29/03/2017

Modernisation des MiG-29 du Myanmar !

342.jpg

L'armée de l'air du Myanmar (ex-birmanie) a commencé à recevoir une dizaine de MiG-29 modernisés. Les appareils sont mis à jour par RAC-MiG près de Moscou. Au total se sont 15 appareils qui sont concernés par cette modernisation.

Selon l’avionneur russe RAC-MiG, la solution de mise à niveau destinée au Myanmar est appelée MiG-29SM. Elle est considérée comme une version « light » du MiG-29SMT. Il apparaît que l’avion garde le radar original N-019E, mais doté de nouveaux logiciels et d’un canal radar indépendant avec un ordinateur MVK-04, d’une mise à niveau du système électronique de contrôle et de navigation grâce à l'intégration d'un nouveau système d'affichage de données avec un écran couleur multifonction MFD-54 et l'installation d'un système de contrôle de gestion d'armes supplémentaire. L'équipement de navigation de vol et de radiocommunication est ajouté avec l'ordinateur multifonctionnel, le récepteur GPS et la station de radio supplémentaire. Il est prévu pour l'utilisation d'un nouveau système électronique de contre-mesures. Les armes de classe «AA» est complétée par des missiles de portée moyenne R-27ER1, R-27ET1 (T1) avec des têtes de guidage guidées par radar et IR et des missiles RVV-AE avec des têtes de guidage radar actives.

 

9876.jpg

Photos : 1 MiG-29 du Myanmar 2 La force aérienne du Myanmar compte plusieurs femmes pilotes notamment sur le MiG-29 @ Armée de l’air du Myanmar

L’Embraer E195-E2 a effectué son premier vol !

e195e2_rollout_med.jpg

Sao José dos Campo, l’avionneur brésilien Embraer a réussi le premier vol de son de la version E195-E2 de son nouveau jet régional et ceci avec trois mois d’avance sur le calendrier prévu. Ce premier vol a eu lieu seulement semaines seulement après son roll-out.

Ce premier vol d’essai marque également le début de la campagne de certification. Embraer utilisera deux avions dans la campagne de certification de l’E195-E2. Le premier prototype sera utilisé pour l'aérodynamique et les tests de performance, tandis que le second effectuera le premier vol plus tard cette année et sera utilisé dans les tâches de validation et d'entretien.

Le programme E2 réaffirme l'engagement de l’avionneur brésilien pour maintenir sa position de leader dans le segment des avions de 70 à 130 sièges. La nouvelle génération est motorisée avec des Pratt & Whitney PurePower Geared turbofan à taux de dilution élevé (PW1700G sur le E175-E2, PW1900G sur le E190-E2 et E195-E2). La nouvelle génération dispose également de nouvelles ailes aérodynamiquement avancées, des contrôles complets « fly-by-wire » et des améliorations sur divers systèmes. La gamme E2 va considérablement réduire la consommation de carburant, les émissions et le bruit extérieur. L’avionneur brésilien a également travaillé à la réduction des coûts d’entretien.

Depuis le lancement, l'E2 a atteint 505 demandes soit : 90 pour E195-E2, et 415 options et droits d'achat, et parmi ses clients des compagnies aériennes et les sociétés de crédit-bail. Actuellement, la famille des E-Jets fonctionne avec environ 70 clients dans 50 pays et est un leader mondial dans le segment jusqu'à 130 sièges, avec une part de marché de plus de 50%.

 

cokpit.jpg

Photos : 1 L’E195-E2 2 Cockpit @ Embraer

 

 

 

27/03/2017

F-16 d’occasions pour l’Indonésie !

44556.jpg

Washington a livré 18 avions de combat Lockheed-Martin F-16 Block 25 d’occasion à Jakarta. Au total ses ont 24 appareils seront remis à neuf en provenance de l'US Air Force et qui viendront renforcer la Force aérienne indonésienne.

La vente à l’Indonésie a été signée en 2014 pour un montant estimé à près de 750 millions de dollars. Toujours selon le contrat, les F-16 sont modernisés au sein de la 309e Escadre de maintenance, Hill Air Force Base, à Ogden, Utah. Les moteurs sont révisés par Pratt Whitney, à East Hartford, dans le Connecticut. Les travaux de remise à niveaux comprennent le montage de nouvelles ailes, stabilisateurs horizontaux, trains d'atterrissage.

La mise à niveau inclut les principaux systèmes et composants suivants: lanceurs LAU-129A / A, récepteurs d'alerte radar ALR-69, radios ARC-164/186, contrôle de tir amélioré étendu (EEFC) 213 Systèmes de gestion de guerre électronique, Systèmes de distribution de contre-mesures ALE-47, dispositifs à cartouche activée / Dispositifs actionnés par propulseur (CAD / PAD), modernisation de la liaisons de données, amélioration des systèmes de localisation de position (EPLRS), LN-260 ). Adaptation des logiciels de ciblage pour nacelle AN/AAQ-33 SNIPER ou AN/AAQ-28 LITENING. Le contrat comprend également du matériel de soutien et d'essai, des pièces de rechange et de réparation, des publications et des documents techniques, des équipements de formation et de formation du personnel, des services de soutien techniques et logistiques et d'autres éléments connexes de soutien logistique.

L'Indonésie désire que les avions F-16 modernisent la flotte de l'armée de l'air indonésienne (IAF) pour mener des opérations dans les régions frontalières les plus périphériques de l'Indonésie. La flotte actuelle des F-16 de l'IAF ne peut pas remplir ce rôle et les avions Northrop F-5 vieillissants sont coûteux à entretenir et à exploiter en raison de la diminution des ressources existantes pour soutenir l'aéronef. La modernisation de l'avionique fournira à l'IAF une capacité supplémentaire qui bénéficiera pour la sécurité en modernisant la structure des forces et en améliorant l'interopérabilité en utilisant davantage l'équipement produit par les États-Unis.

 

456.jpg

Photos : F-16 indonésien @ Andrang Tri Prabowo

Un CS100 effectue une liaison Londres New-York !

 

original.jpeg

Bombardier Avions commerciaux a confirmé aujourd’hui qu’un avion C Series avec une charge représentative a effectué, avec succès, un vol sans escale entre l’aéroport de London City (LCY) et l’aéroport John F. Kennedy (JFK) de New York. Le vol intercontinental sans escale fait suite à une série d’essais en vol fructueux visant à valider les capacités de l’avion CS100 à opérer à partir et en direction de LCY, incluant l’atterrissage à forte pente et la performance sur courtes pistes.

 

« Ce fut un plaisir d’accueillir l’avion CS100 de Bombardier et son équipe à l’aéroport de London City pour la première fois, dans le cadre de son processus d’essais et d’évaluation. Suite au vol sans escale historique du C Series vers l’aéroport de JFK, nous nous réjouissons en vue de la finalisation de sa certification avec les autorités, et de l’entrée en service commerciale auprès de passagers avec SWISS qui s’en suivra » a ajouté Declan Collier, président et chef de la direction de l’aéroport de London City.

L’homologation par Transports Canada et l’EASA pour les opérations d’approche à forte pente de l’avion CS100 est prévue au deuxième trimestre de 2017. Bombardier possède une longue expérience d’opérations à l’aéroport de LCY et ce, avec plusieurs types d’appareils, incluant l’avion turbopropulsé Q400, ainsi que les avions d’affaires Challenger 650, Global 5000 et Global 6000.

L’avion CS100 est l’avion commercial le plus efficace et le plus économique permettant aux transporteurs aériens d’offrir, de manière rentable, des vols intercontinentaux sans escale à partir de l’aéroport LCY en direction de l’Amérique du Nord ainsi que du Moyen-Orient, en plus des possibilités d’établir de nombreuses nouvelles liaisons avec l’Europe, la Russie et l’Afrique du Nord, ce qui était impossible à réaliser avec des avions de génération précédente.

SWISS devrait être la première société aérienne à offrir le service avec l’avion CSeries à partir et à destination de l’aéroport LCY plus tard cette année.

Grâce à ses niveaux de bruit et d’émission les plus faibles, comparativement aux avions commerciaux de sa catégorie, l’avion C Series est idéal pour les exploitations en milieu urbain et les aéroports sensibles au bruit. L’avion CS100 offre une empreinte sonore beaucoup plus faible, comparativement à d’autres biréacteurs commerciaux et procure une meilleure qualité environnementale aux résidents de Londres puisqu’il est l’avion commercial de série le plus silencieux.

 

18780496630_ccce53e804_b.jpg

Photos : 1 CS100 lors de ce vol 2  CS100 SWISS @ Bombardier

25/03/2017

Le KC-46 moins cher mais avec du retard !

1972235577.jpg

Washington, le programme du nouvel avion ravitailleur Boeing KC-46A « Pegasus » de l’US Air Force et la Navy se porte mieux, mais des soucis d’approvisionnement pourraient freiner les livraisons en terme de nombre. Selon le dernier rapport du GAO, les coûts du Boeing KC-46A ont diminué de 7,3 milliards de dollars, soit environ 14%, depuis son estimation initiale, mais le programme pourrait avoir quelques des retards à l'avenir.

Le rapport du GAO :

Les coûts totaux d'acquisition se situent à 44,4 milliards de dollars aujourd'hui, comparativement à l'estimation initiale de 51,7 millions de dollars en 2011. Les estimations des coûts de développement sont passées de 7,15 milliards de dollars en 2011 à 5,9 milliards de dollars en 2017, soit une réduction de plus de 17%. Les coûts d'approvisionnement sont passés de 40,2 milliards de dollars à 35,5 milliards de dollars.

Bien que le bureau du programme du KC-46 estime que Boeing atteindra ses capacités clés en termes de performances techniques, comme la réalisation d'une mission à 92%. Les retards éventuels dans les certifications de l'Administration fédérale de l'aviation pourraient entraîner des retards dans le calendrier de livraison du programme.

 

En ce qui concerne les essais :

Boeing doit encore terminer plus de 1’700 points de test d’ici à septembre 2017, soit un niveau qui est plus du double de ce qu'il a été accompli au cours des 11 derniers mois. En effet, il semble que

les tests déterminés par le GAO peuvent prendre plus de temps que les estimations du bureau du programme et, si ces points de test ne sont pas terminés au taux prévu, le calendrier de livraison révisé est optimiste au mieux. Pour exemple, la société Cobham, qui fabrique les ailettes pour les ailes du KC-46A, n'a pas fourni tous les dessins de conception détaillés à la FAA pour approbation. Cela pourrait retarder les essais d'effets électromagnétiques prévus qui devraient se terminer en mai prochain.

Selon l’avionneur Boeing, certains fournisseurs auraient sous-estimé le niveau des détails de dessin de conception que la Federal Aviation Administration devait examiner pour déterminer si les pièces étaient conformes à la conception pour approbation. L’avionneur travaille depuis plusieurs mois pour résoudre ses problèmes avec les fournisseurs.

 

Calendrier revu :

Pour Boeing, la livraison des 18 premiers avions est prévue pour février 2018, plutôt que la date d'août 2017 annoncée en mai dernier.

 

 

Photo : KC-46A aux essais de ravitaillement d’un Hornet @ Boeing