28/10/2020

Un remplaçant pour les P-3 Orion pakistanais !

Cover-2.jpg

La marine pakistanaise a trouvé l’avion qui remplacera ses avions de patrouille maritime Lockheed P-3 « Orion ». Le choix s’est porté sur l’Embraer Lineage 1000 E. Au total ce sont 9 appareils qui sont concernés par une future commande.  Un premier appareil a été commandé, il servira de banc d’essais.

Le défi de la conversion : 

Tout comme le P-8A « Poseidon » issus du B737 ou le GlobalEye du Global 6000, la principale difficulté de ce programme concerne la conversion d’une cellule d’avion civile en version militarisée. L’ajout d’une baie pour emporter de l’armement sous le ventre ou le renforcement des ailes, pose des problèmes importants de structure. Selon certaines sources le partenaire de conversion devrait être Rheinmetall All Service MRO RAS qui s’occupe actuellement de l’équipement des ATR 72 MPA « Sea Eagle » pour la marine pakistanaise.

Embraer « Sea Sultan » :

Le futur Embraer Lineage 1000 E en mode ASW (guerre-anti-sous-marine) sera baptisé « Sea Sultan » pour la marine pakistanaise. Le futur « Sea Sultant » MPA pakistanais devra répondre aux missions suivantes : Guerre anti-sous-marine (ASW), ASuW, ELINT, ESM, C2 et SAR. Le nouvel avion devrait donc disposer d’une portée bien longue que les ATR 72 MPA et de matériel de détection à plus longue portée.

La suite de patrouille maritime de l’avion devrait être intégrée par Aerodata, basée à Braunschweig, centrée sur le système de gestion de mission AeroMission de l’entreprise.

La suite d'équipements pourrait comprendre un radar de recherche à balayage électronique AESA Leonardo Seaspray,des mesures de support électronique, des communications par satellite et un système de lancement / récepteur de bouées acoustiques. La variété de capteurs embarqués à la pointe de la technologie devra permettre aux opérateurs et aux décideurs de détecter et d'identifier des cibles sensibles au-dessus ou en dessous de la surface de l'océan, tout en transmettant en temps réel toutes les informations capturées à bord au centre de 

Embraer Lineage 1000 :

Le Lineage 1000 est une variante de l’Embraer 190. Ce jet privé a été lancé le 2 mai 2006. Fabriqué par l’avionneur brésilien Embraer. Avion d’affaires « ultra large » pouvant accueillir jusqu'à 19 passagers. Le Lineage 1000 dispose de 2 réservoirs sur le pont inférieur de l'appareil, doublant quasiment son rayon d'action. L'intérieur est divisé en 5 sections, incluant une chambre (optionnel) et une salle de bain. Un autre point remarquable du Lineage 1000 est le diamètre de son fuselage qui est beaucoup plus important que celui de n'importe quel autre avion d'affaires. Le Lineage 1000 est seulement devancé au niveau de la taille par des avions comme les Airbus A318, 319 et le B737. Le premier vol du Lineage 1000 a eu lieu en 2007.

Photo : Lineage 1000 E @ Embraer

 

 

27/10/2020

L’Armée de l’air équatorienne reçoit ses premiers H145M !

unnamed-2.jpg

Airbus Helicopters a livré deux H145M à l'armée de l'air équatorienne, le premier client militaire en Amérique du Sud pour cet hélicoptère bimoteur polyvalent. Au total, six H145M seront livrés au cours de l'année prochaine. Les hélicoptères H145M connus sous le nom de «Cobra» dans l'armée de l'air équatorienne, seront affectés à la 22e Escadre de combat à Guayaquil. Le contrat comprend la formation de 12 pilotes et 15 techniciens, dans le cadre d'un programme de formation opérationnelle dans le pays.

Les six hélicoptères H145M contribueront à des missions liées à la sécurité nationale, telles que la surveillance des frontières et la lutte contre le trafic de drogue, ainsi qu'à la réalisation d'opérations de sauvetage à haute altitude, d'évacuation sanitaire (MedEvac) et d'assistance en cas de catastrophes naturelles, à la fois de jour comme de nuit. Ce large éventail de capacités de mission est dû à la variété d'équipements inclus tels que le crochet de chargement, la grue de sauvetage, les civières, le projecteur, la caméra électro-optique pour la reconnaissance, etc.

En Équateur, une quarantaine d'hélicoptères Airbus sont actuellement en service avec des clients civils et militaires.

Le H145M : 

Le H145M est conçu à partir de la version civile et parapublique modernisée du H145 (anciennement dénommé EC145 T2 sous Eurocopter). Avec une masse maximum au décollage en augmentation (3 700 kilos), il peut être équipé d'équipements de mission, notamment d'un canon latéral monté sur pivot, il peut transporter des armes sur des mâts multifonctions, des capteurs électro-optiques/infrarouges avec moyen de repérage d'objectifs, ainsi que des solutions d'avionique militaire pour les communications, la navigation et la gestion de vol.

Équipé d'un dispositif de descente sur corde pour les opérations spéciales, le H145M bénéficie d'une capacité de survie améliorée par la protection balistique de l'équipage, des réservoirs de carburant auto-obturant et un système de guerre électronique d'autoprotection contre les menaces de missiles.

Bénéficiant de la robustesse, des faibles coûts d'exploitation et de la disponibilité élevée des hélicoptères éprouvés de la famille EC145/H145 d'Airbus Helicopters, le nouveau H145M est doté de moteurs Turbomeca Arriel-2E, un système numérique de régulation des moteurs à pleine autorité (FADEC) sur deux canaux, un rotor de queue caréné Fenestron®, ainsi que des boîtes de transmission modernisées pour les rotors principal et de queue. La masse maximum au décollage de cet hélicoptère modernisé est augmentée de 50 kg, tandis que ses performances en vol stationnaire même avec une seule turbine opérationnelle, sont cruciales pour la sécurité en vol et le succès des missions, en particulier dans le cadre d'opérations spéciales ou de recherche et de sauvetage au combat.

Photo : H145M aux couleurs de l’armée équatorienne @ Airbus Helicopter

Le transport aérien chinois en forte hausse !

2.jpg

La Chine ne connait pas de seconde vague du COVID-19 et cela se traduit par un retour sans précèdent du trafic aérien intérieur. La demande passagers et même en passe de battre des records !

L'Administration de l'aviation civile de Chine (CAAC) annonce une forte hausse de la demande locale après que le trafic intérieur est passé à 47,75 millions en septembre, soit 98% du volume de passagers par rapport au même mois de l'année précédente. Cela se traduit par un total de 37’1000 vols passagers intérieurs le mois dernier, en hausse de 3,5% par rapport à la même période en 2019. 

En plus de la reprise, les régulateurs chinois s'attendent à une poursuite de la solide performance du marché intérieur en octobre, en grande partie grâce aux vacances de la Golden Week en Chine. Selon la CAAC, les compagnies aériennes chinoises ont transporté un total de 13,26 millions de passagers du 1er au 8 octobre, avec un trafic de passagers quotidien moyen et un volume de vols quotidien moyen de 91,07% et 89,7% de la même période l'année dernière.

49324726-38403165.jpg

Les effets du trafic international :

Si, le transport aérien intérieur a reprit de la vigueur, la faiblesse de la demande internationale péjore les compagnies aériennes chinoises. Cette situation a également un effet sur le prix du billet des vols internes qui restent très bas. Les aéroports du continent continuent eux aussi de souffrir de prix bas des billets intérieurs, de vols internationaux limités et d'une reprise plus lente que prévu de l'économie dans son ensemble. Shandong Airlines s'attend à enregistrer une perte allant jusqu'à 56 millions de dollars au troisième trimestre de 2020, contre un bénéfice de 108 millions de dollars à la même période l'an dernier. Pour les neuf premiers mois de cette année, le transporteur a déclaré s'attendre à une perte comprise entre 225 millions de dollars et 275 millions de dollars.

L'aéroport international de Shenzhen Bao'an a annoncé qu'il prévoyait d'afficher une perte allant jusqu'à 9,6 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2020, contre un bénéfice de 71,6 millions de dollars à la même période l'an dernier. Pendant ce temps, China Eastern Airlines, basée à Shanghai, a annoncé plus tôt cette semaine qu'elle recevrait une injection de fonds de 4,6 milliards de dollars de la part de quatre investisseurs publics différents dans le cadre d'un plan de diversification des actions.

Le développement continue :

L'Administration de l'aviation civile de Chine confirme par ailleurs que les infrastructures de l'aviation civile continuent de progresser. Le pays prévoit également d'ajouter 43 aéroports nouvellement construits ou déplacés avant 2021, portant le nombre d'aéroports de l'aviation civile et de l'aviation générale à 241 et 313.

Photo : A320 China Spring Airlines @ Li Tran

 

26/10/2020

L’Italie réceptionne son dernier Eurofighter !

DSC_9171-a.jpg

L’Aeronautica militare a réceptionné son dernier exemplaire d’Eurofighter en commande. L’avion a décollé de l'usine de Caselle (TO) de Leonardo. Ce vendredi, lors d’une cérémonie l’avion a été reçu par le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Alberto Rosso et le PDG de Leonardo, Alessandro Profumo. La livraison de l’Eurofighter IS082 à l’armée de l’air italienne marque une étape importante dans le programme d’avions multi-rôles européen, considéré comme le plus grand partenariat industriel international de l’histoire du continent.

"La livraison de ce dernier avion, qui complète la flotte d'Eurofighter qui constituent l'instrument principal du système de défense aérienne articulé et complexe national et de l’OTAN, représente une étape importante pour le programme". Ce sont les propos du chef d'état-major de l'armée de l'air, le général de l'escouade aérienne Alberto Rosso, en marge de la cérémonie de remise de l'avion, destiné à la 51e Escadre d'Istrana.

L'Eurofighter est né comme une plateforme ouverte, avec un programme de mise à jour et d'amélioration technologique bien défini, qui garantit sa compétitivité tout au long de son cycle de vie. Des technologies en constante évolution, tant à bord de l'avion que dans le cadre du soutien logistique, augmentent son efficacité opérationnelle, ses capacités de survie et son économie de gestion.

Le programme Eurofighter constitue la plaque tournante de la technologie aérospatiale et de défense européenne et, en tant que tel, fournit aux industries concernées un leadership technologique qui garantira la compétitivité de nombreux futurs programmes de prochaine génération.

Leonardo, un partenaire important :

Leonardo avec ses activités, réalise environ 36% de la valeur de l'ensemble du programme, avec un rôle clé dans la composante aéronautique et dans celle de l'électronique embarquée, qui voit l'entreprise responsable de deux capteurs primaires (radar CAPTOR-E MK0 et IRST) et des éléments fondamentaux de l'avionique. Leonardo est également le protagoniste de l'évolution de l'Eurofighter, grâce au nouveau radar à balayage électronique AESA (Active Electronically Scanned Array) qui augmente les performances et la compétitivité de l'avion en vue de garantir un marché international significatif pour la prochaine décennie.

Les Eurofighter destinés à l'armée de l'air du Koweït sont actuellement en production à l'usine de Caselle, soit les premiers à être livrés dans une configuration très avancée. Le programme Eurofighter est géré par le consortium Eurofighter GmbH, une société basée à Munich (Allemagne) détenue par Leonardo, BAE Systems et Airbus Defence & Space pour l'Allemagne et l'Espagne. Du côté gouvernemental, il est géré par l'Agence de gestion de l’OTAN des Eurofighter & Tornado (NETMA), mise en place pour répondre aux besoins d'achat des forces aériennes des quatre pays participants : l'Italie, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Espagne.

Quelques chiffres :

Outre les quatre pays partenaires, qui ont déjà commandé 472 Typhoon, les clients internationaux comprennent désormais l'Arabie saoudite (72 appareils), l'Autriche (15), Oman (12), le Koweït (28) et le Qatar (24), pour un total de 623 avions commandés. En termes d'emplois, le programme Eurofighter concerne plus de 100’000 personnes en Europe, dont plus de 20’000 en Italie (entre emploi direct, indirect et induit), avec une répartition sur le territoire que l'on peut estimer à 50% au Nord et 50% au Centre / Sud. Plus de 400 fournisseurs travaillent dans la production du « Typhoon », dont 200 en Italie.

Et l’avenir ? 

foto2_eurofighter.jpg

Les sites de Turin et Caselle restent le centre de développement et de production du programme Eurofighter en ce qui concerne la part italienne des travaux. La production des composants tels que l’aile gauche et fuselage arrière intervienne au terme d'un processus impliquant une chaîne de sous-traitance étendue, qui englobe l'Italie avec une contribution importante des sites de la Division Aérostructures et de dizaines de petites et moyennes entreprises. La continuité de production garantie par plusieurs commandes à l'export ces dernières années permet de disposer des compétences hautement qualifiées nécessaires pour sécuriser l'intégration finale et l'exploitation et le développement futur de l'Eurofighter.

L’Italie est maintenant pleinement engagée dans l'assemblage de l'avion pour l'armée de l'air du Koweït.  Plusieurs appareils sur la ligne d'assemblage final à divers stades de réalisation. Le premier biplace est déjà en Flight-line et subit actuellement des tests électromagnétiques en vue de certifier la nouvelle variante. La version de l’Eurofighter pour l’armée de l’air koweïtienne est la version la plus avancée à ce jour. Il présente en particulier une nouvelle configuration avionique du radar matriciel à balayage électronique Captor-E, entièrement développé et produit par le consortium Euroradar, dirigé par Leonardo et impliquant la division électronique de Leonardo. 

L’Italie travaille sur le programme LTE (Long Term Evolution) de l'Eurofighter, en cours de définition. Ce programme vise le développement sur une portée de 15 à 20 ans et doit assurer une croissance en termes de capacité supplémentaire et le développement et la mise en œuvre de nouvelles technologies à utiliser sur les prochaines versions de l’Eurofighter et les mises à jour des modèles en service.  

GOPR0070.jpg

Photos : 1 Le dernier Eurofighter italien ISO82 2 Chaîne d’assemblage en Italie 3 Eurofighter italiens en vole@ Leonardo

 

 

 

 

American Airlines prépare le retour en vol du B737 MAX !

02152019_American_Airlines_B738M_N314RH_KMIA_NASEDIT_32204796837_1170.jpg

La compagnie américaine American Airlines s’active en vue d’un retour en vol du B737 MAX. Cette dernière prépare des visites pour le public dans le but de rétablir la confiance. De l’autre, le personnel navigant s’entraîne sur les simulateurs de l’avion.

Avec l’arrivée des modifications au logiciel des avions, le processus approfondi mis en place par la FAA, la compagnie American Airlines anticipe la remise en service de l’avion, bien qu’un calendrier de remise en ligne n’est pas encore disponible. Cette action doit, selon le transporteur permettre de redonner confiance dans l’avion. Mais il faut du temps, en conséquence il n’est pas trop tôt pour préparer le terrain.

« Nous voyons cette ligne d'arrivée nous approcher et je pense que c'est une vraie ligne d'arrivée », a déclaré David Seymour, directeur de l'exploitation d'American Airlines.

La compagnie aérienne basée à Fort Worth prévoit de commencer des vols avec des employés après les Fêtes de Thanksgiving, estimant que la FAA lèvera l'interdiction de vol à la mi-novembre. Un porte-parole d’American Airlines a déclaré que les plans de la société étaient provisoires, sur la base de la décision de la FAA.

La semaine dernière, American Airlines a déclaré qu'elle prévoyait de planifier les premiers vols du B737 MAX depuis l'échouement de l'avion pour certains vols entre l'aéroport LaGuardia de New York et son hub de Miami du 29 décembre au 4 janvier.

American Airlines envisage d'offrir à certains clients venir voir l’avion dans les aéroports (Dallas / Fort Worth, LaGuardia et Miami) avec la participation de pilotes et de mécaniciens. Les pilotes peuvent également répondre aux questions des clients par le biais d'appels et de messages vidéo, a déclaré la société.

Dans un premier temps, les clients ayant réservé un vol sur le B737 Max recevront des notifications et pourront passer à un autre vol, s’ils ne se sentent pas à l'aise a déclaré la compagnie.

Et les autres transporteurs ?

Pour l’instant les autres transporteurs semblent être dans l’attente de nouvelles informations de la part de la FAA. Pour autant, de bonnes nouvelles pourraient accélérer la reprise des préparations de vol du B737 MAX.

Le directeur commercial de United Airlines, Andrew Nocella, a déclaré plus tôt ce mois-ci dans un appel aux résultats que la compagnie aérienne remettrait le B737MAX à son calendrier "probablement l'année prochaine sur la base du calendrier que nous avons entendu de la FAA et de Boeing."

La semaine dernière, le PDG de Southwest Airlines, Gary Kelly, a déclaré à CNBC que la compagnie aérienne n’avait pas programmé de nouveaux vols avec le MAX, car elle n’était toujours pas autorisée à voler. Kelly a toutefois estimé qu'il pourrait revenir au deuxième trimestre de 2021. 

American-Airlines-Boeing-737-Max.jpg

Photos : 1 B737 MAX American Airlines avant l’arrêt des vols 2 La flotte à l’arrêt @ AA