18/10/2016

Quatrième C-130J pour Israël !

10006943_677924715587357_5494986051193449402_n.jpg

Lockheed-Martin a livré le quatrième C-130J « Super Hercules » "Samson" de transport tactique à l’Etat Hébreu. Deux autres appareils arriveront encore cette année au sein de la Force aérienne.

L'escadron "des éléphants" basé à Nevatim qui exploite la nouvelle génération d’Hercules, a déjà testé le C-130J au cours de missions de ravitaillement en vol avec un Boeing B707. De plus, les C-130J israéliens disposent d’un nouveau système de vol à basse altitude développé en Israël.

Le C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

 

AIR_C-130J-30_Israeli_Flight_IAF_lg.jpg

Photos : C-130J israéliens @ FAI

24/08/2016

Le F-35 block 3F testé !

12187775_978952018817075_5150452574881133453_n.jpg

Lockheed-Martin vient de terminer une importante phase d’essais avec de l’armement et le nouveau logiciel block 3F. Au total se sont pas moins de douze types d’armes qui ont été être tirées avec l’appareil.

Des F-35 basé à Edward ont réalisé plusieurs séries de vol avec des tirs. Ceux-ci ont permis de valider la séparation avec l’avion avec précision. Une trentaine de systèmes d’arme comme le Raytheon AIM-120C7 « AMRAAM », des AIM-9X « Sidewinder » ainsi que des bombes Boeing JDAM (Joint Direct Attack Munition) ainsi que des bombes Paveway de divers calibres ont pu être tirées.

Cependant, les capacités offensives du F-35 sont encore restreintes et les livraisons de F-35 ayant une pleine capacité ne pourront pas être effectuées avant deux ans au minimum selon les responsables de Lockheed-Martin.

 

Photo : F-35A avec bombes Paveway et missiles AIM-9X @ Lockheed-Martin

07/03/2016

Le F-35 trop sensible à la cyberguerre !

11820126394_413e0ff73b_o.jpg

Trop d’informatique peut s’avérer dangereux en matière de cybersécurité, c’est le constat qui vient d’être fait, par le directeur des essais opérationnels et d’évaluation (DOT & E) du programme de l’avion de combat Lockheed-Martin F-35.

 Ces prochains mois, le programme F-35 va recevoir une nouvelle version de son logiciel ALIS (Autonomic Logistics information System) mais des inquiétudes demeurent sur les performances et la sécurité de celui-ci. En effet, un rapport remis par le directeur des essais opérationnel et d’évaluation (DOT & E) publié en janvier dernier, suggère que le logiciel ALIS ne doit en aucun cas être mis en service dans sa version actuelle, en vue de la mise en capacité opérationnelle initiale (COI) du F-35 au sein de l’US Air Force. En effet, toujours selon le rapport le système n’offre pas les sécurités nécessaires en matière de cyberguerre. La mouture actuelle du logiciel est trop perméable face à une cyber attaque destinée à pénétrer le système du F-35 !

Il faut dire que, si un hacker arrive à pénétrer le système ALIS, qui communique depuis chaque avion directement au sol, il aura accès à l’ensemble de la gestion de la maintenance cellule, des systèmes de missions et des clés cryptographiques utilisées sur chaque F-35 en service. Inutile de préciser que, si l’ennemi accède à ces données, il pourra les modifier à son aise et clouer la flotte de F-35 au sol. De plus il aura également accès aux données des autres nations utilisatrices de l’avion.

Certes, le programme pourra être modifié pour offrir plus de sécurité, mais les critiques sur le « tout informatique » ne cessent d’augmenter à propos du F-35 et qui pour certains experts en cyberguerre estiment que l’électronique, si importante pour cet avion va se retourner contre lui.

 

Photo : F-35 C @ Lockheed-Martin

 

 

03/11/2015

Le F-35A peut tirer au canon !

 

 

yourfile.jpg

Le F-35 de Lockheed-Martin avance à petits pas dans sa capacité d’engagement, dernièrement celui-ci a réussi ses tirs au canon en vol. Ces tests de tir en vol, font suite aux essais au sol qui ont eu lieu durant le mois de juillet.

Les essais de tir au canon ont été réalisés avec un Lockheed-martin F-35A n°AF-02 doté d’un canon de bord de type GAU-22 Gatling  de 25mm produit par General Dynamics. Le pilote d’essais, le Maj Charles Trickey a ouvert le feu par trois salves.

Il faut rappeler que les essais de tir au canon avaient pris un retard considérable de trois ans.  En effet, Lockheed-Martin a eu toutes les peines à réussir à intégrer les commandes de tir canon. De plus, il faut remarquer que l’emport de munition est faible, soit 180 coups, pour un canon capable de tirer 3300 coups à la minute !

A noter que les versions du F-35 B/C ne seront pourvues du canon en interne, mais uniquement en nacelle extérieure. Cette solution ajoute à la polémique sur le F-35, car une fois de plus la furtivité de celui-ci, sera remise en question.

C’est au Corps des Marines des États-Unis que reviendra la responsabilité de tester la future nacelle canon qui devra équiper les versions B & C du F-35.

Reste que l’USAF doit encore terminer la phase de tir canon dans des conditions opérationnelles. Le F-35A doté du canon ne sera pas complètement opérationnel avant 2017.

 

yourfile-1.jpg

Photos : tir en vol pour le F-35A@ Lockheed-Martin

 

27/10/2015

Arrivée du 31ème C-5M « Super Galaxy » !

453.jpg

 

 

Marietta, Lockheed-Martin a livré le 31ème exemplaire  du C-5M « Super Galaxy » à  l'US Air Force. L’avion a rejoint le 22e escadron de transport aérien basé à Travis Air Force Base en Californie ou doit encore recevoir sa nouvelle peinture, puis il rejoindra sa base de stationnement de Fairfield, situé entre Sacramento et San Francisco. L'avion (numéro de série US Air Force 84-0060) avait été initialement livré à l’USAF en avril 1984 et a enregistré environ 20’930 heures de vol au cours de sa carrière.

Le C-5M «Super Galaxy»: 

Le C-5 «Super Galaxy» modernisé est doté d’un nouveau tableau de bord est d’une avionique modernisée dont des écrans plats, un nouveau système de communication, un nouveau système de pilotage automatique. Question motorisation, l’avion est doté de moteurs General Electric CF6-80C2 qui offrent 22% de puissance supplémentaire, permettant une course au décollage plus courte de 30% et un taux de montée supérieur de 38% par rapport aux versions antérieures.

Le C-5M peut dès lors,  transporter une charge de 176,610 lb (80,110 kg) à plus de 41.100 pieds (12.500 m) en 23 minutes, 59 secondes. Le C-5M a d’ailleurs battu le record du monde de transport de charge utile à la plus haute altitude, soit une charge de 294,690 kg à 2.000 mètres.

Les C-5M  «Super Galaxy» devront pouvoir rester en service durant les quarante prochaines années en service dans l’US Air Force. L’USAF a décidé de convertir l’ensemble des C-5B et C en version M. L’ensemble de la flotte doit avoir été convertie d’ici 2016.

 

Photo : Lockheed-martin C-5M Super Galaxy @ USAF