23/03/2017

Dassault prépare le Rafale F4 !

RafaleB_Wikimédia.jpg

Le ministère français de la Défense a lancé les travaux de développement qui doivent permettre de préparer le prochain standard de production du Rafale. Selon l’avionneur français le standard F4 sera disponible à partir de 2025.

Par ailleurs, il semble que Paris envisage de placer une nouvelle commande pour le Rafale dans le cadre d'un accord pour une cinquième tranche d'avions.

Le ministère de la Défense affirme que la mise à niveau de la F4 sera motivée par la rétroaction opérationnelle et comprendra des améliorations aux capacités de réseau et aux capteurs actuels du Rafale. En outre, elle tiendra compte de «l'évolution attendue» des missiles et des moteurs, ainsi que de l'intégration probable de nouvelles capacités.

La France a jusqu'à présent commandé 180 Rafale pour ses forces aériennes et navales, mais avec la retraite progressive de ses Mirage 2000, il faudra des exemplaires supplémentaires pour maintenir sa flotte de combat à 225 appareils.

 

Photo : Rafale @ Armée de l’air

 

 

21/03/2017

Dernier vol pour les Lynx de la Royal Navy !

Lynx-HMA8SRU-XZ723-VL-06070.jpg

La Royal Navy a effectué un dernier vol avec quatre hélicoptères Westland Lynx HMA.8 du 815e Escadron de l'Air Naval, basé à Yeovilton pour marquer la fin de l’engagement de ce type d’hélicoptère.

 

Une page d’histoire :

Le Westland Lynx est entré en aérien au sein de la Royal Navy le 1er septembre 1976, et a été volé dans les conflits des Falklands et les guerres de Golfe. Le Lynx HMA.8 est équipé de missiles Sea Skua anti-navires et de torpilles Stingray pour la lutte anti-sous-marine.

Le premier engagement du Lynx par le Royaume-Uni a eu lieu durant la guerres des Malouines. L'engagement du Lynx HMA.8 durant la guerre du Golfe en 1991 a eu un effet dévastateur sur la marine irakienne. Le Lynx a également servi d'hélicoptère de transport de troupes à l'armée de terre durant ce conflit. Dernièrement, il est intervenu en mission lors de l'invasion de l’Irak en2003.

Arrivée de l’AW159 « Wildcat » :

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multi-rôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011.

Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

 

2324879023.jpg

Photos : 1 Lynx HMA.8 AW159 Wildcat@ Royal Navy

 

 

 

 

450ème B737-800 pour Ryanair !

2945309880.jpg

 

Dublin, la compagnie « low cost » Ryanair a fêté la livraison aujourd'hui de son 450ème B737-800 de la part de l’avionneur américain Boeing. Cette étape importante a été atteinte en moins de deux décennies, avec le transporteur irlandais à faible coût prenant une livraison moyenne de 25 B737-800 par an depuis 1999.

"Ryanair est fière de collaborer avec Boeing et exploite une flotte tout-Boeing depuis 1994, a déclaré Chief Operations Officer de Ryanair, Mick Hickey. Notre ordre actuel en ce qui concerne les B737-800 et B737 MAX-200 va nous permettre de développer notre flotte jusqu’à 585 avions pour pouvoir transporter 200 millions de passagers par an en 2024. ».

Avec plus de 80 commandes en carnet pour B737-800 « Next-Generation », Ryanair est également le client de lancement du B737-200 MAX, avec 100 commandes en carnet. Le B737-200 MAX peut accueillir jusqu'à 200 places, ce qui augmente le potentiel de revenus et de fournir aux compagnies aériennes jusqu'à 20% de rendement du carburant par siège que le plus efficace des avions mono-couloir d'aujourd'hui.

Photo : B737-800NG Ryanair @ Cris Berton

20/03/2017

Système suisse de vol en conditions dégradées!

00.jpg

La société suisse RUAG intègre un système d’assistance au pilotage pour les conditions DVE (Degraded Visual Environment) sur les hélicoptères Airbus EC635 des Forces aériennes suisse. Ce nouveau système est également développé dans la cadre d’un partenariat avec l’OTAN.

l'Armée suisse prend part en collaboration avec RUAG à un projet d'essai de systèmes DVE (Degraded Visual Environment). Les tests dans le terrain doivent fournir des données sur l'utilisation et l'efficacité de systèmes par mauvaises conditions de visibilité. Les conditions atmosphériques empêchent souvent l'engagement d'hélicoptères dans le terrain, raison pour laquelle les Forces aériennes cherchent à réaliser des progrès dans le domaine des vols en conditions dégradées. Ces progrès doivent élargir l'éventail des engagements possibles et, surtout, contribuer à la sécurité aérienne, ce dont l'aviation civile profitera également. Les essais ont eu lieu à l'Älggialp et portaient sur la problématique du « white out », voile blanc en français. Dans l'aviation, c'est ainsi que l'on décrit la détérioration des conditions de visibilité à cause de bourrasques de neige. Les tests, qui se concentrent sur l'aptitude au vol et l'efficacité des systèmes DVE par neige tourbillonnante, ont permis d'enrichissants retours d'expériences dans ce domaine.

Les essais en conditions de « voile blanc » ont été effectués à partir de la base d'hélicoptères d’Alpnach, en Suisse, où RUAG Aviation possède également un centre d'excellence indépendant pour l'entretien, la réparation et la révision des hélicoptères (MRO). Les essais DVE se sont déroulés du 20 au 23 février 2017 derniers. Les essais DVE de l'OTAN ont eu lieu dans l'intérêt de la technologie et du partage des connaissances, au-delà des frontières internationales, sur des solutions spécifiquement conçues pour améliorer la sécurité et atténuer les risques pour les pilotes et les hélicoptères. RUAG Aviation est devenu un acteur clé dans les essais pour ce type de problèmes au sein de l'OTAN, intégrant un système d’assistance de sécurité pour le pilote. Ce nouveau système antivoile blanc a été monté sur un EC635 des Forces aériennes suisses. Cet hélicoptère a servi de démonstrateur de capacité et sera utilisé pour d'autres essais par la suite, dans d'autres conditions atmosphériques qui influencent négativement sur la visibilité. Les tests par nébulosité et brouillard ainsi que lors de précipitations se dérouleront prochainement à Manching en Allemagne.    

12.jpg

Photos : 1 EC635 des Forces aériennes suisses  en conditions DVE 2 Système électronique d’aide au DVE @RUAG/DDPS                  

19/03/2017

Saab prépare le premier vol du Gripen E de préséries !

gripen-e_1603.jpg

Le Gripen E de préséries de l’avionneur suédois Saab est en bonne voie son premier vol au cours du deuxième trimestre de cette année. L’avion de préséries au standard 39-8 devrait donc prendre son envol avant la fin du deuxième trimestre. les essais de roulage au sol se poursuivent. Saab confirme également tenir son calendrier avec les premières livraisons pour 2019.

Le point sur les essais :

Les essais de roulage à basse vitesse avec le Gripen E ont débuté sur site de production Linköping à la fin de l'année dernière. L’avionneur valide actuellement son logiciel en vue du premier vol. L'avion 39-8 est actuellement en phase finale des essais au sol, tandis que le deuxième des trois prototypes est entré en assemblage final. Le troisième est dernier appareil est en cours d’assemblage.

Selon Saab le principe d'utiliser une architecture applicative sur le Gripen E est déjà un succès. Car cette méthode permet d’apporter des corrections aux logiciels de manière très rapide. Auparavant avec les anciennes versions du Gripen, il fallait des semaines et parfois des mois pour introduire une nouvelle version. Aujourd’hui, les choses vont très vite et il es désormais possible de charger un correctif de logiciel en en quelques. Selon l’avionneur, cela veut dire que pour les clients du Gripen E il sera possible d’adapter en permanences et de manière rapide des correctifs sur les appareils et ceci bien plus rapidement que sur les appareils actuellement en service à travers le monde. De plus, contrairement au F-35, le client aura un contrôle sur les applications et le téléchargement.

 

 

yourfile.jpg

Photos : 1 Présentation du Gripen E 2 Au roulage au sol @ Saab