130J_135th_AS_Maryland_ANG_in_flight.jpg

L'Allemagne a annoncé son intention d'acheter entre 4 et 6 avions de transport tactique Lockheed-Martin C-130J « Super Hercules ». Ces appareils devraient être utilisés pour le soutien des opérations spéciales et qu'ils vont opérer à partir de pistes d'atterrissage "indisponibles" pour l'Airbus A400M « Atlas ».

Un nouveau camouflet pour l’A400M :

Cette nouvelle vient enfoncer le clou en ce qui concerne l’avion de transport européen Airbus A400M, dont l’Allemagne dispose de 5 exemplaires. En effet, la France a de son côté également opté pour l’avion de transport américain en novembre dernier. La décision des deux pays est motivée par le fait que l’A400M n’offre actuellement que des capacités de déploiement limitées en plus de nombreux problèmes moteurs.

Coopération franco-allemande :

La décision allemande semble par ailleurs rapprocher les deux pays. Hier soir, la ministre allemande a signé avec son homologue français une lettre d'intention portant sur un projet de flotte d’avions de transport mutualisé. Cette lettre d’intention concerne les modalités de mise en commun d’avions de transport C130J français et allemands.

Le Lockheed-Martin C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales.

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre « Hercules », cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

 

ELEC_C-130_AMP_Cockpit_lg.jpg

Photos : 1 C-130J Super Hercules @ USAF 2 Cockpit @ Lockheed-Martin

13/04/2016

Problèmes moteurs pour l’A400M !

435.jpg

Berlin critique sévèrement le programme de l’avion A400m « Atlas », en ce qui concerne sa motorisation. En effet, les moteurs de l’A400M souffrent de défauts de boîte de vitesses, ainsi que des problèmes de résistance aux fortes températures.

Concrètement, les allemands reprochent à l’A400M des problèmes liés aux engrenages au sein des réducteurs qui forment une partie cruciale des turbopropulseurs. Le défaut de la construction de ces engrenages ont provoqué usure prématurée. De ce fait, des copeaux de métal ont contaminé le système d'huile ce qui a provoqué les pannes des moteurs. De plus, certains mécanismes des moteurs ne peuvent pas faire face à des températures extrêmes, car certaines pièces présentaient des défauts d’usinage.

Du côté de l’avionneur, on confirme le problème en soulignant en même temps, il n'y a pas d'impact sur la sécurité de l'aéronef et d’ajouter que le problème peut être corrigé lors des contrôles périodiques. Mais visiblement au sein du ministère allemand de la Défense, la réponse ne satisfait pas.

Il semble, par ailleurs que ces problèmes moteurs sont directement mis en cause dans un incident survenu en vol à bord d’un A400M de la RAF et dont l’un des moteurs s’était brusquement arrêté.

Ces nouvelles révélations sur l’A400M viennent s’ajouter au problème de logiciel mal installé, qui avait causé la perte d’un « Atlas » destiné à la Turquie au printemps 2015.

 

Photo : A400M de la Luftwaffe @ Luftwaffe

19/01/2016

Allemagne, deux hélicoptères lourds en concurrence !

heer_c21.jpg

L’Allemagne avance dans son processus de remplacement de sa flotte actuelle d’hélicoptère lourd de type Sikorsky CH-53G « Stallion ». La première phase de sélection est terminée et deux appareils se retrouvent pour la dernière ligne droite de la compétition.

 

Short Liste :

Dans le cadre du remplacement de la flotte de 68 hélicoptères de transport lourd de type CH-53G « Stallion », l’Allemagne a retenu une « Short List » de deux appareils, soit : le nouveau Sikorsky CH-53K « King Stallion » et le Boeing CH-47F « Chinook ». Pour Berlin, il est important de pouvoir disposer d’un hélicoptère déjà en production, plutôt que de lancer un programme de développement national à travers Airbus Helicopters. Selon le cahier des charges, l’Allemagne doit pouvoir prendre possession de son nouvel hélicoptère en 2022, ce qui signifie que la signature du contrat doit avoir lieu au plus tard en 2018.

Du point de vue technique, le nouvel hélicoptère devra notamment pouvoir être ravitaillé en vol et ceci bien qu’actuellement la Luftwaffe ne dispose pas d’une telle capacité et ceci à cause des ennuis de l’A400M. Selon Berlin, si Airbus ne trouve pas de solution, le pays pourrait se tourner vers un nouvel aéronef d’ici 2020 !

 

Le CH-53K « King Stallion » :

2999381134.jpg

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E «Super Stallion», qu’il doit remplacer à partir de 2019,  le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27 000 lbs sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple  surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle, car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6000ch chacune), ravitaillable en vol, équipé de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep «Humvee».

 

Le Boeing CH-47F « Chinook » : 

2048671636.jpg

Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie, avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage dispose de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée, ainsi qu'un poste de pilotage automatique et numérique.

 

Photos :  1 Actuel CH-53G de la Luftwaffe @Luftwaffe 2 Le nouveau CH-53K « King Stallion » @ Sikorsky 3 Le CH-47F « Chinook » @ Boeing

 

15/10/2015

Nouveau souci de structure pour l’Eurofighter !

11.jpg

 

Francfort, l’avion de combat européen Airbus DS Eurofighter n’en a pas fini avec ses soucis de structure, l'armée allemande a confirmé la chute d'un réservoir externe d'un de ces avions de combat dernièrement.

Un réservoir externe d'un Eurofighter T1 de la Luftwaffe s'est détaché et est tombé alors que l'avion manoeuvrait au sol pour se préparer au décollage, a indiqué un porte-parole de l'armée. En conséquence de l'incident, survenu sur une base aérienne en Estonie, la Luftwaffe n'autorise ses avions Eurofighter à s'envoler qu'après démontage des réservoirs externes, ce qui est fâcheux car, sans leurs réservoirs externes, les avions de combat n'ont plus assez d'autonomie pour survoler la mer Baltique.

Ces révélations interviennent au lendemain de l'annonce par la Force aérienne allemande qu'elle suspendait les livraisons d'Eurofighter, suite à la découverte d'un défaut au fuselage, à savoir des trous mal ébavurés. Un défaut similaire avait déjà été identifié il y a un an.

 

Les premiers problèmes :

En octobre 2014, un problème de fabrication avait été découvert dans la partie arrière du fuselage de tous les avions de chasse de type  Eurofighter "Typhoon" qui pouvait causer des problèmes structurels à venir pour l'avion et à terme limiter, la durée de vie. Les Eurofighter  en service à l’époque, pouvaient continuer de voler en toute sécurité. En Allemagne, la Luftwaffe avait décidé dès l’annonce de cette problématique, de diminuer de moitié la durée de vie de ses avions Eurofighter de 3’000 à 1’500 heures de vol et ceci, de manière provisoire, tant qu’une solution technique n’était pas trouvée.

 

Procédé de fabrication en cause :

Ce problème avait été identifié et provenait d’un mode d'usinage récemment découvert, concernant l'un des procédés de fabrication utilisé, lors de l'assemblage du fuselage arrière de l’Eurofighter « Typhoon ». Cette révélation avait alors, conduit l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie à cesser d'accepter les livraisons de l’avion, tant qu’une solution viable n’avait pas été trouvée pour combler cette lacune.

 

LftWf-Eurofighter.jpg

Photos : Airbus DS Eurofighter Typhoon T1 luftwaffe @ Luftwaffe