23/08/2019

Des CH-149 additionnels pour le Canada !

CH-149-Cormorant_Keypublishing-1068x574.jpg

Le gouvernement du Canada lance l’achat de deux hélicoptères Leonardo CH-149 « Cormoran » supplémentaires pour soutenir les opérations de recherche et de sauvetage (SAR).

Chaque année, l'Aviation royale canadienne (RCAF) effectue environ  1’000 missions dans le cadre de la recherche et du sauvetage, une mission essentielle des Forces armées canadiennes. Avec la mise à niveau des CH-149 « Cormoran » et une augmentation de la taille de la flotte, les Forces canadiennes vont continuer à fournir des services de recherche et sauvetage dans un environnement difficile. 

Concernant la flotte d’AW101 (CH-149 Cormoran) :

Plus de 190 hélicoptères AW101 ont été construits ou vendus à des clients civils et militaires à travers le monde dans une grande variété de configurations. La flotte mondiale a atteint plus de 200.000 heures de vol au Canada, au Royaume-Uni, Italie, Danemark, Portugal et le Japon offre des performances exceptionnelles et un degré extrêmement élevé de sécurité.

Les Forces canadiennes ont mené des milliers de missions et des centaines d'opérations de sauvetage, y compris:

  • A 1’200 km. Aller et retour au large de Terre-Neuve;
  • Une aide au sauvetage de nuit, à crevasse profonde de 30 mètres 8700 "sur le côté d'un glacier;
  • Un voyage 3,500 km pour sauver un chasseur échoué sur un écoulement de la glace de l'Arctique.

Le Cormoran a un taux de disponibilité de mission qui atteint les 98%, attestant de sa fiabilité en cas d'urgence et de déploiement d'une mission critique.

En ce qui concerne la mise à jour des CH-149 :

Le programme CMLU mettra à niveau les CH-149 « Cormoran » conformément à la dernière norme AW101-612, actuellement livrée en Norvège, offrant ainsi une voie de mise à niveau à faible risque avec une solution moderne et éprouvée. Ces améliorations des capacités et des équipements incluront une avionique à la pointe de la technologie, un nouveau «cockpit », l’ajout des derniers capteurs, des technologies radar et de recherche avancée, des moteurs plus puissants à commande numérique, des communications sans fil en cabine, un éclairage LED, une mise à niveau des treuils de sauvetage, des solutions de formation synthétiques.

Photo : CH-149 « Cormoran » @ RCAF

 

22/08/2019

Air2030 : Essais du système sol-air Raytheon Patriot !

DSC_7965.jpg

Nous voici entré dans la phase des essais concernant les deux systèmes sol-air en compétition. Si l’intérêt est moindre que dans le cas des avions de combat,  le nouveau système de missiles sol-air devra pouvoir fonctionner en réseau avec le futur avion de combat, les deux systèmes sont indissociables en vue d’une défense aérienne moderne.

Les essais :

Les essais se déroulant sur l’ancienne place d’exercice « Gubel » à Menzingen ZG comprennent dix missions aux tâches spécifiques. Les essais consisteront à effectuer des mesures au sol et à sonder l’espace aérien à la recherche d’avions des Forces aériennes. L’objectif des missions est de vérifier les capacités des détecteurs des systèmes radars, ainsi que les données des offres reçues. Aucun essais n’aura lieu les jours fériés ou le week-end. Les essais n’incluent pas non plus d’essais de tir. 

Les détecteurs des deux systèmes candidats seront testés successivement aux dates suivantes :

  • Raytheon Patriot (US)  Du 19 au 30 août 2019.
  • Eurosam SAMP/T (FR/IT) Du 16 au 27 septembre 2019.

Pour ces tests, 10 missions de vols sont prévues avec différents aéronefs (avions, hélicoptères, drones) afin de vérifier l’efficacité des radars proposés et des centrales d’engagement des deux systèmes. Tout comme les avions, les essais sont compartimentés, afin que les données restent. Rappelons que la première soumission d’offres a eu lieu en mars dernier.

Exigences de base  :

  1. La défense sol-air de grande portée doit être en mesure, seule ou en combinaison avec les avions de combat, de protéger des secteurs et, ce faisant, de combattre en premier lieu des objectifs dans l’espace aérien moyen ou supérieur. La surface à couvrir doit être de 15 000 km2 au moins. Le système doit disposer d’une grande portée, c’est-à-dire atteindre une altitude d’engagement de plus de 12’000 m (verticalement) et une portée supérieure à 50 km (horizontalement).
  2. Les capteurs de la défense sol-air contribuent à l’établissement de la situation aérienne générale.
  3. Données servant de base pour le dimensionnement des paquets logistiques :

 engagement continu pour autant que les flux transfrontaliers de matériel soient garantis ;

 capacité à tenir au moins six mois si les flux transfrontaliers de matériel ne sont pas garantis.

Le Raytheon Patriot MIM-104 PAC-3+ :

Le Raytheon Patriot assure le rôle de plateforme anti-missile balistique (ABM, anti-ballistic missile) dans l'armée des États-Unis, ce qui est aujourd'hui sa mission principale. Le système SAM et le radar du Patriot ont été développés par l'armée des États-Unis à l'arsenal de Redstone à Huntsville, Alabama. La version la plus moderne qui est proposée à notre pays, le Patriot PAC-3+ est considéré comme très performant. Le système dispose d’une architecture ouverte qui permet une mise à jour et une modernisation facilitée.

Composition du système Patriot PAC-3+ :

Missile GEM-T GaN:

DSC_7963_2.jpg

 

Le missile GEM-T (Guidance Enhanced Missile) de Raytheon est l’un des piliers du système de défense antimissile Patriot de l’armée américaine, utilisé contre les avions et les missiles balistiques et de croisière tactiques. Le missile GEM-T offre une capacité améliorée pour vaincre les missiles balistiques tactiques, également appelés TBM, avions ou missiles de croisière. Il est maintenant devenu le premier missile contenant un émetteur GaN (Nitrure de Gallium). Celui n'a jamais besoin d'être recertifié au cours des 45 années de vie du missile.Les émetteurs connectent le missile au système terrestre, lui permettant de contrôler l’arme pendant le vol. La version GaN du GEM-T utilise l’état solide à la place du tube à ondes progressives conventionnel, qui nécessite un approvisionnement en pièces et une recertification correspondant à la durée de vie du missile. Avec le GaN cette action est devenue inutile.Le nouvel émetteur a la même forme, le même ajustement et le même fonctionnement que l'ancien. Il est également plus robuste, ne nécessite pas de refroidissement supplémentaire et est prêt à fonctionner en quelques secondes après sa mise sous tension. Cela signifie que le GEM-T avec le nouvel émetteur GaN continuera à fonctionner dans les conditions les plus difficiles. Le missile est propulsé par le plus grand moteur mono-étage à propergol solide de sa catégorie.

Le radar Raytheon AN/MPQ-53 Next Generation :

DSC_7968.jpg

Le radar proposé à notre pays et le Raytheon AN/MPQ-53 soit le radar de base du Patriot, mais dans un standard très amélioré « Next Generation ». Ce radar multi-fonctions multi-éléments en bande C/G/H est chargé de la recherche, de la détection, du suivi et de l'identification des menaces potentielles, ainsi que du guidage des missiles Patriot. Il est équipé des fonctions de contre-mesure électroniques (ECM), d’identification ami/ennemi via l’IFF. Le système est couplé à un interrogateur AN/TPX-46(V)7 qui diffère des autres versions, car son celui-ci régi par l’ordinateur de bord suit une seule cible et utilise l’antenne de son radar principal pour la fonction IFF.L'AN/MPQ-53 amélioré est contrôlé à distance par la station de contrôle MSQ-104, via une liaison par câble. Il est capable de suivre plus de 100 cibles potentielles et d'engager jusqu'à 9 d'entre elles simultanément. Le système radar a une portée supérieure à 170 kilomètres (la portée réelle est confidentielle). Le radar MPQ-53 NG ne compte que peut de pièces mobiles, ce qui limite les pannes et permet de concentrer le rayonnement. Le radar dispose d’une grande antenne que l’ont dirige dans l’axe ou la menace et la considérée la plus probable. Le radar peut cependant tourner sur 360° pour des corrections de suivi ou changements d'axe de surveillance. Le secteur de recherche est de 90° et la capacité de piste de 120°. La version améliorée offerte à notre pays permet de faire face aux menaces émergentes, telles que les missiles balistiques manoeuvrables, les missiles et les avions, drones de croisière furtifs.

Lanceurs :

Le Patriot PAC-3+ est établi autour de 2 camions lanceurs portant chacun huit « tubes » hermétiques M901 contenant les missiles, qui n'exigent aucun entretien extérieur. Le chargement s’effectue à l’aide d’une grue. Le système peut emporter jusqu’à 16 missiles. Chaque lanceur PAC-3+ comprend le système électronique amélioré du lanceur (ELES), une boîte de jonction contenant l'unité de diagnostic de la station de lancement (LSDU), une nouvelle interface et des câbles de lancement du PAC-3+. Le système ELES sert d’interface électrique entre le lanceur et les missiles et l’ECS situé à une distance maximale de 1’000 mètres, en les connectant à l’unité de gestion à l’aide de câbles à fibres optiques ou d’ondes radioélectriques dans la plage VHF (SINCGARS). L’ELES comprend un panneau de commande de démarrage, un panneau de commande de moteur de lanceur, un panneau de commande d’alimentation, un panneau d’interface de connecteur de lanceur et un boîtier de contrôle.  

Stations de commande (BMC4I):

air2030,raytheon patriot,pac3+,gem-t gan,anmpq-53 ng,dsa,blog défense,les nouvelles de l'aviation,défense sol-air,romandie aviation

Afin de contrôler l’ensemble du système, le Patriot PAC-3+ dispose d’une station de commande de tir AN/MSQ-104 (ECS), montée sur un camion de 5 tonnes et une station de contrôle d’engagement (ICC), un groupe de mâts d'antenne pour les communications et le brouillage antiradar d'une hauteur de 31 mètres, monté sur un camion de 5 tonnes. Des groupes électrogènes alimentent l’ensemble du système. Le système est doté d’une liaison de données LInk16.

Formation :

Raytheon offre plusieurs solutions en vue de la formation :

 Hardware :

  • Dispositif d’entraînement reconfigurable.
  • Simulation hardware du radar, l’ECS et lanceur.
  • Simulation virtuelle du radar et des équipements de tests.

Formation basée sur la réalité augmentée (CAVE) :

- Simulation hardware de la communication

Software :

  • Simulation virtuelle 3D du radar, ECS, lanceurs.
  • Scénarios de formation Hi-Fi.
  • Simulateur de l’opérateur.
  • Leçons interactives sur ordinateurs portables ou tablette.

Annexe technique :

Le système Patriot dispose de deux fournisseurs, soit Raytheon ou Lockheed Martin. 

Pour le standard PAC3 :

 Raytheon : Radar AN/MPQ/53NG & missile GEM-T GaN (choix Suisse).

Lockheed Martin : Radar AN/MPQ-65 & missile PAC-3 ERINT.

Les deux versions de radars proposées dans le standard le plus récent sont équivalentes en terme de modernité et d'efficacité.

IMG_3363.jpg

Photos : 1 & 2 radar Raytheon AN/MPQ-53 amélioré 3 Tête de missile GEM-T @P.Kümmerling

 

 

 

19/08/2019

Les A-10 équipés de nouvelles ailes !

DWqKALvW0AAQq57.jpg

L’unité de maintenance de la base aérienne de Hill a installé la dernière des 173 nouvelles paires d'ailes sur la flotte d’avion Fairchild A-10 « Thunderbolt II », finalisant ainsi un projet démarré en 2011 avec l'avion.

Le 571e escadron de maintenance des aéronefs de la SLA a échangé les ailes sur 162 A-10 dans le cadre du programme de remplacement et d’amélioration de la flotte de A-10. Les 11 autres appareils ont reçu leurs ailes sur la base aérienne d’Osan en République de Corée.

Les nouvelles ailes devraient permettre de durer jusqu'à 10’000 heures de vol sans inspection de dépôt. Travailler sur un avion qui vole depuis près de 40 ans n’a pas été facile. Les modifications incluaient la fabrication de nouvelles pièces pour le fuselage et la nécessité de rassembler d'autres pièces de l'A-10 provenant du 309ème groupe de maintenance et de régénération de l'aérospatiale de la base aérienne Davis-Monthan, en Arizona.

Rappel : 

En 2016, pour maintenir la flotte de A-10 en service, un contrat devait accélérer les travaux de maintenance. Diverses pièces devaient être usinées et Boeing aurait dû continuer à produire de nouvelles ailles pour l’avion. En effet, une partie de la flotte de A-10 a déjà reçu une nouvelle paire d’ailes. Mais il fallait encore remplacer les ailes les plus critiques, des A-10 encore services. Les ailes des A-10 ont été mises à lourde contribution, lors des nombreux déploiements sur divers théâtres opérationnels et de nombreuses fissures ont été décelées. 

Introduit au sein de l’US Air Force en 1976, le vénérable A-10 est le seul avion construit en production à offrir un soutien aérien rapproché. L’appareil doit voler près du sol en appui aux troupes au sol amies, larguer de lourdes charges d’armes, attaquer des véhicules blindés et des chars. Les ailes subissant de lourdes contraintes pendant la durée de vie du système d’armes et dont la durée de vie utile est encore inconnue, l’armée de l’air a décidé de remplacer certaines des ailes de la flotte afin que le système d’armes reste en état de navigabilité.

En 2007, Boeing a remporté un contrat de 1,1 milliard de dollars pour la construction d’ailes de remplacement dans son usine de Macon, en Géorgie, qui permettra à l’appareil de continuer à voler jusqu’à la fin des années 2030.

a-10-2100.jpg

Photos : A-10 @USAF

18/08/2019

Modernisation des Embraer E-99M !

EMB-E99_04.jpg

Le prototype du premier avion d’alerte lointaine modernisé Embraer E-99M a effectué son vol inaugural vendredi. L’avion a décollé des installations de l’avionneur brésilien à Gavião Peixoto.

Le projet de modernisation des avion d’alerte lointiane Embtaer E-99M de la Force aérienne du Brésil (FAB) prévoit la modernisation des systèmes de l'avion et les autres sous-systèmes connexes seront mis à jour, ce qui étendra les capacités de l'avion, qui est actuellement utilisé dans les opérations de contrôle et de défense de l'espace aérien brésilien. Cette modernisation va contribuer à une utilisation plus efficace et d’allonger le cycle de vie et la capacité opérationnelle de l’avion. La protée du radar est augmentée, le traitement des informations sera plus rapide et permettra d'identifier les cibles plus tôt et mieux. Le nombre d’opérateurs et de radios embarqués augmentera, ce qui, avec la mise en place du nouveau système de commandement et de contrôle, permettra d’accomplir plus efficacement la mission.

Le premier avion devrait être prêt et présenté à la Force aérienne au cours du premier semestre de 2020. Au total, cinq aéronefs suivront le même processus, ce qui favorisera le développement et l’intégration complète des systèmes d’ici 2022. 

L’Embraer E-99M :

Basé sur une cellule d’avion de ligne Embraer 145, l’E-99M est capable de détecter des cibles aériennes et de transmettre des informations de détection aux centres de contrôle au sol. En outre, il effectue des missions de contrôle de vol et d'alarme, avec la participation d'avions de combat. En service au sein de la FAB depuis 2002 dans le cadre des acquisitions destinées à composer le système de surveillance Amazon (SIVAM). Son radar lui permet de mener à bien des missions d’alerte rapide, y compris le contrôle des avions de chasse lors des vols de défense aérienne, la coordination des opérations de recherche et de sauvetage et la surveillance des frontières. Il emploie un radar a ouverture synthétique, Saab Microwave Systemss couplé àdes systèmes mixtes électro-optiques et FLIR ainsi que d'un scanner multi-spectral. Le système possède une capacité de traitement de signaux intelligents et des capacités C3I.

embrasser,e-99m,avion d'alerte lointaine,aew&c,fab,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation

 

Photos :E-99M de la FAB @ FAB

 

17/08/2019

Japanese Air Force One est à vendre ! 

maxresdefault.jpg

L’un des Boeing B747-400 ayant appartenu au gouvernement du Japon est à vendre. L’avion a servi pour le transport de l’empereur du Japon et plusieurs premiers ministres en mission officielle de l’État. Le prix de la mise en vente est de 28 millions de dollars. 

L’ancien avion du gouvernement japonais immatriculé N7474C est entré en service en 1991 et utilisait l’indicatif d’appel «Japanese Air Force One». Actuellement l’avion est propriété de CSDS Aircraft Sales & Leasing de Los Angeles qui l’a modifié (suppression de systèmes de communication).

yourfile-1.jpg

Le B747 a enregistré environ 16'300 heures de temps de vol, soit le temps de vol le plus bas pour un tel avion. En fait, il est pratiquement neuf. De plus. L’avion a été maintenu au plus haut niveau possible avec une chambre à coucher, douche, bureau et coin salon.

Le CSDS a également acheté l’autre avion japonais Air Force One, mais cet avion de ligne sera converti en avion cargo, indique Ben Sirimanne, président de CSDS.

Le B747-400 a une autonomie de 7’500 nm (13 890 km). Il est équipé de quatre turboréacteurs à double flux de GE Aviation CF6. «Tous les moteurs GE CF6-80C2B1F compteront plus de 2’500 cycles jusqu'au premier limiteur», déclare CSDS.

L’avion peut accueillir jusqu'à 85 personnes, contrairement à la version pour avions de ligne commerciaux, qui pourrait accueillir plus de 400 passagers, en fonction de la configuration. Alors, une idée de cadeau de Noël ?

Le Japon a remplacé ses B747-400 transports exécutifs par une paire de B777-300ER en avril 2019. 

yourfile.jpg

Photos : 1 B747-400 EX gouvernement japonais Intérieur Cockpit @ CSDS