21/08/2012

L’Inde choisit l’hélicoptère AH-64 Apache !

7.jpg


 

L’Inde continue ses achats en matière d’armement, après le choix du Rafale de Dassault et du PC-7MKII de Pilatus, c’est autour de l’hélicoptère de combat AH-64D Apache de recevoir les faveurs de New Dehli. Le contrat stipule la livraison de 22 AH-64 Apache Block III pour un montant de l’ordre de pour 1,4 milliards de dollars.


Une bataille russo-américaine :


Selon le cahier des charges indien, l’appareil américain à répondu à toutes les exigences prévues contrairement à l’hélicoptère Mil Mi-28 Havoc qui était également en compétition.

Signalons au passage que russes et américains se battent sur un autre terrain en Inde, la fourniture d’hélicoptères lourd. Cette compétition engage le Boeing CH-47F « Chinook » et le Mil Mi-26.

 

Détail du contrat :

 

La vente de 22 hélicoptères de combat AH-64D Apache comprend également une large panoplie d’armement tel que : 812 missiles AGM-114L-3 Hellfire Longbow, 542 missiles AGM-114R-3 Hellfire-II, 245 missiles Stinger Block I-92H. Dela munition de 30mm pour approvisionner les canons. Il faut également ajouter  12 radars de définition de cible AN/APG-78 , 12 Interféromètres AN/APR-48A à fréquence radar. L’Inde prévoit également de se doter d’un important stock de moteur de réserve avec 50 turbines General-El T700-GE-701D.

 

 

L’AH-64D améliorera la capacité de l'Inde à renforcer sa défense et de prévenir les menaces régionales. Ce soutien avec  l'AH-64D offrira une augmentation progressive de la capacité défensive de l'Inde pour contrer les menaces sol-blindés et de moderniser ses forces armées. L’Inde n'aura aucun mal à absorber ce soutien par hélicoptère dans ses forces armées.

Le projet de vente de cet équipement et le soutien ne modifie pas l'équilibre de base militaire dans la région.

 

AH-64D_DVD-1098-2_375x300.jpg

 

L’AH-64D Apache Block III :

 

Le Bloc III est la variante la plus avancée de l'hélicoptère d'attaque. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones). Ceci comprend un JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.


 

ah-64d-apache-combat-block-iii-helicopter-20.jpg


Photos : 1 & 2 Ah-64D Apache Block III en vol 3 Pilote avec viseur de casque @ Boeing

22:39 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : apache, ah-64d, inde, boeing |  Facebook | |

15/07/2012

La gamme Falcon entre l’Inde et Londres !

 


 

TAJ AIR MR.jpg

 

 

Entre les grosses commandes du dernier Salon de Farnborough, l’on ne pouvait passer à côté de celle-ci : Dassault Falcon a signé un accord avec les opérateurs indiens de Taj Air une charte permettant à ceux-ci  la maintenance des avions des Falcon  sur les installations au Chhatrapati Shivaji International Airport (VIDP) à Mumbai.

L'installation, qui est déjà opérationnel, fournira la maintenance programmée et non programmée, et des inspections pour tous les modèles d’avions  Falcon 2000.  L'approbation EASA est attendue pour le début 2013.

Engagement pour les JO :

Dassault Falcon a élaboré un programme d’assistance sur mesure pour les exploitants Falcon qui se rendront à Londres cet été à l’occasion des jeux Olympiques.


Outre la présence sur place d’un Responsable du Service Client, l’entreprise a doublé la capacité de son équipe GoTeam à l’Aéroport de Londres Luton et pris des mesures pour garantir la disponibilité d’un large stock de rechanges dans la région. Cette mobilisation renforcée, qui inclut l’équivalent de 2 millions USD de rechanges, s’ajoute à une présence Falcon déjà forte au Royaume-Uni, constituée de trois centres de réparation agréés.

« Maintenant que tous les Falcon sont certifiés pour desservir London City Airport, nous y attendons un plus grand nombre d’avions et, dans cette perspective, déployons des personnels et moyens supplémentaires pour veiller à ce que tous les exploitants bénéficient du plus haut niveau de soutien possible lors de leur venue à Londres pour les JO », a déclaré Jacques Chauvet, Senior Vice President du Customer Service Worldwide.

Les opérateurs Falcon desservant la capitale britannique à cette occasion pourront également profiter du programme « Let Us Know Before You Go » (« Prévenez-nous avant de partir ») de Dassault, qui facilite la mise en place d’un support adéquat préalablement à l’arrivée des avions. Enfin, en cas de besoin, le réseau mondial du service client de Dassault Falcon, qui comprend des stations services et une assistance rechanges disponibles 24/7, sera en mesure d’aider les exploitants du monde entier en cas d’immobilisation au sol (AOG).

Dassault Falcon propose des niveaux similaires d’assistance lors de nombreux autres grands événements internationaux, où les exploitants Falcon sont généralement attendus plus nombreux qu’à l’ordinaire. C’est le cas du Forum économique mondial, de la finale du championnat de football américain (Super Bowl) et de la course automobile Daytona 500 en Floride.

Photo : Dassault Falcon 2000 sur les installations de Shivaji International Airport @ Dassault

 

31/01/2012

Rafale : le bol d'air indien ,

 

800px-Rafale_Red_Flag_08-404.jpg

 

La nouvelle est tombée dans la nuit mais officialisée dans la journée, Dassault Aviation a remporte la sélection en Inde face à l' Eurofighter. Le contrat concerne 126 à appareils pour un montant évaluer à 12 milliards de dollars.

Dassault va maintenant pouvoir entrer en discussion sur la finalité du contrat, mais le premier pas, le plus important est fait. On peut allègrement parler de soulagement pour les employés de Dassault et les sous-traitants avec cette futur commande !

Mise à jour (02/02/12)

Maintenant Dassault rentre dans une phase de négociation exclusive avec l’Inde pour finaliser le contrat. C’est la phase la plus délicate il faut tout prévoir : le coût exact, le partage des tâches, les transferts de technologie, les délais de livraison. Ces négociations peuvent prendre plusieurs mois.

 

Cela peut aider malgré tout à maintenir en état, quelques années supplémentaires, les chaines de production du Rafale en France et on peut surtout espérer que le contrat permettra également de financer le bureau d’études pour faire des développements supplémentaires. C’est ici que se situe l’apport essentiel des exportations.

Photo : Rafale lors de l'exercice Red Flag @ Dassault Aviation 

17:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (56) | Tags : rafale, mmrca, inde |  Facebook | |

28/10/2011

Inde : bataille finale entre le Rafale et l’Eurofighter !

 

_BT_5448.jpg


 

Le programme MMRCA (remplacement des Mig-21) qui a été lancé en août 2007 après six années de longues  réflexions devrait toucher à sa fin prochainement. Après un processus d’évaluation qui permis d’éliminer plusieurs concurrents, soit le Mig-35, Le F-16 Super Viper, le F/A-18 Super Hornet et le Gripen NG , une «short list» définitive met au prise les deux derniers concurrents que sont : le Rafale de Dassault Aviation et l’Eurofighter d’EADS/CASSIDIAN.

La dernière bataille :

La dernière passe d’armes, va donc être lancée, entre les deux appareils européens le 4 novembre prochain avec la remise aux autorités indiennes des offres commerciales, des deux constructeurs, avec à la clef, un contrat de 12 milliards de dollars pour 126 avions !

Le vainqueur de l'appel d'offres ne sera pas choisi immédiatement, les militaires souhaitent étudier les deux offres en détail. Mais cette étape marque l'entrée dans une nouvelle phase, où les propositions financières seront comparées.

Les offsets (compensations industrielles) ont déjà été négociés. Sur les 126 avions fournis, 108 seront assemblés sur place par Hindustan Aeronautics. La décision finale doit être donnée avant mars 2012, pour une première livraison en 2014.

800px-Eurofighter_Typhoon_AUT.jpg

 

 

Analyse :

Dans ce dossier, l'Inde se retrouve à arbitrer un vieux conflit européen qui date des années 1980. A cette époque, les Européens n'ont pas réussi à s'entendre sur un avion de combat européen sur le modèle d'Airbus. Les Français défendaient le modèle d'un avion multimission, contrairement aux Allemands et aux Britanniques. De cette divergence stratégique sont nés Eurofighter qui construit le Typhoon et le Rafale de Dassault. En l'absence de réelle nationalité, le Typhoon pourrait souffrir de la mobilisation du corps diplomatique français auprès des autorités indiennes.

L'Histoire a montré que la diplomatie est déterminante dans l'issue de ces appels d'offres. Ainsi, Dassault s'offre une petite vengeance face au F-16 américain de Lockheed Martin. Washington ne lésine pourtant pas sur les pressions diplomatiques et financières pour vendre son matériel militaire, et pour éliminer ses concurrents notoires. Ainsi en est-il du gouvernement brésilien qui avait élevé le Rafale au rang de favori, avant de changer d'avis et de remettre à plat l'appel d'offre, à la faveur d'un changement de gouvernement.

Le consortium EADS/CASSIDIAN pour l’Eurofighter, en tout cas, y croit dur comme fer : le directeur général Enzo Casolini s'attend à une bonne nouvelle en provenance de l’Inde. L'Eurofighter est en tout cas régulièrement présenté comme le favori de la compétition indienne (du moins par certains). L’avion dispose même  de certaines ambitions au Japon, chasse gardée traditionnelle des Américains. Pour EADS la capacité de de lobbying développée à travers les instances diplomatiques des pays partenaires (Angleterre, Allemagne, Italie, Espagne) et de la grande tradition des liens entre Britannique et Indien peuvent faire la différence.

Mais il faudra compter sur le prix, en effet, une forte différence pourrait déclencher un choix rapide alors que l’inverse amènera de longues discussions. De plus, les indiens vont longuement étudier les coûts de mise en oeuvre et de maintenance ainsi que les coûts de production de l’avion choisit sur une chaîne de fabrication locale. Là, l’Eurofighter n’est de loin pas le favori avec une organisation industrielle baroque en matière de programme, l'Eurofighter est le seul chasseur dont les ailes sont fabriquées dans des pays différents, l'aile gauche par l'italien Alenia et l'aile droite par EADS en Espagne. Coût estimé : 2,2 milliards de livres selon le NAO, soit les deux tiers des surcoûts.

Bref, rien n’est véritablement joué dans cet appel d’offre, à suivre !

Lien sur le programme MMRCA :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/08/19/l-inde-va-remplacer-ses-mig-21.html


Photos : 1 Rafale @ Dassault 2 Eurofigter @ EADS


 

07/07/2011

L’Inde un fabuleux marché pour l’aviation !

 

 

1915642.jpg

 

 

NEW DELHI, INDE Le marché indien pourrait représenter un potentiel de 150 milliards de dollars selon les analyses de Boeing.

Une croissance particulièrement robuste doublée d’une prospérité régulière qui permet aujourd’hui l’éclosion d’une classe moyenne ayant accès aux voyages va favoriser le développement du trafic aérien tant en interne que vers l’extérieur. Pour les analystes de Boeing, les perspectives de ventes d’avions commerciaux neufs se situent à près de 1.320 appareils d’ici 2030.

L’Inde dispose aujourd’hui d’un secteur aéronautique déjà bien en place et rentable et ceci malgré les fluctuations du marché du pétrole. Ce marché va continuer à croître ces prochaines années. Le marché domestique du trafic passager va atteindre 53,6 millions de passagers et 13,1 millions pour le trafic international cette année. Le secteur devrait voir une croissance de l’ordre de 8,1 % par année.

Les futurs besoins :

Les besoins des compagnies aériennes indiennes vont s’intensifier dans tous les secteurs, soit les vols courts et long-courriers. Les compagnies Low-Cost ont déjà commencé à remplacer les flottes vieillissantes avec des appareils monocouloirs, ces même compagnies anticipent déjà la progression de la demande passagers en augmentant le nombre d’appareils commandés.

Dans la catégorie des avions monocouloir, les compagnies indiennes ont déjà montré leurs intérêts avec le B737 NG et surtout l’énorme commande de IndiGo avec l’A320NEO. Le second marché en phase de se développer est celui des long-courrier à vocation internationale comme les B777, B787 et A330 et le futur A350.

Le transporteur national Air India va devoir ces prochaines années passer commande d’un grand nombre d’appareils lui permettant de rester concurrentiel avec des aéronefs plus respectueux de l’environnement.

Rappel :

Actuellement en neuvième position du classement des marchés aéronautiques mondiaux, l'Inde a connu des bouleversements profonds dans ce secteur depuis les années 90. D'abord l'ouverture du marché aux entreprises privées, comme Jet Airways, qui eut lieu en 1994. Le pays a construit depuis de nombreux aéroports, tant régionaux qu'internationaux, ce qui devrait faire de l'Inde, à terme, le "hub" de la région Asie Pacifique.

1853027.jpg

 

 

Photos : 1 Airbus A310 air India @ Steve Bimley 2 A320 IndiGo @ Vivek Manvi

 

10:04 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : inde, boeing, airbus, transport aérien |  Facebook | |