11/01/2013

Canada, première compétition en coulisse !

rafale_eurofighter_and_gripen_by_marek1101-d30vsjz.jpg

 

 

 

OTTAWA, le gouvernement n’a pas encore officiellement lancé la compétition dans le but de trouver une éventuelle alternative au choix du Lockheed-Martin F-35 « Lightning II », que les constructeurs susceptibles de concourir, se préparent déjà en affûtant leurs arguments.

 

 

Rencontre avec le parlement :

 

Il y a quelques jours, des représentants d’EADS/Cassidian Allemagne pour l’Eurofighter Typhoon II et des membres suédois de Saab Gripen ont proposés leurs appareils pour le remplacement des Boeing CF-18A/B « Hornet ». Les deux sociétés ont argumenté le fait, que leurs appareils répondaient au cahier des charges canadien et coûtaient très nettement moins cher que le F-35.

 

Du côté du constructeur suédois, on annonce déjà la possibilité de fournir 65 JAS-39Gripen E maintenance incluse pour un coût inférieur à 6 milliards de dollars, soit 3 milliards de moins que le coût d’achat actuel des F-35 auxquels, il faut ajouter encore les frais d’entretien qui ne sont pas fixes  pour l’instant et loin d’être connu avec l’avion américain.

Bien que plus en retrait pour l’instant, le nouveau PDG de Dassault Eric Trappier, se dit convaincu des chances de son avion de chasse, le Rafale. Il le présente comme « l'une des meilleures solutions de rechange » au F-35 de son concurrent Lockheed Martin.

Du côté de chez Boeing, on s’active (discrètement) également pour  mettre sur les rangs le F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Pourtant rien n’est joué :

L’actuel gouvernement maintien encore la carte du F-35, alors que l’opposition annonce clairement une véritable compétition en cas d’élection avec à la clef l’annulation du contrat F-35. Le gouvernement actuel pourrait donc bien céder à la pression et annoncer d’ici ce printemps un appel d’offre permettant d’apaiser les esprits, du moins en apparence !

Lien :

 http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/12/17/rcaf-une-v...

 

Photo : maquettes de Rafale, Gripen et Eurofighter

20/11/2012

Le Gripen E, finances, offsets, emplois !

Axalp3.jpg


 

Voici le second volet consacré au programme d’armement 2012 concernant l’acquisition de l’avion de combat Saab JAS-39E «Gripen». Dans le premier vous avez pu prendre connaissance des derniers éléments techniques de l’avion. Nous allons ici voir les dernières informations disponibles concernant le financement, les Offsets et les emplois. Ces informations ne sont pas définitives et vont encore évoluer, je compléterais le dossier en fonction de l’évolution du programme. 

 

Le volume de l’acquisition :

 

L’acquisition proposée se compose des éléments suivants :

22 avions monoplaces, entièrement équipés pour les engagements air-air avec missiles à guidage infrarouge et radar, munitions et réservoirs à carburant largables.

Equipements d’engagement supplémentaires : équipement de reconnaissance pour équiper dans un premier temps quatre avions,équipement pour des engagements air-sol pour  équiper toujours dans un premier temps huit avions.

Paquet logistique pour les Forces aériennes. Paquet logistique pour l’industrie suisse.

2 simulateurs de vol.

Diverses prestations, par exemple l’intégration du Gripen dans les systèmes de conduite, prestations de RUAG et de tiers, ainsi que vols d’essai pour la vérification du fonctionnement et des prestations du système d’arme.

 

Coûts de l’évaluation et de l’acquisition :

 

Pour le DDPS, les coûts directs de l’évaluation, d’environ 5 millions de francs, ont grevé le crédit Etudes de projets, essais et préparatifs d’achat (EEP 2008), tandis que les frais de déplacement se sont élevés à environ un million de francs.

L’équipe de projet du DDPS a fourni approximativement 100’000 heures de travail pour l’évaluation, ce qui équivaut à 15 à 20 millions de francs.

Les coûts de l’acquisition, y compris le risque et le renchérissement estimé jusqu’à la livraison du paquet, s’élèvent à 3,126 milliards de francs.

 

Calcul des crédits et fixation des prix :

 

La Suisse passe la commande des Gripen E au gouvernement suédois. Ce dernier commande ensuite à Saab la totalité des appareils destinés à la Suède et à la Suisse. Il est ainsi possible d’exploiter les synergies et d’obtenir des prix plus avantageux grâce à ce regroupement (Pour les F/A-18 la Suisse avait passé commande auprès de l’US Navy qui a regroupé sa commande de 180 appareils à la notre auprès de Boeing).

 

Pour les livraisons de Saab, il existe une offre contraignante à prix fixe en francs suisses du gouvernement suédois. La Suède garantit que ce prix ne sera pas dépassé. Pour les missiles à guidage infrarouge: l’IRIS-T de la société Diehl BGT Defence GmbH & Co KG, à Überlingen ( Allemagne ), a également présenté une offre contraignante à prix fixe en francs suisses. Ces deux offres à prix fixe représentent conjointement approximativement 85 % du volume de l’acquisition.

 

Pour le solde de l’acquisition (soit environ 15% du budget de l’acquisition), la meilleure estimation possible des coûts a été faite. Cette estimation inclut l’acquisition de missiles à guidage radar Meteor de MBDA, pour lesquels une offre en livres sterling remise à des fins de budgétisation a été utilisée.

 

 

Le gouvernement suédois a présenté une offre à prix fixe en francs suisses et assume, ainsi, les risques liés au cours du change pour la plus grande partie du budget d’acquisition. De plus, le constructeur s’engage à livrer les avions dans les délais, si toutefois un retard devait être constaté, un dédommagement serait alors offert à notre pays.

 

Conformément à la loi du 7 octobre 2005 sur les finances (LFC)9, les crédits d’engagement demandés dans le cadre d’un programme d’armement représentent un montant maximal qu’il est interdit de dépasser sans l’autorisation du Parlement. 

 

 

Les Offsets : 


 

Sans titre.jpg


 

Le constructeur s’est engagé à compenser la totalité du coût d’achat de l’avion soit : 3,126 milliards de francs.

Les affaires de participation directe et indirecte ne bénéficient d’aucune subvention de la Confédération. Les offres des entreprises suisses doivent être compétitives pour que les affaires se réalisent. La détermination des possibilités de participation est dirigé par armasuisse et le bureau des affaires compensatoires, à Berne, et il est exécuté par l’équipe industrielle du Gripen, composée en particulier de représentants des entreprises Saab, General Electric, Selex et Honeywell Collins, conjointement avec les associations de l’industrie Swissmem et GRPM.

 

Dès la remise de l’offre, la société Saab s’est engagée à compenser économiquement, par un programme industriel suisse, les flux financiers la concernant. En l’état actuel, le volume total est estimé à quelque 2,5 milliards de francs. Le programme industriel suisse porte sur toutes les parts de fournisseurs étrangers. Il s’agit des fabricants de missiles, en plus du fabricant des avions. Les parts de fournisseurs suisses et d’organes gouvernementaux ainsi que les acquisitions de moindre importance auprès de tiers ne sont pas prises en considération. Le crédit d’engagement demandé inclut toutes les taxes et redevances, aux taux actuellement connus. Pour les projets proposés, le renchérissement a été estimé jusqu’à la livraison complète du matériel et figure dans les demandes de crédit. Le renchérissement est fixé sur la base de l’indice des prix à la consommation et de l’évolution des prix des matières premières.

Le solde des affaires de participation directe et indirecte de l’industrie suisse devra être négocié après la signature du contrat, comme cela est usuel. Les affaires s’étendront sur une période d’environ 10 ans.


 

offsets2.jpg


 

Emplois : 

 

En ce qui concerne l’armée : quelque 150 postes exprimés à plein temps sont prévus au total pour l’exploitation du Gripen : 41 pilotes militaires professionnels, 6 officiers de carrière pour les capacités de base reconnaissance aérienne et combat au sol, 3 sous-officiers de carrière pour l’instruction et environ 100 postes pour le personnel professionnel civil. 

 

offsets.jpg

 

En ce qui concerne l’industrie civil, bien que les détails sont encore confidentiels et ne seront divulgués que courant 2013, les transferts de technologie, développements de brevets et les contrats avec la Suède vont générer plusieurs milliers de places de travail au sein de l’économie de notre pays. Il en résultera un accroissement du savoir-faire et une valeur ajoutée pour les entreprises industrielles de haut niveau technologique. Le volume attendu des affaires compensatoires correspond habituellement à l'activité économique de quelque 10 000 années-hommes.


 

offsets3.jpg


 

Conséquences pour l’économie publique : 


 

offsets4.jpg


 

L’acquisition du Gripen est avantageuse pour l’économie publique suisse pour les raisons suivantes : les dépenses liées à l’acquisition sont compensées par des affaires précisément dites compensatoires dans la mesure où des contrats sont conclus avec l’industrie étrangère. Il s’ensuit une acquisition de savoir-faire et de la valeur ajoutée dans des branches industrielles de haut niveau technologique. De plus, l’exploitation et la maintenance du Gripen préserveront et créeront même parfois des emplois à long terme.

Les affaires compensatoires à réaliser par l’industrie suédoise auprès de l’industrie suisse portent notamment sur les domaines suivants : Le transfert de technologies dans le secteur aéronautique en vue du soutien à long terme aux Forces aériennes pour l’exploitation, la maintenance et le développement des nouveaux avions.

Le transfert de technologies dans le domaine de la technique de défense et de sécurité en général, pour un soutien accru de l’armée par l’industrie suisse également dans des domaines autres que le secteur aéronautique.

La mise en place de relations d’affaires durables à long terme pour l’industrie suisse, perdurant après l’achèvement des affaires compensatoires.


 

Gripen_armasuisse_stor.jpg


 

Lien sur le premier volet : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/14/programme-...

 

 

 

Photos : 1 & 2 Gripen NG lors de sa démonstration en octobre dernier @ DDPS

 

17/10/2012

Le Rafale tire le Meteor !

GG_N19A0549.jpg


 

L’avion de combat de Dassault aviation vient de franchir une étape importante  avec le tir d’un missile Meteor. Ce premier tir du missile à très longue portée depuis une plateforme Rafale confirme l’avancée du programme de missile européen de demain.

 

Le Rafale no : B301 opérant à partir de la base aérienne de Cazaux dans le centre sud-ouest de la France, à réussi avec succès le tir d’un missile Meteor (BVRAAM) le 10 octobre dernier.

 

Le Meteor : 

 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

GetFile.jpg

Il sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

1. Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef 

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

 

La capacité européenne :

 

L’Europe peut se targuer de disposer de trois avions de combat qui dans leur standard respectif le plus élevé soit le Rafale F3-04T, l’Eurofighter DA7 tranche 3 et le Gripen E sont à la pointe de la technologie de demain. Ces trois appareils disposeront également de ce qui se fait de mieux en matière de missile de nouvelle génération, le METEOR.

 

Le tir d’un missile Meteor à partir d’un Rafale vient compléter le premier tir d'essai du missile Météor qui avait été effectué depuis un Gripen C en 2006 (Vidsel, Suède). En ce qui concerne l’Eurofighter, il a terminé sa première série d’essais le 20 juin 2011 (Aberporth, Royaume-Uni), consistant en des tirs de séparation. 


 

571228329.jpg


 

Photos : 1 & 2 Meteor sur le Rafale @ Dassault Aviation 3 Le Meteor @ MBDA

 

30/09/2012

L’Algérie négocie l’achat de Gripen E !

406484745.jpg


 

La nouvelle a de quoi surprendre, alors que ce pays vient de se doter de Sukhoi SU-30. La conséquence aboutirait même au retour des jets russes à leur constructeur.

Les Sukhoi SU-30 étaient censés remplacer les MIG-29 au sein de l’aviation algérienne, mais les pilotes ont découvert du matériel d'espionnage israélien sur ces mêmes appareils. Selon des informations circulant dans le monde du renseignement, l'Armée nationale populaire (ANP) a entamé des négociations avec le Suédois Saab pour l'achat d'avions de combat devant remplacer une partie de sa flotte de MiG-29 par des Gripen E (NG). De plus, cette possible transaction entre dans le cadre de la stratégie adoptée par l'armée algérienne consistant à diversifier les marchés, c'est-à-dire conclure des contrats avec plusieurs fournisseurs. 

Il semble d’ailleurs que des pilotes algériens ont, dans le cadre de nouveaux contrats dont la conclusion a été décidée suite à la découverte de matériel israélien, testé des Gripen en Suède à la fin de l'année 2011. 

La Malaysie s’intéresse au également au Gripen:

La Royal Malaysian Air Force (CGRR) s’intéresse à la location d’avions de combat Gripen C/D voir même des E dans le cadre du contrat Multi-Role Combat Aircraft (MRCA). 

Dans une interview accordée au journal  The Sun, le Chef de la Force aérienne  Tan Sri Rodzali Daud déclare ouvertement que le Gripen est une option rentable parce que l'achat de nouveaux chasseurs auraient besoin d'énormes dépenses financières. Toujours selon le journal, la Malaysie est en discussion pour une location dans un premier temps de 18 appareils de type Gripen (standard non précisé) qui pourraient  ensuite déboucher sur un achat définitif.

Photo : Gripen F (NG) en vol @ SAAB


25/09/2012

La SAAF a reçu ses derniers Gripen C/D !

536.jpg


 

 

La South African Air Force vient de réceptionner ses quatre derniers Saab JAS-39 C/D Gripen en fin de semaine dernière, ceux-ci sont arrivé par bateau en Afrique du Sud. Au total l’Afrique du Sud avait commandé en 2008, 17 Gripen monoplaces C et 9 biplaces D. 

 

Le premier Gripen C destiné à la SAAF no: 39 2101 avait effectué son premier vol le 11 juin 2009. L’arrivée de l’avion suédois au sein de la Force aérienne envoya progressivement les ATLAS « Cheetah» (dérivé local modernisé du Mirage III) au musée. La formation des équipes au sol à débuter en 2007, alors que les premières transformations d’équipage débutèrent au 4ème trimestre de 2008.

 

7420704822_1fce78e1d2_z.jpg

 

La SAAF déclare être pleinement satisfaite du Gripen C/D, tout en devenant le premier utilisateur à l’exportation du casques HMD Cobra (Helmet Mounted Display) de dernière génération.Développés en coopération entre Saab, Bae Systems et Denel Optronics.  Le Cobra offre aux pilotes de Gripen de la SAAF (South African Air Force) la possibilité d’utiliser le plein potentiel de leurs missiles air-air courte portée à imagerie infrarouge IRIS-T (un produit de Diehl BGT Defence) et du futur missile air-air A-Darter (un produit de Denel Dynamics), lui aussi basé sur une tête chercheuse à imagerie infrarouge et testé pour la première fois par la SAAF en juillet2011. Conçu pour répondre au mieux aux exigences du Gripen, le casque Cobra fonctionne par tous les temps, pour toutes les opérations relatives à l’enveloppe de vol de combat complète. En tant que composante clé du système Gripen, la superposition des paramètres de vol, des données issues des différents capteurs et des disponibilités des armements embarqués sur la vision directe du monde réel permet de maximiser l’efficacité à travers tout le spectre des missions tactiques.

 

 

Les principales améliorations :


 

saab,gripen,gripen saaf,saaf,gripen cd


 

Les Gripen C/D de la SAAF sont au standard MS20  et ont reçu un certain nombres d’améliorations par rapport au modèle MS19.  L’appareil est complètement multirôle :

air-air, air-sol et avec les modes de reconnaissance. L’avion dispose également des améliorations suivantes :

 

Full Authority Digital Engine Control (FADEC).

Capacité de ravitaillement en vol.

Système embarqué de génération d'oxygène (OBOGS).

Mise à niveau de tous les ordinateurs principaux.

L'architecture avionique améliorée.

Trois écrans couleur.

LINK16.

 

La SAAF utilise également  la doctrine suédoise des opérations de déploiement sur route, le Gripen est parfaitement adapté à l'environnement africain. Ses distances de décollage et d'atterrissage sont très modestes demande que très peu de matériel de soutien au sol,  et ceci même à partir d'endroits austères. Le système Built-in Test Equipment réduit le temps de détection des erreurs et permets de remplacer rapidement en ligne des équipement défectueux (LRU). La SAAF se félicite également du temps de rotation particulièrement réduit et des processus simplifiés. 

 

Première femme pilote de Gripen :


 

1264713690.jpg


 

La première femme qualifiée pour voler un Gripen est sud-africaine, le 11 octobre 2010, le major Catherine Labuschagne effectua son premier vol en solo sur Gripen depuis la base aérienne de Makhado dans la province de Limpopo, en Afrique du Sud. Cette performance lui permettra de faire son entrée dans le livre des records en qualité de première femme pilote sur Gripen.


 

gripen-saaf-1.jpg


 

Photos : 1 & 4 Saab JAS-39 D Gripen en vol  2 JAS-39 C au roulage 3 Major Catherine Labuschagne @ SAAB/SAAF

21:18 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : saab, gripen, gripen saaf, saaf, gripen cd |  Facebook | |