28/12/2013

Nouvelle commande de Cathay Pacific !

 

 

b747-8i.jpg

HONG KONG, Boeing et Cathay Pacific Airways ont annoncé une commande complémentaire pour un B747-800 «Freighter» supplémentaires et trois B777-300ER (Extended Range). Cette commande est estimée à 1 milliard de dollars au prix catalogue actuels. Cette nouvelle commande s’ajoute à celle passée le 20 décembre pour 21 B777-9X.

Ce complément permettra à Cathay Pacific de renforcer sa flotte de 14 B747-800 «Freighter» et de 53 B777-300ER. La compagnie de Hong Kong est en train de renouveler sa flotte cargo avec de nouveaux avions, plus efficaces, tout en cherchant à renforcer sa position en tant que leader du marché dans le secteur du fret aérien. Cette décision va dans le sens de la reprise qui s’annonce au sein du marché du fret aérien.

Photo : Boeing B747-800 «Freighter» @ Boeing


01/01/2013

3,6 milliards de passagers d'ici 2016 !


50140_1328160671-3.jpg

 

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses prévisions de trafic aérien qui indiquent que les compagnies aériennes s’attendent à transporter quelque 3,6 milliards de passagers en 2016. Je vous livre ici, le compte rendu de ces prévisions,  qui représentent environ 800 millions de plus que les 2,8 milliards de passagers transportés par avion en 2011.

 

Ces chiffres proviennent du document Prévisions de l’industrie aérienne pour 2012-2016 de l’IATA. Selon cette prévision de l’industrie, le nombre global de passagers croîtra en moyenne de 5,3 % par année de 2012 à 2016. L’augmentation de 28,5 % du nombre de passagers durant cette période représentera près de 500 millions de nouveaux passagers sur les vols intérieurs et 331 millions de nouveaux passagers sur les vols internationaux.

 

93406_1324137411.jpg

Les volumes de fret aérien international auront une croissance de 3 % par année, pour atteindre 34,5 millions de tonnes en 2016. Il s’agit d’une augmentation de 4,8 millions de tonnes par rapport aux 29,6 millions de tonnes transportées en 2011.

 

Les économies émergentes d’Asie-Pacifique, d’Amérique latine et du Moyen-Orient auront la plus forte croissance du nombre de passagers. Les routes aériennes vers ou à l’intérieur de la Chine domineront cette croissance, transportant 193 des 831 millions de nouveaux passagers durant la période visée par la prévision (159 millions sur des vols intérieurs et 34 millions à l’international). La croissance du secteur passagers dans la région Asie-Pacifique (intérieur et international) devrait représenter environ 380 millions de passagers de plus durant la période visée par la prévision.

 

D’ici 2016, les États-Unis vont demeurer le plus grand marché intérieur (710,2 millions de passagers). La même année, le nombre de passagers voyageant sur des vols internationaux vers ou en partance des États-Unis s’élèvera à 223 millions, faisant des É.-U. le plus important marché pour les vols internationaux. La maturité du marché américain se reflète dans les taux de croissance (2,6 % pour les vols intérieurs et 4,3 % pour l’international) qui seront bien inférieurs aux moyennes mondiales (5,3 % pour les vols internationaux et 5,2 % pour les vols intérieurs).

« Malgré l’incertitude économique qui règne actuellement, la demande prévue de connectivité aérienne demeure forte. C’est une bonne nouvelle pour l’économie mondiale. Les liaisons aériennes croissantes créent des emplois et soutiennent la croissance dans toutes les économies. Mais pour profiter de ces possibilités, les gouvernements devront reconnaître la valeur de l’aviation par des politiques qui n’entravent pas l’innovation, des régimes fiscaux qui

ne sanctionnent pas le succès et des investissements qui permettent aux infrastructures de suivre le mouvement.  

A l’échelle mondiale, l’aviation représente 57 millions d’emplois et une activité économique de 2,2 billions de dollars.


 

86958_1337895727.jpg


 

Photos :1 A330 Air Transat 2 B737-600 SAS 3 B757 UPS @ Fabricio Jimenez

 

31/12/2012

Trafic aérien, on termine avec une note positive !

0997281-1.jpg


 

L’Association du transport aérien international (IATA) a annoncé une révision à la hausse de ses prévisions pour l’industrie. En 2012, les compagnies aériennes devraient réaliser des profits de 6,7 milliards $ (plutôt que les 4,1 milliards $ prévus en octobre). Ce résultat devrait s’améliorer légèrement en 2013, pour atteindre 8,4 milliards $ (légèrement plus que les 7,5 milliards $ prévus en octobre). Toutefois, la marge nette après impôt de l’industrie demeurera faible, soit 1,0 % en 2012 et 1,3 % en 2013.

 

L’année 2012 :

 

Les prévisions améliorées pour 2012 s’appuient sur une forte performance des transporteurs aériens aux deuxième et troisième trimestre. Malgré le prix élevé du carburant et le ralentissement de l’économie mondiale, les profits et les flux de trésorerie des compagnies aériennes sont demeurés à des niveaux semblables à ceux de 2006, au moment où le prix du pétrole était de 45 $ de moins par baril et que la croissance économique mondiale était de 4 %.

Historiquement, lorsque le taux de croissance du PIB descend sous la barre des 2 %, l’industrie aérienne subit des pertes collectives. « Avec une croissance du PIB proche du niveau de stagnation de 2,0 % et un prix du pétrole à 109,50 $, nous nous attendions à des résultats beaucoup plus faibles. Mais les compagnies aériennes se sont adaptées à cet environnement difficile en améliorant leur efficience et en se restructurant. Cela protège les flux de trésorerie contre la faible croissance économique et les prix élevés du pétrole », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

L’amélioration des résultats est plus visible chez les grands transporteurs aériens qui ont réalisé en moyenne des bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) de 10 à 15 % des revenus au troisième trimestre de l’année. « C’est une situation contrastée. Les économies d’échelle permettent aux grands transporteurs de mieux s’adapter à l’environnement difficile, alors que les petits et moyens transporteurs, eux, continuent de se débattre », explique M. Tyler. Dans l’ensemble, les résultats ont été favorisés par une forte croissance du trafic passagers (5,3 %) et une augmentation des rendements de 3,0 %. Malgré le ralentissement de l’économie mondiale, le secteur des voyages d’affaires a été favorisé par des échanges internationaux de biens et services plus solides. Cela a contribué à améliorer la situation, en termes de volumes de passagers et de rendements. À l’opposé, les marchés de fret ont subi une contraction de 2,0 % et les rendements du fret aérien sont en baisse de 2,0 % par rapport à 2011. Bien que le commerce mondial soit toujours en expansion, la tendance de croissance économique – concentrée dans les marchés émergents – a favorisé le transport maritime plutôt que le fret aérien.


 

DSC_1884.jpg


 

Résultats régionaux :

 

Les transporteurs d’Amérique du Nord devraient terminer l’année 2012 avec des profits collectifs nets de 2,4 milliards $. Ce résultat est meilleur que les profits de 1,7 milliard $ enregistrés en 2011, principalement en raison d’une meilleure utilisation des actifs par suite de la récente consolidation de l’industrie. La marge EBIT de 3,4 % est la plus élevée parmi toutes les régions.

 

Les transporteurs européens devraient être au seuil de rentabilité. Il s’agit d’une baisse de 400 millions $ par rapport aux résultats de 2011, mais d’une augmentation de 1,2 milliard $ par

rapport aux prévisions d’octobre. Cela est largement attribuable aux succès des programmes d’efficience et à une plus forte croissance du trafic qui a entraîné des résultats améliorés au second et au troisième trimestre. Bien qu’il s’agisse du facteur le plus important de l’amélioration des prévisions pour 2012, il faut noter que la position financière des transporteurs du continent est la plus faible. Les marges EBIT devraient être de 0,6 % et les résultats au seuil de rentabilité font que cette région est l’une des deux seules (avec l’Afrique) à ne pas prévoir de profits.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique devraient afficher des profits nets de 3,0 milliards $ (700 millions $ de plus que selon les prévisions d’octobre). Cette région est celle qui obtiendra les bénéfices totaux les plus élevés, tandis que la marge EBIT prévue de 2,9 % est la seconde meilleure, derrière celle des transporteurs d’Amérique du Nord. Il est important de souligner que les transporteurs de la région connaîtront la plus importante chute des profits par rapport à 2011, alors que les compagnies aériennes d’Asie-Pacifique enregistraient des bénéfices de 5,4 milliards $. La région est sous pression en raison de la faiblesse des marchés de fret aérien et du ralentissement de la croissance économique de la Chine.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient devraient enregistrer des profits de 800 millions $ (100 millions $ de plus que selon les prévisions d’octobre). Il s’agit d’une légère baisse par rapport aux profits de 1 milliard $ réalisés en 2011 par les transporteurs du Moyen-Orient. Bien que cette région connaisse une forte croissance du trafic long-courrier en transit, ses résultats ont été affaiblis par les événements du printemps arabe et l’instabilité persistante.


 

DSC_2560.jpg


 

Les prévisions pour les transporteurs d’Amérique latine sont inchangées, à 400 millions $. Il s’agit d’une des deux régions, avec l’Amérique du Nord, à connaître une amélioration par rapport à 2011, alors que les profits des transporteurs de la région s’élevaient à 300 millions $. Ce résultat est attribuable en partie à la force du commerce et des économies de la région, et en partie à la consolidation qui a commencé à inverser les pertes observées au Brésil.

 

Les transporteurs d’Afrique devraient terminer l’année au seuil de rentabilité – une prévision inchangée par rapport aux prévisions précédentes et un résultat égal à celui de 2011. Tandis que l’économie du continent est en rapide expansion, ses transporteurs aériens souffrent d’une forte concurrence sur les routes long-courriers, de structures onéreuses et d’un régime réglementaire qui nuit au développement de liaisons à l’intérieur de l’Afrique.

 

Prévisions pour 2013 :

 

Les résultats prévus pour 2013 sont en bonne partie inchangés par rapport à 2012. Les profits nets devraient s’élever à 8,4 milliards $, procurant à l’industrie une marge bénéficiaire nette de 1,3 %. Il est bien que nous allions dans la bonne direction, mais l’année qui vient s’annonce encore difficile pour l’industrie.  

 

Secteur passagers : la demande dans le secteur passagers devrait augmenter de 4,5 % en 2013 (moins que la prévision de 5,3 % pour 2012). Les rendements devraient diminuer de 0,2 % en réaction au prix moins élevé du carburant.

 

Fret aérien : la demande dans le secteur du fret aérien devrait augmenter de 1,4 % (pas suffisamment pour compenser le déclin de 2,0 % en 2012). Le décalage entre les taux de croissance de la demande des secteurs passagers et de fret aérien tend à causer un excès de capacité du fret et une baisse de 1,5 % des rendements.

 

Carburant : 

 

Les prix du pétrole devraient diminuer légèrement à 104 $ par baril (5,50 $ par baril de moins qu’en 2012). Toutefois, la prime payée pour le raffinage du carburéacteur entraînera une légère baisse du carburéacteur qui s’établira à 124,30 $ par baril (en baisse de 5,20 $ par baril par rapport à 2012).


 

DSC_2563.jpg


 

Photos : 1 B747-400 Thaï Aiways @ TK 2 A319 Brussels Airlines 3 B737-800NG Air Algérie 4 A319 easyJet @ Pascal Kümmerling

12/11/2012

Le trafic aérien encore sous contraction !

2183589.jpg


 

 

Le trafic aérien continue de subir une contraction face aux difficultés rencontrées dans l’économie mondiale, les chiffres de l’Association du transport aérien international (IATA) confirment que durant le mois de septembre le ralentissement continue dans le milieu de l’aéronautique. 

 

La tendance de croissance des voyages aériens a commencé à plafonner au second trimestre, alors que la croissance du marché passagers d’avril à août a été nulle. Les comparaisons en glissement annuel commencent aussi à révéler des taux de croissance plus faibles. En septembre, les voyages ont augmenté de 4,1% par rapport à l’année précédente, alors que le taux de croissance en glissement annuel était de 5,3% en août, bien au-dessous du taux de croissance moyen de 6% enregistré durant le premier semestre de l’année. La capacité a augmenté de 3,1% par rapport à l’année précédente, et le taux d’occupation des sièges s’est maintenu à 80 %, en hausse de 0,7% par rapport à septembre 2011.

La légère croissance de 0,6 % en glissement annuel observée dans le secteur du fret aérien est moins révélatrice que la baisse de 0,6 % des volumes de fret aérien d’août à septembre. Il s’agit de la deuxième baisse significative d’un mois à l’autre dans le secteur du fret aérien, compromettant la stabilité des volumes acquise plus tôt en 2012. La capacité a été réduite d’autant, soit 0,6 %, par rapport à l’année précédente. Cela renforce légèrement le coefficient de charge qui s’établit à 45,6 %, par rapport à 45,1 % l’année précédente.

 

Marchés passagers internationaux :

 

La demande dans le secteur passagers internationaux en septembre était en hausse de 4,9% par rapport à la même période de l’année précédente, et toutes les régions ont enregistré une croissance du trafic. Par rapport au mois d’août, seuls les transporteurs d’Asie-Pacifique ont subi un déclin. La capacité a augmenté de 3,1% durant le mois, faisant augmenter le taux d’occupation de 1,3% par rapport à l’année précédente, pour atteindre 80,9 %.

 

Les transporteurs d’Europe ont enregistré une croissance des services internationaux de 5,4 % par rapport à septembre 2011. Il s’agit de la plus forte performance parmi les grandes régions, malgré la récession qui sévit en Europe. Avec une capacité en hausse de 3,5 %, le taux d’occupation des sièges a atteint 83,9 %, soit 1,5 % de plus qu’en septembre 2011. Ce taux arrive au deuxième rang parmi les régions.

 

 

 L’Asie-Pacifique a été l’une des régions les plus faibles, la demande augmentant de seulement 1,7 % en glissement annuel. Si on compare au mois d’août, la région a subi une baisse de 0,3 %. C’est la seule dans cette situation. Une gestion serrée de la capacité a cependant fait en sorte que le taux d’occupation augmente de 1 % par rapport à l’année précédente, pour se situer à 77,2 %.

 

 Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent une augmentation de la demande de 2,1 % pour le mois et la capacité a diminué de 0,2 %. Le coefficient de charge a atteint 84,6%, le plus élevé de toutes les régions et une augmentation de 2% par rapport à septembre 2011.

 Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré la plus forte croissance du trafic, et de loin, la demande étant en hausse de 13,3 % par rapport à l’année précédente. Ce taux est inférieur à celui de 17 % enregistré en août, mais la comparaison de croissance en août était exagérée par le facteur saisonnier, la période du ramadan ayant ralenti la croissance du trafic en août 2011. La capacité a augmenté de 11,3 % en septembre et le taux d’occupation des sièges a augmenté pour atteindre 78,7 %.

 

Les transporteurs d’Amérique latine affichent une croissance de 7,5 %, se plaçant au second rang parmi les régions. La capacité a grimpé de 6,2 % – encore le second taux le plus élevé – et le taux d’occupation a augmenté de 0,9 % pour atteindre 78,2 %. Si on compare au mois d’août, le trafic a augmenté de 2,7 %. C’est la meilleure performance en glissement mensuel parmi toutes les régions.

 

Les transporteurs d’Afrique ont enregistré une augmentation de 4,7 % en glissement annuel, avec une hausse de capacité de 3 %. Le taux d’occupation était de 71,6 %. Ce taux est le plus faible parmi les régions, mais il représente une augmentation de 1,2 % par rapport à l’année précédente.


 

DSC_2581.jpg


 

Marchés passagers intérieurs :

 

Les résultats sur les marchés intérieurs ont été variés. La demande a augmenté de 2,6 % par rapport à septembre 2011, ce qui représente un ralentissement par rapport à l’augmentation de 5 % en glissement annuel enregistrée en août. Mais le trafic en septembre a augmenté de 0,5 % par rapport à août. Les résultats varient énormément selon les pays, la Chine et le Brésil enregistrant des gains importants en partie contrebalancés par la faiblesse des marchés de l’Inde, du Japon et des États-Unis.

 

La relance des voyages intérieurs s’est poursuivie en Chine, la demande augmentant de 11,4 % par rapport à l’année précédente. Cette forte croissance correspond aux récentes données sur l’augmentation de la production industrielle et des dépenses et revenus des consommateurs. Toutefois, une augmentation de 12,1 % de la capacité a fait baisser le taux d’occupation des sièges de 0,5 %, à 82,1 %.

 

Le Brésil a aussi bénéficié d’une forte croissance de la demande, le trafic étant en hausse de 7,1 %, avec une baisse de capacité de 1,2 %. Le taux d’occupation des sièges a augmenté de 5,7% pour s’établir à 74 %. Après plusieurs mois marqués par une faible performance d’un mois à l’autre, le trafic en septembre a augmenté de 1,7 % par rapport à août 2012.

 

Le marché intérieur du Japon a fléchi de 0,3 % en septembre, en glissement annuel. Il était toujours de 10 % inférieur au niveau d’avant le séisme et le tsunami. Cette économie axée sur les exportations souffre encore d’une faible demande pour ses produits en raison du ralentissement économique mondial, ce qui entraîne une diminution de la demande de voyages aériens intérieurs. La capacité a augmenté de 0,8 % et le taux d’occupation des sièges a fléchi, passant de 68,2 % à 67,4 %.

 

Le trafic aux États-Unis a diminué de 1,5 % en septembre, tandis que la capacité augmentait de 0,3 %. Le taux d’occupation des sièges est passé de 81,9 % l’an dernier à 80,5 %, mais ce taux demeure le plus élevé parmi les marchés intérieurs.

 

Le marché intérieur de l’Inde a plongé de 9,9 % par rapport à l’année précédente. Il s’agit de la pire performance parmi tous les marchés, reflétant le ralentissement économique et les réductions de capacité qui ont réduit les voyages intérieurs. La capacité en septembre était en baisse de 5,9 %, ce qui a fait chuter le taux d’occupation à 64,9 %, en baisse de 2,9 %, le plus faible parmi tous les marchés.

 

Fret aérien (intérieur et international) :

 

La demande dans le secteur du fret aérien a augmenté de 0,6 % par rapport à septembre 2011, mais elle a décliné de 0,6 % par rapport au mois précédent, réduisant les modestes gains observés en août. Toutes les régions ont subi des baisses en glissement annuel. 

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une baisse de la demande de 1,6% en septembre, par rapport à l'année précédente. Il y a eu une amélioration par rapport à août, alors que la demande diminuait de 5,3 %, mais il n’y a toujours pas de progrès par rapport à l’an dernier. La capacité a été réduite de 3 %. Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent une baisse de la demande de 1,1 % et une diminution de capacité de 3,1 %. Le coefficient de charge a augmenté de 0,7 % pour atteindre 35,2 %. Les transporteurs d’Europe ont subi un déclin de 0,4 % du trafic, mais la capacité a augmenté de 1,2 % et le coefficient de charge a perdu 0,7 % pour s’établir à 45,6 %.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une augmentation de trafic de 16,3 % et une hausse de capacité de 6,9 %, entraînant une augmentation de 3,8 % du coefficient de charge, à 46,1 %.

 

Les transporteurs d’Amérique latine ont vu la demande diminuer de 1,6 %, alors que la capacité faisait un bond de 9 %. Le coefficient de charge était de 37,8 %, en baisse de 4,1 %.

 

Les transporteurs d’Afrique affichent une augmentation de 4,1 % de la demande, avec une hausse de capacité de 1,4 %, entraînant une augmentation de 0,6 % du coefficient de charge, qui atteint 24.1 %, le plus faible parmi toutes les régions.

 

Le bilan : 

 

Les prix élevés du pétrole ont transformé la gestion du carburant en un art consommé de préserver chaque goutte. Les exigences des consommateurs qui réclament plus de services et des processus simplifiés ont suscité de développement d’une toute nouvelle façon de voyager grâce aux billets électroniques, aux cartes d’embarquement avec code à barres et à la technologie des bornes libre-service. Et la récente approbation de la norme de base d’un nouveau mode de distribution (NDC – New Distribution Capacity) permettra aux voyageurs de profiter d’une révolution dans la vente au détail des produits des compagnies aériennes.

 

DSC_2573.jpg


 

Photos : 1 A380 ThaïAirways @ TEK 2 Embraer 190 KLM à Lyon St-Exupery 3 A319 Swiss & A320 Easyjet à Lyon St-Exupery @ Pascal Kümmerling

01/09/2012

Transport aérien encore de fortes inégalités !

A380_Thai_roll_out_3[1].JPG


 

 L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic aérien mondial pour le mois de juillet, qui indiquent une croissance plus lente des voyages aériens et du transport de fret, mais avec des différences considérables selon les régions et les marchés.

 

La demande dans le secteur passagers en juillet a augmenté globalement de 3,4 % par rapport à juillet 2011, alors que cette augmentation était de 6.3 % en juin et que la moyenne pour le premier semestre de l’année est de 6,5 %. Ce ralentissement de la croissance des voyages est largement attribuable à la récente baisse de la confiance des milieux d’affaires dans plusieurs marchés.

En juillet, la demande dans le secteur du fret était en baisse de 3,2 % par rapport au même mois de l’an dernier. Il s’agit d’un recul par rapport au taux de 0,1 % en glissement annuel enregistré en juin. Ce déclin est dû en bonne partie au fait que la comparaison se fait par rapport au mois de juillet 2011 qui a été relativement fort, mais la tendance générale du fret aérien est faible, ce qui concorde avec la faiblesse de la croissance du commerce mondial.

 

Les compagnies aériennes ont réagi à cet environnement de croissance au ralenti en réduisant la capacité ajoutée aux marchés, un geste qui a stabilisé les coefficients d’occupation à des niveaux relativement élevés et permis de soutenir la rentabilité face aux prix élevés du carburant. En juillet, la capacité passagers a augmenté de 3,6 %, conformément à l’augmentation du trafic, maintenant le coefficient d’occupation des sièges au niveau relativement élevé de 83,1 %.

 

« Les prévisions économiques incertaines ont des effets négatifs sur la demande de transport aérien », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA. « L’industrie du fret a régressé de 3,2 % depuis un an. Et les marchés passagers – à l’exception de l’Afrique, du marché intérieur chinois et du Moyen-Orient – ont connu une baisse de la demande de juin à juillet. La demande globale du secteur passagers demeure en hausse de 3,4 % par rapport à juillet 2011. Mais la tendance de croissance est nettement au ralenti. Si on ajoute à cela le prix croissant du carburant, on peut s’attendre à un deuxième semestre difficile. »

 

40971_1329408062.jpg

 

Marchés passagers internationaux :

 

La demande dans le secteur passagers en juillet était en hausse de 3,5 % par rapport à la même période l’an dernier, ce qui correspond exactement à l’augmentation de 3,5 % de la capacité. Le coefficient d’occupation des sièges était de 83,3 %. Le ralentissement devient évident si on compare au mois précédent (juin), alors que le taux de croissance en glissement annuel était de 7,5 %. Le ralentissement de la croissance des voyages aériens internationaux s’est surtout fait sentir au cours des derniers mois, suivant le déclin de la confiance des milieux d’affaires. La faiblesse de quelques marchés intérieurs importants a été visible depuis assez longtemps. Seuls les transporteurs d’Afrique et du Moyen-Orient ont connu une croissance d’un mois à l’autre. Dans toutes les autres régions, les transporteurs aériens ont signalé un déclin global de la demande internationale en juillet, par rapport à juin.

 

Les transporteurs d’Europe:

 

En Europe on  enregistre une croissance de 4,8 % des services internationaux par rapport à juillet 2011 (en baisse par rapport au taux de 7,3 % enregistré en juin), avec un coefficient d’occupation de 85,7 %. Il s’agit d’un léger ralentissement par rapport à la croissance moyenne de 6,5 % observée durant la première moitié de l’année. Malgré la récession qui frappe plusieurs marchés intérieurs européens, les transporteurs de la région ont pu maintenir la croissance sur les marchés long-courriers à destination de régions à plus forte croissance économique.


 

18884_1337895346-2.jpg


 

Les compagnies aériennes d’Amérique du Nord 

 

ont connu une baisse de 2,1 % du trafic international en juillet (après une hausse de 1,6 % en juin), attribuable en partie aux coupures de capacité, en particulier dans le marché de l’Atlantique Nord. Si on compare à juin (le mois précédent), la demande a diminué de 1,3 %. Le coefficient d’occupation des sièges était de 86,7 %, soit le plus élevé parmi toutes les régions.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont connu une croissance de la demande de seulement 0,9 %. Il s’agit d’un important ralentissement par rapport au taux de croissance de 5,8 % en glissement annuel enregistré en juin. De plus, si on compare au mois précédent (juin 2012), la demande a diminué de 1,3 %. Les transporteurs d’Europe profitent plus que ceux d’Asie-Pacifique du commerce accru de l’Ouest vers l’Est, tandis que les transporteurs du Moyen-Orient continuent d’opposer une forte concurrence dans les marchés long-courriers. La tendance à la baisse a commencé au second trimestre de 2012 et elle se maintient au troisième trimestre.

 

Les transporteurs d’Amérique latine, affichent une croissance de 5,7 %, la seconde plus importante parmi les régions. Le coefficient d’occupation a été de 82,0 %. Toutefois, les transporteurs de la région n’ont pas pu contrer la tendance à la baisse, après avoir connu une croissance moyenne de 10.1 % dans la première partie de l’année. Récemment, les économies clés de la région, comme le Brésil, ont constaté une interruption de la croissance économique, ce qui a affecté l’industrie des voyages et du fret aériens.

 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu la plus haute croissance de trafic, soit 11,2 % en glissement annuel, bien que cette croissance ait été surpassée par l’augmentation de capacité de 12,4 %. Si on compare à juin, le trafic a augmenté de seulement 0,1 %. La tendance de croissance de la région a été influencée par la période du Ramadan, qui cette année a commencé en juillet.

 

Les transporteurs d’Afrique ont enregistré une hausse de 5,2 % du trafic, en glissement annuel, soit moins que l’augmentation de capacité de 6,3 %. Le coefficient d’occupation était de 73,1 %, de loin le plus faible parmi toutes les régions. Les compagnies aériennes du continent ont connu une forte hausse moyenne de 10,8 % durant la première moitié de l’année. Il s’agissait en partie d’un redressement après le printemps arabe, mais cela reflétait également le succès relatif de plusieurs économies africaines.

 

Marchés passagers intérieurs:

 

Les marchés intérieurs ont aussi connu une croissance ralentie, selon la tendance amorcée plus tôt cette année. Au total, le trafic a augmenté de 3,1 % en glissement annuel, en baisse par rapport au taux de 4,2 % enregistré en juin. Toutefois, le ralentissement n’était pas généralisé, la Chine et le Brésil enregistrant de fortes hausses qui ont été contrebalancées par la faiblesse de l’Inde et du Japon.

Le marché intérieur de la Chine a connu un fort redressement après le ralentissement survenu plus tôt cette année. La croissance de la demande en juillet a été de 9 %, contre 7,8 % en juin. Avec un accroissement de capacité de 12,1 %, le coefficient d’occupation a glissé à 84,1 %, alors qu’il était de 86,5 % l’année précédente.

 

Au Japon, le marché intérieur a connu une hausse de tout juste 4,2 % en glissement annuel, et une diminution de 1 % par rapport à juin. La capacité a augmenté de 7,9 % et le coefficient d’occupation était le plus faible parmi tous les marchés, soit 58,7 %. Dans l’ensemble, le marché s’est contracté de 4 % cette année et il est à 10 % sous le niveau d’avant le séisme.

 

Aux États-Unis, le trafic a diminué de 0,4 % en juillet, tandis que la capacité augmentait de 0,2 %. Le coefficient d’occupation a baissé à 86,8 %, contre 87,4 % l’année précédente, mais il demeure le plus élevé parmi tous les marchés intérieurs.

 

C’est le Brésil qui a connu la plus forte hausse après la Chine, avec une augmentation de 8,5 % et une hausse de capacité de 3,0 %. Le coefficient d’occupation est passé de 73,8 % à 77,7 %. Toutefois, la croissance a ralenti par rapport à juin, déclinant de 2,3 %.

 

Le marché intérieur de l’Inde a chuté de 1,1 % par rapport à l’année précédente, ce qui constitue le pire résultat parmi tous les marchés intérieurs. Cela reflète, entre autres facteurs, la faiblesse de l’économie. Après une expansion de 20 % et plus durant 2010 et le début de 2011, le marché indien a vu sa croissance s’interrompre à la fin de 2011. La capacité a augmenté de 2,1 % en juillet, ce qui a fait baisser le coefficient d’occupation de 71,8 % à 69,6 %.

 

Fret aérien (intérieur et international) :

 

La demande dans le secteur du fret a diminué de 3,2 % par rapport à juillet 2011, mais il n’y a aucun changement par rapport à juin. Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une augmentation de la demande de 16 % par rapport à l’année précédente, mais tous les autres marchés ont subi des baisses et la modeste reprise observée depuis la fin de 2011 a stagné.

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une baisse de la demande de 7,6 % en juillet, par rapport à l’année précédente. Il s’agit du plus important déclin parmi toutes les régions, alors que la capacité a été réduite de seulement 4,3 %. Les transporteurs d’Asie-Pacifique n’ont connu pratiquement aucune croissance du trafic de fret depuis le quatrième trimestre de 2011. 

Les transporteurs d’Europe ont vu leur trafic décliner de 3,6 %, tandis que la capacité augmentait de 0,9 %. Depuis le quatrième trimestre de 2011, la demande n’a augmenté que de 1 % chez les transporteurs d’Europe. 

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une baisse de la demande de 3.6% avec exactement la même réduction de la capacité. Le coefficient de charge était le plus faible parmi tous les marchés, soit 32.3%. Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu une hausse de trafic de 16 %, avec une augmentation de capacité de 11 %, ce qui a fait augmenter les coefficients de charge de 2 %, à 45,3 %.

Les transporteurs d’Amérique latine ont subi une chute de la demande de 5,6 %,

alors que la capacité a augmenté de 13,9 %. Le coefficient de charge a été de 35,2 %.

Les résultats des transporteurs d’Afrique n’étaient pas disponibles, mais ils le seront le mois prochain.

 

Le bilan:

 

« L’énorme succès des Jeux Olympiques de Londres nous a rappelé le rôle essentiel de l’aviation internationale lorsqu’il s’agit de réunir les gens du monde entier et de faciliter les méga-événements. Tous les regards se tournent maintenant vers le Brésil qui accueillera la Coupe du monde en 2014 et les Jeux Olympiques de 2016. Et l’aviation jouera encore un rôle clé », a déclaré M. Tyler.

« Il faudra un effort d’équipe pour que les infrastructures aériennes du Brésil puissent relever le défi », ajoute M. Tyler. L’aviation brésilienne soutient 940 000 emplois et un PIB de 1,3 %, et la connectivité que procure l’aviation soutient l’émergence du Brésil comme économie croissante du BRICS. Mais en dépit de l’importance économique de l’aviation pour le Brésil, le pays n’est qu’au 93e rang au chapitre des infrastructures de transport aérien, selon l’index de compétitivité en voyages et tourisme du World Economic Forum.

La semaine dernière, l’IATA, en partenariat avec l’Association du transport aérien d’Amérique latine et des Caraïbes et d’autres organisations liées à l’aviation, a tenu la première Journée de l’aviation au Brésil. « Avec les normes mondiales au centre de nos préoccupations, l’industrie et le gouvernement ont examiné les moyens de coopérer pour que l’aviation brésilienne demeure un moteur clé de croissance, avec des niveaux de sécurité, de sûreté, d’efficacité et de viabilité encore plus élevés », a déclaré M. Tyler. « Ce qui est vrai pour le Brésil est vrai pour le reste du monde. L’aviation soutient 56,6 millions d’emplois et elle a un impact économique de 2,2 billions $. Les gouvernements devrait traiter cette ressource de façon avisée, en faisant en sorte que le régime fiscal n’étouffe par la croissance, que la réglementation facilite la croissance et que des infrastructures de classe mondiale soutiennent efficacement la croissance. »

 

85848_1334273281.jpg

 

Photos : 1 A380 Thaïairways @ Airbus 2 A330-300 Air Transat 3 B737 Copa 4 A318 Mexica @ Fabricio Jimenez