21/03/2015

P-3 « Orion » MLU pour les douanes américaines !

CBPP-3-741.JPG

 

Greenville, South Carolina, Lockheed-Martin a livré le 12ème P-3 « Orion » aux service des douanes et frontières américaines (CBP) et ceci en avance 37 jours sur le calendrier.

 

Ce 12ème P-3 « Orion » a reçu sa modernisation de type « Mid-Life Upgrade » (MLU). Le programme MLU des P-3 « Orion » des douanes américaines comprend le remplacement des ailes extérieures et du stabilisateur horizontal. Il s’agit en fait de remplacer toutes les structures ayant atteint une fatigue critique. 

 

L’avion une fois réviser va rejoindre la flotte de P-3, afin de soutenir les missions de sécurité intérieure et de lutte contre la drogue. Le programme MLU va permettre aux  P-3 « Orion » de rester en activité durant encore  20 à 25 ans.

 

 

Photo: Lockheed-Martin P3-Orion » MLU @ Lockheed-martin

09/11/2014

Les coûts du F-35 plombent la modernisation des F-16!

f-35.jpg

 

 

Séoul, la Corée du Sud a demandé au gouvernement américain l’annulation pure et simple du contrat avec BAE Systems pour la mise à niveau de ses 134 Lockheed-Martin F-16 Block 50/52 de la ROKAF.

 

Décision américaine : 

 

Le contrat initial de modernisation des F-16 coréens qui date de janvier 2012 était estimé à près de 1,2 milliards de dollars américain, et devait permettre de changer le radar actuel à antenne mécanique avec un nouveau radar doté d’une antenne à balayage électronique.

 

Cette modernisation devait se faire en parallèle avec l’US Air Force, mais, celle-ci a finalement opté pour une mise à jour minimaliste. De fait le coût de développement devenait trop lourd à supporter pour la Corée du Sud, qui s’est par ailleurs, engagée sur l’onéreux programme F-35.

 

Equipementiers américains et anglais fâchés :

 

Le programme de modernisation initial des F-16 coréens et américains comprenait 

l’installation du radar  RACR (Radar Raytheon Advanced Combat). Il s’agit d’une version dérivée de l’AN/APG-79 développé par Raytheon de type AESA ,dont la plateforme et l’antenne sont adapté selon l’avion, soit le F-16, F-15 ou F/A-18.

Cette solution de radar AESA a été conçu, pour équiper l’ensemble des appareils de la gamme F-16, F-15 et F/A-18 déjà en service. Par rapport à l’ancien radar à antenne mécanique le radar AESA RACR apporte une détection étendue avec amélioration du suivit des cibles. La précision d’engagement est améliorée et le radar offre une nette amélioration des capacité de guerre électronique.

 

1815443847.jpg

 

Cette décision porte un coup au développement du radar RACR de Raytheon ainsi que de celui de son concurrent le SABR de Northrop-Grumman. De plus, les différents systèmes connexes qui devaient entrer dans la modernisation du F-16, dont BAE Systems était le maitre d’oeuvre se retrouve eux aussi en difficultés. 

 

Il faut comprendre que pour ces divers fournisseurs, la modernisation du F-16 était une alternative intéressante face aux coûts énormes du F-35 «Lightning II». Cette décision est justement motivée par le fait, que les pays ayant choisi le F-35 se retrouvent avec des surcoûts tels, qu’ils ne peuvent aujourd’hui plus assumer la modernisation des aéronefs en service. 

 

Trop cher F-35 :

 

L’US Air Force et la ROKAF comptaient justement compenser le nombre de F-35 en gardant une flotte mixte avec les F-16 et autres F-15 modernisés. Cette option devait normalement permettre de garder une dotation suffisante en avions de combat. Ce revirement pose aujourd’hui donc une problématique supplémentaire aux futurs utilisateurs du F-35.

 

Israël vient justement de prendre une décision inverse, l’Etat Hébreu vient de refuser l’achat de F-35 supplémentaires, afin justement de ne pas péjorer sa flotte de F-16, par ailleurs modernisée (voir article sur le sujet). L’Israël compte bien garder la main et disposer d’une flotte modernisée et en nombre suffisant qui ne dépendrait, donc pas, des surcoûts du F-35, sage décision. 

 

aae.jpg

 

Photos : 1 F-35 en vol @ Lockheed-Martin 2 F-16 d’essai avec le radar RACR@ Raytheon 3 F-16 ROKAF@ ROKAF

 

 

 

 

17:40 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lockheed martin, f-35 lightning 2, f-16, racr, sabr, rokaf |  Facebook | |

05/11/2014

Les F-16 israéliens modernisés !

Israeli_F-16s_at_Red_Flag2.jpg

 

Tel Aviv, l'armée de l'air israélienne (Heyl Ha'Avir) a terminé la mise à niveau complète de son Lockheed Martin F-16C/D «Barak». Ces travaux ont été menés dans le cadre du 

programme Barak 2020.

 

Programme Barak 2020 : 

 

Cette modernisation de la flotte de des F-16C/D comprend le traitement structurel de la cellule de l'avion de combat, la mise à niveau des commandes de vol du système, ainsi que son unité d'affichage central, de plus les appareils seront équipés de nouveaux écrans haute résolution visant à accroître la qualité situationnelle des pilotes. Le viseur tête haute sera remplacé par un nouveau modèle produit par Elbit System et les appareils ne disposant pas encore de viseur de casque en seront pourvu. Par ailleurs, un nouveau système d’enregistreur numérique a été installé et permet d’améliorer les débriefings.

 

an-f-16b-netz-of-the-israeli-air-force-giovanni-colla.jpg

 

Cette modernisation doit permettre de compenser les retards dans la livraison des premier F-35 «Lightning II». Mais il s’agit également de maintenir la flotte de  F-16 au plus haut niveau technologique, car celle-ci forme l’épine dorsale de la défense aérienne du pays.

Pas un première : 

Depuis un certain temps, Israël modernise ses F-16 avec tout d’abord les versions les plus anciennes, soit les  A/B. Il s’agissait maintenant d’entreprendre une mise à jour des version C/D qui resteront en service après la livraison des F-35. L’IAF dispose de 324 avions de combat F-16, se qui en fait le premier utilisateur dans la région.

 

14968_1610278082532405_8397902735892772953_n.jpg

 

 

 

Photos : 1 F-16D IAF en ravitaillement 2 F-16B 3 C/D dans le désert @ Heyl Ha'Avir

28/09/2014

Israël négocie plus de F-35!

 

F-35.jpg

 

Tel Aviv, des négociations entre l’avionneurs Lockheed-Martin et Israël sont actuellement en cours pour négocier des avions de combat F-35 supplémentaires. Jusqu’à présent, l’Etat d’Israël avait pu obtenir un lot de 19 F-35.

 

A l’origine, la H'eil Ha'Avir désirait se doter d’une flotte de 75 F-35, mais  les coûts exorbitants encore non stabilisés du programme n’avaient  pas permis jusqu’ici que de négocier 19 aéronefs. Israël  a déjà reçu deux F-35A et recevra sept autres avions de type F-35A en 2017 et un autre lot de 10 en 2018.

 

20 avions supplémentaires ?

 

On ne connait pas le nombre d’avions concernés par cette nouvelle négociation, mais on parle volontiers d’une seconde tranche d’un vingtaine d’aéronefs. Du côté du Pentagone ne confirme pas le nombre d’avions, mais on se borne à dire que les deux parties sont aujourd’hui proches d’un accord.

 

 

Le F-35 permettra à l’Etat d’Israël de maintenir une suprématie aérienne et son avance qualitative technologique dans la région, notamment en matière de dissuasion, mais également en cas de frappes préventives. Par contre, du fait du nombre réduit de F-35, l’ossature du combat aérien sera maintenu avec les F-15 et F-16 modernisés. 


KittyHawk F-35A 1 48th scale Pic 25 (12).JPG


 

 

Photos: 1 F-35A @ Lockheed-Martin 2 F-35A aux couleurs d’israéliennes @IAF

15/09/2014

Fusées de décollage pour F-16!

F-16Isufa001.jpg

 

 

L'armée de l'air israélienne (Heyl Ha'Avir) développe une capacité de décollage court pour ses avions de combat Lockheed-Martin F-16. Cette technologie est basée sur l’utilisation de fusées largables.

 

Dérivé du système JATO : 

 

Israël semble remettre au goût du jour le fameux système JATO, bien connu en Suisse avec les Mirage IIIS et RS. Pour mémoire, le système JATO devait fournir une puissance supplémentaire lors du décollage d'un avion. Ce système était utilisé essentiellement sur les avions militaires, dans les contextes suivants :


090223111732305463205418.jpg


  • décollage à une masse élevée (généralement combinée aux deux raisons suivantes):
  • piste de décollage trop courte par rapport à la masse de l'avion ;
  • nécessité de réduire la consommation en carburant (le supplément de puissance évite de devoir pousser les moteurs de l'avion à fond) 
  • compensation de la perte de puissance des moteurs de l'avion en raison de l'altitude et/ou de la température.
  • décollage rapide en phase d’alerte.

 

 

Le système israélien : 

 

Un premier test est prévu pour l'année prochaine et devra pouvoir équiper l’ensemble de la flotte de F-16 en service au sein  l'armée de l'air, soit les modèles F-16 «Barak» (standard A/B Block50, 102 aéronefs) et F-16I «Sufa» (C/D Block 60, 224 aéronefs). Le système ne sera pas attaché sur la partie arrière du fuselage comme les fusées JATO, mais monté sous les ailes de l’avion, puis largué après utilisation. 

 

Réaction rapide : 

 

L’armée de l'air israélienne semble donc prendre des mesures, afin de permettre la continuité des opérations dans une situation où ses bases pourraient être attaquées d’une part et renforcer sa capacité de réaction rapide. Les menaces en provenances du Hezbollah au Liban voisins et des tirs de roquettes lourdes sur ses installations, dont certaines ont été ciblées depuis la bande de Gaza dernièrement.

 

1708638142.jpg

 

Photos : 1&3 F-16I Block60 «Sufa» @ Heyl Ha'Avir) 2 Mirage IIIRS au décollage avec JATO@ Swiss Air Froce