25/05/2018

Le PC-24 de série au Salon EBACE !

IMG_0980.JPG

Pilatus présentera son dernier lors du Salon EBACE (European Business Aviation Convention & Exhibition) à Genève les du 29 au 31 mai prochain à Genève. Cinq clients ont déjà reçu un tout nouveau PC-24 depuis que les livraisons ont commencé en février 2018. Le travail de production des 84 premiers PC-24 commandés en 2014 est maintenant en plein essor au siège Pilatus à Stans.

Les commentaires positifs des premiers propriétaires du PC-24 sont très prometteurs: PlaneSense, le premier client, a pris livraison de son PC-24 avec le numéro de série 101 au début de février 2018 et a déjà volé plus de 300 heures. Cette société de multipropriété américaine a utilisé son PC-24 dans divers aéroports nord-américains, dont certains à haute altitude et avec des pistes courtes. L'expérience PlaneSense valide la capacité du PC-24 pour une utilisation opérationnelle quotidienne difficile. 

Pilatus de livrer en  2018 un total de 23 PC-24. Cela comprend une version exécutive pour Jetfly et le gouvernement suisse, et une version EVASAN pour le Royal Flying Doctor Service de l'Australie.

Les tests post-certification en cours :

Les prototypes du PC-24 sont actuellement occupés sur divers tests post-certification. L'accent est mis sur les approches à forte pente et opérations de décollage à l'atterrissage sur des pistes non goudronnées (en herbe) notamment à Sion, qui nécessitent différents tests individuels. Le programme de test post-certification devrait être terminé dans l'année. 

A propos du Super Jet Polyvalent :

Le PC-24 est le premier biréacteur d'affaires dans le monde entier conçu pour décoller et atterrir sur des pistes très courtes, ou les pistes non pavées, et d’offrir une porte cargo standard. Il dispose également d'une cabine très spacieuse dont l'intérieur peut être facilement adaptée aux besoins du personnels. La flexibilité exceptionnelle du PC-24 ouvre la porte sur un éventail enviable de possibilités, que ce soit en temps que jet d'affaires, d'avions d'ambulance ou pour d'autres missions spéciales. Tout cela fait un super polyvalent Jet, un avion conçu pour répondre à une grande variété de profils de mission individuels.

Photos :PC-24 aux couleurs des Flying Doctors Australiens @ Stephan Widmer

24/05/2018

Présentation de la montée en puissance de l’Advanced Super Hornet !

F-18-Advanced-Super-Hornet-hornet_gallery_lrg_09_960-768x512.jpg

Tout comme ses futurs homologues les Rafale F4 et le Gripen E MS22, le Boeing F/A-18 « Advanced Super Hornet » connu également sous la dénomination BlockIII sera doté d’une nouvelle puissance de calcul. L’avionneur américain rejoindra donc le français et le suédois pour venir contrer la toute puissance électronique du F-35.

Boeing a démontré aujourd’hui la nouvelle capacité de fusion combinée résultant des données des nouveaux et nombreux capteurs qui viendront équiper le Block III. Pour Bob Kornegay, responsable du développement commercial pour les programmes F/A-18E/F et EA-18G chez Boeing, le F-35 de Lockheed-Martin est le plus souvent associé à une capacité de fusion de capteurs qui améliore considérablement les données disponibles pour un seul pilote pour conduire et effectuer des frappes ou réagir instinctivement à toute menace, mais la flotte de F/ A-18E/F est en passe de rattraper son concurrent furtif.

La version Block II du F/A-18E/ F introduite il y a dix ans incluait une fonction d'intégration multicapteur, mais elle était limitée aux deux capteurs primaires, le radar à balayage électronique actif (AESA) APG-79 de Raytheon et le radar Harris et le système de contre-mesure ALQ-214.

La version Block III ajoute également un capteur IRST (Infrared Search and Track) de deuxième génération, permettant au « Super Hornet » de détecter et de suivre les avions ennemis sans révéler sa propre position en utilisant son radar. L'IRST est capable de détecter même des cibles furtives à longue portée. Le paquet Block III comprendra également une radio tactique de réseau pour le ciblage de Rockwell Collins (TTNT) et un processeur avancé. Ces mises à niveau permettrpont à deux ou plusieurs F/ A-18E/F de partager les données des capteurs IRST, ce qui donne à un seul combattant suffisamment d'informations pour les utiliser dans le cadre d'une solution de ciblage, explique M. Kornegay.

1044093017.jpg

En avant pour la production :

Le budget de l'exercice 2018 prévoit des fonds pour l'achat de 24 chasseurs F/A-18E /F, dont les six premiers des 116 combattants au Block III financés dans le plan de dépenses à long terme de l'USN, a précisé M. Kornegay.

Offre à l’exportation :

being,advanced super hornet,fa-18 super hornet,ea-18g growler,infos aviation,les nouvelles de l'aviation,blog défense,aviation et défense

La présentation du Block III était également organisée à l’intention des clients à l’exportation potentiels.  Comme je l’expliquais dans un article en juin 2017, la Finlande et la Suisse sont des cibles potentiels, ainsi que d’autres pays. Pour Boeing, le calendrier des deux compétitions permettrait de futurs livraisons à partir de 2022-2025 soit exactement en adéquation avec les demandes de la Finlande et de la Suisse. Bien que Boeing se soit retiré de la compétition suisse en 2008 (impossibilité de répondre en matière de compensation à 100%), l’avionneur déclare que les discussions engagées en Suisse, mais également ces derniers jours au salon du Bourget démontrent que l'environnement est différent. De plus, selon Boeing «L'approche adoptée par les Suisses est un processus très ouvert et transparent», "Cela apporte beaucoup de souplesse aux offres et ce sera une compétition très intéressante".

being,advanced super hornet,fa-18 super hornet,ea-18g growler,infos aviation,les nouvelles de l'aviation,blog défense,aviation et défense

Du côté de la Finlande, on se montre déjà très intéressé par la nouvelle version du « Super Hornet » et des futurs possibilités de développement de celui-ci. L’autre similitude entre la Finlande et la Suisse concerne le fait que les deux Forces aériennes désirent un nombre important d’avions (50-55 pour la Suisse, 64 pour la Finlande) mais avec un budget limité. Toujours selon Boeing, le « Super Hornet » reste bien moins cher que la plupart de ses concurrents (F-35, Eurofighter, Rafale) et très proche du nouveau Gripen suédois.

Photos : 1 Advanced Super Hornet Block III 2détails@ Boeing3les clients potentiels@ Lara Seligmann

22/05/2018

Israël, premiers engagements du F-35 !

17050091398_16aa81fc9f_k-e1459778906921-965x5431-1024x640.jpg

Les bonnes nouvelles sur le programme F-35 nous arrivent de l’Etat Hébreu, le chef d'état-major de l'armée de l'air israélienne (IAF) a revendiqué le statut de pionnier en tant que première force aérienne à utiliser le Lockheed-Martin F-35 au combat. Mais entre la retenue des informations et les premières « fake news » disponibles sur web, je vous propose un petit retour sur information.

On ne connaît pas la valeur des objectifs du F-35 :

Premier élément, nous ne connaissons pas la valeur précise des deux cibles qui ont été touchée par l’engagement des F-35, ce qui est parfaitement normal, le « modus operandi » reste confidentiel.

 Ce matin lors d’une convention internationale regroupant des représentants d’une vingtaine de forces aériennes,  le commandant de la force aérienne pays le général de division Amikam Norkin: à annoncé : «Nous avons effectué la toute première frappe opérationnelle du F-35 » et d’ajouter « nous avons attaqué deux fois au Moyen-Orient avec le F-35 ».

Selon le commandant de la force aérienne israélienne, plusieurs frappes ont été réalisées ces dernières semaines avec des F-16, F-15 et dernièrement le F-35 contre des objectifs Iraniens

(Force Qods) basés au sein des installations de la base aérienne T-4 à 250 kilomètres d'Israël. Par ailleurs, les vols de reconnaissances ont montrés que les forces iraniennes continuaient à stocker des munitions dans cette base, y compris avec des capacités de défense aérienne.

"Au cours des dernières semaines, nous avons compris que l'Iran transportait des missiles à longue portée et des roquettes vers la Syrie, dont des missiles" Uragan "que nous avons attaqués, juste au nord de Damas", a ajouté le général Norkin. "Les Iraniens ont tiré 32 roquettes sur Israël, nous en avons intercepté quatre, tandis que le reste est tombé en dehors du territoire israélien.

"Par la suite, nous avons attaqué des dizaines de cibles iraniennes en Syrie. Malheureusement, les systèmes de défense aérienne syriens ont tiré plus de 100 SAM (missiles surface-air) en utilisant des batteries de missiles de types : SA-5, SA-17 et SA-22. En réponse, nous avons détruit leurs batteries SAM.

Cependant, on ne connait pas exactement où et comment les F-35 ont été utilisés. Ont-ils frappé en Syrie ou au Liban ? Quel genre de mission ont-ils effectué? Attaque aérienne réelle ou reconnaissance «simple» armée ou électronique ?

 

idf-strikes-iranian-targets-in-syria1.jpeg

Fausse rumeur :

En effet, depuis quelques semaines, des rumeurs parlent d’une prétendue mission de F-35 dans l'espace aérien iranien rapportée par le journal koweïtien Al-Jarida. Deux avions furtifs F-35 « Adir » auraient survolé la Syrie et l'Irak et se sont faufilés dans l'espace aérien iranien, effectuant des missions de reconnaissance sur les villes iraniennes Bandar Abbas, Esfahan et Shiraz. L’Etat major israélien a de son côté totalement démystifié cette rumeur.

Ce que l’on sait :

Pour l’instant la Force aérienne israélienne a débuté des essais réels à petite échelle avec le F-35. Ceux-ci doivent permettre de valider plusieurs éléments : l’adaptation du système israéliens de guerre-électronique installé sur l’avion, valider la formation des pilotes et l’engagement du nouvel avion avec notamment les F-16 « Sufa » et F-15I.

L’arrivée du F-35 demande une adaptation de fonctionnement et donc de la formation des pilotes. Pour les pilotes de F-35, il faut une formation basée à 50% sur simulateur contre 30% avec les autres appareils et ceci pour faire face au volume d'informations et des systèmes technologiques complexes de l’avion. Et pour autant, les pilotes de F-35 doivent apprendre à pouvoir travailler avec les F-16 et F-15 plus maniables et dont l’engagement est différent. 

Les F-35 israéliens vont progressivement être impliqués dans des opérations toujours plus importantes, incluant d'autres avions de missions spéciales de type EW (Electronic Warfare). L’objectif à terme et de géolocaliser et classer les systèmes ennemis. Le F-35 fournira progressivement des renseignements électroniques haut de gamme combinés à des capacités avancées de fusion de capteurs pour créer une image intégrée unique du champ de bataille. Le F-35 deviendra à terme le noyau en de la force aérienne pour mener une attaque et diriger des frappes aériennes d'autres des F-16 et F15.

 Rappel : 

Le F-35 permettra progressivement à l’Etat d’Israël de maintenir une suprématie aérienne et son avance qualitative technologique dans la région, notamment en matière de dissuasion, mais également en cas de frappes préventives. Par contre, du fait du nombre réduit de F-35, l’ossature du combat aérien sera maintenu avec les F-15 et F-16 modernisés. Une nouvelle commande de F-15 est actuellement en fin négociation avec Boeing. Pour les israéliens, le système centralisé de maintenance de Lockheed-Martin représente une dépendance vis-à-vis des Etats-Unis inacceptable d’une part et dangereuse de l’autre. Les industriels israéliens à travers la société Israël Aerospace Industry (IAI) dispsoent dorénavant d’un service de maintenance complet. Israël à mis en place sont propre pare-feu pour vous assurer que l'information privilégiée ne passe pas entre les Etats-Unis et israéliens via un système externe tel que le système Autonomic Logistics information (ALIS)

De plus, pour Israël il est inconcevable de rester dépendant en matière de pièces détachées. Pour ce faire le pays va constituer son propre stock pour garder son autonomie en cas de conflit. A noter que les israéliens sont les seuls à diposer des « codes sources » du F-35.

Un F-35 différent :

Les israéliens participent au programme F-35 avec notamment la production de 811 paires d’ailes par Israel Aerospace Industries (IAI). De plus, Elbit Systems fournit le viseur de casque du pilote. Il faut également noter, que les F-35 "Adir" israéliens sont sensiblement différents avec un système de communication unique dans le cockpit. De plus, les F-35 "Adir" disposent d’un second système de liaison de données, connu sous le nom de "Ravnet-300" et produit par la société Rafael Défense. Ce système qui est à certains égards comparables au système « Link16 » standard de l'OTAN, fonctionne nettement plus rapidement et permet plusieurs applications. Mais les israéliens vont encore plus loin, avec le remplacement du système de guerre-électronique ASQ-239 «  Barracuda » de BAE Systems par un système indigène.

 

1280px-IAF-F-35I-2016-12-13.jpg

Photos : 1 & 3 F-35 « Adir » israéliens Lance roquettes iranien @ IAF

 Remerciements : mon ami "Jarod" de la Heyl ha'avir pour les infos.

 

 

 

19/05/2018

L’Inde prépare l’achat de 200 Ka-226T !

 

kamov,ka226t,iaf,amrée indienne,blog défense,aviation et défense,hélicoptères multiple,infos aviation

 

L'Inde a franchi une étape supplémentaire dans son projet d'acquisition et de coproduction de 200 hélicoptères Kamov Ka-226T pour l'armée indienne et l'armée de l'air indienne. Le choix avait été annoncé en mai 2015, et les discussions se poursuivent depuis.

Le ministère a, il y a quelques jours, lancé une demande de propositions (RFP) pour le projet auprès du fabricant, Russian Helicopters, qui fait partie de la société russe Rostec. "La RFP pour les 200 hélicoptères Kamov a été signée et transmise il y a une semaine à Russian Helicopters. C'est un jalon dans le processus de leur procurer ", a déclaré un officiel indien.

L'année dernière, des responsables indiens et russes s'étaient réunis à plusieurs reprises pour régler la demande de propositions, notamment pour comprendre comment le programme allait se dérouler en Inde. L’Inde avait clairement indiqué son intention d'acheter 200 hélicoptères, soit : 135 pour l'armée et 65 pour l'IAF.

Le Kamov Ka-226T : 

Le Kamov Ka-226 est un petit hélicoptère bimoteur utilitaire russe, il d’une cabine arrière interchangeables, plutôt que d'une cabine classique, ce qui permet l'utilisation de différentes configurations d'équipement. Le Ka-226 est entré en service en 2002. Le Ka-226T est équipé de moteurs Turbomeca Arrius 2G1.

 

Photo. Kamov Ka-226T

 

 

17/05/2018

Indonésie, les Apache entrent en service !

4186785995.jpg

L'Indonésie a officiellement mis en service les premiers hélicoptères d'attaque Boeing AH-64E« Apache » arrivés dans le pays à la fin de l’année 2017. Une cérémonie d'acceptation des huit premiers hélicoptères a eu lieu au centre de l'aviation militaire à Lanud Ahmad Yani Semarang, dans le centre de Java. L'armée indonésienne (Tentara Nasional Indonésie-Angkatan Darat: TNI-AD) utilisera l'Apache aux côtés des hélicoptères russes Mil Mi-35 qu'elle a reçus à partir de 2003.

L’AH-64E «Apache» :

L’ AH-64E «Apache» offre plusieurs améliorations, y compris une plus grande puissance en ce qui concerne la motorisation. Il est doté de nouvelles pales en composites. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones) et ceci grâce à une mise en réseau du système (Net Centric Warfare). L’AH-64E comprend une nouvelle architecture de communication de type JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir AN/APG-78 «Longbow» block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aériens et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

Photo :Boeing AH-64 E « Apapche » @ Boeing