23/11/2021

Assemblage terminé pour le X-59 !

3070939272.jpg

Lockheed Martin a terminé l'assemblage final du démonstrateur supersonique X-59 « Low Boom » sur son site de Palmdale, en Californie. La prochaine étape constituera à expédier l'avion expérimental à Fort Worth pour des tests structurels.

Un supersonique presque silencieux  

Le Lockheed Martin X-59 QueSST est un avion supersonique expérimental en cours de développement aau sein du célèbre bureau d’études Skunk Works dans le cadre du programme Low-Boom Flight Demonstrator de la NASA. Le but de cet avion est de mener des expériences afin de réduire le bruit du bang supersonique.

Si les vols supersoniques n’ont rien d’extraordinaire de nos jours, le X-59 doit prouver qu’il est possible de rendre celui-ci presque silencieux. Lors de son premier vol d'essai le X-59 ne devra pas seulement dépasser la vitesse du son, il devra également répondre aux critiques que subissaient Concorde en son temps, notamment au niveau du son émis par l'appareil. On ne devrait ainsi quasiment pas entendre le bang supersonique, ce qui devrait permettre à l'engin de voler un peu partout dans le monde. (Concorde était banni de certaines zones, justement à cause de son bruit jugé trop important).

IMG_8295.jpeg

Pour se montrer le plus silencieux possible, le design du X-59 a été particulièrement étudié et c'est sa forme qui lui permet de réduire son empreinte sonore. L'avion devrait pouvoir voler à une altitude de 55’000 pieds à une vitesse maximale encore non connue.

Malgré l’utilisation d’outils de conception avancés, l’équipe qui développe le démonstrateur X-59 de la NASA ne peut être sûre qu’elle atteindra ses objectifs de «bas boom » tant que l’avion ne franchira pas la barrière acoustique en vol. Bien que les caractéristiques de conception qui réduisent les bangs soniques soient comprises, l'équipe est confrontée au défi de s'assurer que le X-59 conserve sa forme unique d'adoucissement de la flèche pendant le vol. Il est également difficile de savoir comment le son du jet se déplacera dans l'atmosphère.

La NASA espère que les caractéristiques de conception à faible flèche du X-59 permettront de répondre aux nouvelles réglementations autorisant le vol supersonique au-dessus du continent américain pour des avions civils

Dans le cadre de la mission plus large de démonstration de vol, le X-59 a pour but de démontrer les caractéristiques de conception qui peuvent réduire les booms et de tester comment le public perçoit un bruit sonore plus doux. La NASA déploiera à terme le X-59 sur des « vols communautaires » au-dessus des États-Unis, collectant des données de perception publique dans le processus. Il a l'intention de communiquer ces données aux régulateurs de la Federal Aviation Administration (FAA), qui pourraient les utiliser pour autoriser une certaine forme de vol supersonique terrestre civil. La réglementation américaine a interdit un tel vol pendant des décennies, mais la FAA a déjà commencé des travaux liés à la mise à jour de ses règles.

p21-201-155-web.jpeg

Répondre à une demande

Le développement du X-59 intervient alors que des sociétés privées telles que Aerion Supersonic, Boom Supersonic et Spike Aerospace vont de l'avant avec le développement d'avions d'affaires et d'avions de ligne plus rapides que le son.

Le X-59 de Lockheed Martin

unnamed.png

L'avion est monoplace pour un fuselage d'environ 30 mètres de long et une envergure de 9 mètres. Il est conçu pour naviguer à 55’000 pieds et Mach 1,4. Le X-59 sera propulsé par un seul moteur General-Electric F414-GE-100 de 22’000 lb-poussée (98 kN), qui est une variante du moteur qui propulse le Boeing F/A-18E/F « Super Hornet ». Le moteur est intégré à l'empennage du X-59. Bien que sa conception soit nouvelle, le X-59 utilisera des composants trouvés sur d'autres avions militaires, une stratégie visant à maintenir les coûts au plus bas. Il sera équipé du train d'atterrissage du Lockheed-Martin F-16, du manche du F-117A « Night Hawk » et du cockpit et de la verrière du Northrop-Grumman T-38 Talon. Le défi des ingénieurs est d'intégrer ces systèmes qui ont été conçus pour différents avions.  

L'équipe prévoit que les caractéristiques de conception uniques du X-59 lui donneront un « boom sonore » de moins de 75 décibels perçus au sol, soit l’équivalant un tonnerre lointain ou la fermeture d’une portière de voiture.  

3676129806.jpg

Photos : 1 & 4 Images de synthèse du futur X-59 @ NASA 2 & 3 Assemblage final du X-59 @ Lockheed Martin

 

21/11/2021

Taïwan, premier escadron en service avec le F-16 « Viper » !

QEG22B73GVBHFNXN2EPQXEHZK4.jpg

Cette fin de semaine a vu l'armée de l'air de la République de Chine (RoCAF) mettre en service sa première escadre de chasse entièrement équipée du nouveau standard « Viper » pour ses F-16.  

La cérémonie, qui a été reportée s'est tenue à la base aérienne de Chiayi en présence du président Tsai Ing-wen et de Sandra Oudkirk, directrice de l'American Institute à Taiwan.

Le président Tsai a déclaré lors de l'événement que le projet de mise à niveau du F-16V montre l'engagement ferme du partenariat taïwanais-américain et les progrès continus de l'industrie aérospatiale locale. Cela contribuera également à renforcer davantage les capacités de défense nationale, a-t-il ajouté. 

Les premier F-16V améliorés sont entrés en service au sein de la  4th Tactical Fighter Wing, en mars dernier. La Base aérienne de Chiayi est composée des 21e, 22e et 23e groupes de chasse tactique. Le 21st Tactical Fighter Group est l'unité qui s'est entièrement convertie au F-16V, la RoCAF indiquant que le service compte déjà 64 appareils modernisés avec le nouveau standard. Au total se sont 141 F-16 qui doivent être modernisés. De plus, Taïwan a en commande 66 nouveaux avions F-16 Block 70/72 entièrement neufs.

Rappel 

L’iles de Taïwan met à niveau ses anciens F-16 à la norme F-16 « Viper » et  procède à l’acquisition de nouveaux appareils au même standard. La nouvelle de l'achèvement de la première tranche des mises à niveau du F-16V intervient deux ans et demi après la livraison du premier avion a la RoCAF par les partenaires de Lockheed Martin's Aerospace Industrial Development Corp (AIDC) en octobre 2018. Le projet a débuté en janvier 2017, les quatre premiers avions étant intronisés dans le programme de mise à niveau de l'usine AIDC de Taichung, dans le nord-ouest de Taïwan.

Cette mise à jour doit permettre une revalorisation des appareils de type F-16 A/B, afin, de combler le retard technologique vis-à-vis de l’imposant et menaçant voisin chinois. Celui-ci, a en effet sérieusement renforcé sa position avec la mise en ligne des Shenyang J-2 « Dragon Véloce » et l’arrivée des Shenyang J-11 (Sukhoi 27 chinois).

L'administration Trump a approuvé la vente du F-16V en août 2019, qui a ensuite été approuvée par le Congrès. En novembre, le Parlement de Taïwan a accepté le budget de 8,1 milliards de dollars, permettant au MND de signer l'accord.  

Les F-16 Block70/72 « Viper » taïwanais 

La modernisation des F-16 taïwanais comprend l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA, soit le Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam », une avionique modernisée, un cockpit tout écrans compatibles avec des lunettes de vision nocturne, une centrale de navigation GPS, un nouveau système de guerre électronique de type l’ALQ-176 couplé avec système de leurres ALQ-184 (V)7.  En matière de communication les appareils reçoivent de nouvelles radios numériques, ainsi qu’une liaison de donnée (Link16) améliorée « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation AN/AAQ-33 « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS), d’un nouvel ordinateur de mission et des équipements de guerre électronique améliorés comme les systèmes de gestion de guerre électronique Terma AN/ALQ-213.

Les pilotes disposent d’un viseur de casque permettant l’emploi du missile Raytheon AIM-9X « hyper véloce » en remplacement des AIM-9PM actuels.

Question motorisation, les moteurs Pratt & Whitney F100-PW-220 sont portés à la norme -229E plus puissant et permettant de réduire le temps de maintenance.
Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.

Taiwan a reçu des missiles Raytheon AGM-84L « Harpoon » Block II antinavire et du matériel connexe. Dont des unités de contrôle de guidage « Harpoon », 30 conteneurs, 30 pylônes de lancement, ainsi que des kits de configuration AGM-84G à AGM-84L. On notera que la RoCAF ne précise pas si à l'avenir des réservoirs conformes seront installés. 

e4492296-0b72-11ea-afcd-7b308be3ba45_image_hires_102451.jpg

Photos : F-16 Viper @ RoCAF

 

08/11/2021

Modernisation du F-22 « Raptor » !

1280px-Lockheed_Martin_F-22A_Raptor_JSOH.jpg

L’US Air Force a attribué à l’avionneur Lockheed Martin un contrat de 10,9 milliards de dollars pour la modernisation de la flotte d’avions de combat de type F-22 « Raptor ».  Sous la désignation d’ARES, le programme Advanced Raptor Enhancement and Sustainment, doit permettre de maintenir l’avion jusqu’en 2031.

Le programme ARES doit couvrir les  mises à niveau, des améliorations et des correctifs pour le « Raptor ». Lockheed fournira également des services logistiques et l'achat de kits de matériel de modernisation. Les travaux seront effectués à Fort Worth, au Texas. Les appareils recevront notamment le nouveau TACLink 16 et le TACMAN (TACLink) aux cours des exercices. 

Lockheed Martin va travailler en étroite collaboration avec l'US Air Force pour intégrer un processus de gestion du cycle de vie complet des systèmes afin de garantir que la flotte de « Raptor «  puisse être prête à accomplir sa mission. Un programme complet de gestion des armes appelé Sustainment Agile Sustainment for the Raptor, ou FASTeR, doit permettre de gérer la chaîne d'approvisionnement, les modifications et la maintenance lourde, l'ingénierie de soutien, la formation, le soutien direct sur le terrain et le flux continu de données techniques pour le terrain via un centre d'assistance technique 24h/24 et 7j/7.

Le domaine de travail de maintien en puissance du F-22 comprend :

Le système RAMMP, ou programme de maturation de la fiabilité et de la maintenabilité : Dans RAMMP, l’équipe de maintenance inspecte constamment les données du domaine des opérations et des solutions d'ingénierie pour augmenter la disponibilité des avions pour le combat.

Ligne de modernisation   

Le centre de logistique aérienne d'Ogden à Hill Air Force Base, dans l'Utah, abrite la ligne de modernisation actuelle du F-22, ou ligne Mod. Dans ce centre d'excellence, l'US Air Force et Lockheed Martin intègrent les dernières capacités du système pour renforcer l'avantage asymétrique du F-22 sur les adversaires actuels et potentiels.

Améliorer la fiabilité et réduire les heures de maintenance

Alors que le F-22 continue de mûrir, l’avionneur Lockheed Martin se concentre sur l'amélioration de la disponibilité des avions, la réduction des heures de maintenance et l'amélioration de la fiabilité et des diagnostics, tout en améliorant l'efficacité et en minimisant les coûts.

Environ 50 % de la maintenance effectuée sur le F-22 est liée à la réparation des revêtements furtifs Low Observable (LO) qui sont endommagés lorsque l'avion est ouvert pour la maintenance de routine.

Des améliorations sont prévues dans le cadre du Inlet Coating Repair (ICR) Speedline, le Mighty Tough Boot : l’amélioration des joints inter-panneaux de l'avion. Le  Form In Place (FIP) : FIP s'appuie sur le projet Mighty Tough Boot, en améliorant les panneaux de l'avion pour faciliter leur retrait lors de la maintenance sans endommager le revêtement furtif LO. Cela réduit le temps en éliminant le besoin de recouvrir l'avion après la maintenance.

F-22-Raptor-inlineImageC-f830a080-1573699.jpg

Les autres activités de maintien en puissance comprennent 

Entretien des moteurs : les moteurs Pratt & Whitney F119 sont conçus pour permettre l'entretien standard des lignes de vol en utilisant seulement six outils courants disponibles dans les quincailleries commerciales.

Le Système d'information de maintenance intégré IMIS : Ce système permet à notre équipe de travailler à partir d'un réseau centralisé qui consolide les données de maintenance et de réparation dans le monde entier. Les responsables de la maintenance peuvent littéralement brancher leur ordinateur portable sur le jet, enregistrer la maintenance terminée et rebrancher leur ordinateur au système pour mettre à jour instantanément la base de données mondiale. Cela garantit que des enregistrements de maintenance appropriés et complets sont conservés, quel que soit l'endroit où le F-22 est déployé dans le monde

Tenir jusqu’à l’arrivée du NGAD

Le lieutenant-général Clinton Hinote, chef d'état-major adjoint de l'Air Force pour la stratégie, l'intégration et les exigences, a déclaré que le Raptor doit être le "pont" jusqu'à ce que le programme Next Generation Air Dominance (NGAD) soit en place pour venir fonctionner en binôme avec les F-35.

Rappel :

L'Advanced Tactical Fighter est entré dans la phase de démonstration et de validation en 1986. Les prototypes d'avions (YF-22 et YF-23) ont tous deux effectué leurs premiers vols à la fin des années 1990. En fin de compte, le YF-22 a été choisi comme le meilleur des deux et l'ingénierie et l'effort de développement de la fabrication a commencé en 1991 avec des contrats de développement avec Lockheed/Boeing (cellule) et Pratt & Whitney (moteurs). L'EMD comprenait des tests approfondis de sous-systèmes et de systèmes ainsi que des essais en vol avec neuf avions à la base aérienne d'Edwards, en Californie. Le premier vol EMD a eu lieu en 1997 et à la fin de sa vie d'essai en vol, cet avion a été utilisé pour des essais de tir réel.

Le programme a reçu l'approbation d'entrer en production initiale à faible taux en 2001. L'évaluation opérationnelle et d'essai initiale par le Centre d'essais et d'évaluation opérationnels de la Force aérienne a été achevée avec succès en 2004. Sur la base de la maturité de la conception et d'autres facteurs, le programme a reçu l'approbation pour la production à plein taux en 2005. Air Education and Training Command, Air Combat Command et Pacific Air Forces sont les principales organisations de l'Air Force qui pilotent le F-22. La désignation de l'avion était le F/A-22 pendant une courte période avant d'être rebaptisé F-22A en décembre 2005.

Le F-22 a été conçu pour réduire au maximum sa signature radar qui, au final, est environ 100 fois inférieure à celle d’un F-15 « Eagle » bien que les deux avions aient à peu près la même taille. L'avion est entièrement recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar. De plus, les surfaces de contrôles sont conçues par thermoformage pour éviter d'utiliser des rivets qui créeraient des aspérités et ses antennes et détecteurs sont noyés dans le revêtement.

Pour réduire la signature infrarouge le F-22  dispose d’un système de refroidissement très sophistiqué. La chaleur est évacuée dans le carburant et part dans le sillage des réacteurs. Ce système ayant été calculé avec une tolérance réduite, quand l'avion termine sa mission, les équipements internes sont à haute température et pour diminuer la chaleur, les soutes sont ouvertes au sol. C'est l'une des raisons qui font que les frais de maintenance  du F-22 sont particulièrement élevés.

Le « Raptor » dispose de son armement dans deux soutes latérales et une soute ventrale, afin, de maintenir sa furtivité. Les soutes latérales peuvent contenir 1 missile AIM-9 « Sidewinder » chacune. La soute ventrale peut recevoir 4 à 6 missiles AIM-120 AMRAAM, dans les soutes latérales et 2 AIM-120 AMRAAM ou 8 bombes GBU39. Le F-22 dispose également de 4 pylônes sous les ailes, utilisables, lorsque la furtivité n'est pas indispensable.

Le radar principal de type AESA est couplé directement aux divers capteurs noyés dans la cellule. Les moteurs Pratt & Whiney F119 qui produisent environ 38.000 livres de poussée chacun, permettent une vitesse de croisière Mach 1,8, sans postcombustion. Avec postcombustion la vitesse maximale est d’environ Mach 2,2. L’avion peut voler à 60.000 pieds. Les tuyères des réacteurs sont dotées de la poussée vectorielle et peuvent être orientées de 40 degrés vers le haut ou le bas, soit pour améliorer la manœuvrabilité lors d'un combat aérien, soit pour réduire la distance de décollage.

Le F-22 est le premier avion militaire à disposer d'un tableau de bord entièrement composé d'écrans LCD multifonctions couleurs, en complément du système HOTAS (MMM, Mains sur Manettes et manche) et du viseur tête-haute.

Red-Flag-11-3-inlineImageC-131ff95d-1573695.jpg

Caractéristiques générales

Fonction principale : domination aérienne, combattant multirôle

Entrepreneur : Lockheed-Martin, Boeing

Motorisation : deux turboréacteurs Pratt & Whitney F119-PW-100 avec postcombustion et tuyères à vecteur de poussée bidimensionnel.

Poussée : classe 35 000 livres (chaque moteur)

Envergure : 44 pieds, 6 pouces (13,6 mètres)

Longueur : 62 pieds, 1 pouce (18,9 mètres)

Hauteur : 16 pieds, 8 pouces (5,1 mètres)

Poids : 43 340 livres (19 700 kilogrammes)

Masse maximale au décollage : 83 500 livres (38 000 kilogrammes)

Capacité de carburant : interne : 18 000 livres (8 200 kilogrammes) ; avec 2 réservoirs de carburant d'aile externes : 26 000 livres (11 900 kilogrammes)

Charge utile : identique aux chargements air-air ou air-sol d'armement ; avec ou sans deux réservoirs de carburant d'aile externes.

Vitesse : mach deux classe avec capacité de supercroisière

Portée : plus de 1 850 milles d'autonomie avec deux réservoirs de carburant d'aile externes (1 600 milles marins)

Plafond : au-dessus de 50 000 pieds (15 kilomètres)

Armement : un canon M61A2 de 20 millimètres avec 480 cartouches, soutes d'armes latérales internes, emport de deux missiles air-air infrarouges AIM-9 et soutes d'armes principales internes missiles aériens ou deux GBU-32 JDAM de 1 000 livres et deux missiles air-air guidés par radar AIM-120

Équipage : un

Coût unitaire : 143 millions de dollars, entièrement équipé

Capacité opérationnelle initiale : décembre 2005

Inventaire : 183

202107162106-main.cropped_1626444413.jpg

Photos 1 F-22 @ Rob Shenk 2 vue arrière du F-22 @ USAF 3 au sol @ USAF 4 F-22 @ Thomas Meneguin

 

 

06/11/2021

L’Espagne et la Tchéquie en discussion pour l’achat de F-35 !

IMG_7434.jpeg

La nouvelle n’est qu’une demi-surprise, l’Espagne et plus récemment la République tchèque sont entrés en discussion pour l’achat de l’avion de combat de 5ème génération, le Lockheed Martin F-35 « Lightining II ».

50 F-35 pour l’Espagne

Madrid discute l’achat de 50 F-35, soit 25 F-35A à décollage et atterrissage conventionnels (CTOL) pour remplacer les premiers Boeing EF-18 « Hornet », et 25 F-35B à décollage court et atterrissage vertical (STOVL) pour remplacer les Boeing AV-8B Harrier II/II+. Les livraisons pourraient débuter en 2027. 

Si le remplacement des Boeing AV-8B Harrier II/II+ qui équipe le navire amphibie Juan Carlos I est une chose connue depuis longtemps, par le seul avion de type STOVL, soit le F-35B, l’achat F-35A est en soi une petite surprise. L’Armée de l’air espagnole semblait jusqu’ici avoir opté uniquement en direction de l’Eurofighter T4. Mais, les avancées technologiques du F-35A sont telles, que la Force aérienne ne peut pas se permettre d’attendre 20 ans pour recevoir le SCaf, dont le pays s’est engagé aux côtés de la France et de l’Allemagne. Il est devenu primordial d’assurer le lien générationnel. Un retard de génération serait beaucoup trop difficile à combler selon un porte-parole de l’Armée de l’air espagnole.

L’Espagne pourrait se débarrasser de ses « Hornet » et de ces plus vieux Eurofighter assez vite en ne gardant que les Typhoon au standard le plus récent et opter pour des F-35A à court terme. Madrid continuera de s’engager comme prévu sur le SCaf. Une situation assez similaire à l’Italie qui est elle-même engagé sur le Tempest avec les Anglais et les Suédois, tout en étant un partenaire direct du programme F-35.

30 à 40 F-35 pour la Tchéquie

La République tchèque est quant à elle engagée dans des discussions en vue de remplacer sa petite flotte de 14 Saab J-39 Gripen C/D à l’aube de 2027. Le pays envisage d’acquérir entre 30 et 40 F-35A. Dans un premier temps, le F-16V était la cible, mais là encore, les possibilités technologiques du F-35A ont fait basculer l’objectif en direction de ce dernier.

La Grèce en discussion

Athènes a de son côté finalisé l’achat rapide de deux tranches de Rafale, et se concentre maintenant sur sa vision à long terme de sa Force aérienne. Les discussions sur l’achat d’un premier lot de 25 F-35A ont repris, une décision devrait tomber l’année prochaine.

Les commandes du F-35 :

Commandes fermes : Australie 58, Belgique 34, Corée du Sud 65, Danemark 27, USA usaf 1'763, USMC 368, USN 340, Israël 50, Italie 60, Japon 105 F35A et 42 F35B, Norvège 52, Pays-Bas 37, Pologne 32, Angleterre 114, EAU 50, Singapour 4.

Commandes potentielles ou en préparations : Angleterre 24, Japon 107, Israël 30, Italie 30, Canada 88, Espagne 50, Tchéquie 30 à 40, Singapour 12, Grèce 25,  Suisse 36, Finlande 64.

IMG_7418.jpeg

Photos : 1 F-35A @ Aeronautica Militare 2 F-35A @ USAF

19/10/2021

Des F-16 pour la Turquie ?

IOCxKb-Small-image-F-16-turc.jpg

Le contentieux entre la Turquie et les Etats-Unis sur le programme F-35 pourrait être réglé avec la livraison d’avions de combat F-16. Washington vient de proposer une compensation de l’ordre de de 1,4 milliard de dollars à la Turquie pour le programme multinational F-35.  

40 F-16 « Viper »

Washington semble ouvert à la demande d’Ankara pour la livraison de 40 Lockheed Martin F-16 Block 70/72 « Viper » ainsi que 80 kits pour moderniser des appareils aux standards plus anciens. Pour l’instant, un tel contrat n’a pas encore été notifié au Congrès, rien encore confirmé dans ce dossier.  

Ankara dans une situation complexe

Avec son exclusion du programme F-35, Ankara se retrouve dans une certaine mesure dans une situation de faiblesse, le pays pourrait en effet, très vite se retrouver avec une force aérienne affaiblie vis-à-vis de ses voisins. Ankara ne pouvant disposer du F-35, seul le développement de son propre avion de 5 ème génération, le TF-X pourrait combler ce vide et/ou l’achat d’un avion du côté de la Russie. Pour autant la Turquie rencontre de gros problèmes pour son avion de combat national, notamment en ce qui concerne la motorisation. Des discussions avec Moscou sont en cours depuis plusieurs mois, mais l’acquisition d’un avion ou de technologie pourrait pousser Ankara hors de l’Otan.  

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » : 

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

137561572.jpg

Photos : 1 F-16 turc @ Armée de l’air turque 2 F-16 Viper @ LM