26/01/2017

T-100, Leonardo/Raytheon abandonnent la compétition du T-X !

C3CTAGgXAAQVl-S.jpg-large.jpeg

C’est une petite bombe qui vient secouer la compétition du T-X du futur avion école destiné à l’Us Air Force, l’association de l’avionneur européen Leonardo et de l’américain Raytheon avec le T-100 (M346) a volé en éclat.

La compagnie de défense italienne Leonardo, quitte la compétition pour construire l'entraîneur T-X de la prochaine génération destiné à la Force aérienne des États-Unis, invoquant des difficultés pour parvenir à un «accord commercial» avec son partenaire Raytheon. Les rapports de désaccord entre les deux principaux entrepreneurs de défense ont commencé à émerger l'année dernière. Les compagnies américaines et italiennes avaient un "désaccord" sur certains détails commerciaux au sujet du T-100. Les discussions ont sur le partage du travail entre les deux sociétés n’ont pas semble-t-il trouvé de solution.

Leonardo seul ?

La question se pose aujourd’hui sur une éventuelle participation de Leonardo en tant qu’avionneur unique pour le remplacement des T-38 « Talon ». Selon Filippo Bagnato, directeur de la division des aéronefs de Leonardo, l’entreprise évalue comment exploiter les capacités et le potentiel fort du T-100, dans le meilleur intérêt de l'armée de l'air des Etats-Unis. Mais concourir seul aux Etats-Unis sans pouvoir compter sur l’appuis et les liens d’une entreprise américaine dans cette compétition ne laisse vraisemblablement aucune chance à l’avionneur. Par ailleurs, trouver un partenaire américain dans l’urgence, alors que la compétition vient de démarrer est en soi quasi impossible.

 

Photo : le T-100 (M346 destiné initialement au concours T-X@ Leonardo

 

 

 

23/01/2017

Nouveau radar pour les Merlin de la Royal Navy !

Merlin-Crowsnest-large_trans_NvBQzQNjv4BqscKuyqQp6IXRzod7hjCu_j9ZoOdymdQ6ONrooXZWrQE.jpg

Le ministère britannique de la Défense a donné son autorisation à la production du nouveau système de radar de surveillance « Crowsnest » qui viendra équiper les hélicoptères AW101 « Merlin » HM.2 de la Royal Navy. Le contrat s'élève à 330 millions de dollars.

Le système de radar « Crownest » est fourni par Thales UK, Lockheed-Martin UK sera l'intégrateur du système et Leonardo sera chargé de modifier les cellules. Cette décision fait suite à la sélection du système radar de Thales en mai 2015 et de la phase d'évaluation qui a coûté 29 millions de dollars. Le « Crowsnest » de Thales est une mise à jour complète du radar de recherche et de mission « Cerberus » qui équipe actuellement sept hélicoptères de type Sea King Mk7 chargés d’effectués la mission de surveillance et de contrôle aéroportés (ASaC). Les Sea King entreront en retraite l'année prochaine, mais nouveau système de remplacement n'entrera pas en service pour la formation avant 2019, avec une capacité opérationnelle initiale à suivre au deuxième trimestre de 2020.

La conception « Crowsnest » se compose d'une seule tête de radar à balayage mécanique qui utilise un système innovant pour fournir une visibilité à 360 degrés. Le nouveau système offre une interface homme-machine optimisée, dotée d'une technologie d'écran tactile, alliée à un système autonome de suivi basé sur l'intelligence artificielle. Le nouveau système offre aux opérateurs un outil d'identification de cibles nettement amélioré ainsi que la possibilité de répertorier les contacts aéroportés. En outre, il introduit le radar à synthèse d'ouverture inverse et des actions de soutien électroniques totalement intégrées. Les opérateurs peuvent aussi exploiter les données collectées plus efficacement via un système d'enregistrement et de reproduction des missions hautement amélioré, permettant la reconstitution des données en temps réel ainsi qu'en retour de mission. Le système se plie ensuite vers le côté de l’hélicoptère quand il n'est pas en opération.

merlin-asac-02.jpg

Photos : Images de synthèse d’un Merlin Crownest @ Thales

16/01/2017

L’Italie lance le programme de replacement de l’AW129 « Mangusta » !

A129-98h.jpg

L'Italie a entamé le processus de remplacement de sa flotte d'hélicoptères d'attaque et de reconnaissance AW129 « Mangusta ». Un contrat pluriannuel de 487 millions d'euros (515 millions de dollars) a été signé par le ministère de la Défense avec Leonardo.

Dans un premier temps, Rome envisage une première commande de 48 hélicoptères, en remplacement des actuels 59 AW129 « Mangusta ». Selon les prévisions de l’Armée italienne l’AW129 devrait prendre sa retraite à partir de 2025. Une seconde tranche pourrait être commandée à l’aube de 2030.

Le programme NEES :

Sous l’appellation NEES « New Exploration and Escort Helicopters » le nouvel hélicoptère devrait utiliser certaines technologies déjà mûres, comme la transmission et le rotor de queue de l’AW149, le missile Rafael Spike et le système de ciblage « Toplite », ainsi que le canon TM197B de 20mm. Le cahier des charges impose par contre de nouvelles capacités en matière de performances, d’autonomie et de survie. Les capacités offensives, les communications numériques seront également renforcées.

Le contrat de développement couvre la conception, la fabrication et la qualification de cinq appareils, un prototype, trois exemplaires de présérie et un premier hélicoptère de production avec la configuration de la capacité opérationnelle initiale (COI).

 

Photo : l’AW129 « Mangusta » aura bientôt un remplaçant@ Armée Italienne

15/01/2017

Italie, première commande pour le M-345HET !

CAcNYwjWUAAKxcz.jpg

Leonardo a signé avec la Direction nationale de l'armement italien du ministère italien de la Défense un premier contrat pour un premier lot de cinq avions d'entraînement Aermacchi M-345HET.

L'Armée de l'Air italienne a besoin d'environ 45 M-345HET (désignés T-345 par les Forces armées italiennes) pour remplacer progressivement les 137 appareils en service de type MB-339 qui sont entrés en service en 1982. Le nouvel avion fonctionnera a côté de la flotte de 18 bimoteurs Aermacchi M-346 déjà commandés et actuellement utilisés par l'armée de l'air italienne pour la phase avancée de la formation des pilotes. Ensemble, les deux types d'avions formeront un système de formation avancé pour les pilotes militaires italiens. Le M-345, grâce à ses systèmes de formation à la pointe du progrès et à la pointe du terrain, permettra à l'armée de l'air italienne d'améliorer considérablement l'efficacité de la formation et permettra une réduction des coûts opérationnels. La première livraison est prévue pour 2019. Le M-345 viendra également remplacer les MB-339 de la patrouille acrobatique italienne, les Frecce Tricolori.

 

Le M-345HET :

Le M-345 est une modernisation du M-311, qui n’est autre qu’une version améliorée du S-211. Le SIAI-Marchetti S-211 est un développement qui date de 1976, sa voilure est positionnée en position haute et affecte une très légère flèche.  Cette voilure rendait le S-211 très manoeuvrant. Le cockpit est allongé et abrite un pilote et un instructeur, ce dernier occupant un siège légèrement surélevé. Chacun des membres d'équipages dispose d'un siège éjectable Martin-Baker. La motorisation est assurée par un unique moteur, un turbofan à double flux Pratt & Whitney, moins gourmand en carburant que la plupart des moteurs de l'époque. Mais, la faible puissance délivrée par ce moteur, utilisé initialement par des jets d'affaires, ne rend pas le S-211 très performant, bien au contraire.

En 2005 Alenia-Aermacchi tente une première fois de relancer le petit jet avec une nouvelle version, le M-311. Par rapport au S-211, les modifications aérodynamiques portent sur de nouveaux saumons de voilure, une modification des cloisons d’aile, l'apparition de quilles ventrales. La structure et le train d’atterrissage ont été renforcés pour autoriser des facteurs de charge de +7 G à -3,5 G à 3100 kg en configuration lisse au décollage. Le réacteur Pratt & Whitney JT15D-5C de 1450Kg  a une puissance supérieure de 30 %. L'avionique est entièrement revue : écrans multifonctions, affichage tête haute à l’avant avec reproduction au poste arrière, plate-forme GPS inertielle, deux ordinateurs de bord pour simuler les missions. L’accent a aussi été mis sur la maintenance, facilitée par une modification des trappes d’accès, l’installation d’un générateur autonome d’oxygène (OBOGS), afin d’améliorer la disponibilité de l’appareil.

Mais depuis plus rien, le projet M-311 a été mis en cocon, jusqu’au dernier Salon du Bourget, ou le constructeur italien a annoncé la relance du programme sous le nom de M-345.

Reprenant les mêmes arguments qu’en 2005, Alenia Aermacchi propose le M-345 en complément du biréacteur M-346 qui se place sur le haut de gamme de ce créneau. Le M-345 va assurer la formation de base des pilotes. 

 

M345HET_foto_EH.jpg

Photos : 1 M-345HET lors de son vol inaugural 2 Prototype au couleurs des Frecce Tricolori @ Leonardo

09/01/2017

Les AW159 « Wildcat » anglais au complet !

2229998.jpg

Le 14 décembre dernier, l’hélicoptériste Leonardo (ex AgustaWestland) a remis le 62e et dernier hélicoptère AW159 « Wildcat » au ministère britannique de la Défense. L’hélicoptère a rejoint la base aérienne de Yeovilton, principale base d'opération de l'armée britannique et de la Royal Navy pour l’AW159 « Wildcat ».

La Royal Navy a commandé un total de 28 hélicoptères « Wildcat » HMA.2 pour remplacer les anciens  Lynx HMA.8 qui vont progressivement partir à la retraite d’ici 2017. De son côté l'armée britannique a passé commande pour 34 AW159 « Wildcat » de reconnaissances désignés AH.1.

Un contrat de 271 millions de livres sterling (environ 320 millions d'euros) a été signé avec le ministère britannique de la Défense et Leonardo pour fournir les services de soutien et de formation à l’ensemble de la flotte 62 hélicoptères AW159 « Wildcat », exploités par l'armée britannique et la Royal Navy.

183786.jpg

 AW159 Lynx Wildcat :

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multi-rôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011.

Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

 

Wildcat_01.jpg

Photos : 1 & 3 AW159 Wildcat HMA.2 t 2 AW159 Wildcat AH.1 de l’armée britannique @ Rick Ingham