30/03/2014

Gripen E, un choix technologique!

sui.parsys.21050.3.photo.Photogallery.jpg


 

 

Voici un volet spécifique au choix du Gripen E, nous allons voir ensemble, que ce choix n’est uniquement financier, mais également technique. L’occasion de décortiquer les  qualités de l’avion et de se rendre compte de la situation du programme. 

 

Situation du programme Gripen E aujourd’hui :

 

Le Gripen F de développement vole depuis l’été dernier avec l’ensemble des systèmes de nouvelle génération (radar AESA, IRST, électronique, avionique) de présérie, soit à un taux d’industrialisation faible. Plus aucun système n’est au stade de prototype. De plus, trois Gripen E de présérie sont depuis juin dernier au stade de l’assemblage. Le premier volera courrant 2015 (T2),puis sera rejoind par les deux autres. Ces systèmes préfigurent l’industrialisation à grande échelle pour les 60 Gripen E suédois, la première tranche de 36 destinés au Brésil (jusqu’à 120) et les 22 destinés à notre pays. En conséquence, on ne peut plus parler d’avion de papier.

 

Lors d’une conférence de presse qui a eu lieu à la mi-mars, l’ingénieur en chef du programme Gripen E, Björn Johansson a confirmé certains éléments : le Gripen E intègre les dernières technologies en matière d’industrialisation, permettant de réduire la signature radar. Si le Gripen E, ne sera pas à proprement  dit «furtif», avec cette technologie, sa signature radar et thermique sera diminuée de 25%, par rapport au standard actuel du Gripen C/D.


 

Bj5mEQpCEAAXjVO.jpg


 

Le Gripen E dispose de nombreuses solutions de communication à choix, y compris les radios habituelles, radio sécurisée à sauts de fréquence Havequick/SATURN, une liaison de données tactique pour des mises à jour rapides au sein de l'unité tactique, une communication longue distance par satellite et la célèbre Liaison 16 (Link16) pour le commandement et le contrôle (C2) de zone large.  Le Gripen E dispose d’une deuxième liaison de données (Link TAU), indépendante du Link16 interopérationnel qui constitue l’un de ses avantages déterminants par rapport à tous les autres types d’avions. Cette deuxième liaison est exclusivement dédiée à l’échange de données à l’intérieur des formations de Gripen

 

Pour une communication claire et sans ambiguïté avec un contrôleur aérien avancé (CAA) ou un contrôleur d'attaque terminale conjointe (JTAC) au sol, le Gripen E dispose d'une liaison de données avec le sol qui permet au pilote de recevoir du CAA/JTAC les informations appelées «nine-liner» sous forme numérique. Il est aussi possible de transmettre des images de ciblage depuis l'avion au CAA/JTAC, pour vraiment s'assurer que le pilote du Gripen E et le soldat CAA/JTAC au sol partagent la même perception de la cible. Cette liaison de données avec le sol est appelée ROVER.

 

Les points forts du Gripen E :

 

En parallèle au prix, le Gripen E offre de nombreux atouts :


 

Selex-Galileo-Raven-ES-05-AESA-2.jpg


 

Radar AESA : le radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois voit là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter.


 

yourfile-2.jpg


 

 

IRST: (Infra-Red Seach and Track) le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.



 

 


 

Electronique : le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Jugée dix fois plus rapide que ses concurrents. Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces.



 

cockpit.png


 

 

Nouvelle avionique : le Gripen E est le premier avion européen à être doté de la nouvelle génération d’avionique (comme le F-22, F-35 et le futur Sukhoi T-50) qui permet de transiter directement du simulateur sans obligatoirement transiter sur un biplace. Cette avionique simplifiée réduite le temps de démarrage de l’avion et permet au pilote de gérer ses écrans en agrandissant les images d’un simple «clic» comme sur une tablette ou un Smartphone.

 

Intégration aux infrastructures : de part sa taille réduite le Gripen E, s’intègre parfaitement et ceci sans aucune modification ni surcoûts aux infrastructures de nos aérodromes. L’avion peut être également utilisé depuis les aérodromes de dégagement et depuis les tronçons d’autoroutes.


 

equipements.png


 

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sudafricain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser.

 

Les Gripen E suisses seront dotés de missiles infrarouges Diehl-BGT Irish-T avec viseur de casque Cobra de 3ème génération, missile longue portée MBDA Meteor, bombe GBU-29 à guidage laser/GPS avec désignateur laser AN/ASQ-228 ATFLIR de l’américain Raytheon et le pod de reconnaissance « RecceLite » (Days/Night) de l’israélien Rafael Systems. Par ailleurs le Gripen peut reprendre les AIM-120C AMRAAM (Raytheon) en service sur les F/A-18C/D Hornet.

 

Optimisé pour la milice : la gamme « Gripen » est optimisée pour une mise en oeuvre facilitée par des soldats de milice. De plus, le temps d’entretien est considérablement réduit par rapport à la concurrence. Le coût d’exploitation du Gripen E est d’ailleurs le plus faible du marché.



 

Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène. La Suède prévoit d’ici 2025, de fabriquer 25% de biokérosène à base de compost à des fins écologiques, mais également pour diminuer sa dépendance au kérosène fossile. La Suisse est invitée à participer.


 

Gripen-UCAV-nEUROn.jpg


 

Optimisé pour les drones : les suédois sont les premiers à avoir anticipé l’usage d’ici 10 ans de drones tactiques en binôme avec des avions de combat, de ce fait le Gripen E est le premier avion a disposer d’un architecture permettant le chargement de logiciel en vue d’un tel emploi.


 

btitecloud.png


 

 

Leurre actif nouvelle génération : le Gripen sera le premier avion a disposer du leurre actif anti-missiles de nouvelle génération  «BriteCloud». Une fois largué, le «BriteCloud» recherche les menacent prioritaires en utilisant la technologie de mémoire numérique autonome (DRFM). Les impulsions radars sont captées dans l'ordinateur de bord du «BriteCloud», puis copiées en utilisant les fréquences de répétitions pour ensuite simuler une «fausse cible». Cette fausse cible, si convaincante que le système de menace ne peut pas détecter la supercherie. Le «BriteCloud» pourra séduire même les menaces les plus modernes, loin de la plate-forme de tir.


 

34pnbs2kc7.jpg


 

Ce système s’intègre dans une architecture complète de guerre électronique (Warfare System) qui comprend les derniers développements avec la détection des missiles en approche de type électro-optique EW39 (ultra-violet) qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS) couplés avec le système d'alerte aéroporté passif (PAWS-2) d'Elbit Systems. Le PAWS-2 est systèmes d'avertissement de missiles IR (Infrarouge). Il fournit une alerte au personnel navigant de la présence de missiles hostiles et active.

 

Le Gripen E est un appareil multirôle qui combine l’ensemble des technologies nécessaires aux Forces aériennes pour réagir à l’ensemble des nouvelles menaces aériennes (drones furtifs, missiles, nouveaux avions, guerre électronique) de demain. Saab garantit l’accès aux codes sources (garantie qu’il n’y a pas de mouchard, garantie de modernisation) et un suivi permanent du développement (pilotes & ingénieurs)  jusqu’à la livraison. 


 

IMG_1019.JPG


 

Liens sur les articles déjà en ligne : 

 

 

 Les mensonges des référendaires : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/14/gripen-les...

Gripen, un besoin fondamental : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

Anti-Gripen, un comité de pieds-nickelés :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/06/anti-gripe...

Gripen l’avenir des Forces Aériennes : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/13/gripen-l-avenir-des-forces-aeriennes-855166.html

L’obligation d’une police 24/24:

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/17/l-obligati...

Gripen, un contrat béton : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/02/gr......

 Gripen, Offsets sous garantie : 

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/16/gripen-off...

 

03/03/2014

La Suisse devrait produire les pylônes du Gripen E !

1899579420.jpg

 

 

Emmen, l’entreprise suédoise de défense et de sécurité Saab a signé avec la société Ruag d’Emmen (LU) un contrat évalué à 68 millions de francs pour le développement et la production des pylônes du Gripen E. 15,5 millions de francs prennent effet immédiatement.Ruag a convenu d’exécuter le contrat en y associant des sous-traitants de taille petite et moyenne de la Suisse Romande et de la Suisse italienne.

 

Les pylônes, qui constituent des éléments structurels importants et significatifs du Gripen E, ont une fonction de support pour les armes, les nacelles de reconnaissance et les réservoirs de carburant externes. Ils ont été commandés en vue d’équiper les 22 Gripen E destinés à la Suisse ainsi que les 60 Gripen E destinés à la Suède (les futurs Gripen E brésiliens seront également concernés).«Les pylônes sont des produits de haute technologie», a déclaré Henry Johansson, responsable chez Saab du programme de coopération industrielle. «Tout comme le Gripen E lui-même, ils doivent avoir une forme aérodynamique et supporter des charges extrêmes. Ils contiennent également des éléments électroniques et mécaniques, notamment un mécanisme de largage.»Lennart Sindahl, CEO adjoint de Saab, a déclaré : «Il s’agit d’une nouvelle étape dans la mise en place de relations d’affaires à long terme avec l’industrie suisse dans le cadre du programme Gripen E.

 

 Par ailleurs, nous sommes en train de sous-traiter d’autres éléments du Gripen E en Suisse afin de renforcer la collaboration entre nos pays au sein du programme.» La commande à Ruag comporte quatre lots de travaux. Trois d’entre eux pour une valeur de 15,5 millions de francs prennent effet immédiatement: la conception des pylônes, leur développement jusqu’à la phase de production en série et la fabrication des prototypes pour trois avions d’essai Gripen E. La production effective à grande échelle pour l’ensemble des Gripen suédois et suisses pourrait – en cas d’un résultat négatif du référendum Gripen, être attribué a des tiers. En effet, l’achat du Gripen E par la Suisse – qui est subordonné à l’issue du référendum de mai – est lié à la réalisation par Saab d’un programme de coopération industrielle avec l’industrie suisse pour un montant de 2,2 milliards de francs. Fin 2013, Saab avait déjà conclu pour plus de 300 millions de francs d’affaires avec 125 entreprises en Suisse.

 

 

 

 

gripen,gripen offsets,gripen suisse,blog gripen,référendum gripen,oui au gripne,gripne ja,gripen e,votation gripen,votation 18 mai

 

A ce jour, armasuisse, le centre de compétences de la Confédération pour l’acquisition de matériels de défense, a analysé et accepté des transactions représentant 250 millions de francs au titre de la compensation. Le solde est cours d’examen. Les fournisseurs des armes du Gripen E ont par ailleurs une obligation de compensation supplémentaire de 300 millions de francs, ce qui porte la totalité du programme industriel à 2,5 milliards de francs en faveur de la Suisse.Saab dispose de dix années pour honorer le reste de ses obligations. «Nous travaillons sans cesse à accroître le nombre de partenaires avec lesquels nous serons en mesure de construire des relations d’affaires à long terme», a déclaré Lennart Sindahl.

 

Parmi ceux-ci pourrait figurer un consortium suisse chargé du développement de logiciels avancés dans le cadre du programme Gripen E. Parmi les points forts de 2013, il convient de mentionner: la conclusion par Saab de contrats pour plus de 20 millions de francs dans toutes les régions de Suisse,·la commande d’un montant de 25 millions de francs passée par General Electric, le fabricant du moteur F414, à Sauter Bachmann, implanté à Netstal (GL), pour la production de composants, le contrat de 8 millions de francs conclu par Selex, le fabricant du radar du Gripen E, avec la société Orolia de Neuchâtel.

 

 

25/02/2014

Patrouille Suisse sur F/A-18 & Solo Display sur Gripen !

US_Navy_020920-N-1522W-021_The_U_S__Navy_Blue_Angels_Flight_Demonstration_Team_performs_fly-by_formation_at_the_^ldquo,_2002_Neptune_Festival_Air_Show_^rdquo,_.jpg

 

Je vous l’expliquais dans un article précédent, la survie de la Patrouille Suisse tient de l’acceptation ou non le de la Loi sur le fond Gripen. La question est ouverte, quel appareil pour la futur patrouille Suisse ?

 

 

Patrouille Suisse sur F/A-18 :

 

 

L’idée fait son chemin, la Patrouille Suisse pourrait être équipée à partir de 2016, date à laquelle la flotte de F-5 sera retirée du service, d’avion de combat Boeing F/A-18 « Hornet ». Mais pour cela, il faut impérativement disposer d’une dotation minimale de 50 avions de combat, afin de pouvoir assurer les entrainements et les tournus, sans parler de la mise en place de la  Police de l’air 24/24. Autrement dit, si le peuple refuse l’achat des Gripen E, les 32 Hornet ne pourront être utilisés pour la Patrouille Suisse. Celle-ci n’existera plus sous sa forme actuelle et donc sur un jet de combat.

 

A la manière des Blue Angels :

 

La mise en œuvre de la Patrouille Suisse sur avion de combat F/A-18 ne poserait techniquement pas de problème, cet avion équipe déjà la prestigieuse patrouille de l’US Navy les Blue Angels. Par contre, dans un premier temps il ne faudrait s’attendre à voir une patrouille de Hornet repeinte en rouge et blanc, celle-ci volerait avec les couleurs actuelles des Hornet. Par la suite, il est par contre envisageable selon certaines sources, de repeindre un petit nombre de Hornet.

 

Solo Display sur Gripen E :

 

Dans le cas d’une telle décision, le Swiss Solo Display transiterait tout naturellement sur le Gripen E.

 

En approuvant de manière univoque cette acquisition par un OUI au Gripen et donc un OUI à notre armée, c'est également un OUI à l'avenir des Forces aériennes et des cartes de visite que réprésentent la Patrouille Suisse et le Swiss Solo Display. 

366.jpg

 

 

Photos : 1 Les Blue Angels @ USNAVY 2  Gripen C Sweeden Solo Dipslay@ Fligvapnet

 

 

17/02/2014

L’obligation d’une police aérienne 24/24 !

QRA_Scramble_to_Intercept_Russian_Blackjack_Aircraft_MOD_45151233.jpg


 

Une fois de plus, il faut attendre un évènement extrême pour se rendre compte des réels besoins d’un pays ! L’avion d’Ethiopian Airlines qui a été détourné ce matin sur l’aéroport de Genève-Cointrin, était escorté par deux appareils Airbus Eurofighter italiens puis par deux Mirage 2000 français. Rien de dramatique ? Si justement, car ce détournement a été réalisé en dehors des heures de bureau et nos appareils ne volent pas !

 

Obligations : 

 

Une des missions les plus importantes que l'armée suisse doit accomplir en relation avec la politique de sécurité est de garantir l'intégrité de notre territoire contre les influences extérieures indésirables. Cela comprend la sauvegarde de la souveraineté sur l’espace aérien. C'est le droit d'un état de définir des règles d'utilisation de son espace aérien et de faire appliquer ces règles. Le droit à la neutralité est ancré dans le droit international, mais il en découle une obligation de contrôle de son propre espace aérien et d’une capacité d'intervention, lorsque la sécurité du pays ou du trafic aérien en général l'exige. Depuis le 11 septembre 2001, ce contrôle de l'espace aérien en temps de paix est devenu une mission cruciale d'un état.

 

Pourquoi des heures de bureaux ?

 

Selon diverses interventions au Parlement à Berne, nous aurions dû mettre en place un service de vol 24/24, depuis au moins l’année 2003. Mais avec les nombreuses coupent budgétaires que le DDPS a subi, il était tout simplement impossible de financer un tel projet. Pire, la gauche qui aime «cracher» sur l’indisponibilité de nos pilotes est la première responsable de ce désastre !

 

Comment y remédier ?


 

1099727912.jpg


 

Les efforts demandés au DDPS pour faire des économies avec le plan DEVA vont permettre la mise en place d’une Alerte 24/24 d’ici 2016. Mais pour ce faire, il faut également un nombre suffisant d’avions capables de voler par tous les temps. L’arrivée des Gripen C/D de location puis du Gripen E permettront (enfin) aux Forces Aériennes de répondre à leurs obligations 24/24!

 

QRA (Quick Reaction Alert), Alerte de réaction rapide: organisation d'alerte des Forces aériennes:

 

L'espace aérien désigne la troisième dimension d'un territoire national et il circonscrit, en hauteur, l'espace territorial d'un état. Cet espace aérien, la «frontière bleue», représente la plus vaste porte d'entrée d'un territoire national. L'accès au territoire étatique est donc une affaire qui incombe à l'état: une incursion dans son espace aérien équivaut au franchissement d'une frontière. Ainsi, une incursion non-autorisée représente une infraction de la souveraineté étatique.

La neutralité armée de la Suisse, choisie librement et définie au niveau national, inclut également l'espace aérien. Par conséquent, elle a l'obligation de le surveiller, de le contrôler et de le protéger. En tant qu'état non-aligné, la Suisse doit s'assurer, par ses propres moyens, qu'il ne subsiste aucune carence militaire dans l'espace aérien helvétique. La protection de cet espace aérien est indispensable pour garantir la sécurité du territoire et de sa population.


 

police-du-ciel-.jpg


 

Sauvegarde de la souveraineté aérienne, un devoir national: 

 

L'obligation de préserver la souveraineté aérienne nationale est une tâche qui doit être assurée par la Suisse, sans interruption temporelle. Actuellement, environ 3000 avions de ligne circulent quotidiennement dans l'espace aérien helvétique, de jour comme de nuit, jusqu'à plus de 12.000 mètres au-dessus du niveau de la mer, auxquels s'ajoutent d'autres centaines de mouvements aériens civils, à basse et moyenne altitude de vol.

La surveillance de l'espace aérien, l'utilisation sûre et sécurisée des voies internationales du trafic aérien, la protection des usagers de l'espace aérien ainsi que la protection des habitants de la Suisse contre les menaces aériennes doivent être assurés à longueur d'année, 24 heures par jour. Cette tâche est accomplie par l'armée de l'air suisse avec ses moyens au sol comme dans les airs: au service de la confédération, de l'armée, de la police et de la population.

 

Ressources, viabilité, durabilité : 

 

Actuellement, avec une flotte de F/A-18, composée de 32 avions de combat modernes incluant environ 50 pilotes de F/A-18 ainsi que le personnel au sol, ce sont les forces aériennes qui assurent la police de l'air en temps de paix, à longueur d'année et durant « les heures de bureau ».

Il est à prévoir qu'à partir de 2016, avec un service de vol de 24 heures ainsi qu'un QRA, la flotte des F/A-18 soit davantage sollicitée. Le nombre d'heures de vol est en augmentation, les cycles d'entretien s'intensifient, les avions engagés s'usent plus rapidement et la durée de vie de la flotte se réduit.

Le avions de chasse F-5 Tiger désormais obsolètes ne peuvent encore être engagés que pendant la journée et dans conditions de visibilité, afin de décharger partiellement la flotte des F/A-18.

En conséquence il faut impérativement compléter la flotte de 3 escadrilles de Hornet par un minimum de 2 escadrilles dotée du Gripen E.


 

Saab-Gripen-F-Demonstrator-1-2000x1333.jpg


 

Dans l'éventualité de tensions internationales et d'une opération aérienne de 24 heures avec un QRA élargi, cela nécessiterait 50 avions de combat modernes pour protéger l'espace aérien et, le cas échéant, pour pouvoir boucler une vaste superficie. Or même dans cette configuration politico-sécuritaire, les forces aériennes ne sont plus en mesure de remplir leur mandat constitutionnel, sans le remplacement partiel des avions de combat Tiger (TTE).

 

Comparaison internationale :


 

qra.jpg


 

En Autriche, les Forces aériennes disposent, avec leurs 15 Eurofighters et environ le même nombre de pilotes, d'une viabilité opérationnelle aérienne par engagement de 24 heures de quelques jours seulement.

L'armée de l'air française a en permanence au moins six avions de combat en mode QRA. A cela s'ajoute un avion de ravitaillement pour le ravitaillement en vol afin d'augmenter la durée de vol des avions de combat jusqu'à six heures supplémentaires. Elle dispose également d'un avion AWACS de surveillance radar, qui fournit aux appareils de combat dans les airs les dernières données disponibles sur la situation aérienne en cours.

 

Il est donc impératif de pouvoir mettre le programme QRA 24/24 en activité et d’acquérir un nombre suffisant d’avions de combat Gripen E !

 

 

 

 

Liens sur les articles précédents : 

 

Les mensonges des référendaires : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/14/gripen-les...

 

Gripen, un besoin fondamental :

 

 http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

 

Anti-Gripen, un comité de pieds-nickelés : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/06/anti-gripe...

 

 

Gripen l’avenir des Forces Aériennes : 

 

 

 http://psk.blog.24heures.ch/index-1.html

 

 

Le Gripen pour sauver la Patrouille Suisse :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/16/le-gripen-...

 

Texte : Erich Grätzer/Pascal Kümmerling

 

Photos : 1 Tornado interceptant un Tu-160 russe @ Luftwaffe 2 Hornet suisse et Fokker 27 hollandais 3 Hornet suisse et Challenger 601 allemand @ Swiss Air Force 4 Gripen F Axalp @ Peter Gronemann

16/02/2014

Le Gripen pour sauver la Patrouille Suisse !

Pilotage-Saab-Jas-39-Gripen-Fighter.jpg

 

Il faudra peut-être s'y faire, avec la mise à la  retraite du Tiger en 2016, c'est une de nos plus fameuses et fidèles ambassadrices qui s'en ira après 50 ans d'émotions et d'excellence. Qui n'a pas ressenti une profonde fierté à voir ainsi évoluer notre patrouille lors de tant de manifestations nationales et internationales?

 

Crée en 1964 pour l'Exposition nationale, la Patrouille Suisse a commencé à voler avec le Hunter. Ces 4 premiers appareils furent ensuite remplacés en 1995 par 6 F-5E Tiger avec leur livrée rouge si caractéristique. Est-ce que Air 14 sera leur adieu?

 

 

Pas de nouvel avion, plus de Patrouille :


gripen-large-2.jpg


 

Ce qui est certain, c'est que si le Gripen ne vient pas, la mort de la patrouille sera définitivement consommée. Des générations de pilotes ont ainsi appris l'excellence dans leur métier et côtoyé des milliers de pilotes étrangers, leur prouvant dans les airs qu'il faut compter avec l'aviation suisse. Quelle seraient les pertes en cas de disparition de la Patrouille? Difficile à dire, mais certainement pas négligeable. 

 

 

Le Griffon sauvera-t-il la Patrouille Suisse?

 

Ce n'est certainement pas l'argument le plus pertinent, mais c'est encore une fois encore la démonstration que l'on doit parler de bien plus que d'un "simple" avion et ne se laisser enfermer ni dans une discussion strictement financière, ni dans des joutes techniques stériles. L'acquisition du Gripen doit être vue dans son contexte global où se mêlent politique de sécurité et de défense, souveraineté, image, émotions, diplomatie, dissuasion, .... au service de tous les Suisses au quotidien.

 

VEG 

Liens sur les articles précédents : 

 

Les mensonges des référendaires : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/14/gripen-les...

 

Gripen, un besoin fondamental :

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

 

Anti-Gripen, un comité de pieds-nickelés : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/06/anti-gripe...



 

Gripen l’avenir des Forces Aériennes : 

 

 

 

http://psk.blog.24heures.ch/index-1.html