03/03/2015

Inde : deuxième tranche de Pilatus PC-7 !

332171a2dda7778ff3817ccff8f98dc4-_J133543.jpg

 

News Dehli, le contrat du siècle se concrétise pour l’avionneur suisse Pilatus avec la seconde tranche d’avions écoles PC-7MKII. En effet,  le Ministère indien de la Défense (MoD) a approuvé l'achat d’un second lot de 38 Pilatus PC-7MKII d'entraînement de base supplémentaire pour un montant de 230 millions de francs suisses.

 

Ce second lot va venir renforcer la première commande de 75 PC-7MKII acquis par l'Indian Air Force (IAF) en 2012 pour 1 milliard de dollars. Ce second contrat va porter à 113, le nombre de PC7MKII en service au sein de l’école de pilotage de l’Indien Air Force.

 

A ce jour, Pilatus à livré 59 appareils à l’IAF, les 16 derniers PC-7 seront tous livrés selon les termes du contrat d’ici la fin de l’année 2015. 

 

Troisième et quatrième lots : 

 

Au total, l’Inde pourrait acquérir jusqu'à 181 Pilatus PC-7MKII. Une troisième commande pourrait être lancée en 2018 et une quatrième en 2020, selon les besoins finaux de l’IAF. Mais peu importe le nombre d’avion qui sera finalement commandé, l’avionneur suisse a décroché le plus gros contrat jamais réalisé à ce jour. 

 

Les avantages du PC-7MKII :

 

Si la concurrence était très forte et certains avions assez proche techniquement, la firme suisse a su faire la différence sur plusieurs éléments, d’abord elle est en mesure de pouvoir livrer rapidement la Force aérienne indienne qui se retrouvait aujourd’hui sans appareils écoles de base. Le rapport qualité prix était également très important, le PC-7 MkII est un appareil mûr, qui évolue déjà dans de nombreuses Forces aériennes avec succès et fiabilité. Le dernier point concerne la possibilité de pouvoir équiper l’avionique de l’appareil avec un très grand choix de systèmes, selon les souhaits du futur opérateur et ceci en adéquation avec les appareils de combat en ligne et futurs comme le Rafale qui vient d’être choisit par l’Inde.

De fait, les PC-7 MkII prépareront les élèves pilotes indiens à transiter sur Bae " Hawk "ou sur le HAL "Kiran" avant de pouvoir passer sur un des nombreux appareils qui équipent l’IAF (SU-27, Mirage 2000, HAL Tejas et le futur Rafale).

 

874281711.jpg

 

Photos : 1 PC-7MKII indiens 2 Pilotes indiens sur PC-7MKII @ Pilatus Aircraft

12/01/2015

Premiers Su-30MkI entièrement révisés en Inde !

1382047.jpg

 

 

Bengalore, L’avionneur indien Hindustan Aeronautics Limited (HAL) vient de remettre à l’Indian Air Force (IAF) le premier exemplaire d’un Sukhoi Su-30MKI entièrement révisé ce 9 janvier. Un second appareil entièrement rénové est également prêt à être livré.

 

Révision et modernisation complète en Inde : 

 

L’avionneur indien Hindustan Aeronautics Limited (HAL) qui dispose d’un important site de révision à Nashik en Inde occidentale. C’est dans ce complexe que l’Inde a débuté la grande maintenance de ces avions de combat Sukhoi Su-30.  Une fois entièrement révisé,  les Su-30MKI indiens peuvent encore voler 15 ans ou l’équivalent de 1’500 heures de vol. 

 

HAL ne procède pas seulement à la révision du Su-30MKI, mais le modernise en lui apportant les derniers développements et mises à jour de logiciels. Cette profonde mise à jour implique plus de 600 modifications, dont environ 2’500 processus distincts.

 

Lors de la remise du premier Su-30MKI «made in India», HAL a déclaré son intention d'augmenter sa capacité de refonte à 15 Su-30MKI par année et de doubler ce nombre d'ici 2030. Chaque Su-30 subit trois révisions au cours de sa durée de vie opérationnelle de 25 ans ou 6000 heures de vol.

 

Une première : 

 

Cette capacité à moderniser la famille Su-30 fait aujourd’hui de l’Inde le premier pays, après la Russie à disposer de cette précieuse compétence. Mais, il aura fallu à HAL plus d'une décennie, pour développer et être à niveau pour ce type d’entretien et de réparation et de révision (MRO) pour le Su-30MKI.

L’Inde se prépare à offrir ses services de maintenance et révision aux pays utilisateurs du Su-30, comme l'Algérie, la Malaisie, l'Ouganda, le Venezuela et le Vietnam.

 

49892jpg.jpg

 

Production sous licence :

 

Il faut également rappeler que l’Inde dispose d’une licence de production pour le Su-30MKI, ceux-ci sont livrés en «kit» depuis la Russie et le montage final s’effectue en Inde.

Par ailleurs, l'IAF d’ici à 2020, l’exploitation de 272 Su-30MKI ce qui en fera l’avion le plus utilisé en Inde.

 

Le Sukhoi SU-30MKI :

 

Le Sukhoi SU-30MKI bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, d’un radar AESA de type Phazotron Zhuk-MA plus puissant, capable d’engager plus de quatre cibles simultanément et ceci également vers l’arrière. L’avion dispose une certaine capacité en matière de furtivité et ceci grâce à une diminution de la signature radar. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles indien BrahMos et KH-59M Ovod-M. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. 

L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2000 heures en lieu et place des 1000 sur les versions plus anciennes. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre  extrême.

1548.jpg

 

Photos : 1 Su30MKi IAF @ Chad Thomas/Jetwash 2 & 3 Sukhoi Su-30MKI de l’Indian Air Force @ IAF

17/11/2014

Le troisième LCH indien a volé !

yourfile-1.jpg

 

 

Le troisième prototype de l’hélicoptère de combat léger indien LCH (Light Combat Helicopter) a effectué son vol inaugural d’une vingtaine de minutes. Il a permis aux pilotes d'évoluer à basse vitesse, ainsi qu’à différentes altitudes et à tester les différents systèmes de bord. 

Désigné TD-3 par l’avionneur indien Hindustan Aeronautics (HAL) ce troisième prototype a décollé des installations de Bengluru. Le TD-3 rejoint  ainsi leTD-1 et TD-2 dans le programme de test pour le nouvel hélicoptère indiens. Les deux exemplaires précédents ont accumulé 285 heures de vol en 388 vols depuis avril 2010.

HAL prévoit de faire voler encore un autre prototype, TD-4 qui permettra de faire accélérer le programme de test. Les deux modèles TD-3 et TD-4 seront particulièrement actif le cadre des essais par temps froids et chauds, et seront également utilisés pour tester l'emploi des armes.

HAL prévoit la production de 179 exemplaires pour équiper l'armée indienne. 

 

DCN_458.jpg

 

Le programme LCH :

 

Le LCH est basé sur des technologies développées pour le Dhruv, premier hélicoptère d'attaque développé par une entreprise indienne, le projet LCH a été lancé en 2006, les investissements réalisés dans le projet sont actuellement estimés à 3,76 milliards de roupies soit environ 6 milliards d'euros. Le  LCH se distingue par son fuselage proche du RAH-66 Comanche américain, la disposition des sièges est alignés comme sur les d’hélicoptères de modèles occidentaux et dispose d’une ossature entièrement nouvelle pour accueillir un blindage lourd et l'ensemble des systèmes spécifiques à l'appareil. 

La plupart des technologies du LCH sont déjà en fonction sur le Dhruv, tels, le moteur Shakti, les rotors et la boîte de transmission principale. En parallèle, les armes du LCH et les capteurs sont testés sur une version armée du Dhruv. Il s'agit notamment d'un canon de 20 mm en tourelle Nexter, du missile MBDA MISTRAL en version air-air. L'Afrique du Sud en coopération avec l’Inde Defence R & D Organisation (DRDO) développe un missile antichar guidées (ATGM) pour le LCH dérivé du MOKOPA Sud Africain. En ce qui concerne les systèmes d’alertes et de lutte anti-missiles, la société HAL a confié le développement de l’ensemble des équipements au Suédois SAAB Dynamic.

 

1024px-HAL_LCH_at_Aero_india_2013.JPG

 

 

Photos :  1 Le troisième prototype du LCA 2 le numéro 1 3 Le numéro 2 @ HAL

21:06 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hal, lch indian air force, iaf |  Facebook | |

02/10/2014

Le Tejas de série a volé !

LCA-Maiden-Flight-Oct14.jpg

 

 

Le premier exemplaire de série de l’avion de combat indien Tejas Mk1 (LCA) a réalisé son premier vol le 30 septembre dernier. L'avion a pris l'air depuis les installations de l’avionneur indien Hindustan Aeronautics (HAL) de Bangalore et a atterri en toute sécurité après un vol d'une durée d’un peu moins de 30 minutes. 

 

Un évènement : 

 

En soi, ce premier vol est un évènement, depuis le lancement du programme Tejas en 1982! Jusqu’ici, les modèles de Tejas en service étaient tous des versions de développement, qui devaient permettre de faire avancer le programme vers la production de série. Un premier escadron «d’essai» avait même vu le jour en 2013, qui a permis au pilotes indiens de se familiariser avec l’avion et surtout de permettre de corriger les derniers problèmes de mise au point de celui-ci.

 

Lancement de la production : 


75027914.jpg


 

Au total, l’Indien Air Force a prévu de se doter d’une quarantaine de Tejas MK1, dont les vingt machines d’essai qui seront progressivement mise au standard définitif. Puis dès 2017 viendra le temps des essais de la version finale du combattant indien le Tejas MkII, équipé du moteur américain General-Electric GE F-414, qui lui permettra dans sa version "Marine" d’être utilisé sur porte-avions.

 

L'armée de l'air indienne a prévu de se doter de quatre escadrons (80 avions) de la variante MkII d’ici 2020, puis d’augmenter la commande d’ici 2025.

 

Rappel : 

 

Le programme d’avion de combat léger (LCA) nommé Tejas («Glorieux» en langue sanskrit) est un programme national indien lancé en 1982, dont la mise au point aura duré 30 ans ! Les premiers appareils destinés à la Force aérienne indienne ont débuté leurs mises en service cette année avec le standard MkI, mais restent encore, au stade de préparation en vue de l’arrivée du standard MkII. Il s’agit du plus petit avion de combat polyvalent au monde. Ce programme est sous la responsabilité du constructeur indien HAL (Hindustan Aeronautic Ltd).

Les appareils de série sont dotés du General-Electric F414G, le moteur Kaveri indien ayant été abandonné. En attendant, les tests ont été effectués avec un General-Electric F-404.

Le HAL Tejas est doté d’un radar multimodes à effet doppler disposant des modes : air-air, air-sol et air-mer et dispose d’une nacelle FLIR et d’un désignateur laser. Il pourrait également recevoir une liaison de données.

Une seconde version du Tejas, destinée à la Navy a vu le jour et formera l’épine dorsale de la défense navale aux côtés des MiG-29K/KUB (version navalisée du MiG-29). Au total, l’Inde prévoit de s’équiper d’un total de 260 Tejas pour l’Air Force et la Marine.


34390288.jpg


 

 

Photos : 1 Premier vol du Tejas de série 2 Cockpit Tejas MKI 3 Tejas MK1 d’essai@ HAL

21:12 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hal, tejas, tejas mk1, tejas mk2, iaf |  Facebook | |

22/09/2014

Inde, lente modernisation des Mirage 2000!

2854595289.jpg

 

New Dehli, la modernisation de Mirage 2000 indiens avance lentement. En 2011, l’Inde a lancé un programme de modernisation d’une valeur de 2,4 milliards pour sa flotte d’avions de combat Mirage 2000. Deux problèmes ont été identifiés.


Si les trois premiers Mirage 2000H indiens modernisés en France ont été remis à l'IAF, les trois suivants, qui sont sous la responsabilité de HAL au sein des installations de Bangalore sont toujours en attente de leur certification depuis 2012. 

 

Contrat non signé :

 

Selon le dernier rapport disponible, un contrat de pièces de rechanges concernant l’avionique n’a toujours pas été signé. En conséquence, la modernisation des Mirage 2000 indiens par HAL prend du retard et un quart de la flotte est aujourd’hui clouée au sol. En conséquence, des avions qui devraient entrer en modernisation, ne le sont pas et d’autres sont cannibalisés pour permettre de faire voler une flotte minimale.

 

Des problèmes de formations : 

 

Selon le dernier calendrier disponible, la mise à niveau de tous les Mirage 2000 indiens devrait durer sept ans. HAL ne serait en effet, capable que de moderniser, six avions par année. Plusieurs ingénieurs de HAL ont dû venir se former en France, afin d’atteindre un niveau suffisant pour travailler à l’amélioration des Mirage 2000. Mais il semble que de nombreuses lacunes persistes en matières de connaissances et péjorent le projet.

 

Modernisation des Mirage 2000H : 

 

L’objectif technique de cette modernisation comprend une mise à niveau des Mirage 2000 au standard -5 /II  avec l’adjonction de la nouvelle version du radar RDY-3, un cockpit numérique compatible avec de jumelle de vision nocturne. L’avion recevra une liaison Link16 indienne couplée à un système de données tactiques JTIDS. L’Inde a également négocié l’acquisition d’un viseur de casque.  Question armement,  la France fournira la dernière génération de missile MICA, doté d’autodirecteur à infrarouge et à guidage radar. L’appareil pourra également emporter divers types de bombes lui permettant une allonge en matière d’attaque au sol.

Les Mirage 2000H acquis au milieu des années 80 commencent sérieusement à être dépassés technologiquement. Ce programme doit permettre à l’avion français de Dassault de retrouver des capacités, lui permettant de pouvoir maintenir ses engagements durant encore 20 ans.


21021223.jpg


 

 

Photos :  Mirage 2000H de l’IAF@ IAF