25/07/2019

Le Canada relance l’offre de remplacement des CF-18 !

ck01-2017-0278-009-1180x787.jpg

Le Canada à réouvert sa demande d’offre en vue du remplacement de sa flotte d’avions de combat Boeing CF-18 A/B « Hornet ». Le Services publics et d’Approvisionnement Canada a transmis à quatre avionneurs ses critères définitifs d’évaluation pour l’acquisition de 88 avions de combat. Le contrat est estimé à entre 15 et 19 milliards de dollars canadiens

Il s’agit du plus important contrat destiné à l’Aviation Royale Canadienne en plus de 30 ans. Les constructeurs suédois Saab, européen Airbus DS ainsi que les américains Boeing et Lockheed Martin sont sur les rangs. L’attribution du contrat est prévue au début de 2022, et le premier aéronef pourrait être livré en 2025.

Fausses rumeurs de retrait :

Hormis l’avionneur français Dassault qui s’est retiré de la course en 2018 à cause de l’Aliance « Five eyes ». Des rumeurs ont circulés dernièrement sur un possible retrait d’Airbus et de Boeing. Celles-ci n’ont jamais été confirmées, c’est notamment pour cela que nous n’avons pas abordé cette question ici. De son côté, Ottawa a confirmé que des commentaires avaient été hémis sur l’appel d’offres car celu-ci pouvait être problématique pour certains avionneurs. Des modifications ont été apportées par la suite. Toutefois, un communiqué de Boeing précise que la société allait examiner l’appel de proposition une nouvelle fois avant de déterminer sa participation.

Larges retombées économiques :

En ce qui concerne les retombée économiques, Ottawa attribue 20 % de pondération. L’idée est d’amener soumissionnaires à faire des partenariats avec des entreprises canadiennes et à générer de l’emploi dans le pays. Les propositions des avionneurs seront également évaluées en fonction des exigences du point de vue technique de l’ordre de 60 % et du coût total du projet 20 %.

Les candidats :

Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » T3 : 

3298772050.jpg

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 disposent des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 dispose du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA,il permet d’utililiser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T fait également partie des options. En matière de radar, le T3 est doté du nouveau radar de type AESA à antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

Le nouveau viseur de casque destiné à l’Eurofighter T3 dispose d'un écran de casque innovant. La capacité de vision nocturne sera intégré dans le casque sans le besoin de lunettes séparées. Le système est plus léger que les modèles actuels, il est optimisé pour la sécurité, la protection et le confort. Il offre une pleine capacité, le jour ou la nuit, et dans des conditions météorologiques défavorables. Le système devrait offrir une pleine capacité d’affichage binoculaire sur 40 degrés. Il offrira également une protection contre les faisceaux laser et disposera d’un système audio avancé.

Boeing Advanced Super Hornet (Super Hornet Block III) :

3439402515.jpeg

Le projet « Advanced Super Hornet » est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 « Silent Eagle ». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité améliorés concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable, de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Tout comme sur le « Silent Eagle », on appliquer une amélioration de la furtivité des revêtements et de la signature radar de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle.

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%. 

Selon Boeing, le « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35C à l’exception de la pénétration furtive.

Lockheed Martin F-35A :

2299254193.jpg

Avion omnirôle de cinquième génération basé sur une technologie furtive, l’avion intègre l’ensemble des capteurs noyés dans sa cellule. L’appareil possédant deux soutes à armements capable de loger principalement deux bombes guidées et deux missiles air-air AMRAAM et du futur FRAAM, de bénéficier d’une autonomie importante et d’une manœuvrabilité comparable aux F-16 de première génération. A noter, que le F-35 peut recevoir de nombreux armements sur 7 pylônes externes, sacrifiant la furtivité au profit de la capacité d’emport, qui peut aller jusqu’à 9 tonnes de charges diverses (réservoirs, bombes guidées, missiles de croisière et missiles air-air). Il est le premier avion entièrement conçu pour fonctionner dans ce que l’on appelle la guerre en réseau (Network Centric Warfare). Le F-35A peut ainsi effectuer des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et menés directement des opérations de guerre électronique, ainsi que la supériorité aérienne sans oublier l’attaque au sol. Doté d’un cockpit de nouvelle génération avec un écran géant central tactile couleurs qui ne nécessite plus le besoin de boutons de sélection.L’ensemble des informations sont ainsi partagées entre l’écran et le viseur de casque Rockwell Collins ESA Vision Systems LLC, « Helmet Mounted Display System ». Le pilote dispose de la liaison de données TADIL-J (Tactical Digital Information Link) soit une version améliorée de la Link16 de l’Otan.  

 Saab Gripen E :

2574647794.JPG

Doté du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) ES05 «Raven» qui offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter. Par ailleurs, le  Gripen et le seul à offrir une double liaison de données, soit la Link16 de l'Otan et la TAU propre à la famille "Gripen".

IRST(Infra-Red Seach and Track)le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sud-africain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser. Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène.   

Photos : 1CF-18 canadien @ RCAF 2 Eurofighter T3 @ Airbus DS 3 Advanced Super Hornet @ Boeing 4F-35A @ LM 5  Gripen E @ Saab

24/07/2019

La Colombie relance l’achat d’un nouvel avion de combat !

1956062.jpg

La Colombie cherche à remplacer ses 20 avions de combat israéliens en IAI kfir C2, achetés il y a 30 ans. Le budget  d’acquisition devrait dépasser le milliard de dollars selon un porte-parole de la Force aérienne. L’ancien gouvernement avait à l’époque signifié sa préférence pour le Gripen E suédois, mais par manque de liquidité, le projet d’acquisition avait fait long feu.

Malgré les contraintes budgétaires, le président Ivan Duque s'est déclaré favorable à la modernisation de l'équipement militaire du pays.

Trois concurrents :

La Colombie examine actuellement trois propositions. Il s’agit de l’Eurofighter T3 d’Airbus DS via l’Espagne, le Gripen E MS21 suédois de Saab et le F-16 Viper Block70/72 américains de Lockheed-Martin. L’évaluation en cours doit permettre  à l'armée de l'air de présenter des recommandations pour la prise de décision au moment où le gouvernement le déterminera.

Avec un nouvel avion de combat moderne au standard le plus récent, La Colombie pourrait ainsi faire face en terme de dissuasion aux menaces du Venezuela et donnerait au pays une plus grande capacité de lutte contre les groupes rebelles et les narcotrafiquants, qui utilisent des avions d’affaires pour faire passer de la drogue en contrebande.

Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » T3 : 

2474012411.jpg

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 disposent des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 dispose du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA,il permet d’utililiser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T fait également partie des options. En matière de radar, le T3 est doté du nouveau radar de type AESA à antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

Le nouveau viseur de casque destiné à l’Eurofighter T3 dispose d'un écran de casque innovant. La capacité de vision nocturne sera intégré dans le casque sans le besoin de lunettes séparées. Le système est plus léger que les modèles actuels, il est optimisé pour la sécurité, la protection et le confort. Il offre une pleine capacité, le jour ou la nuit, et dans des conditions météorologiques défavorables. Le système devrait offrir une pleine capacité d’affichage binoculaire sur 40 degrés. Il offrira également une protection contre les faisceaux laser et disposera d’un système audio avancé.

Le Gripen E :

IMG_3369.JPG

Doté du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) ES05 «Raven» qui offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter. Par ailleurs, le  Gripen et le seul à offrir une double liaison de données, soit la Link16 de l'Otan et la TAU propre à la famille "Gripen".

IRST(Infra-Red Seach and Track)le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

 Electronique le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Jugée dix fois plus rapide que ses concurrents. Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces.

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sud-africain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser. Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène.  

Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block 70/72 :

137561572.jpg

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

 La Force aérienne colombienne :

La Force aérienne colombienne dispose actuellement de 21 avions de chasse IAI  Kfir C2 d’origines israélienne devenus obsolètes. L’année dernière, la Colombie a rejeté une proposition d’Israël d’acheter des F-16 d’occasions en provenance de l’Etat Hébreu. La Colombie doit faire face à une flotte de F-16 vieillissant vénézuéliens. Cependant, la menace provient surtout d’avions de combat russe Sukhoi Su-30, soit l’avion le plus avancé des arsenaux d'Amérique latine pour l’instant.

Photos : 1 Kfir C2 colombien @ Andres Dalmonti Eurofighter T3 @ Airbus DS Gripen E @ Saab F-16 Viper @ Lockheed Martin

 

10/06/2019

Vol inaugural pour le 3ème Gripen E !

0.jpeg

Saab a effectué le premier vol de son troisième Gripen E, le 39-10. L’avion a effectué une sortie de 57 minutes depuis les installations de l’avionneur à Linkoping aujour’dhui.

Piloté par Jakob Hogberg, pilote expérimental de Saab, le monomoteur rejoint ainsi les deux modèles précédents, qui avaient commencé les essais en vol en juin 2017 et en novembre 2018, respectivement. Le Gripen E n° 39-10 est au standard de production le plus proche.

Avec l’arrivée du Gripen E 39-10, les essais vont encore s’accélérer. Les essais du système tactique sont également en cours. Les avions de test ont maintenant dépassé largement les 100 heures de test en vol. Six pilotes travaillent actuellement sur le programme d’essai dont quatre sont dédiés au modèle E. Selon un pilote d'essai, l'avion 39-8 a effectué à lui seul 100 heures de vol, une référence déjà vérifiée: la plate-forme est soumise à des tests et à des inspections.

Le test pilote a également révélé: «Nous avons commencé à tester le nouveau système EW, c’est un système ambitieux et nous en attendons beaucoup. Il a été construit pour un environnement différent de celui des anciens missions de combattants ».

En outre, l'avion a volé et tiré le missile Meteor. De plus, la suite d'armes du Gripen E comprend des capacités air-air telles que les capacités de missiles AMRAAM, IRIS-T et AIM-9. L’avionique comprend un capteur passif de recherche et de poursuite infrarouge et des capteurs HMD. Un autre domaine clé pour la plate-forme est son développement de l'affichage du poste de pilotage. Celui-ci comprend un écran large, un affichage tête haute et un affichage monté sur le casque.

Par ailleurs, le biplace 39-7, soit l’avion de développement  (NG) devrait également reprendre ses vols dans un avenir proche pour appuyer le programme. Le 39-7 a récemment fait l’objet de mises à jour, notamment l’installation d’un nouveau dispositif d’affichage à grande surface dans le cockpit arrière, soit le grand écrans couleurs multifonction.

Eddy de la Motte, directeur de la division Gripen E/F de Saab, a déclaré fin avril que son objectif était de faire voler huit des avions de la nouvelle génération d'ici la fin de l'année, dont quatre appareils de production en cours de finalisation à Linkoping.

L’armée de l’air suédoise recevra 60 Gripen E, le premier client à l’exportation, le Brésil, à déployer une flotte de 36 personnes comprenant 28 exemplaires monoplaces et huit avions de type F à deux places.

Photo :premier vol du Gripen E  39-10 @ Saab

 

 

 

 

 

17/02/2019

Début de production pour le Gripen E !

20181112-en-3115716-1.jpg

L’avionneur suédois Saab avance, selon les prévisions de son programme Gripen E. Le directeur général, Hakan Buskhe, a révélé qu'il avait lancé la production en série du chasseur au début de cette année.

S'exprimant lors de la présentation des résultats annuels le 15 février, M. Buskhe a déclaré que l'avancement du programme avait été réalisé "dans la première semaine de janvier". Saab est sous contrat pour produire 60 exemplaires de la nouvelle génération de la famille « Gripen » de type E/F pour l'armée de l'air suédoise (E) et 36 exemplaires des modèles (E/F) en partenariat avec Embraer pour le Brésil.

Après les premières livraisons prévues aux deux clients avant la fin de l'année, le Gripen E devrait être disponible en Suède à partir de 2021, selon l'administration du matériel de défense JVM de Stockholm. La capacité opérationnelle initiale a déjà été définie pour 2023.

brazilian-gripen plant_1502.jpg

Des lots additionnels pour le Brésil et la Suède :

Pendant ce temps, M. Buskhe confirme: "Nous sommes en discussion sur un prochain lot pour le Brésil" et suggère que les achats subséquents pourraient être avancés vers 2021 ou 2022. Le Brésil désire acheté un total de 120 Gripen E/F.

De son côté, le commandant de l'armée de l'air suédoise a également indiqué récemment que son service était intéressé par l'acquisition de 60 Gripen E supplémentaires.

Collaboration avec le Brésil :

L’année dernière, le programme brésilien « Gripen » a été productif, avec plusieurs étapes importantes. Le premier avion brésilien est en production finale à Linköping.  La mise en place effective des résultats importants du développement conjoint des Gripen E et F à Linköping et du Réseau de conception et de développement Gripen (GDDN), dans l’État de São Paulo, au Brésil.

Depuis le début du programme de transfert de technologie en octobre 2015, plus de 120 ingénieurs brésiliens ont participé à des formations théoriques et pratiques sur le tas en Suède dans plusieurs disciplines techniques liées au développement, à la production et à la maintenance de l'aéronef. Ces ingénieurs sont rentrés au Brésil et la plupart d’entre eux travaillent actuellement pour le RDG.

Au total, plus de 350 spécialistes brésiliens (ingénieurs, techniciens et opérateurs d'assemblage) seront formés en Suède jusqu'à la fin du programme de transfert de technologie, qui comprend plus de 60 projets de compensation. Dorénavant, la «formation en cours d’emploi» en Suède sera axée sur les essais en vol, la vérification et la production.

Aujourd'hui, 115 ingénieurs brésiliens et 18 expatriés suédois travaillent dans le GDDN. Ils participent aux travaux de développement du Gripen E/F dans des domaines tels que les systèmes de véhicules, l'ingénierie aéronautique, la conception de cellules, l'installation de systèmes, l'intégration de systèmes, l'avionique, l'interface homme-machine et les communications.


Proche d’un accord sur le Tempest ?

L’avionneur suédois a laissé entendre que la société serait sur le point de se joindre aux efforts du système britannique de combat aérien pour le futur (FCAS). Le directeur général de la société, Hakan Bushke, a déclaré aux investisseurs que la société avait eu «des discussions fructueuses» avec le Royaume-Uni. Il a déclaré que toute stratégie de coopération relative à un futur programme devrait «construire notre capacité, pas le vider. Si cela devrait se concrétiser, la Suède deviendrait le second partenaire des anglais de BAe Systems, après les Italiens de Leonardo.

 

2583336977.jpg

Photos : 1 & 3 Gripen E de présérie 2 Chaine de fabrication @ Saab

25/01/2019

Cinq avionneurs ont répondu à demande suisse !

412896217.jpg

 

Le Départment de la défense annonce ce vendredi que cinq candidats ont transmis à armasuisse leurs offres relatives aux prochains avions de combat. Les offres portent sur les avions suivants: Eurofighter d’Airbus DS, F/A-18 Super Hornet de Boeing, Rafale pour Dassault, F-35A de Lockheed-Martin et le Gripen E de Saab.

Coup d’envoi de la phase d’analyse et d’essais :

La soumission de ces premières offres marque le début de la phase d’analyse et d’essais. De février à mars 2019, les spécialistes d’armasuisse et des Forces aériennes procéderont aux essais des avions dans les simulateurs correspondants. Ces activités auront lieu chez les candidats et se dérouleront parallèlement aux audits de support produit. Au cours de ces audits, les forces aériennes des pays de fabrication présenteront l’exploitation et la maintenance des avions ainsi que le déroulement de la formation. Ils seront suivis par l’analyse des réponses au questionnaire que les fabricants devaient remplir dans leurs premières offres. Parallèlement, entre avril et juillet 2019, les avions de combat seront soumis à des essais en vol et au sol à Payerne.

Étapes suivantes du projet Prochain avion de combat :

Pour chaque candidat, armasuisse, en coopération avec l’État-major de l’armée, les Forces aériennes, la Base logistique de l’armée et la Base d’aide au commandement, rassemblera dans des rapports spécialisés les connaissances tirées de la phase d’analyse et d’essais. Ces rapports spécialisés constitueront la base de la comparaison systématique et complète entre les candidats qui sera réalisée au deuxième semestre 2020. Ils serviront aussi à déterminer pour chaque modèle d’avion la taille nécessaire de la flotte. 

Sur cette base, conformément au calendrier actuel, armasuisse élaborera un deuxième appel d’offres qui sera transmis aux candidats. À partir des connaissances acquises avec la deuxième offre, armasuisse comparera les candidats entre eux sur la base des rapports spécialisés et déterminera l’utilité globale pour chaque candidat. Le rapport d’évaluation mettant en parallèle l’utilité globale avec les coûts d’acquisition et d’utilisation pour une période de 30 ans sera alors élaboré. Le Conseil fédéral décidera du modèle retenu. (Source DDPS)

Quelques détails  de la procédure :

Pour garantir un travail impartial, armasuisse à mis en place un système compartimenté. Les détails sont strictement séparés des prix.  Ainsi, les groupes d’experts du département de la Défense qui évaluent les aspects techniques des aéronefs ne connaissent pas les coûts et ne peuvent être influencés. A l’inverse, le groupe d’évaluations des coûts ne connaîtra pas les aspects techniques. Cette manière de faire évitera toute collusion.

Lors de la remise de la première offre, chaque avionneur disposait d’un jour pour sa présentation. C’est seulement après que tous les candidats ont pu apporter leur dossier ,que ceux-ci sont ouverts pour débuter les études.

Chacune des équipes d’experts n’aura accès qu’a ce qui la concerne. Le groupe de maintenance ne disposera que de questions relative à ce domaine, comme celui de l’armement et ainsi de suite.

Des questions en nombres :

Les avionneurs ont du répondre à pas moins de près de 700 questions qui doivent refléter l’ensemble des domaines de l’avion qu'ils proposent, mais également de l’évolution des standards disponibles pour 2025. Mais chaque avionneur devra ensuite répondre aux questions additionnelles qui ne manqueront pas d’apparaître lors des essais.

Nous aurons donc l'occasion de décortiquer chaque phase à venir avec intérêt et ceci d'autant plus que pour la première fois, si tout se déroule comme prévu, le F-35 sera testé grandeur réelle avec ses concurrents. Du jamais vu !

Photo montage : Gérard Famerée