18/04/2013

L’US Air Force va devoir faire des choix !

sdd_f35testa_095.jpg


 

WASHINGTON, l'administration Obama vient de proposer un budget de 102,8 milliards pour l’US Air Force, soit une baisse de 7% pour l’année. Si le montant peut nous paraitre énorme vu d’Europe, il s’agit pourtant de la plus importante baisse de budget de l’histoire de l’USAF. 

 

Les choix de l’USAF : 


 

1209037413.jpg


 

Le 6 mars dernier, je vous relatais les problèmes de budgets de l’USAF qui avait dû se résigner à annuler toutes les démonstrations de la célèbre patrouille des Thunderbirds et des F-22 de l’USAF, afin, d’épargner 500 milliards sur une période de 10 ans (voir lien). Mais d’autres programmes risquent de faire les frais de ces économies, il s’agit entre autre des programmes spatiaux de l’USAF, concernant la mise en orbite d’une nouvelle génération de satellites d’observations. 

 

L’USAF a décidé de mettre fin au programme de drone «Global Hawk» Bloc30, après avoir reçu le dernier des 18 avions sous contrat en 2014. 

 

Toujours dans un but d’économie, le Commandement du combat aérien (ACC) va procéder à une diminution des heures de vols des 17escadrons actuellement en déploiement à l’étranger, une fois ceux-ci rapatrié au pays. Ces escadrons concernent l’ensemble des appareils de l’USAF soit : les A-10, B-1, B-52, F-15, F-16 et F-22. Les heures de vols en moins seront compensées par une augmentation des heures d’entrainement en simulateurs de vol. Le but étant d’économiser l’équivalent de 203.000 heures de vols sur un total actuel de 1.160.000 heures de vol.

 

Ces premières économies vont permettre d’équilibrer le budget et de maintenir les priorités sur les trois grands axes prioritaires suivants : 

 

  • La continuité du programme  Lockheed-Martin F-35 qui a besoin de 8,4 milliards de dollars pour soutenir le développement continu des trois variantes de l’avion.

 

  • Le développement final de l’avion ravitailleur Boeing KC-46A.

 

  • Le développement du futur bombardier à longue portée (LRS-B).
 
Mais à ce rythme d'économie, l'USAF devra peut-être économiser encore ailleurs, avec une possible limitation des livraisons de F-35 et faire face à des retards dans le développement des futurs drones par  exemple.

3542614149.jpg

 

Lien sur l’annulation des démonstrations aériennes de l’USAF : 


 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/03/06/demonstrations-des-thunderbirds-annulees.html

 

Photos : Les programmes prioritaires : 1 F-35 @ Lockheed-Martin  2 KC-46A @ Boeing 3 LRS-B @ Lockheed-Martin

 

 

21:47 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usaf, budget, f-35, kc-46a, lrs-b |  Facebook | |

21/01/2013

L’USAF prépare un nouveau bombardier !

GetAsset.jpg

 

L'US Air Force met au point un nouveau bombardier furtif connu sous le nom de programme Long Range Strike-Bomber (LRS-B). Mais, face à un environnement incertain en matière de budget, l’USAF va devoir jouer serré et convaincre afin de garder un financement viable pour ce projet qui sera très certainement coûteux. 

 

Le projet LRS-B :

 

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Le doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35 , des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012, mais les principaux constructeurs (Boeing, Lockheed-Martin, Northrop-Grumman) ont reçu la consigne de ne rien divulguer sur le sujet. On le comprend, le sujet est classifié «confidentiel».


lockheed_martin_long_range_strike_1.jpg

 

Par contre, ce que l’on sait de ce projet, c’est qu’il s’agit d’un nouvel aéronef furtif habité qui incorporera des sous-systèmes déjà éprouvés, y compris les moteurs, les radars et l'avionique, selon l'US Air Force.

 

Dans sa présentation du budget pour l’ année fiscale 2013, le service a déclaré que le coût moyen du LRS-B à l’achat unitaire devrait être de 550 millions de dollars pour 80 à 100 avions. Crédits prévus pour le programme d'exercices 2013 à 2017 est de 6,3 milliards de dollars, avec 300 millions de dollars programmés dans l'année en cours.

 

Une décision soutenue :

 

Le 17 janvier dernier, le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a confirmé face à un auditoire très intéressé sur la base aérienne de Barksdale AFB, en Louisiane, que le maintien de la flotte de bombardiers était «extrêmement important» et que le gouvernement s’engage dans le développement d'un nouveau bombardier».

 

Le projet LRS-B est considérée comme si important pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique occidental et le Moyen-Orient que le programme se poursuivra en dépit d'une réduction de 487 milliards de dollars dans le budget du Pentagone portant sur les 10 prochaines années.

 

Un programme financièrement lourd:

 

Peu importe les estimations données, en effet, les 6,3 milliards prévu pour ce programme ne représente qu'une fraction du financement nécessaire pour le nouveau bombardier de l’USAF, qui doit entrer en service en 2025. Si l’on se base par exemple sur l'expérience de du Lockheed-Martin F-22 « Raptor » du  F-35 «Joint Strike Fighter», le coût de développement du nouveau bombardier pourrait atteindre 60 milliards de dollars. De fait, en tenant compte du contexte budgétaire actuel, les choses ne vont pas être simple pour l’administration américaine. Il faudra probablement s’attendre à des retards, peut-être attendre 2030 pour voir entrer en service le premier exemplaire, sans compter les hausses de budget.


northrop_grumman_NGB_bomber-thumb-560x373-162571.jpg

 

Photos : 1 Le LRS-B selon Boeing 2 Le LRS-B selon Lockheed-Martin 3 Le LRS-B selon Northrop-Grumman