26/12/2020

La Force aérienne russe réceptionne son premier Su-57 de série !

277086.jpeg

C’est un joli cadeau de Noël qui a été réalisé pour la Force aérienne et spatiale russe (VKS) avec la livraison du tout premier Sukhoi Su-57 « Felon » de série le 25 décembre. Cette livraison marque ainsi le début de la phase d’entrée en service du nouvel appareil.

L’appareil a été vu sur l’aéroport de Novosibirsk Tolmachevo après avoir décollé de l’usine de production de Komsomolsk-sur-l’amour. Ce premier exemplaire devrait commencer sa carrière au sein de la VKS comme avion test en vue de l’intégration des armements de bord. Le camouflage retenu est le modèle « pixels » identique utilisés sur les derniers avions de préséries.

2021 les livraisons vont s’accélérer :

La cadence des livraisons va s’accroître avec la nouvelle année, quatre appareils sont attendus ainsi qu’en 2022 puis une douzaine par année dès 2024. Si les premiers appareils sont encore dotés de l’ancien moteur, le Su-57 devrait recevoir son moteur définitif l’IZD-30 dès 2022. A ce jour, le contrat d'État porte sur 76 avions livrable d’ici 2028.

Ce premier Su-57 de série T-50S-2 numéro de série 51002 aurait dû être le second appareil de série, mais en 2019, celui qui à l’origine aurait été le « premier » s’est écrasé le 24 décembre 2019, soit le T-50S-2 n°51001.

Le Sukhoi Su-57 "Felon" :

Le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté, l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation et ceci même si la réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobile le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers) qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion d'être moins sujet à des pertes de portances, lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux : soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir" sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore complètement estimées (données confidentielles). Les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique. De plus, l’avion est doté d’un système de contre-mesure infrarouge directionnelle, capables de perturber à la fois les systèmes de détection air-air et les missiles air-air infrarouge.

Question armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos et le missile balistique hypersonique Kh-47M2 Kinzhal («Dagger») (ALBM). Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement. 

EqFotljWMAQwiC7 2.jpeg

Photos : Su-57 de série @ Svetlana Balaeva

 

 

24/12/2020

Premiers M-345 pour l’Italie !

20201223_T345A_Arrivopresso61StormoLecce_1.jpeg

Leonardo a livré en début de semaine, les deux premiers avions d'entraînement à réaction M-345 à l'armée de l'air italienne. Cette dernière a commandé 18 unités. L’appareil, désigné T-345A par l'armée de l'air italienne, remplacera progressivement les 137 MB-339 qui sont en service depuis 1982.

Le M-345, conçu pour répondre aux exigences de formation de base et de base-avancée, complétera le M-346 en service, qui est utilisé pour la formation avancée des pilotes. Le système de formation intégré de Leonardo, développé autour de la plateforme M-345, est représentatif du leadership technologique de l’entreprise en matière de formation des pilotes à piloter les avions des générations actuelles et futures. Le système bénéficie de l'expérience et de la technologie développée pour le M-346, qui comprend une capacité de « construction virtuelle en direct ». Cela permet aux aéronefs qui effectuent des missions d'entraînement en direct d'incorporer des éléments simulés « amis » ou « ennemis » dans des scénarios, ce qui permet au pilote d'être exposé à toute la gamme des situations opérationnelles possibles. L’acquisition du nouvel avion par l’armée de l’air italienne est une étape importante dans la modernisation de sa flotte. Le M-345 remplaçant le MB-339A dans les deuxièmes et troisièmes phases de formation des pilotes militaires de l’armée de l’air.

Un nouvel avion pour les Frecce Triccolori :

Le M-345 a également été choisi comme nouvel avion de l’équipe acrobatique de l’armée de l’air italienne, le « Frecce Tricolori ». La célèbre patrouille acrobatique de l’Armée de l’air italienne se prépare à changer de monture. En effet, les « Frecce Tricolori » abandonneront d’ici 2021 les actuels Aermacchi MB-339 pour passer sur le M-345. 

Le commandant des « Frecce Tricolori » Jan Slangen a effectué une série de vols sur le futur avion destiné à l’équipe acrobatique. 

"Nous sommes face à une machine très intéressante, avec un très fort potentiel, en tant que formateur de base et comme avion de voltige. Nous avons décollé de la piste de Venegono pour atteindre la zone d'opération et après une première orientation de manœuvre de base et acrobatique, nous avons essayé de définir une présentation mini-profil et une séquence de manœuvres de notre programme acrobatique. Personnellement, je suis très satisfait de l'énergie de l'aéronef, de sa maniabilité.

Le M-345 HET :

3533935323.jpeg

Le nouveau M-345 HET (High Efficiency Trainer) réduit le temps nécessaire aux forces aériennes pour former les pilotes. Il donne également aux stagiaires la possibilité de piloter un avion qui présente des caractéristiques de performance plus élevées que les autres avions d'entraînement de base / avancés actuellement en service dans le monde. Les performances du M-345 lui permettent de mener à bien les types de mission les plus exigeants d'un programme de formation, offrant une formation de haute qualité à un coût nettement inférieur. L'architecture du cockpit du M-345 est la même que celle des chasseurs de première ligne. L'avion est également capable de jouer des rôles opérationnels, grâce à un domaine de vol étendu, avec une capacité de manœuvre à grande vitesse même à haute altitude, des systèmes avioniques modernes, une capacité de charge et des performances élevées.  

Le M-345 est conçu avec un long cycle de vie et une approche à deux niveaux de maintenance, éliminant le besoin de révisions générales coûteuses. Le système d’utilisation de la santé et de la surveillance de l’avion (HUMS) contribue également à réduire le coût de possession. Un simulateur de formation embarqué sophistiqué présente de nombreux avantages. Par exemple, les pilotes du M-345 sont capables de planifier des manœuvres avant la formation en direct, ce qui permet une plus grande efficacité pendant le vol. Les stagiaires peuvent également voler en formation avec d'autres pilotes dans les airs et ceux qui s'entraînent au sol dans des simulateurs, via une liaison de données en temps réel. La station de planification de mission et de débriefing (MPDS) de l’avion permet aux stagiaires d’analyser les missions qu’ils viennent de réaliser. Le moteur du M-345 est un turboréacteur Williams FJ44-4M-34 optimisé pour une utilisation militaire et acrobatique. Le cockpit est basé sur les commandes HOTAS (Hands On Throttle-And-Stick) et dispose d'un cockpit en verre avec un écran tactile MFD (Multi-function Display) tricolore. L’affichage tête haute de l’avion est reflété sur un quatrième écran sur le siège arrière.

L'avion est équipé de systèmes de bord simples et basiques nécessitant un minimum d'entretien et capables de garantir une sécurité et une fiabilité maximales. Le résultat est un avion d'entraînement très efficace alimenté par un moteur à double flux, mais avec des coûts d'achat et de cycle de vie supérieurs à ceux des entraîneurs à turbopropulseurs. 

Les étudiants pilotes et les instructeurs sont assis sur des sièges éjectables Martin Baker Mk.IT16D de dernière génération dans un cockpit confortable, entièrement équipé d'instruments sophistiqués comprenant, entre autres, trois grands écrans multifonctions LCD - très similaires au type d'équipement que les futurs pilotes trouveront devant avion de combat. 

La présence du système ETTS (Embedded Tactical Training Simulation) embarqué, basé sur celui offert par l'avion M-346 éprouvé, est fondamentale. Ce système est capable de simuler le scénario tactique le plus approprié en fonction des besoins d'entraînement, en faisant apparaître des forces alliées ou ennemies, simulant le fonctionnement des capteurs embarqués qui ne sont pas réellement présents ou des armes. Les pilotes sont immergés dans un environnement connu sous le nom de LVC, qui combine de manière transparente des avions volants (Live), des avions simulés (Virtual) avec d'autres forces virtuelles alliées ou ennemies (Constructive).

562706078.jpg

Photos : 1 L’un des deux premiers M-345 2 le cockpit 3 Aux couleurs des Frecce Triccolori : @ Leonardo

23/12/2020

Premier A400M pour la Belgique !

A400M_MSN106_Belgium_Ferry_Flightjpg.jpeg

La Composante air de l'armée belge a réceptionné le premier des sept avions de transport militaire tactique Airbus A400M.  L'avion a été remis au client sur la chaîne d'assemblage final de l'A400M à Séville (Espagne) et a ensuite effectué son vol de convoyage vers le 15e Wing de transport aérien à Melsbroek, où l'avion sera basé. Le deuxième A400M pour la Belgique sera livré au début de 2021.

 Cet A400M, connu sous le nom de MSN106, sera exploité au sein d'une unité binationale composée d'un total de huit avions, sept de la Composante air de l'armée belge et un des Forces armées luxembourgeoises.

Alberto Gutiérrez, Directeur de Military Aircraft au sein d’Airbus Defence and Space, a déclaré : « Avec la livraison de cet avion, tous les clients de lancement sont désormais équipés de l'A400M. Le MSN106 rejoindra l'avion luxembourgeois dans l'unité binationale exploitée conjointement avec la Belgique. Malgré les défis en raison du Covid-19, nos équipes ont réalisé toutes les 10 livraisons d'avions prévues cette année, ce qui porte la flotte mondiale en exploitation à 98 avions ».

 L’A400M « Atlas » :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant hormis celui des avions, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

IMG_5579.jpeg

Photos : 1 A400M aux couleurs de la Belgique @ Airbus 2 A400M @ BE Defense/M. Azoug

A330neo pour Uganda Airlines ! 

unnamed.jpeg

Uganda Airlines, la compagnie aérienne nationale du pays, a pris livraison de son premier A330neo, la dernière version du gros-porteur le plus populaire. Il s'agit du premier avion Airbus livré à Uganda Airlines, qui a été créée en 2019.

Conformément à la stratégie de la société de continuer à offrir à ses clients des économies imbattables, une efficacité opérationnelle accrue et un confort des passagers supérieur, l'A330-800 est le dernier ajout à la gamme de produits d'avions commerciaux d'Airbus. Grâce à sa capacité de taille moyenne sur mesure et à son excellente polyvalence de gamme, l'A330neo est considéré comme l'avion idéal pour opérer dans le cadre de la récupération post-COVID-19.

L'A330neo permettra à la nouvelle compagnie aérienne de lancer ses opérations long-courrier avec des vols intercontinentaux sans escale vers le Moyen-Orient, l'Europe et l'Asie.

Avec la cabine Airspace d'Airbus, les passagers peuvent vivre une expérience unique et explorer tout son confort avec 20 lits entièrement plats en classe affaires, 28 sièges en classe économique premium et 210 sièges en classe économique, pour un total de 258 sièges.

L'A330neo est un véritable avion de nouvelle génération, s'appuyant sur les caractéristiques du populaire A330 et utilisant la technologie développée pour l'A350. Propulsé par les derniers moteurs Rolls-Royce Trent 7000 et doté d'une nouvelle aile avec une envergure accrue et des Sharklets inspirés de l'A350, l'A330neo offre un niveau d'efficacité sans précédent. L'avion consomme 25% moins de carburant par siège que les concurrents de la génération précédente. La cabine de l'A330neo offre une expérience passager unique avec plus d'espace personnel et le système de divertissement en vol et la connectivité de dernière génération.

Photo : A330neo d’Uganda Airlines @ Airbus/H.Goussé

22/12/2020

Le Canada a choisi le drone Hermes 900 !

Starliner04.jpg

Les Services publics et Approvisionnement Canada, au nom de Transports Canada ont choisi le système d'aéronef sans pilote (UAS) Hermes 900 « StarLiner » pour soutenir les missions de protection de l'environnement maritime dans l'Arctique et le long des côtes Est et Ouest du Canada, dans le cadre du Programme national canadien de surveillance aérienne. Le contrat est estimé à 36,16 millions de dollars US, le drone devrait être livré d'ici décembre 2022.

L’Hermes 900 d’Elbits systems était en concurrence avec le Heron 1 d’IAI et le Predator B de General Atomics.

Certifié pour l’espace civil :

Entièrement certifié pour opérer dans l'espace aérien civil, l’Hermes 900 « StarLiner » décollera et atterrira dans des aérodromes civils pour effectuer un large éventail d'opérations visant à réduire les impacts environnementaux néfastes, y compris la détection de la pollution par les hydrocarbures, la patrouille des glaces et la reconnaissance, l'étude de la faune, la patrouille des pêches et d'autres.

Le ministre des Transports du Canada Marc Garneau, a déclaré dans un communiqué du gouvernement du Canada : « Le Canada s'est engagé à protéger nos espèces en voie de disparition et notre environnement marin. L'intégration d'aéronefs télépilotés dans notre flotte rendra nos opérations de surveillance plus robustes que jamais. Le Programme national de surveillance aérienne contribue également à la recherche et au sauvetage, aux efforts humanitaires, à l'application de la loi sur la pêche illégale et au développement et à la réglementation de l'industrie canadienne des drones.

L’Hermes 900 « StarLiner » : 

Des conditions météorologiques défavorables et une faible endurance dégradent les capacités de recherche et de surveillance des aéronefs pilotés, les empêchant souvent d'exécuter leurs missions. Le déploiement du drone Hermes 900 « StarLiner » permettra à Transports Canada de maintenir une surveillance continue sur de vastes étendues d'eau et de longues côtes. Capable de vol continu, l’ Hermes 900 peut fonctionner dans des conditions météorologiques défavorables de jour comme de nuit, améliorant ainsi l'efficacité des missions et augmentant le nombre de missions pouvant être exécutées en toute sécurité.

Le Hermes 900 « StarLiner » drone à moyenne altitude longue endurance (MALE) qui comprend un système unique au monde anticollision, conforme à l'exigence 4671 de l'Accord de normalisation de l'OTAN (STANAG) d'opérer dans l'espace aérien civil aux côtés des aéronefs pilotés. Il a effectué une série de vols certifiés par l'autorité israélienne de l'aviation civile au cours de la période 2017-2018 et a été déployé en juillet 2018. Il est le premier drone doté d’un système unique au monde de type anticollision « Sens & Avoid ».  Le drone doit en effet pouvoir être engagé dans tous les espaces aériens sans être escorté par un aéronef avec pilote. Si certains systèmes existent déjà en termes de protection d’abordage, ce nouveau système permet une totale identification des éventuelles menaces volantes. Le nouveau système qui équipe le drone Hermes 900 « StarLiner » permet grâce à des capteurs radars et électro-optique de repérer à 360° tous les aéronefs en rapprochement. De plus l’Hermes 900 est doté des liaisons de données redondantes, un système d'avertissement d'évitement de terrain, des capacités de décollage et d'atterrissage automatiques avec une visibilité presque que nulle, des capacités de dégivrage et de soutien direct à la foudre, ainsi qu'un puissant moteur à carburant lourd.

L’Hermes 900 canadien travaillera de manière conjointe pour le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (JAIC) avec le ministère de la Défense nationale du Canada dans le cadre d'un accord de collaboration avec Thales et L-3 Communications MAS (Canada). Le fabricant Elbits systems a dévoilé l'entente de collaboration avec L-3 MAS plus tôt ce mois-ci lors d’une conférence au Canada à St Johns. Thales et Elbit entretiennent une relation stratégique à long terme basée sur le programme British Army Watchkeeper.

Hermes 900 « StarLiner » design et caractéristiques :

L'avion sans pilote Hermes 900 « StarLiner » a une envergure de 17 mètres et une masse maximale au décollage de 1’600 kg. La capacité de décollage et d'atterrissage automatiques (ATOL) de l'avion lui permet de décoller et d'atterrir dans des environnements de visibilité proche de zéro. Un système de dégivrage actif est installé pour éliminer la glace sur les surfaces afin d'assurer un fonctionnement sûr dans des conditions de givrage.

Le drone a une capacité d'éclairage directe et indirecte de cible et peut effectuer des missions, selon les règles de vol aux instruments (IFR) dans toutes les conditions météorologiques.

Le drone Hermes 900 « StarLiner » peut transporter une gamme de charges utiles multi-capteurs pesant jusqu'à 450 kg pour de multiples applications. Il est compatible avec les charges utiles électro-optiques multispectrales (EO) telles que SPECTRO XR, Wescam MX15/20, la vidéosurveillance aéroportée persistante à grande échelle SkEye (WAPS), le système d'imagerie aéroportée MIST-G et le marqueur laser.

Le système SPECTRO XR (ISTAR) est installé sous le cône de nez pour fournir des capacités de surveillance, de contrôle des tirs et de ciblage. Le SkEye WAPS monté sur le ventre est utilisé à des fins de collecte de renseignements, d'observation et de surveillance. Les capteurs d'imagerie embarqués capturent des images / vidéos en temps réel et assurent une surveillance persistante sur une large zone de jour comme de nuit. Il dispose d’un plafond pratique de 30’000 pieds et offre une autonomie de vol allant jusqu'à 36 heures.

Le véhicule aérien Hermes 900 « StarLiner » est équipé d'un système d'avertissement et d'évitement de terrain (TAWS) pour la prédiction et l'évitement des obstacles. Un système coopératif et non coopératif de détection et d'évitement (D&A) avec des capteurs radar air-air est installé pour détecter les aéronefs coopératifs et non coopératifs.

Une liaison de données redondante avec une large bande passante est installée sur le cône avant de l’avion pour fournir des communications en visibilité directe (LOS) et au-delà des communications en visibilité directe (BLOS).

Il peut être doté d'un radar à synthèse d'ouverture (SAR), d'un radar à indicateur de déplacement du sol (GMTI) et d'un radar de patrouille maritime pour détecter, localiser et acquérir des cibles. Il peut également transporter des charges utiles de guerre électronique pour fournir une capacité d'attaque électronique aéroportée.

Le véhicule aérien est exploité par deux membres d'équipage, dont un pilote et un opérateur de charge utile au sein du poste de commande au sol (GCS), qui comprend un cockpit avec écrans EFIS couleurs, deux consoles informatiques identiques, un écran de caméra vidéo et un affichage de carte mobile. L'opérateur contrôle et communique vers l'aéronef via une liaison de données sécurisée. Le drone peut être contrôlé depuis une station fixe à Emmen ou depuis une station mobile dans le terrain.

L’avionique est innovante, ainsi que ses systèmes électroniques, il dispose d’un moteur ROTAX à faible bruit. Le modèle HFE offre une plus une grande vitesse ainsi qu’un taux de montée amélioré. Le train d’atterrissage est escamotable. L’Hermes 900 « StarLiner » bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels acquis avec les modèles précédents. En outre, il peut décoller de terrains peu aménagés à proximité du théâtre d’opération. L’Hermes 900 n’emporte pas d’armement. 

 L’Hermes 900 « StarLiner » canadien est la même version que celle destinée à la Suisse, actuellement en cours d’introduction.

Utilisateurs de la famille Hermes 900 :  

Israël, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Mexique et la Suisse. L'Union Européenne a commandé l'Hermes 900 en 2018 pour les patrouilles maritimes en méditerranée.

23.jpeg

Photos : 1 Hermes 900 StarLiner @ Elbits Systems 2 Hermes 900 StarLiner Swiss Air Force @ P.Kummerling