21/01/2021

Premier F-16 grec modernisé ! 

FG_3871173-JDW-10091.jpg

Si Athènes prépare la modernisation de sa force aérienne avec le Rafale et le F-35, l’ossature de cette dernière va également être renforcé avec la mise à niveau des Lockheed Martin F-16 « Fighting Falcon ».

 

Lancée au printemps 2018, le projet prévoit la mise à jour de 125 F-16 sur un total de 155 au standard Block 70/72 « Viper ». Le contrat est estimé à plus de 2,4 milliards de dollars. Le premier appareil modernisé vient d’effectuer son vol inaugural chez Lockheed Martin à Fort Worth au Texas. Un second apapreil devrait le rejoindre prochainement. Ce premier vol a eu lieu survenue 25 mois après que le département américain de la Défense (DoD) a accordé à Lockheed Martin le contrat de ventes militaires étrangères pour effectuer les travaux de mise à niveau. Les autres appareils seront modernisés en Grèce chez Hellenic Aerospace Industry (HAI). Les travaux devraient être terminés le 30 juin 2027. 

Le F-16 « Viper » Block70/72 » :

La modernisation au standard « Viper » Block70/72 comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Pour Lockheed Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V reçoit un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS).

143_0756w6+.jpg

Photos : 1 le premier F-16 grec modernisé @ LM 2 F-16 Solo display @ HAF

20/01/2021

Essai d’un COVID Travel Pass pour les passagers !

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

L'Association du transport aérien international et Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, ont annoncé en début de semaine la mise en place d’un partenariat pour le lancement du « Pass de voyage IATA » pour les clients d'Etihad Airways. Le IATA Travel Pass est une application mobile pour aider les passagers à gérer facilement et en toute sécurité leur voyage conformément aux exigences gouvernementales en matière de tests ou de vaccins COVID-19.

L’IATA Travel Pass sera initialement offert aux clients d'Etihad sur certains vols au départ d'Abu Dhabi au premier trimestre de 2021. En cas de succès, le pass sera étendu à d'autres destinations du réseau Etihad.

Un passeport numérique :

L'IATA Travel Pass permettra aux clients d'Etihad de créer un « passeport numérique »' pour recevoir les résultats des tests COVID et vérifier qu'ils sont éligibles pour entreprendre leur voyage. Surtout, IATA Travel Pass permettra aux passagers de garder le contrôle de leurs données et facilitera le partage de leur test avec les compagnies aériennes et les autorités pour les voyages. Cela permettra également aux passagers de gérer facilement les documents de voyage tout au long de leur périple.

Permettre un retour du transport aérien et du tourisme :

« Les tests et les vaccinations COVID-19 seront essentiels pour relancer le monde. Depuis le 1er août 2020, les transporteurs demandent maintenant un résultat de test PCR négatif avant le départ pour tous les passagers. Cette mesure va se généraliser au monde entier. Pour Etihad, ce test est un moyen pour permettre aux clients de disposer d'un moyen simple, sécurisé et efficace d'identifier et de vérifier leurs informations.

Etihad explore activement le déploiement de la certification de la santé numérique pour ses clients, et ce dernier partenariat avec l'IATA, aux côtés de programmes similaires en cours de développement, montre que la technologie progresse rapidement pour en faire une réalité. Pour normaliser la manière dont le bien-être des passagers peut être assuré pendant la pandémie COVID-19, au niveau de l'industrie, Etihad fait activement campagne pour la collaboration et une réponse réglementaire unifiée pour restaurer la confiance dans le vol.

L’IATA Travel Pass :

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

IATA Travel Pass a été développé sous forme de quatre modules indépendants qui peuvent interagir les uns avec les autres. Ces modules couvrent les registres des exigences réglementaires d'entrée et des laboratoires / centres de test, la délivrance de certificats vérifiés, l'identité numérique et la possibilité pour les passagers de partager les résultats de leurs tests tout au long de leur voyage via leur appareil mobile. Ces modules peuvent fonctionner ensemble comme une solution complète de bout en bout. Ou ils peuvent être utilisés séparément pour compléter les systèmes que d'autres construisent. L'IATA a développé ces modules pour garantir leur interopérabilité avec d'autres solutions industrielles.

Pour rouvrir les frontières sans quarantaine et redémarrer l'aviation, les gouvernements doivent être convaincus qu'ils atténuent efficacement le risque d'importation de COVID-19. Cela signifie avoir des informations précises sur l'état de santé COVID-19 des passagers.

Informer les passagers des tests, vaccins et autres mesures dont ils ont besoin avant le voyage, des détails sur les endroits où ils peuvent se faire tester et leur donner la possibilité de partager leurs tests et résultats de vaccination de manière vérifiable, sûre et respectueuse de la vie privée est la clé pour donner les gouvernements la confiance d'ouvrir les frontières.

Défis actuels pour une information sanitaire précise :

L'ensemble fragmenté et diversifié d'exigences de test COVID-19 pour l'entrée et la sortie ainsi que la gamme de différents types de tests (PCR, LAMP, antigène et spectroscopique) requis par les gouvernements ont créé un environnement difficile et complexe pour les autorités d'immigration, les passagers et compagnies aériennes pour naviguer.

Les passagers sont confus et ont besoin d'informations précises. Mais ils ne savent pas où le trouver - ni le comprendre, même s'ils le trouvent.

Inefficacités, erreurs, fraudes:

Les agents d'enregistrement doivent suivre des directives détaillées sur les exigences d'entrée et essayer de déterminer l'authenticité de plusieurs documents de test non standard que les passagers leur présentent. Cela conduit à des inefficacités, des erreurs et des fraudes dans les bilans de santé - un problème croissant dans le monde.

L'infrastructure de flux d'informations nécessaire aux tests systématiques doit prendre en charge:

Les gouvernements ayant les moyens de vérifier l'authenticité des tests et l'identité de ceux qui présentent les certificats de test.

Les compagnies aériennes ont la capacité de fournir des informations précises à leurs passagers sur les exigences de test et de vérifier qu'un passager satisfait aux exigences de voyage.

Des laboratoires ayant les moyens de délivrer des certificats aux passagers qui seront reconnus par les gouvernements, et

Les voyageurs disposant d'informations précises sur les exigences en matière de tests, où ils peuvent se faire tester ou vacciner, et les moyens de transmettre en toute sécurité les informations sur les tests aux compagnies aériennes et aux autorités frontalières

Solution:

Une solution globale et standardisée pour valider et authentifier toutes les réglementations nationales concernant les exigences de voyage des passagers COVID-19. L IATA Travel Pass comprendra quatre modules open source et interopérables qui peuvent être combinés pour une solution de bout en bout:

Permet aux passagers de trouver des informations précises sur les voyages, les tests et les vaccins requis pour leur voyage

Permet aux passagers de trouver des centres de test et des laboratoires à leur lieu de départ qui répondent aux normes de test / vaccination de leur destination

Permet aux laboratoires et centres de test autorisés d'envoyer en toute sécurité les résultats des tests ou les certificats de vaccination aux passagers

Permet aux passagers de créer un « passeport numérique », de vérifier que leur test / vaccination est conforme à la réglementation et de partager les certificats de test ou de vaccination avec les autorités pour faciliter les voyages.

Peut être utilisé par les voyageurs pour gérer les documents de voyage de manière numérique et transparente tout au long de l'expérience de voyage.

La principale priorité est de faire voyager à nouveau les personnes en toute sécurité. Dans l'immédiat, cela signifie établir la confiance dans les gouvernements que les tests systématiques du COVID-19 avant le départ peuvent remplacer les exigences de quarantaine. Et cela finira par devenir un programme de vaccination. (Sources IATA/Etihad)

Commentaire :

Cette initiative est un élément de simplification des informations et de transparence en vue d’un retour progressif à la normale du transport aérien, mais également du tourisme en général. Une telle application pourrait également être mise en place pour les voyages internationaux en trains comme pour les croisières et peut-être même lors de passages frontières en voiture. Bien évidemment, si les tests au COVID sont obligatoires, la vaccination risque fort de devoir se généraliser. La Grèce par exemple a lancé une initiative dans ce sens au sein de L’UE. Des pays comme les l’île Maurice ou le Nouvelle Zélande s’emblent également aller dans ce sens.

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

Photos : 1 B787 Etihad Airways @ Etihad 2 Passagers @ IATA

L’Europe autorise également le retour en vol du B737 MAX !

csm_Tui_K66725-02_1ceae9f902.jpg

Les unes après les autres, les autorités de régulations donnent leur feu vert à un retour en vol du B737 MAX. En Europe l’AESA va valider la re-certification de l’avion pour la semaine prochaine. Par contre, tout comme Transport Canada, l’agence européenne soumettra l’avion à un examen plus approfondi. 

Une meilleure indépendance : 

Pour Patrick Ky, directeur exécutif de l’EASA, « la relation entre le régulateur européen et son homologue américain, la Federal Aviation Administration, avait changé pour de bon après les révélations d'une surveillance laxiste dans le développement du dernier avion monocouloir de Boeing ». Le dramatique double accidents des B737 MAX aura au moins permis de relancer des processus plus indépendants en matière de certification d’avion. Une situation qui n’aurait jamais du se produire.

De fait, l’EASA évalue désormais indépendamment les éléments critiques pour la sécurité des aéronefs et des composants américains. Ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser de faire. 

Une idée qui a mal tourné : 

Rappelons ici qu’initialement, les régulateurs sont indépendants en matière d’examens en vue des certifications d’avions. Mais, il y a quelques années et suite à des protocoles similaires, un système mondialement reconnu de certification des aéronefs a été mis en place. Cette manière de faire a permis aux constructeurs d'auto-certifier certains éléments de leurs programmes sous l'œil des régulateurs de sécurité locaux, offrant un gain de temps considérable en lieu et place d’une multiplication des essais. Tout cela devait se faire dans un esprit de confiance et de sérieux. 

Fortes critiques : 

La FAA a essuyé de vives critiquent au pays et à l'étranger pour sa faible surveillance de Boeing lors du développement du B737 Max, qui a été immobilisé pendant près de deux ans après deux accidents dans lesquels 346 personnes sont mortes. Mais les autres régulateurs, dont l’EASA ont dû également se remettre en question.  

Du changement dans l’air : 

Ces changements, de la part, des régulateurs vont avoir une implication pour les avionneurs. En effet, il sera plus compliqué de faire certifier un nouvel avion ou certaines améliorations destinées à des avions anciens. Pour autant, les régulateurs vont continuer de travailler en commun, car il est impossible de travailler de manière complétement isolée. Celà veut dire qu'à l'avenir des comparaisons de données seront exécutées, mais plus d'acceptation sans contrôles respectifs.

Ce qui change en Europe pour le « MAX » :

Dans un premier temps, l'AESA permettra à l'équipage d'éteindre le vibreur de manche (tout comme Transport Canada) et de l'empêcher de vibrer, si le système de vol embarqué l'a activé par erreur. Ceci afin d’éviter une déconcentration des pilotes. De plus, des capuchons colorés seront montés sur les disjoncteurs du vibreur pour les rendre plus facilement reconnaissables.

Dans ce qui devrait être une restriction temporaire, l'AESA exigera que le pilote automatique de l'avion ne soit pas utilisé pour certains types d'atterrissages de haute précision connus sous le nom d'approche RNP-AR (Required Navigation Performance Authorization Required). La formation obligatoire des pilotes est, en substance, la même pour les deux autorités. L'AESA note que cela peut prendre un certain temps en raison de la disponibilité limitée des simulateurs, mais que les travaux pourraient commencer tout de suite, sans attendre l'annonce finale de la re-certification. Il y a aussi une différence dans la portée des mandats des deux autorités. La FAA ne traite que d'un seul espace aérien souverain, son homologue européen en plusieurs. L'AESA note également que certains de ses États membres ont émis leurs propres restrictions en complément, pour que le MAX puisse opérer dans leur espace aérien et que celles-ci devront être levées pour que l'avion puisse voler librement à travers le continent.

b737 max,easa,retour en vol en europe,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Photos : 1 B737 MAX TUI Europe@ TUI 2 B737MAX d'enter air, pologne @ Boeing

 

19/01/2021

La Slovénie opte pour le C-27J « Spartan » !

leleonardo,c-27j spartan,slovénie,transport tactique,les nouvelles de l'aviation

La Slovénie opte pour l'avion de transport tactique Leonardo C-27J « Spartan » NG, le gouvernement désire renforcer, ainsi la capacité de transport aérien au niveau national. Les négociations portent sur l’achat d’un exemplaire de l’avion.

Le choix :

Pour cette décision, le gouvernement a évalué plusieurs options avec notamment des appareils d’occasions. L’étude a pris en compte les aéronefs suivants : le C295 d’Airbus, let C-27J « Spartan » de Leonardo) et des avions plus lourds tels que les C-130J-302 Super Hercules » de Lockheed Martin, le C-390 Millennium d'Embraer et l’A400M d'Airbus

Les besoins de transport moyen et lourd de la Slovénie étant déjà suffisamment satisfaits dans le cadre des programmes de capacité de transport aérien stratégique (SAC) et de la solution de transport aérien stratégique (SALIS) soutenus par l'OTAN, la décision a été prise d'acquérir un avion léger.de transport tactique, ce qui a conduit à la décision de choisir le C-27J. Au final une « Short List » comprenant deux appareils a été pris en compte pour l’évaluation finale, soit le C-27J « Spartan » et un second type , non précisé,  ont été inclus dans l'évaluation finale, mais après avoir examiné les exigences techniques militaires, le C-27J « Spartan » s'est avéré être le meilleur », a déclaré le gouvernement. L'achat du C-27J « Spartan » permettra également d'atteindre partiellement les objectifs de performance de l'OTAN. Deux de ces appareils seraient nécessaires pour atteindre pleinement les objectifs de performance.

L’appareil sera affecté à la 15e escadre d'aviation (15e Polk Vojaskega Letalstva: 15e PVL), composante des forces armées slovènes conjointes (SAF) d'ici 2025.

Leonardo C-27J « Spartan » NG :

leleonardo,c-27j spartan,slovénie,transport tactique,les nouvelles de l'aviation

Le C-27J « Spartan » Next Generation (NG) est un aéronef à voilure fixe de transport tactique léger polyvalent pour diverses missions. Particulièrement maniable et polyvalent, le robuste C-27J offre un rapport poids puissance le plus élevé de sa catégorie avec la capacité d'effectuer des manœuvres sous un facteur de charge de l’ordre de 3G, permettant des virages serrés et une montée rapide, ainsi que la descente.

Il offre la capacité unique de faire varier la hauteur plancher, afin d’ajuster en permanence celui-ci pour faciliter le chargement et le déchargement de grands volumes, ainsi que les charges utiles à haute densité sans équipement de soutien au sol et en facilitant le « drive-in/out » de véhicules, afin qu'ils puissent être utilisés immédiatement.

Le C-27J offre un niveau élevé de sécurité et un taux imbattable de disponibilité particulièrement haut.  Le C-27J décolle sur environ 1’900 pieds sur une surface non goudronnée. Dans un environnement tactique, l'avion est capable de monter à 10’000 pieds en 3 minutes, en descendant à partir de 10’000 pieds en moins de 2,5 minutes. Avec une masse à l'atterrissage maximale, le C-27J à une course au sol de moins de 1115 pi.

La nouvelle avionique du C-27J est conçue pour être conforme aux exigences en matière de contrôle de la circulation aérienne de nouvelle génération, telles que SESAR et NextGen et offre une fonctionnalité TCAS 7.1 (système de prévention des collisions de trafic). Elle comporte de nombreuses mises à niveau majeures, telles qu'un nouveau système FMS (système de gestion de vol) doté de fonctionnalités d'approche RNP (performances de navigation requises) et LPV (performances de localisateur avec guidage vertical). Le mode 5 de l'IFF (ami d'identification ou ennemi) a été mis à jour à la dernière norme. De nouveaux écrans de poste de pilotage, un nouveau radar météorologique, une nouvelle navigation par radio, des capacités de communication par satellite et de communication par radio améliorées, un nouveau système d'intercommunication, de nouveaux panneaux de poste de pilotage et de chargement ainsi qu'un système d'éclairage à technologie LED ont également été inclus. De plus, les anciens boîtiers d’interface avionique et systèmes généraux ont été remplacés par de nouveaux équipements fabriqués par la division Systèmes aéroportés et spatiaux de Leonardo.

leleonardo,c-27j spartan,slovénie,transport tactique,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 & 3 C-27J Spartan 2 Cockpit @ Leonardo

Transport Canada autorise les vols avec le B737 MAX !

1597561255.jpeg

Le régulateur canadien, Transport Canada autorise à nouveau les vols commerciaux avec le Boeing B737MAX à partir de mercredi prochain. Transports Canada a annoncé ce lundi, qu'il a terminé son examen de près de deux ans de l'aéronef et a émis une « consigne de navigabilité » détaillant une série de changements qui doivent être apportés avant que le « MAX » puisse retourner dans l'espace aérien canadien.

Le ministère a déclaré qu'il achèverait la dernière étape du processus de libération de l'avion mercredi en levant un avis aux aviateurs (NOTAM) interdisant les vols commerciaux du B737 MAX au Canada. Jeudi, le transporteur « Low Cost » WestJet devrait devenir la première compagnie aérienne canadienne à voler à nouveau sur le MAX, avec un vol entre Calgary et Toronto. WestJet prévoit offrir trois vols aller-retour par semaine sur cette route au cours du prochain mois, tout en envisageant d'ajouter d'autres routes.  

De son côté, Air Canada, qui a plus de pilotes et d'aéronefs à préparer, prévoit remettre sa flotte sa flotte de B737 MAX en service au 1er février prochain. La petite compagnie Sunwing n'a pas annoncé quand elle prévoit remettre ses « MAX » en service commercial.  

Les directives de Transport Canada :

Les autorités canadiennes ont détaillé les modifications requises pour que les exploitants remettent en service des Boeing leurs B737 MAX : Boeing se doit de corriger le logiciel défectueux du système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre, ainsi que des ajustements à certains câbles et l'inclusion d’une alertes d'angle d'attaque « en désaccord ». Ces alertes de « désaccord »ne figureront pas sur le système d'affichage tête haute jusqu'à ce qu'une révision du logiciel soit introduite plus tard cette année et Transports Canada ajoute une procédure opérationnelle au manuel de vol du « MAX » pour aviser les équipages lors d'événements de vitesse non fiable. Sa directive exige que les pilotes soient en mesure de désactiver le vibreur de manche gênant et la mise en place de capuchons de disjoncteurs colorés pour aider à identifier ceux qui sont pertinents. Transport Canada précise également avoir consacré plus de 15’000 heures à l’examen du Boeing B737 MAX, en ayant travaillé en étroite collaboration avec différentes agences mondiales telles que l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) ainsi que les acteurs canadiens du secteur.

p_11724.jpg

 Photos : 1 WestJet reprendra ses vols cette semaine @ WestJet  2 Air Canada attendra février @ Mark Harkin