11/07/2014

Embraer partenaire du Gripen E !

3248674945.3.jpg

 

L’avionneur brésilien Embraer, troisième constructeur mondial, s’associe avec Saab en tant que partenaire du programme d’avion de combat Gripen E. Embraer et Saab ont signé un protocole d'accord pour un partenariat dans la gestion du programme conjoint pour le projet F-X2, conformément à la sélection du Gripen E pour le Brésil. En vertu de cette entente, Embraer jouera un rôle de premier plan dans la performance globale du programme, ainsi que pour la production et la livraison du Gripen E pour l'Armée de l'Air brésilienne. 

 

Embraer va coordonner toutes les activités de développement et de production au Brésil, au nom de Saab, participera à l'élaboration de systèmes, l’intégration et les essais en vol, l'assemblage final et les livraisons. 

 

La finalisation du contrat d’achat de la première tranche de 36 Gripen E (sur un total de 100) devrait être signé avant la fin de cette année.

 

Photo: Gripen E aux couleurs brésiliennes @ Saab

 

 

19:20 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : embraer, saab, gripen, gripen blog, gripen brésil, fx2 |  Facebook | |

07/07/2014

Le Meteor opérationnel sur le Gripen !

IMG_0092.JPG

La société de défense et de sécurité Saab et FMV ont conclu les derniers tirs d'intégration du missile Meteor BVRAAM (Beyond Visual-Range Air-to-Air Missile) sur l’avion de combat  Gripen en collaboration avec MBDA.

Ces derniers tirs, ont permis de vérifier la performance et l’intégration du nouveau missile sur les avions de la famille Gripen. C'était la dernière grande tâche d'essais requise pour  rendre opérationnel le missile Meteor sur les  Gripen C/D  et sur son successeur le Gripen E.


9cbbf306415eea25_800x800ar.jpg


Dorénavant, le Meteor sera disponible sur les JAS-39C/D Gripen MS20 qui équipent la Suède. Le Gripen devient le premier avion au monde à être doté du nouveau missile de référence de type BVRAAM. Le Meteor deviendra l’arme clef du combat aérien longue portée sur le Gripen E.

Rappel : 

 

Le premier tir d’un Meteor «inerte» avait déjà été réalisé avec un Gripen A/B en 2005, suivi   en juillet 2013 par une série de tir permettant de valider l’emploi du Meteor de série (actif).

La dernière phase qualifie ainsi le missile sur la famille «Gripen».

 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.


3006309492.jpg


 

 

Le missile Meteor : 

 

Le Meteor  sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

 Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.


270874267.4.jpg


 

 

Photos : 1 Gripen F avec Meteor 2 Finalisation de tir sur Gripen C 3 Essais sur Gripen A Tir depuis un C @ Saab

31/05/2014

Suède & Brésil, coopération renforcée sur le Gripen!


3248674945.3.jpg



La coopération entre le Brésil et la Suède vient de s’accélérer avec le nouveau partenariat signé entre l’avionneur Saab et l’entreprise spécialisée en aéronautique brésilienne Akaer.

L’avionneur suédois vient d’entrer à hauteur de 15% dans le capital de la société brésilienne afin de créer une collaboration stratégique à long terme entre les deux entités.

 

Le partenariat entre Saab et Akaer existe depuis 2007, quand Akaer s’est vu confier la responsabilité de la conception spécifique d’ingénierie sur le Gripen NG. Le nouveau partenariat est important pour la conception en continuité du Gripen E et le développement  en continu de l’avion. L’autre aspect important de ce partenariat stratégique concerne non l’ensemble de la coopération entre les deux pays dans les domaines de l'aérospatiale et de la défense, mais également en vue de l’exportation du Gripen E.

 

Akaer va fabriquer plusieurs éléments du Gripen E, dont le fuselage central, une partie des ailes et diverses pièces en matériaux composites.


 

gripen-akaer-600x411.jpg


 

Un partenariat fort :

 

L'engagement de l'aérospatiale brésilienne dans le programme Gripen E inclut la fabrication de pièces de l’avion, l’assemblages de celles-ci et l’assemblage du Gripen E au Brésil  (partenariat Saab, Embraer, Akaer).

Il est prévu également la création d'un centre de maintenance pour le Gripen au Brésil.

 

La coopération prévoit la conception, le développement et l’intégration du matériel, soit l'avionique, les logiciels et les systèmes sur le Gripen. Le transfert de technologies de pointe et des compétences essentielles «High-Tech» comme par exemple la fusion des capteurs et le développement de la basse visibilité de l’avion ( LO ). Saab garanti notamment l’accès aux codes sources de l’avion.

 

A noter : 

 

Les éléments prévus pour la fabrications en Suisse n’ont pour l’heure pas été réafectés.


Le Brésil prévoit d'acquérir une première tranche de 36 Gripen E, au total se sont pas moins de 100 appareils qui sont concernés.

 

Photo : Gripen E aux couleurs brésiliennes @ Saab

21/05/2014

Gripen : Pas de plan B, mais un plan C/D/E !

DSC_2599.jpg


 

 

Le Chef du DDPS a affirmé qu’il n’y avait pas de « plan B » à l’acquisition du Gripen. Après le vote du 18 juin, le moment est désormais venu de poser cette question. Car l’indécision et l’inaction peuvent coûter cher à la Suisse.

La flotte de F-5 Tigre (1979) doit être retirée du service en 2016. Le maintien de celle-ci nécessiterait des investissements importants et ne saurait prolonger la durée de vie de ces appareils très longtemps. Si rien n’est fait, la flotte de F/A-18 Hornet (1993) atteindra sa limite de vie utile à l’horizon 2025. Il n’y aura alors plus d’appareils pour assurer la police du ciel, encore moins pour assurer la défense aérienne de la Suisse en cas de crise. Dans ces conditions, on doit envisager la fin de la politique de bons offices et de la Genève internationale, sans parler de facto d’un abandon de souveraineté à nos voisins ou à l’UE.

Sachant qu’il faut une dizaine d’années entre l’évaluation et la disponibilité opérationnelle d’un système d’armes aussi complexe qu’un avion de combat, un choix stratégique et politique doit avoir lieu au plus tard dans un an. On peut, dès lors, imaginer trois variantes de base.

 

Attendre pour lancer une nouvelle évaluation n’a guère de sens, car les appareils à évaluer dans 3-5 ans sont peu ou prou déjà en service aujourd’hui. En fonction de l’état des ventes à l’exportation, il est possible que l’Eurofighter ou le Rafale ne soient, alors, plus en production - diminuant alors notre choix. Les partisans de cette variante font miroiter l’achat de l’appareil de nouvelle génération Lockheed F-35. Mais celui-ci coûte au bas mot trois à quatre fois plus cher que le Gripen E ; son développement a été laborieux et parsemé d’échecs et de frustrations ; à tel titre qu’il n’est pas sûr que celui-ci soit disponible à temps pour les pays non-partenaires du programme initial ; les négociations avec le Gouvernement américain au sujet du F/A-18 durant les années 1990 –en pleine crise des fonds en déshérence- ont laissé des traces. Enfin, pour assurer la police de notre ciel, un appareil furtif, optimisé pour les frappes au sol n’a guère de sens.


 

DSC_3240.jpg


 

La seconde option consisterait à renégocier avec les Gouvernements et les avionneurs européens l’achat d’Eurofighter ou de Rafale d’occasion. Cela est d’autant plus imaginable que des offres ont déjà été faites par Cassidian (EADS). Et d’ici 2017, la Grande-Bretagne aussi bien que l’Allemagne ou l’Italie devront se débarrasser de leurs appareils de première génération afin d’honorer leurs commandes d’appareils de troisième génération qui sont en train d’entrer en service actuellement. On peut imaginer que l’achat d’un tel lot de 10-15 appareils se monte à un tiers de la facture de 22 Gripen E neufs. Mais il faut être conscient que la transformation des infrastructures existantes, la mise à niveau de ces appareils ainsi que le degré d’utilisation des cellules, sans parler des coûts d’utilisation sensiblement supérieurs, impliquent au final des surcoûts très importants. En l’état, les appareils allemands ou italiens de première génération, à l’instar de ceux acquis par l’Autriche, ne disposent d’aucune capacité air-sol ; leurs systèmes d’armes ne sont pas meilleurs que nos F/A-18 actuels. Une réelle mise à niveau coûterait ainsi autant que l’achat d’appareils sortants d’usine.

 

Enfin, on peut s’inspirer de la solution trouvée par le Groupement de l’armement à l’issue du « Nullentscheid » de 1971, après que le Parlement ait refusé les crédits d’acquisition de nouveaux avions de combat. En renégociant les contrats avec la Suède, qui devra remplacer ses Gripen C/D actuels pour recevoir ses appareils de nouvelle génération (E/F) à l’horizon 2017-2020, il serait possible d’acquérir un lot de 11 Gripen C/D d’occasion – sur la base des accords de leasing prévus. Un second lot de 11 Gripen C/D ou E devrait alors être acquis à l’horizon 2020-2025. Un troisième lot de Gripen E pourrait ensuite être acquis à partir de ce moment, afin de remplacer notre flotte de F/A-18. Cette solution permettrait de maintenir les coûts de chaque lot en-dessous du seuil psychologique du milliard de francs, tout en « sauvant les meubles » de nos accords de partenariat et de compensation avec la Suède.

 

On le voit, toutes ces solutions seront, à terme, plus chères que l’acquisition proposée au peuple suisse le 18 juin. Il n’y a donc pas de véritable « plan B ». Mais il y a des alternatives, qui requerront un réel leadership, une vision et un consensus politiques, au moment où sera rédigé le prochain Rapport sur la politique de sécurité.

 

3098528667.jpg

 

Texte d’Alexandre Vautravers,Professeur agrégé, en histoire, 

Sécurité et études stratégiques à la Webster University

Rédacteur en chef, Revue militaire suisse (RMS+)

 

Photos : 1 F-5E de la Patrouille Suisse 2 F/A-18C Hornet 3 Gripen F @ P.Kummerling

16/05/2014

La République tchèque signe l’accord Gripen !

ob_963272_gripen.jpg


Aujourd'hui, la République tchèque et la Suède ont signé le nouveau contrat concernant l’avion de combat JAS-39 C/D «Gripen». Le contrat précise que la République tchèque continuera de louer 14 avions «Gripen» au moins jusqu'en 2027.

Cette signature fait suite à l’approbation le 12 mars dernier, faite par le Gouvernement de la République tchèque en ce qui concerne les négociations et l’accord obtenu avec la défense suédoise et l'Agence de Sécurité d’Exportation (FXM).

Le contrat a été signé par le vice-ministre tchèque de la Défense pour les acquisitions Bohuslav Dvořák et Ulf HAMMARSTRÖM, Directeur général de la Défense et de l'Agence suédoise de sécurité des exportations (FXM). La signature du contrat a eu lieu dans un hangar «Gripen»à la base aérienne tchèque à Čáslav. Tant le ministre tchèque de la Défense Martin Stropnický et secrétaire d'Etat suédois au ministère de la Défense Carl von der Esch ont participé à la cérémonie.

Le nouvel accord signifie que la République tchèque louera 14 Gripen C/D pour une période de 12 ans. La Formation et le perfectionnement sur  l'appareil sont également inclus, comme le soutien logistique et opérationnel nécessaire pour déployer l'avion. Le premier contrat de location avec la République tchèque pour 14 JAS-39 Gripen C/D a été signé en 2004. La République tchèque a été le premier membre de l'OTAN à mettre en oeuvre le Gripen.

Amélioration des Gripen tchèques :

Le standard C/D MS19 des Gripen tchèques passera également au standard MS20 qui comprend : de nouvelles radios cryptées et une liaison de donnée Link16. Des lunettes de vision nocturne compléteront également l’équipement des pilotes.


 

fulltanktack.jpg


Photos : 1 Gripen tchèques @ Martin Kral 2 Gripen C en ravitaillement @ Saab