13/06/2012

Visite de F-16 belges à Meiringen !

 

newsfotos1_parsys_43842_Image.jpg

La base aérienne de Meiringen a eu l’honneur de recevoir la visite de deux avions de combat F-16B « MLU » belges lundi et mardi derniers.

Le Cmdt de la base et les pilotes du Staffel 11 ont reçu leurs homologues belges pour une visite de travail.

(sources Forces aériennes)

05/05/2012

Gripen F : Pilotes suisses très satisfaits !

 

foto.parsys.48988.2.photo.Photogallery.gif.png


 

C’est dans un ciel bleu que les pilotes suisses d’armasuisse ainsi que des Forces aériennes en compagnie d’une équipe d’ingénieurs se sont rendu chez Saab à Linköping, en Suède, dans le but d'effectuer des vols d'essai avec le Gripen E/F (Demonstrator).

Les négociations sont toujours dans les délais et les vols d'essai en Suède font partie des préparatifs en cours.

Le programme de trois jours entre le 2 et 4 Mai inclus des vols en simulateurs d'entraînement et quatre vols d'essai. Les vols d'essai ont principalement ciblé la défense aérienne et la surveillance de l'air avec des armes diverses, comme les missiles IRIS-T et AMRAAM-120C7 et le METEOR (systèmes d’armes sélectionnés par la Suisse sur le Gripen E/F).

foto.parsys.48988.4.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Les réactions des pilotes :

«Nous avons testé les performances de vol, nous avons simulé une mission de défense aérienne complète. Sur le vol, il y avait beaucoup de points de test. Nous avons été en mesure de terminer l’ensemble des vol avec succès! », dixit, le lieutenant-colonel Fabio Antognini  des Forces aériennes suisses.»

"Nous avons pu testé les performances de vol dans un scénario de surveillance de l'air. Nous avons simulé une alarme spéciale (Quick Reaction Alert) et une utilisation de puissance de à haute altitude et à une vitesse supersonique. Nous avons testé le moteur et l’ensemble de l’enveloppe de vol, et nous sommes très satisfaits des résultats », Bernhard Berset, chef pilote d'essai chez Armasuisse.

Le Gripen-E/F se déroule selon le plan. Dans la phase des prochains essais, permettra de qualifier les nouvelles technologies de pointes. En outre, le système radar particulièrement performant de type  AESA permet d’envisager l’entrée des Forces aériennes suisses avec sérénité dans un avenir en performances inégalées jusqu’ici .

L’ensemble des améliorations du Gripen E/F notamment en ce qui concerne la nouvelle motorisations du GE F414G et une augmentation des charges en armement couplées  avec  l'introduction de nouveaux capteurs (IRST) et de l'avionique de nouvelles  génération font du Gripen E/F un appareil ayant un rapport coût/efficacité sans pareil.


Très bonne collaboration suédo-suisse:

La coopération entre les deux équipes était vraiment fantastique. Nous avons effectué quatre vols d'essai avec le Gripen-E/F. Les différents scénari imaginés ont démontré l’excellence des systèmes. Nous étions en mesure de démontrer les capacités croissantes de cet avion ainsi que les performances, la maniabilité et la durabilité », explique Richard Ljungberg, chef pilote d'essai chez Saab.

foto.parsys.29394.3.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Photos : Gripen F @ Saab/Armasuisse

 

03/04/2012

Les Forces aériennes suisses réceptionnent leurs SuperPuma modernisés !

 

 

bilder_parsys_9631_Image.jpg

 

 

Emmen, (LU) les Forces aériennes suisses ont réceptionné hier les deux premiers hélicoptères «SuperPuma» (TH89) modernisés. Cette mise à niveau de la flotte de «SuperPuma» a été décidée en 2006 afin de remettre au goût du jour les 15 appareils acquis en deux tranches de 1987 à 1989 et de 1991 à 1993.

Les «SuperPuma» AS332M1 font maintenant l'objet d'un important programme de modernisation servant à mettre sa technologie, qui date des années 1980, à un niveau comparable à celui de l'hélicoptère de transport «Cougar» AS532UL (TH89), également utilisé par les Forces aériennes. Ce programme de modernisation, réalisé par RUAG Aviation à Emmen, se terminera en 2014 avec la remise, aux Forces aériennes, du dernier des 15 «SuperPuma» au standard TH06.

La modernisation :

Les principales modifications que comporte le SuperPuma modernisé sont notamment un Flight Management System moderne, deux systèmes de positionnement par GPS, un système de navigation par inertie (PRNAV), un système moderne de cartes numériques, des enregistreurs de données, un système d'alerte anti-collision (TCAS) avec alerte vocale, ainsi que de nouveaux systèmes radio (police, système crypté et transmission par satellites ).

Avec cette importante modernisation, la flotte transformée de SuperPuma disposera d'un niveau technologique comparable à celui des hélicoptères de transport «Cougar» également en service dans les  Forces aériennes.

Les pilotes d'essai d'Armasuisse ont procédé au premier vol du prototype d'hélicoptère de transport TH06 (désignation technique du «SuperPuma» modernisé ) le 9 décembre 2010, à Emmen.

Ce programme de modernisation, réalisé par RUAG Aviation à Emmen, se terminera en 2014 avec la remise, aux Forces aériennes, du dernier des 15 Super Puma (TH06 ). La modernisation des «SuperPuma» permettra d’étendre leurs possibilités d’engagement.

 

1194715484.png

 

 

En uniformisant largement les cockpits des hélicoptères de transport «SuperPuma» et «Cougar», il sera possible d’améliorer la disponibilité opérationnelle et de simplifier l’instruction. De plus, la sécurité sera globalement accrue.

Cette modernisation ne se limite cependant pas au remplacement d’instruments électromécaniques: des fonctionnalités supplémentaires à disposition sur le «Cougar» sont également réalisées. Il s’agit par exemple du remplacement du système de navigation essentiellement militaire par un système civil-militaire, et du montage d’un système numérique de représentation de cartes.

Les équipements supplémentaires suivants sont notamment prévus:

– projecteur de recherche;

– moyens de communication adaptés aux nouvelles exigences;

– enregistreur des communications à l’intérieur du cockpit et des données de vol;

– appareil d’alerte en cas de risque de collision dans l’espace aérien;

– système d’affichage des données de vol monté sur le casque.

Ces trois derniers systèmes, notamment, servent à l’accroissement de la sécurité.

L’importance de faire coïncider la modernisation avec la révision générale a déjà été soulignée dans les considérations militaires (immobilisation des appareils, réductiondes coûts).

En plus de l'installation de nouveaux systèmes, un certain nombre de composants éprouvés sont utilisés. Il s'agit notamment du radar météorologique, les prises d'air multi-usages ou le pilote automatique. Un total d'environ 60 éléments seront mis à jour.

La modernisation couvre également les exigences actuelles et à moyen terme des organes civils et militaires. En plus de l’extension des possibilités d’engagement, elle sert à accroître la sécurité de vol. Ainsi, le montage d’un appareil d’enregistrement des communications à l’intérieur du cockpit et des données de vol permettra d’analyser plus simplement et plus précisément les incidents et les accidents. Les enseignements ainsi tirés serviront à améliorer la formation.

Le simulateur :

La modernisation du simulateur du «SuperPuma» a déjà été décidée par les Chambres fédérales avec le programme d’armement 2005 (PA05), comme partie du projet d’hélicoptère léger pour les transports et la formation. Le simulateur est adapté à la nouvelle configuration et aux nouvelles fonctionnalités de l’hélicoptère pour continuer d’offrir des possibilités d’instruction étendues.

Cette modernisation ne se limite cependant pas au remplacement d’instruments électromécaniques: des fonctionnalités supplémentaires à disposition sur le «Cougar» sont également réalisées. Il s’agit par exemple du remplacement du système de navigation essentiellement militaire par un système civil-militaire, et du montage d’un système numérique de représentation de cartes.

Le simulateur doit permettre d'instruire toutes les procédures importantes pour l'engagement et celles d'urgence, à savoir: l’accoutumance à l'hélicoptère «Cougar» & «SuperPuma». Les Procédures pour les équipages de deux hommes. Procédures de vol avec visibilité et de vol aux instruments. L’ entraînement aux vols de nuit avec et sans moyens de vision nocturne, l’entraînement aux vols en haute altitude, les  vols tactiques à basse et très basse altitude, le transports de charges internes et externes, y compris treuillage, les  procédures normales et procédures d'urgence, le  vol de recherche et de sauvetage (SAR) ainsi que les qualification des pilotes. La Formation des moniteurs de vol avec entraînement tactique avec intégration de troupes au sol et des menaces externes.  Généralités: le simulateur modernisé doit remplir les exigences selon JAR-STD 1H, Level D. Ils doivent bénéficier de la certification civile JAR STD 2H, Level 3 MCC.

bilder_parsys_19808_Image.jpg

 

 

Photos : 1 SuperPuma @ Pascal Kümmerling 2 Cockpit modernisé @ RUAG 3 cérémonie de remise @ Forces aériennes suisses

 

07/02/2012

Gripen E/F : l’excellence !

 

Gripen_demo_4.jpg


 

Voici la première partie d’une nouvelle série d’articles, concernant le choix par le Conseil Fédéral du nouvel avion de combat, le Gripen (Griffon) E/F. Le dossier étant en pleine évolution, je reviendrai notamment sur les offres de partenariat industriel (Offsets), ainsi que les évènements qui ont marqué la décision.

Cette première partie va me permettre de vous révéler certaines informations techniques qui n’ont jusqu’ici jamais été abordées. Elles font suite à mes recherches ainsi qu’à la possibilité que j’ai eu de me rendre en Suède chez Saab pour voir de près l’avion et obtenir de nombreux éclaircissements.

Les raisons du choix :

Les raisons du choix sont particulièrement complexes et tiennent compte d’une multitudes de paramètres et ceci contrairement à la croyance populaire. Le choix s’est fait suite à l’obtention de centaines d’informations vérifiées qui font suite à l’évaluation de 2008.

Je me permets ici de rappeler qu’aucun des trois standards d’avion proposés à notre pays ne sont actuellement en service. Le Gripen E/F dérivé du démonstrateur NG sera commandé ce printemps par la Suède. Le Rafale proposé, soit le F3-04T n’existe qu’à un seul exemplaire dont l’Armée de l’air recevra ses premiers modèles en 2013. L’Eurofighter DA7 série 3, proposé et en cours d’industrialisation mais ne pouvait être doté du radar AESA avant 2016.

 

DSC_1548.JPG

 

 

La presse a avancé que le choix du Gripen pour notre pays était principalement financier. Ce n’est pas totalement juste, du moins très incomplet !

Effectivement, le prix proposé pour une dotation minimale de 22 appareils à 3,1 milliards est le meilleur prix des trois. Mais, il faut encore tenir compte des coûts d’utilisation, qui sont là encore, très inférieurs pour le Gripen. Cela  permettra à terme deux options sur un budget annuel :

  • Economie des coûts sur le budget annuel pouvant être réinvestis dans la modernisation.
  • Augmentation des heures de vol à l’année sans modifier le budget.

 

Les avantages techniques du Gripen E/F :

Les trois appareils proposés à notre pays disposent d’une technologie équivalente et sont tous trois en constante évolution. Du côté de l’offre suédoise, certains points ont fait la différence !

  • Le radar AESA ES-05 «RAVEN» permet un balayage avec un débatement total de ± 100 ° qui offre la possibilité de voir vers l’arrière et d’engager directement les adversaires.
  • L’architecture électronique est au minimum 5x plus rapide en matière de calcul que ses concurrents.
  • Le cockpit, basé sur un écran géant (comme le F-35), offre la possibilité de personnalisation pour chaque pilote et l’adaptation immédiate en fonction de l’évolution de la mission (air-air, reco, air-sol).
  • Le moteur, General-Electrique GE F-414G, offrira 10,5 tonnes de poussées (avec mode SuperCruise).
DSC_1549.JPG

 

 

Un équipement complet :

Concernant les équipements du Gripen E/F, ils sont très complets et prêts à l’industrialisation. Voici la liste standard de ceux-ci :

Avec le radar AESA ES-05 « Raven » couplé au système optique frontal IRST Skyward-G, le Gripen E/F dispose d’une liaison électronique Link16 à large bande, d’un système de communication satellitaire SATCOM et d’un fusion des données (Net Centric Warfare - NCW). Un nouveau système de guerre électronique avec détection des missiles en approche  de type électro-optique EW39 qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS).

La fusion de données complètement intégrée au système d'arme permet la fusion des informations   de la liaison 16 (pistes des équipiers, messages PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR.

Le pilote dispose d’une commande vocale, des classiques commandes HOTAS et d’un viseur de casque et d’un HUD large également de la nouvelle génération.

Enfin, un générateur d'oxygène embarqué (On-Board Oxygen Generation System, OBOGS) permet d’augmenter la teneur en oxygène de l'air prélevé au niveau d'un compresseur du moteur, afin, qu'il soit fourni directement aux pilotes. Avec l'OBOGS, la production d'oxygène est quasiment infinie et facilite la logistique : pas de production au sol, ni de chargement et d'installation des bouteilles à bord.

Le siège éjectable Matin-Baker dispose de deux airbag latéraux pour protéger le pilote en cas d’éjection.

En matière d’armement, le Gripen E/F offre un vaste choix international :

Air-Air :

Missiles courte portée à guidage infrarouge couplé avec viseur de casque  SRAAM (Sort Range Air to Air Missile):

IRIS-T, AIM-9X, A-DARTER, Python 5

Missiles longue portée BVRAAM (Beyond Visual Range Air to Air Missile) :

AIM-120C7 AMRAAM,  DERBY, METEOR.

Air-Sol :

Missiles :

Maverick, RBS-15, TAURUS (missile de croisière).

Bombes à guidages laser de type « Paveway », modèles : GBU 10/12/16/24/27/28.

Nacelles : Reco et ATFLIR, Nite-Hawk, SNIPER.

 

Gripen-UCAV-nEUROn.jpg

 

 

Optimisation pour les drones :

Saab fait partie du groupe de travail mené par Dassault Aviation dans le cadre du drone de démonstration NEURON. Le constructeur suédois, comme son homologue français avec le Rafale, a optimisé l'avenir de son avion de combat Gripen E/F en vue d'une utilisation future en binôme avec le futur drone de combat européen.

Questions fréquements posées :

Une nouvelle affaire "Mirage" pourrait-elle se reproduire avec le Gripen ?

En aucun cas, les surcoûts engendrés lors de l'achat des Mirage III étaient dûs à de nombreuses modifications (radar, armement, cockpit, cellule) voulues par la Suisse. Dans le cas du Gripen E/F, le modèle pour notre pays sera exactement le même que celui qui équipera la force aérienne suédoise.

En cas de retard qui paiera ?

Saab Aerospace s'est engagé à prendre en charge les éventuels surcoûts d'industrialisation à 100%.

Quelles sont les risques de maladies de jeunesse ?

Les risques sont faibles, car l'ensemble des systèmes fonctionnent et ont fait leurs preuves durant les essais du démonstrateur Gripen NG.

Le développement du Gripen va-t-il s'arrêter une fois les livraisons effectuées à la Suisse ?

Non, le programme Gripen va continuer d'évoluer, il est garantit jusqu'en 2040. la Suisse aura d’ailleurs de nombreuses cartes à jouer en matière de recherche & développement dans le cadre du programme de partenariat avec la Suède.

Commentaires :

Le Gripen n’est en rien un appareil inférieur techniquement. Certes, la gamme du constructeur suédois est plus modeste en ce qui concerne l’emport de charges avec 10 points d’attaches contre 14 à ses concurrents. Le rayon d’action est également sensiblement  plus court d’environ  400 km, mais l’avion permet le ravitaillement en vol. Il est optimisé pour le dégagement sur des aérodromes secondaires et l’emploi sur autoroutes. Ce même concept permettant de limiter les pertes lors d’attaques, notamment le sabotage d’aérodrome par des terroristes.

Aujourd’hui, nous avons sur le vieux continent une chance extraordinaire d’avoir trois appareils d’excellente valeur en développement continu, Gripen E/F, Rafale, Eurofighter. Hormis Quelques différences, l’Europe peut répondre comme jamais à la demande de divers clients et de leurs spécificités. L’Inde, de part sa situation géopolitique avec son voisin, a préféré un appareil pouvant répondre en matière d’attaque lourde en profondeur. Notre pays n’a pas ce besoin extrême, heureusement d’ailleurs, mais va pouvoir assumer son rôles en matière de surveillance, détection et poursuite de cibles, reconnaissance et attaque au sol tactique en travaillant en collaboration avec ses voisins, dans un cadre moderne et évolutif.

A suivre : le détail de la commande, les Offsets, les conclusions de la sous-commissions d’enquête, le lancement de la fabrication en chaîne.

Gripen Ng test aircraft_photo Jamie Hunter.jpg

 

 

Photos : 1 Gripen NG avec IRIS-T, METEOR et Paveway @ Saab 2 & 3 Gripen NG @ Pascal Kümmerling 4 Gripen E/F & NEURON 5 Gripen F & D l’ancienne et la nouvelle génération @ Saab

 

20/09/2011

Exercice de police aérienne avec une Airbus A380 de la Lufthansa

a380_parsys_000101_Image_direct.jpg

Mardi 13 septembre 2011, l’aéroport de Kloten accueillait pour la première fois l’Airbus A380-800 D-AIMF de la Lufthansa. Le but de cette visite était le baptême officiel de l’appareil au nom de «Zürich».

Les Forces aériennes suisses ont profité de cette visite pour réaliser un exercice de police aérienne. Les pilotes des Hornet suisses n’ont que très rarement l’opportunité de réaliser ce type d’entraînement avec des avions d’une telle dimension. Cet exercice exceptionnel a fait l’objet de prise de vue. (sources : DDPS)

 

Photo : A380 Lufthansa & F/A-18 @ Forces aériennes suisses